Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 14:32

Les ouvrages défensifs au cours de l'époque médiévale présentaient une entrée munie de pont-levis comme on peut encore l'observer au Fort-la-Latte en Plévenon (cliché Wikipédia), à la Hunaudaye en Plédéliac mais encore à Montmuran aux Iffs. De longues fentes verticales visibles de chaque côté de l'entrée d'un ouvrage défensif attestent que l'ouvrage était jadis muni d'un pont-levis. Abaissé au-dessus des douves, il permettait de gagner l'intérieur du site défensif, relevé, il en interdisait l'accès.

 


 

 

 

 

Des ouvertures irrégulières perçaient l'entrée au lieu. La porte piétonne, et la porte charretière. La première permettait le passage des piétons, comme son nom l'indique, la seconde, plus large était destinée aux charrettes, carrosses et calèches. Nombre de lieux en notre vieux terroir ont conservé pareils ouvrages, témoins de la période médiévale : Limoëlan à Sévignac, les Fossés à Plélan le Petit, Caeden en Plénée Jugon, Les Clos à Mégrit, au bourg de Plédéliac, la Ville-Morel à Broons, Hersardais à Plédéliac (cliché Le-Flohic), ville de Jugon. S'agissant de la Tisonnais en Sain-Maden, les possesseurs du lieu, attachés de juridiction, s'inspirèrent de l'architecture en vogue à l'époque médiévale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 12:56

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:42

 

 

La maison de Rougé, originaire du duché de Bretagne, et l'une des plus marquantes parmi l'ancienne chevalerie de cette province, tire son nom d'un gros bourg, chef-lieu d'une belle ctellenie, située dans l'évêché de Nantes. Cette châtellenie, par son étendue et son nombreux vasselage, donnait aux sires de Rougé le rang de bannerets, le premier dans la milice, et le second dans la hiérarchie féodale. La seigneurie, depuis baronnie de Derval, la vicomté de la Guerche et plusieurs autres domaines considérables, concouraient encore à former l'apanage de cette illustre famille. L'existence des sires de Rougé est honorablement constatée depuis 800 ans par les actes nombreux de leur munificence envers les établissements publics et religieux, et surtout par les annales de la Bretagne, où leur nom a joué un rôle brillant pendant plusieurs siècles. On les voit intervenir dans les guerres et les traités des ducs, leurs souverains, remplir les principales charges de leur état, et être choisis comme négociateurs dans les missions les plus importantes. Ces distinctions remarquables, qui appartiennent plus particulièrement à la branche aînée des sires de Rougé et de Derval, ont été continuées après son extinction par les branches cadettes, et celles-ci, depuis la réunion de la Bretagne à la France, ont constamment servi nos rois dans les grades supérieurs de l'armée, et contracté de grandes alliances. Déjà, dans le t. VIII de cet ouvrage, p. 216 des Notices sur les pairs de France, nous avons dit un mot sur L'origine et l'état actuel de cette ancienne famille. Mais cette esquisse étant incomplète et inexacte, nous en donnerons ici, dans tous ses développements, la généalogie, telle que des renseignements plus étendus et un grand nombre d'extraits de titres nous permettent de l'établir.


 

I. Tudual, premier auteur connu des sires de Rougé, vivant avant l'an 1000, sous Geoffroi I et Alain III, ducs de Bretagne, paraît être décédé avant l'an 1045, époque à laquelle il est rappelé dans la charte de fondation du prieuré de Béré. (Preuves pour servir à l'histoire de Bretagne, par D. Morice, t.1, colonnes 401, et 402.) Il eut quatre fils :


 

. Hervé, dont l'article suit ;


 

. Guicenoc ;


 

3°. Maino, qui, vers l'an 1050, donna par son testament au prieuré de Béré un bien situé à Ercé, près le lieu appelé la Chapelle ( Ibid. col. 402 et 695);


 

4°. Merhen, seigneur de Maidon, qui prit le nom de son fief, suivant l'usage qui s'établit alors, et le transmit à sa postérité. Elle a subsisté jusques vers l'an 1200. Peu après la terre de Maidon passa dans la maison des barons de Chateaubriand. Elle revint aux seigneurs de Rougé vers 1289, et fut possédée ensuite par l'une de leurs branches, dite des seigneurs du Bouays.


 

II Hervé, sire de Rougé, énoncé fils de Tudual, Eudon, son fils, et Guicenoc, son frère, signèrent, vers l'an 1045, la charte par laquelle Geoffroi, Ier du nom, baron de Chateaubriand, qualifié homme de très-illustre naissance, fonda avec le concours d'Innoguent, sa mère, d'Hildelinde, sa femme, et de Geoffroi, Teher et Gui, ses fils, le prieuré de Saint-Sauveur de Beré, situé près de son château, et dépendant de l'abbaye de Marmoutier. Hervé de Rougé fit donation à ce prieuré d'un bordage de terre sis à Piré, par charte dans laquelle il est appelé Herveus de Rubiaco, de même qu'au testament de Maino, fils de Tudual, son frère. (D. Morice, t. T, col. 401, 4°2 et 695; Hist. généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, par le P. Augustin du Paz, p. 162, généalogie de Rougé; Trésor généalogique de D, Villevieille, à la bibliothèque du Roi.) Il avait épousé une dame dont les neveux vivaient en Anjou à la fin du onzième siècle, et en eut un fils, nommé Eudon, qui suit. Il eut aussi un fils naturel, nomme Vindenocus, qui s'opposa à l'exécution du testament de Maino, son oncle, de concert avec Gaitnoc, sa femme et Briand, leur fils (du Paz).


 

III. Eudon, sire de Rougé, et Vindenocus, son frère bâtard, furent témoins, vers l'an 1050, à une charte par laquelle Geoffroi I, baron de Châteaubriand, confirma la fondation du prieuré de Beré, et en augmenta les revenus par le don d'une terre située près de la chapelle de Saint-Pierre de Piré. A la suite est écrit : Maino filius Tudual dédit terram propè capellam de Erceio, testibus Brientio filio Tiherni, matreque Innoguendi, Moyse de Arbraio (d'Erbrée), Mirheno de Maldono (de Maidon) et filio ejus Alano. On retrouve cette donation de Maino, fils de Tudual, au chapitre de celles faites à diverses églises par les seigneurs de Rougé, rapportées par D. Morice, col. 695; elle est ainsi conçue : Maino, frater Hervei de Rubiaco dum moreretur, dimisit Sancto Martine unam mediaturam terrœ apud Erciacum, in loco qui vocatur Capella, quam postea calumniatus est nepos ejus Vindenocus, etc. Auctorisavil hoc Briennus filius Vindenoci et mater ejus Gaitnoc. Testes Merhennus frater Ulius Mainonis, Alanus filius ejus, Morinus de Barris , etc. Eudon de Rougé épousa Iseline, qu'un acte du temps doit faire considérer comme angevine, puisqu'elle donna son consentement à la vente d'un arpent de vignes qu'Eudon de Rougé fit aux religieux de Saint-Serge d'Angers. (Cartulaire de cette église). On voit par un autre acte de la mi-carême 1 088 , qu'Eudon de Rougé possédait près de Chemiré un fief voisin de la terre des Rues , en Anjou. Ce sont des lettres par lesquelles Gobert, sur nommé Payen de Chemiré, ratifia et confirma les donations que son père avait faites à l'église de Saint- Julien de Tours, et lui restitua diverses choses, entre autres le fief d'Eudon de Rougé, avec l'usage dans le bois de Chemiré. (Trésor généalogique de D. Villevieille). Eudon a laissé de son mariage avec Iseline, entre autres enfants :


 

1°. Warin, qui suit ;


 

. Bonabes de Bougé, chevalier bachelier, vivant en 1096.


 

IV. Warin, sire de Rougé, souscrivit une charte environ l'an 1080, par laquelle Thibaud de Jarzé, chevalier, donna à Albran, abbé de Saint-Serge d'Angers, une terre située dans la forêt de Pogé, et il est énoncé fils d'Odon (Eudon) de Rougé, dans l'acte d'une vente faite en 1082 à la même abbaye par Geoffroi de Jarzé. Gabriel du Moulin, curé de Maneval, dans son Catalogue des seigneurs qui furent à la première Croisade (1096) placé à la suite de son Histoire de Normandie (édition de 1631), cite, pp. 27 et 28 de ce catalogue, le sire de Rougé, banneret, et Bonabes de Rougé, bachelier, parmi les seigneurs de Bretagne et du Maine, qui accompagnèrent Alain Fergent, duc de Bretagne, dans cette expédition. Et comme il a joint aux noms des chevaliers les armes que portaient alors leurs familles, ou qu'elles ont adoptées depuis, il désigne celles du sire de Rougé : de gueules, à une croix dar gent, pâtée et alésée, et celles de Bonabes de Rougé de même, avec un bâton (calice) d'azur, brochant sur le tout. De Warin sont issu, entre autres enfants


 

Yvon , dont l'article suit ;


 

. Glaen ou Glain de Rougé, chevalier, seigneur de la Chapelle-Glain, dont il donna la dîme, vers l'an 1130, à l'abbaye de Saint-Florent, de Saumur. (D. Fillevieille). Il eut un fils unique : Zacharie de Rougé, qui mourut sans postérité avant l'an 1180, temps auquel les sires de Rougé possédaient la seigneurie de la Chapelle Glain ;


 

. Egaré de Rougé, qui fut témoin, en 1156, avec Roland de Dinan, Hugues de Châteaugiron, Robert de Vitré, Olivier de Montfort, Robert de Guingamp, etc., etc., à la charte par laquelle Conan IV, duc de Bretagne, confirma les donations que le duc Alain, son père, avait faites à l'abbaye de Begars. Il souscrivit aussi à la même époque avec Simon de Montbourcher la charte de la cession d'une partie de la forêt de Rennes, que le même prince fit à Raoul , seigneur de Fougères , en le nommant son forestier ;


 

4°. Chorbin de Rougé, qui fut témoin, en 1154, à l'acte d'une donation faite au prieuré de Saint-Julien de Tours par Payen de Chemiré. Il eut pour fils : Guillaume de Rougé. Celui-ci fut choisi avec Philippe de Montrevault, en 1200, pour exécuteur du testament de madame Richilde (sœur et héritière de Jean de Lavardin) dame de Cinqmars-la-Pille.


 

V. Yvon, sire de Rougé, épousa, vers l'an 1125, Anne le Bigot, fille de Paye le Bigot, et petite-fille de messire Hamou le Bigot. En 1142, ces époux et les père et mère, aïeul et aïeule d'Anne le Bigot, confirmèrent le don du vieux Meilleray, que le même Hamon le Bigot et Alain de Maidon avaient fait à deux moines de l'abbaye de Pontrond, conduits par un prêtre nommé Rivallon d'Auverné, pour la fondation de l'abbaye de Meilleray, de l'ordre de Citeaux, sous l'invocation de Notre-Dame, où ces religieux vinrent s'établir vers n3o , suivant l'acte de cette fonda tion, de l'an 1132, confirmée en 1142 et ratifiée en 1160, par Robert, évêque de Nantes. Yvon de Rouge eut entre autres enfants :


 

. Bonabes, Ier du nom, qui suit ;


 

. Eudon de Rougé, qui assista à un accord fait, vers la fin du XIIe siècle, entre Beraud le Vieux et les moines de Beré, relativement au droit d'ost. (lbid. Col. 777) ;


 

3°. Assalit de Rougé, vivant en 1186. ( D. Villevieille.)


 

VI. Bonabes, Ier du nom, sire de Rougé, chevalier, fut un des principaux seigneurs bretons, qui se liguèrent avec Raoul, baron de Fougères, contre Henti II, roi d'Angleterre, auquel le duc Conan IV avait abandonné sa souveraineté en fiançant Constance, sa fille, avec Geoffroi d'Angleterre, fils de ce monarque et depuis duc de Bretagne. Cette préférence , accordée à un étranger sur les princes du sang de Bretagne, occasionna une guerre sanglante. Le roi Henri II opposa aux barons et seigneurs confédérés une troupe de Brabançons qui fut d'abord défaite ; mais, peu après, le 20 août 1173, les Bretons furent battus dans un combat où ils perdirent 1500 hommes, chevaliers, au nombre desquels était Bonabes de Rougé, ayant échappe à ce désastre allèrent se renfermer avec Raoul de Fougères dans la tour de Dol, où le roi d'Angleterre vint de Rouen les assiéger en personne. Ils furent bientôt contraints de se rendre à discrétion. Pendant ce temps, les Brabançons ruinaient les châteaux des seigneurs confédérés. Celui de Rougé fut détruit par eux de fond en comble. Bonabes de Rougé se retira avec le baron de Fougères, et quelques autres chevaliers dans les forêts voisines, d'où ils sortaient pour ravager les terres de Henri et de ses partisans. Enfin la paix fut conclue en 1174, et le sire de Rougé se retira pendant quelque temps à l'abbaye de Meilleray, à laquelle il donna, en 1180, sa dîme de Saint-Aubin, avec quelques rentes sur le fief de Fercé et sur le chemin de la Chapelle. Par la charte de cette donation (confirmée et accrue en 1183), il ordonna qu'à défaut de paiement, ses prévôts et baillis paieraient lesdites rentes de ses propres deniers. Ces deux chartes sont scellées du sceau de Bonabes de Rougé. Il y est représenté à cheval, monté et armé de toutes pièces, tenant d'une main l'épée haute, et de l'autre son écu chargé à'une croix pâtée. En 1193, il assista à la charte de fondation de l'abbaye de la Haye-aux Bonshommes, de l'ordre de Grandmont, faite par Maurice , IIe du nom, baron de Craon, avec lequel, en 1194, il fut témoin de la donation que Constance, duchesse de Bretagne, fit à l'hôpital de Saint-Jean d'Angers. Un titre de cette dernière année, dans lequel Yvon, seigneur de la Jaille, près la terre des Rues, qualifie Bonabes de Rougé, son seigneur, semble indiquer que Bonabes Ier était alors en possession de cette terre (Du Paz ; D. Morice ; D. Lobineau ; D. Villevieille ; archives des abbayes de Meilleray et des Bonshommes). Il en eut pour fils :

 

1° Egaré Rougé & 2° Bonabès Rougé décédés avant l'année 1180

 

3° Olivier, qui a continué la postérité ;

 

4°. Geoffroi, seigneur du Teil, fief dépendant de la châtellenie de Rougé, et dont il prit le nom. Il ratifia les donations de Bonabes de Rougé, son père, en faveur de l'abbaye de Meilleray. Il se croisa vers 1200 pour la Terre Sainte. On croit qu'il eut pour fils : Mathieu du Teil, chevalier, qualifié sénéchal de Bonabes, sire de Rougé, dans l'acte d'une transaction passée le 13 mars 1245, entre le prieur de Beré et Geoffroi de Leigné. Peu après, et par charte du 12 avril, Mathieu du Teil ayant donné à l'abbaye de Meilleray, une place sise au bourg du Teil, Bonabes de Rougé renonça aux droits seigneuriaux qui lui appartenaient, et en scella l'acte de son sceau représentant une croix pâtée, et de son coutre-scel, où l'écu est parti, au 1 une croix pâtée, et au 2e deux léopards, l'un sur l'autre (D. Fillevieille).

 

5° Aimeri de Rougé, qui, par acte du mois de mars 1220, donna à l'abbaye de Saint-Julien de Tours la dîme qu'il avait dans le fief du seigneur de Chemiré près les Rues, au diocèse d'Angers. ( Original en parchemin à la Bibliothèque du Roi). Il est désigné par d'anciens tableaux généalogiques dressés sur une production faite en 1710, comme l'auteur de la branche des seigneurs des Rues, en Anjou, dont nous parlerons plus bas.

 

 

VII. Olivier, Ier du nom, sire de Rougé, chevalier, succéda, après l'an 1200, à Bonabes, son père, dont il confirma la donation de l'an 1 183 , à l'abbaye de Meilleray, à laquelle Geoffroi du Teil, son frère, et lui ajoutèrent l'usage dans leur forêt d'Abbaret. Ces deux frères furent témoins du don qu'Yvon de la Jaille fit à la même abbaye d'une vigne située à Angers, par acte de l'an 1196, passé au Chalonge (paroisse de la Cornouaille, en Anjou). Olivier avait épousé, avant l'année 1180, Agnès, dame de Jacson, nommée avec lui dans des lettres données en 1203, sous le sceau de Geoffroi, évêque de Nantes, par lesquelles il appert que tous deux avaient fait don à l'abbaye de Buzey de ce qu'ils possédaient dans le Bois-Benoist, avec promesse de faire ratifier ce don par Olivier, Egaré et Béatrix, leurs enfants mineurs. En 1208, Olivier de Rougé fut convoqué nominativement aux états de Bretagne, avec les autres barons et principaux seigneurs, par Aliénor de Bretagne, comtesse de Richemont, et vivait encore en 1210. Ses enfants furent :

 

1°.Bonabes, IIe du nom, dont l'article suit ;

 

 

2°. Olivier de Rougé, qui donna en mourant ses dîmes de Rofiné et de Rougé à l'abbaye de Meilleray, du consentement de Geoffroi du Teil, son oncle.

 

 

3°. Egaré de Rougé & 4° Beatrix de Rougé, dont on ignore la destinée ultérieurement à l'année 1203, qu'ils étaient mineurs.

 

VIII. Bonabes, IIe du nom, sire de Rougé, chevalier, seigneur des Gastines en Anjou, du Teil, de la Chapelle-Glain, etc., assista en 1203, (et non en 1202, comme le dit par erreur du Paz) à l'assemblée des états de Vannes, convoquée pour venger l'assassinat du jeune duc Artur et fournir des troupes au roi Philippe Auguste, contre Jean Sans Terre, roi d'Angleterre, qui avait égorgé ce prince de sa propre main. Tout porte à croire qu'il comparut à cette assemblée pour son père, car il ne succéda à la seigneurie de Rougé qu'après la mort de celui-ci décédé vers 1219, comme on en juge par des lettres données en 1225, sous le sceau de l'archidiacre de Nantes, portant qu'Agnès, dame de Jacson, et Bonabes de Rougé, son fils, reconnaissent que depuis plus de 6 ans ils avaient donne à l'abbaye de Villeneuve toutes les dîmes qu'ils avaient en la paroisse de Fercé. (D. Villevieille ; cartulaire de l'abbaye de Villeneuve). En la même année 1219, et la veille de la Pentecôte, il souscrivit la charte donnée par le duc Pierre Mauclerc pour la fondation de la ville de Saint-Aubin du Cormier, ( D. Morice , t. 1, col. 854). En 1226, Bonabes de Rougé écrivit une missive à l'abbé de Toussaint d'Angers, pour l'autoriser à envoyer un chanoine dans sa chapelle de la paroisse de la Chapelle de Glaen, et fit, sous la qualité de seigneur des Gastines un don à l'abbaye de la Roe, par lettres de l'an 1229. Fromond, son sénéchal, rendit un jugement, en 1235, au profit de l'abbaye de Meilleray, à laquelle Bonabes de Rougé avait donné les dîmes du Teil et de Dissé. (D. Villevieille). Il mourut en 1252, et fut inhumé le 1er mai dans le cloître de celte abbaye, devant la porte du chapitre. Dans un tableau généalogique de la maison de Chateaubriand, dressé par M. d'Hozier en 1778, sa femme est nommée par erreur Alienor, au lieu d'Alix de Chateaubriand (voir La forteresse de Châteaubriant & ses possesseurs). Il en eut

 

1°. Olivier, IIe du nom, qui suit ;

 

2°. Marguerite de Rougé, femme du seigneur de Pouancé, en Anjou, des barons de Chateaubriand, suivant un acle de Briand le Boeuf, seigneur de Dissé et de Nozay, de l'an 1233. (Cartul. de l'abbaye de la Prirnaudière.)

 

 

IX. Olivier, IIe du nom, sire de Rougé, chevalier banneret, épousa Agnès de Derval, fille unique et seule héritière présomptive de Guillaume, sire de Derval, qui survécut à sa fille, décédée, laissant plusieurs enfants en bas âge, avant le mois de mai 1275. Ce fut par suite de ce mariage que cette branche aînée de la maison de Rougé ajouta à son nom celui de Derval, et que cette châtellenie devint sa résidence habituelle. Au mois de janvier de la même année 1275 (v. st.), Olivier de Rougé et son beau père, Guillaume de Derval, assistèrent à l'assemblée des seigneurs qui apposèrent leurs sceaux aux lettres de Jean, duc de Bretagne, touchant la garde noble ou bail des mineurs, droit onéreux que ce prince changea en rachat. (D. Morice, t. I, col. 1037). Olivier de Rougé fut l'un des 12 chevaliers bretons qui suivirent en Aragon, en 1285, le roi Philippe III, pour venger le massacre des Français aux vêpres Siciliennes, et il vivait encore en 1289, date à laquelle Geoffroi, baron de Châteaubriand, régla avec l'abbaye de Meilleray, par acte scellé des armes d'Olivier de Rougé et de celles de Briand le Boeuf, seigneur de Dissé et de Nozay, les limites et juridictions de leurs domaines et seigneuries de Maidon, Joue et Auverné. (Hist. de Bretagne, t. IV, p 20g : D. Villevieille ; cartulaire de Melleray.) L'acte du mois de mai 1275 énonce qu'Olivier II de Rougé avait alors plusieurs enfants en bas âge, mais ils n'y sont pas nommés. Il est certain qu'il fut père de Guillaume, Ier du nom, qui lui succéda dans les terres de Derval et de Rougé, et il parait avoir eu deux autres fils, Jean de Rougé, dont descendait la branche des seigneurs de la Chapelle-Glain ; et Egaré de Rougé, chevalier, seigneur des Gastines, en 1324, qu'on croit avoir été l'auteur de la branche des seigneurs du Bouays.

 

 

Du premier lit :

 

 

1°. Bonabes, IIIe du nom, qui suit ;

 

2° Jean de Rougé, tué au combat de la Roche-Derrien (voir La châtellenie de la Roche-Derrien) .

 

 

Du second lit :

 

 

3°. Marguerite de Rougé mariée par sa mère, le lundi avant les cendres 1338 avec Olivier Tournemine, chevalier, seigneur de la Hunaudave (voir Le château de la Hunaudaye à Plédéliac et ses possesseurs, page n° 1 - Le château de la Hunaudaye à Plédéliac et ses possesseurs, page n° 2 ), veuf d'Isabeau de Machecoul. Il fit son testament en 1341, et Marguerite de Rougé lui survécut.

 

XI. Bonabes, IIIe du nom, sire de Rougé et de Derval, chevalier banneret, l'un des personnages les plus considérables de son temps, fut seigneur de Neuville, de la Cornouaille et de la Roche-Diré (fief dominant de la seigneurie des Rues) châtelain de Pontcallec, par don de Charles de Blois, duc de Bretagne, puis vicomte de la Guerche, en Tourraine, terre qu'il obtint de la libéralité du roi Charles V, dont il était conseiller et chambellan. Il épousa, 1° par contrat passé sous le sceau de la cour d'Angers le dimanche après la Saint-Nicolas d'hiver le 10 décembre) 1329, Jeanne de Maillé, dame des Touches, fille de Jean de Maillé, chevalier, seigneur de Clairvaux, et de Jeanne de Parthenay ; 2° Jeanne de l'Isle, dame de Cinqmars-la-Pille, en Touraine. La comtesse de Penthièvre, femme de Charles de Blois , et qui s'était mise à la tête de son parti après le funeste combat de la Roche-Derrien, chargea, en 1348 , Bouabes de Rougé, d'aller en ambassade avec les sires de Rieux, de Rochefort et de Châteaugiron, pour traiter de la délivrance du duc de Bretagne, son mari ; mais Edouard III refusa alors de l'admettre à rançon. De retour en Bretagne, le sire de Rougé reprit les armes et passa avec sa bannière au service de France. Le Roi, par lettres clauses de l'année 1350, le convoqua au ban et arrière-ban. Il existe plusieurs montres de sa compagnie des 3 juillet et 10 octobre 1351. On voit par la dernière, conservée en original à la Bibliothèque du Roi, que cette compagnie était de 60 hommes, au nombre desquels étaient 5 chevaliers, 24 écuyers et 3o archers, son fils et 5 autres seigneurs de Rougé en faisaient partie. Elle est scellée de son sceau, écartelé, aux 1 et 4 de Rougé, et aux 2 et 3 de Derval. Gui de Nesle, maréchal de France, et lieutenant de Charles de Blois, institua en 1352, Bonabes de Rougé, gouverneur des parties de la Mée et de Redon. Celui-ci se trouva bientôt après, avec Véron de Rougé, à l'attaque du château de Mauron, où ce maréchal fut tué. Le 27 novembre de la même année, il apposa son sceau au traité que fit Jeanne de Penthièvre pour obtenir l'élargissement de Charles de Blois. Chargé de nouveau de suivre cette importante et délicate négociation, Bonabes de Rougé s'en occupait à Londres, avec les sires de Rochefort, de Beaumanoir, de Dinan, d'Avaugour, etc., lorsque Bertrand du Guesclin arriva pour voir le prince captif.

 

 

Château de Deval

 

Tous leurs efforts réunis ne purent cependant obtenir à Charles de Blois qu'un élargissement provisoire, et ce ne fut qu'en 1356, qu'Edouard consentit à rendre définitivement la liberté à son prisonnier. C'est à cette occasion que Charles de Blois, pour témoigner au sire de Rougé, sa reconnaissance des services qu'il avait reçus de lui et de son père, lui fit présent, en 1361,de la châtellenie de Pontcallec. (Rég. du parlement de Paris, cot. gi). Cependant Bonabes qui, dans celte guerre, avait presque constamment combattu dans l'armée française, s'attacha exclusivement au roi Jean. Il se trouva à la bataille de Poitiers, y fut fait prisonnier avec ce prince et conduit avec lui en Angleterre. (Hist. de Bretagne, par D. Morice, t. I., pp. 286, 287). Pendant celte captivité, le roi Jean choisit le sire de Rougé pour aller en France aplanir quelques-unes des difficultés qui s'opposaient à la conclusion de la paix. Mais Edouard mit un prix insigne à sa liberté momentanée : il exigea pour garantie de son retour que Philippe de France, fils du Roi, le comte de Longueville, premier prince du sang et 48 autres des premiers seigneurs du royaume, s'en rendissent caution par corps, et s'engageassent en outre à perdre honneur, biens, villes, châteaux et forteresses, et à lui payer 12,000 écus vieux, dans le cas où Bonabes de Rougé ne reviendrait pas au temps fixé se reconstituer prisonnier. Cet acte , que scellèrent les 48 pleiges en présence du roi de France et de l'archevêque de Sens, est rapporté en entier dans les Mémoires pour servir de preuves à l'histoire de Bretagne, par D. Morice, (t. I , col. 1 523). Le roi Jean fut enfin rendu à la France par le traité de Bretigny en 1360. Au nombre des seigneurs qu'Edouard demanda comme otages pour sûreté de sa rançon, il désigna Bonabes de Rougé (cité par Vély sous le seul nom de Derval) qui eut ainsi l'honneur peut-étre sans exemple d'avoir eu dans l'espace de deux ans un fils de France et un prince du sang engagés pour sa personne, et de devenir lui-même otage pour son roi .Après la mort de Charles de Blois, tué à la bataille d'Auray en 1364, Jean de Montfort, resté maître de la Bretagne, pour se venger du dévouement que le sire de Rougé avait constamment montré à son rival, excepta expressément, par l'article 16 du premier traité de Guérande (1365), les terres de ce seigneur de celles qui devaient être restituées à leurs anciens propriétaires, il les confisqua à son profit, et plus tard donna le château et la seigneurie de Derval à Robert Knolle, célèbre chevalier anglais. (Le Baud, Hist. De Bretagne, p. 340). Mais le roi Charles V dédommagea son nouveau sujet des pertes que lui faisait éprouver sa fidélité par le don de la vicomté de la Guerche, ainsi que plusieurs autres grands héritages, tant en Touraine qu'en Anjou. Bonabes de Piougé était alors conseiller et chambellan de ce monarque. (Hist. de la noblesse, de Touraine, par l'Hermite-Soulier) En 1373, la guerre ayant e'té déclarée à Jean de Montfort, à raison de l'alliance qu'il avait contractée avec l'Angleterre, le sire de Rongé vint avec le connétable du Guesclin rejoindre le duc d'Anjou, occupé, ainsi que le dauphin d'Auvergne et Olivier de Clisson, à assiéger ce même château de Derval, son patrimoine, et qui dans ce temps était une des plus fortes places de la Bretagne. Cette entreprise ne fut point heureuse. Tous les efforts réunis échouèrent contre les murs de la forteresse, et des ordres réitérés du Roi firent enfin lever un siège qui avait été" surtout remarquable par l'acharnement des deux partis et par la cruauté qu'y exercèrent Clisson d'un côté, et Knolle de l'autre (voir L'immense fortune d'Olivier V, sire de Clisson.). ( Hist. de Bretagne, par D. Morice, t. I, pp. 345 à 348.) Bonabes de Rougé mourut, suivant du Paz, en l'année 1377, sans avoir encore recouvré l'héritage de ses pères, et fut inhumé dans l'abbaye de Meilleray, sépulture ordinaire de sa famille (voir Divisions ecclésiastiques. -Origines du diocèse de Nantes.) . Ses enfants furent ;

 

 

Du premier lit :

 

 

1°. Mahaut de Rouge, mariée avec Briand de la Haye ;

 

 

2°. Marguerite de Rougé, femme de Foulques de Chazé, chevalier, seigneur de Chazé-Henry, de Chazé-sur-Argos, de Vergonnes et autres lieux ;

 

 

 

Du second lit :

 

 

3°. Jean, sire de Rougé et de Derval, qui fit partie avec son père, en 1354 de l'ambassade en Angleterre, relative à la rançon de Charles de Blois, et s'attacha ensuite au duc de Bourbon. C'est à lui que furent rendus tous les biens que les Montfort avaient confisqués sur sa famille. Le duc Jean IV, forcé de demander la paix au roi Charles VI, subit, en 1381, les conditions du second traité de Guérande, où le Roi fit insérer un article spécial portant que Derval et la Roche-Diré seraient rendus à Jean de Rougé, ainsi que toutes les terres qui avaient appartenu à ses prédécesseurs ou lui étaient advenues depuis. Le duc Jean IV donna à Robert Knolle, comme dédommagement, 2000 livres de rente assignées sur d'autres domaines ;

 

 

4°. Galhaut, alias Guillaume, IIe du nom, qui suit ;

 

 

5°. Jeanne de Rougé, dame delà Cornouaille en Anjou, mariée avec messire Geoffroi de la Tour-Landry. Elle fit, le 20 octobre un testament dont elle confia l'exécution à Jeanne de l'Isle, sa mère. Elle ne vivait plus lorsque Geoffroi de la Tour-Landry fonda en la paroisse de la Cornouaille, en 1390 l'abbaye de N. D. de St-Sauveur, de l'ordre de Saint-Augustin de Condé ;

 

 

6°. Huette de Rougé, dame de Rouaibile, mariée avec Brisegaut d'Usaiges, seigneur de Nouans, vidame du Mans.

 

 

XII. Galhaut ou Guillaume, IIe du nom, sire de Rougé et de Derval, en 1383, chevalier banneret, vicomte de la Guerche,vseigneur de Cinqmars-la-Pile, en Touraine, de Neuville et de la Roche-Dire en Anjou, portait les armes sous son père en 1351, puis sous Pierre Tournemine, sire de la Hunaudaye, son parent, en 1370 et 1371. Il commandait une bannière, en 1377, à l'armée du duc de Bourgogne, puis en 1386, à l'armée que le roi rassemblait en Flandre pour l'expédition en Angleterre. Sa compagnie se composait alors de 3 chevaliers et 72 écuyers. Il assista aux états de Bretagne en 1408, et vivait encore en 1409. Il avait épousé Marguerite de Beaumanoir, fille de Jean de Beaumanoir, seigneur de Merdrignac, maréchal de Bretagne, pour Charles de Blois, et chef des Bretons au combat des Trente, et de Marguerite de Rohan, sa seconde femme (voir Les possesseurs de la seigneurie de Merdrignac) . Ses enfants furent :

 

 

1°. Jean, sire de Rougé et de Derval, vicomte de la Guerche, seigneur de Neuville et de la Roche-Diré, qui comparut, en 1385, au procès ou duel judiciaire de Robert de Beaumanoir, son oncle, contre Pierre Tournemine, son cousin (voir Le combat entre Pierre de Tournemine, seigneur de la Hunaudaye contre Robert de Beaumanoir) . Il épousa Béatrix de Rieux fille de Jean, sire de Rieux et de Rochefort, maréchal de France, et de Jeanne de Rochefort, dame d'Acérac. Il mourut sans postérité le 8 février 1415, et fut le dernier sire de Derval de la maison de Rougé ; sa sépulture et son épitaphe se voyaient dans l'église paroissiale de ce lieu ;

 

 

. Henri de Rougé, qui par acte du 19 juin 1406, vendit à Tristan de la Lande, grand-maitre de Bretagne, 3000 écus d'or à la couronne de France. Il mourut célibataire ;

 

 

3°. Jeanne de Rougé, mariée, le 30 janvier 1408, avec Armel de Châteaugiron, IIe du nom, chevalier, fils de Patri, IIe du nom, sire de Châteaugiron, et de Valence de Baing, dame de Poligné. Elle mourut en 1413, un an avant son mari. Comme elle était l'ainée de ses frères, tous les biens de sa branche , à l'exception de la Roche-Diré, passèrent à ses enfants. Patri III de Châteaugiron son fils aîné, se trouva ainsi possesseur de Rougé et de Derval, de Cinqmars-la-Pile et de la Guerche ;

 

 

4°. Olive de Rougé, dame de la Roche-Diré, mariée avec Jean dit Perrier, chevalier, comte de Quintin, seigneur du Plessis Balisson (voir La châtellenie du Plessix-Balisson par l'abbé Auguste Lemasson, page n° 6). Elle mourut au mois de septembre 1418. Son petit-fils, Tristan du Perrier, seigneur de la Roche-Diré, reçut, en 1457 et 1481, les aveux et dénombrements qu'Etienne de Rougé, dit des Rues, lui fit à raison de sa terre des Rues, mouvante de la châtellenie de la Roche-Diré.

 

Extrait de histoire généalogique et héraldique….par M de Courcelles

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 08:59

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 08:13

 

 

Le manoir des Fossés avec armoiries des familles qui ont possédé l'endroit, de gauche à droite : Le Borgne, de la Bouexière, des Nos, Le Doyen et de Kergolay 

 

C'est le plus ancien édifice de Plélan-le-Petit. Il date du milieu du 14ème siècle et le bâtiment encore visible n'est qu'une composante du manoir d'origine. Sur la façade Est, on peut apercevoir 5 meurtrières cruciformes (arbalétrières), deux fenêtres ogivales (avec volets), une porte cochère et une porte piétonne. A l'opposé, la façade Ouest donne sur cour fermée et dispose d'une grande porte cochère ainsi que d'une porte à 5m de hauteur qui était l'unique accès à l'étage.La charpente gothique est une rareté en Bretagne. Certains éléments ont été découverts lors de dégagements effectués par René Jouffe : Fossé en eau, moulin ….Situé aux environs de Dinan, le manoir-porche des Fossés (fief relevant de Montafilant) remonte à la fin du 16e siècle. De plan rectangulaire, il est percé d'une porte cochère et d'une porte piétonne. Ses façades percées de baies géminées trilobées et d'archères cruciformes lui confèrent beaucoup de caractère, de même que la charpente de la grande salle qui occupe tout l'étage. Le manoir a appartenu aux famille Le Borgne (14e siècle), de la Bouexière (15e-16e siècles), des Nos (17e siècle), Le Doyen, des Nos (17e-18e siècles) et de Kergorlay. 


 

Les commissaires qui menèrent enquête cette année 1440 pour la paroisse de Plélan furent Bertrand Sevestre. G. Dupré. Au sein de la noblesse de cette paroisse figure Olivier de la Bouexière, « en son hostel des Fossés. ». Acte ci-dessous.

 

 

 

Titres généraux : contrat de vente par Jehan Durant et Amice, sa femme, à Raoul Le Borgne de tous les biens qui leur appartiennent dans la paroisse de Plélan « souz la seignorie monsour Rolant de Dynam, tant en fez que en rierefez, et souz la seignorie Johan Le Borgne » (cette pièce porte la cote de la seigneurie des Fossés, mais elle ne prouve pas que Jean Le Borgne ait été, en 1339, seigneur des Fossés) ; - ventes à Jehan de La Bouexière, seigneur des Fossés, de diverses rentes et pièces de terre dans la paroisse de Plélan : -copie de lettres de Jeanne, duchesse de Bretagne et comtesse de Penthièvre, confirmant d'autres lettres par lesquelles Jean IV, duc de Bretagne et comte de Montfort, avait accordé à Charles de Dinan, sire de Monfafilant, le droit d'afféager son domaine, en étendant cette faveur aux vassaux nobles de ce seigneur ; -induction d'actes présentés à la Chambre du Domaine, à Rennes, par Julien Le Doyen, pour être maintenu dans le droit de haute justice à cause, de la seigneurie des Fossés ;-fermes de la terre, avec toutes ses dépendances, pour 2,400 et 2,200 livres tournois, au XVIIr siècle, et pour 1,390 livres, en 1772 ; -rôles des rentes payées à la seigneurie dans les bailliages du Grand et du Petit-Breil, de La Cadiais, de La Guerais, de Guérin, de La Mariais et de Sainl-Méloir ; -audiences de la Cour des Fossés tenues au bourg de Plélan ; moyens de blâme et de réformation présentés à ladite Cour par le procureur-fiscal contre les sergents chargés des rôles des bailliages et contre plusieurs vassaux ; -vente d'une coupe de bois ; -quittances de la rente de 4 livres due à la seigneurie de Lamballe, et de celle de 5 boisseaux due à l'abbaye de Beaulieu ; -correspondance relative aux landes du Breil, de Couarra et de La Touche. (La seigneurie des Fossés s'étendait dans les paroisses de Plélan (chef-lieu) et Saint-Michel, sa trêve, de Bourseul, de Corseul et de Saint-Méloir; elle relevait en partie de Dinan, et en partie de Montafilant. -Seigneurs des Fossés : au XVe siècle, Olivier et Jean de La Bouexière ; au XVIe, Pierre et Françoise de La Bouexière; Charles et François Desnos ; au XVIIe, René, Mathurin Desnos, Louis Desnos et Renée Le Doyen, sa femme; Julien Le Doyen ; Catherine Desnos, petite-fille du précédent et femme de François de Thiery; Louis-Florian Desnos, fils de Louis Desnos et de Renée Le Doyen ; au XVIIIe, le précédent et Louis-Florian Desnos, son fils ; Alain-Marie de Guergorlay el ses deux fils, Gabriel-Louis-Marie et Louis-Florian-Paul.


 

1581-1789 Domaine des Fossés. -Paroisse de Plélan : baux à ferme, (à moitié ou à prix fixe), des métairies des Fossés, de La Porte et de La Cour des Fossés, de Belestre, du Bois-Motlay, du Bourg de Plélan, de Trougat, de La Ville-Delor, du pré de La Borgnerie, des moulins à eau et à vent de la seigneurie ; quittance de 8 livres pour droit de visite, délivrée au fermier du Moulin Neuf par le contrôleur-général des poids et mesures au déparlement de Dinan. -Paroisse de Saint-Méloir : baux à ferme de la métairie de Couarra ou de Coasura; copie d'un procès verbal de descente au sujet d'un abattis de bois, fait sur des pièces de terre dépendantes de ladite métairie.

E. 1704. (Liasse.) -9 pièces, parchemin; 14 pièces, papier ; 1 sceau.

 

 

1405-1729. - Fief des Fossés. -Aveux rendus : à Louis Desnos, à Julien Le Doyen et à Louis-Florian Desnos, pour des héritages situés dans les paroisses de Plélan et Saint-Michel, sa trêve, de Saint-Méloir et de Corseul; -à Olivier et à Jean de La Bouexière, pour des tenues citées sans indication de paroisse. -Paroisse de Bourseul : aveux rendus à Jean de La Bouexière pour 4 pièces de terre, dont l'une, contenant un journal et demi, devait à la seigneurie une rente de 17 deniers, au terme de Saiiil-Gilles. - Paroisse de Corseul : aveux fournis pour des pièces de terre situées au village de Paignehel.

E. 1765. (Liasse.) -52 pièces, parchemin ; 72 pièces, papier.

 

 

1509-1733. -Fief des Fossés. -Paroisse de Plélan : aveux et partages fournis pour des tenues et des pièces de terre faisant partie de plusieurs bailliages, savoir : Le Grand et Le Petit-Breil, Guérin, La Hoguelaye, La Robelinaye, Taillefer et La Ville-ès-Souèdre.

E. 1766. (Liasse.) -34 pièces, parchemin ; 93 pièces, papier ; 1 sceau.

 

 

1500-1765. -Fief des Fossés. -Paroisse de Plélan : aveux, partages, contrats d'acquêt et d'échange fournis pour des tenues et des pièces de terre faisant partie du grand bailliage du Breil, situées aux villages de La Boullaye, du Breil, de La Fontenelle, de Paymehel, de Saint-Michel de La Trinité et du Vaufeillet.

E. 1767. (Liasse.) -25 pièces, parchemin ; 48 pièces, papier.


 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 15:19

 

 

 

Marie de Limoges n’avait que trois ans à la mort de son père. Marguerite, sa mère, femme hautaine et ambitieuse, aussi implacable dans ses ressentiments que hardie dans l’exécution de ses desseins, fut chargée d’administrer la vicomté. Dans les grandes familles qui ont les privilèges de la naissance, du pouvoir souverain, il est rare que des tuteurs ambitieux ne profitent pas du titre que leur contère la loi, ou la volonté des mourants, pour s’approprier les droits dont ils ne devraient être que les défenseurs, ou que des passions ennemies ne viennent pas apporter le trouble dans l’État ou dans la famille. La veuve de Gui le Preux, impatiente d’imposer à tous l’autorité de sa fille, ne tarda pas à soulever contre ses prétentions la noblesse du Limousin, le clergé et le peuple et des droits politiques que la royauté lui avait reconnus. Cependant, pressée par les circonstances de remettre cette autorité à la jeune vicomtesse Marie de Limoges, dont la main avait été plusieurs fois sollicitée par les fils des plus grandes familles de France, elle la maria à Artur, comte de Richemont, fils Jean II, petit-fils de Jean 1er, duc de Bretagne. Ce mariage fut célébré en grande pompe dans la basilique de Saint Martin de Tours (ci-dessous).

 

 

Artur de Bretagne n’avait alors que treize ans; Marie, sa belle épouse, à la blonde chevelure, comme ses ancêtres de race germanique, en avait quinze. La vicomtesse mère vint les montrer avec orgueil au peuple limousin, heureuse des beaux jours qu’ils se promettaient, et des brillantes destinées que rêvait pour eux sa tendresse maternelle. Cependant, habituée à commander, cette femme altière ne leur remit pas immédiatement les rênes du pouvoir; c’est qu’elle avait encore à. combattre pour eux. La mort ne tarda pas à clore la carrière politique de cette femme toujours prête à combattre, toujours escortée d’une soldatesque docile à ses ordres, toujours inquiète du maintien des privilèges de sa race. La nouvelle de sa mort fut reçue avec joie par le peuple, par les vassaux de la vicomté, si longtemps humiliés par celle que ses contemporains appelaient la vicomtesse-reine, et que le peuple, qui conserve encore quelques souvenirs de ces temps, appelle encore Marguerite l'enragée. Elle avait administré la vicomté durant quatorze ans (1277). Avec des passions moins vives, une ambition plus juste, si elle avait eu à défendre un trône contre de grands dangers politiques, elle aurait pu être comparée à Blanche de Castille et à Marie Thérèse. Marie de Limoges et Artur de Bretagne prirent alors les rênes de l’administration; mais ils n’avaient ni l’un ni l’autre ce qu‘il fallait, dans cette époque troublée, pour maintenir leur fortune. Ils ne firent que l’amoindrir, pour payer le dévouement de ceux qui s’étaient faits si long temps les complices de l’ambition de leur mère. Ils donnèrent le château de Châlus, ce fleuron de la vicomté, où était tombé avant l’âge le plus grand ennemi de leurs ancêtres, à Gérard de Maumont, qui en prit possession à la tête de bandes armées, et qui en sortit ensuite pour étendre encore son autorité aux dépens de ses voisins. Artur de Bretagne, en attendant une meilleure occasion, s’était mis en possession de sa haute juridiction de justice, sans en faire préalablement hommage à l’abbé de Saint-Martial.

 

 

Château de Châlus

(document Wikipédia)

 

 

Le prélat, dès le début de cette usurpation, interdit le juge et le prévôt, ainsi que les sergents, confia la justice par commission à Guillaume, son neveu, qui à son tour investit des fonctions de juge le bourgeois Jean Glary. La vicomtesse et son mari parurent durant quelque temps se soumettre à cette humiliation, craignant cette fois l’intervention du roi de France qui, à son retour de Bordeaux, s’arrêta encore à Limoges. Les religieux de Saint-Martial allèrent à sa rencontre, le conduisirent processionnellement dans leur abbaye. Il paya cette hospitalité en adjugeant la justice à l’abbé par des lettres patentes que ses agents publièrent aussitôt dans toutes les rues de la ville. Artur et sa femme, loin de chercher à s’attirer les bonnes grâces du prince, n’étaient alors occupés qu’à refaire leur fortune aux dépens de quelques-uns des feudataires de la vicomté, en usurpant les privilèges jus qu’alors reconnus à ceux-ci sur leurs fiefs nobles. Tous ses efforts tendirent aussi à régler les différends qui divisaient souvent le clergé au sujet des Privilèges que se disputaient les églises. La vicomtesse de Limoges mourut sur ces entrefaites, onze ans après sa mère (1291), sans avoir pu imposer son autorité aux bourgeois, au clergé et aux barons du Limousin. Femme du monde, éloignée durant sa jeunesse, et même depuis son mariage, de toute participation aux affaires publiques, dominée par des goûts luxueux, qui énervaient les races féodales en les ruinent, elle passa ses dernières années tantôt à Limoges, ou dans les châteaux du Limousin, tantôt à la cour de Bretagne, dont le riche héritage était promis à son mari et à ses enfants, Jean, Gui et Pierre. Ses officiers, pour faciliter la perception des droits levés sur les marchands, avaient transporté sur la place de Saint Michel-des-Lions le marché aux fruits, du blé et des autres denrées qui, de tous temps, avait lieu dans un cloître près de Saint-Martial. Gérard Faydit, d’Uzerche, abbé de Saint Martial, ne fit aucune opposition à ce changement; par sa faiblesse et sa mauvaise gestion, il appauvrit beaucoup cette abbaye, dissipe ses biens, et laissa même les religieux man quer de vin depuis le jour de saint Lue jusqu’à Pâques, et ne leur fournit le bois, nécessaire au chauffage, que la veille de l’Annonciation de la Vierge‘. Artur de Bretagne, après la mort de sa femme, demeura dans la vicomté, jusqu’à ce qu’il fût appelé à régner en Bretagne par la mort de Jean Il, son père. Jusqu’à cette , époque (1305), il sut vivre en paix, n’ose rien entreprendre contre les barons du Limousin, ni contre l’évêque; il eut seulement quelques démêlés avec Gui de La Porte, abbé de Saint-Martial, qui, mécontent de ce qu’il n’était pas venu lui faire hommage après la mort de sa femme, fit saisir le Château de Limoges et la justice qui en dépendait (1300). Le Château de Limoges était groupé autour de l'antique abbaye de St-Martial. Déjà considérable au ixe siècle, il fut au commencement du siècle suivant ceint de murs et de fossés. Ces fortifications ayant été ruinées durant la guerre des Anglais, elles furent relevées à la fin du XIIe siècle sur un périmètre plus étendu. La première enceinte, d'après un manuscrit cité par Allou, comprenait l'abbaye de Saint-Martial et son cimetière jusqu'au pont Hérisson, joignant l'hôpital Saint-Martial (aujourd'hui l'hôtel des Monnaies), de là au portail Imbert où étaient les prisons ; puis allant à la porte Fustinie, près de Saint-Michel, derrière la maison du Breuil (aujourd'hui la Préfecture), à la place de la Motte, aux portes Poissonnière et Poulaillère et revenant à l'abbaye Saint-Martial. Dans la seconde enceinte, d'après un autre manuscrit, furent enfermés le quartier des Combes et les rues adjacentes, la place des Bancs, les rues Torte, Banléger, les Pousses, Manigne, Cruche d'or, Rafilhon, Boucherie et le quartier de Saint-Pierre du Queyroix. C'est à peu près l'enceinte de la ville actuelle. Il n'est pas douteux qu'il n'y eut eu jadis dans l'enceinte de ce castrum ou ville un château-fort, un édifice d'archi tecture militaire pour la protection des habitants. Allou conteste ce fait et le déclare d'autant moins admissible qu'il ne reste, dit-il, dans la ville actuelle, aucune trace de ce prétendu château, ni aucune tradition qui s'y rapporte. Cette opinion va à rencontre de toutes les données historiques. On ne trouverait pas d'exemple d'un castrum qui n'ait renfermé un château, un donjon, une forteresse quelconque. Il est possible que les ruines du château de Limoges aient disparu et que la tradition, au XIXe siècle, en ait entièrement perdu le souvenir, mais cette tradition était vivante au XVe siècle, elle résulte de documents écrits, et, comme nous le verrons tout à l'heure, elle servait de base à certaines prétentions du vicomte.

 

 

Sceau de Marguerite de Bourgogne, mère de Marie de Limoges ;

 monnaie en alliance Bretagne-Limousin

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 14:03

 

 

 

 

Monnaies de François II (1 -2 , et Anne de Bretagne (3)

 

Bretons.

Sous François II, des ateliers fonctionnaient à Morlaix, Nantes, Vannes et Rennes. On forgea sous ce règne des écus d'or, des gros et des demi-gros d'argent, des blancs, des deniers et des doubles. A dater du règne d'Anne de Bretagne, on ne remarque plus que deux ateliers, Nantes et Rennes. Avant son premier mariage, cette princesse continua les gros, les blancs à la targe ou douzains et les doubles de son père ; elle ne frappa les pièces d'or appelées « cadières » que pendant son veuvage. On peut considérer que, à dater du mariage de Louis XII avec l'héritière du duché, le monnayage breton suivit les mêmes phases et fut soumis aux mêmes règlements que celui du reste du royaume. Pendant les guerres, le duc de Mercoeur frappa des monnaies royales à Dinan, avec l'assentiment des Etats de la Ligue réunis à Nantes. Plusieurs chefs de partisans firent de même, mais sans autorisation quelconque : dans les ruines du château de St-Quihouët, on a trouvé, en 1828, un moule de fer qui avait servi à couler des écus de Henri III à la date de 1581. A la faveur des troubles, la fausse monnaie fut fabriquée dans notre province sur une assez grande échelle : la tradition place des ateliers de faux-monnayeurs dans un certain nombre de nos anciens châteaux : l'absence de toute répression dut, en effet, favoriser cette déloyale industrie. Dans les nombreux actes que nous publions, on remarquera la mention de redevances faites « en monnaie ayant cours dans le pays, monela cursilis » : cette formule se rapporte au temps où la monnaie ducale, la monnaie tournois et celle des provinces voisines avaient un cours reconnu dans la province. Plus tard il n'en fut plus ainsi, et les actes stipulaient que les paiements devaient être faits en « bonne et forte monnaie », en « bons et forts deniers ». Alors la monnaie subissait des variations si multipliées et si considérables que, payées avec les espèces nouvelles, les redevances anciennes étaient singulièrement diminuées. Nous terminerons par quelques mots sur les différentes espèces dont il est fait mention dans nos chartes

 

Esterlins. Nous ne voyons ces monnaies paraître qu'accidentellement : l'esterling était le denier anglais, et les abbayes bretonnes qui possédaient des bénéfices en Angleterre recevaient nécessairement des redevances en esterlins. Les premiers, frappés par les Plantagenets, représentent une tête couronnée de face ; au revers, une croix cantonnée de douze besants, avec le nom de l'atelier monétaire. Le seigneur du Goëllo, en 1202, donnait à Beauport une rente de 10 livres d'esterlins sur son manoir de Ravendal, au diocèse de Durham. Une charte du prieuré de Dinan établit qu'en 1268, en Bretagne, 230 livres d'esterlins étaient reçus pour la même valeur que 1,000 livres de tournois.

 

 

Monnaie de Nantes. C'était celle qui fut frappée dans cette ville à dater de la fin du XIIe siècle : il en est peu question dans la partie de la province dont nous nous occupons, puisque jusqu'ici nous ne connaissons qu'un texte de 1224, de l'abbaye de Beauport, qui en fasse mention. Cette monnaie de Nantes, alors anonyme, portait les mots DUX BRITANE autour d'une croix ancrée ; au revers, NANTIS CIVI autour d'une croix ordinaire. D'après une ordonnance de saint Louis, le nantois à Vécu était évalué à raison de 15 nantois pour 12 tournois.


 


 

Monnaie d'Anjou. Nous la voyons employée dans des chartes de Beauport et de St-Aubin. De 1094 jusqu'aux premières années du XIIIe siècle, les deniers angevins eurent un cours général en Bretagne, principalement, comme nous l'avons déjà dit, depuis le mariage de la fille de Conan IV avec Geoffroi d'Angleterre. Il était naturel que les princes anglais, qui possédaient alors l'Anjou, fissent circuler leurs monnaies françaises dans le pays breton dont ils étaient maîtres.


 


 

Monnaie de Rennes. Les détails que nous avons donnés plus haut ont mis nos lecteurs au fait de ces espèces : un acte de St-Aubin mentionne, en 1232, quadraginta solidos Redonensis monete ; ce devait être des pièces anonymes, identiques, sauf les légendes, aux pièces de Nantes que nous venons de décrire. D'après les textes conservés par D. Morice, la monnaie de Rennes fut très-répandue de 1084 à 1150 environ : de cette date jusqu'au commence ment du XIIIe siècle, elle disparaît dans les actes pour être remplacée par celle d'Anjou. Elle reparaît vers 1219, sous Pierre Mauclerc ; mais les tournois et les parisis lui font une rude concurrence. A la domination anglaise avait succédé l'influence française, et les espèces monétaires s'en ressentaient nécessairement. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les titres de St-Aubin et de Jugon parlent de monnaie bretonne : cette désignation générale indique alors la monnaie ducale, fabriquée dans plusieurs ateliers.


 

Monnaies de Guingamp. -Nous n'avons trouvé que peu de mentions de la monnaie guingampoise, bien qu'elle fût, nous l'avons dit, fort répandue. A notre connaissance, elle est nommée, en 1158, dans un règlement du duc de Normandie donné à Caen, et, en 1215, dans un acte de l'abbaye de Bonrepos. D'après M. Lecointre-Dupont, le denier guingampois valait en Normandie 0,053 avant 1158, et 0,056 après cette date : à la première époque, la livre représentait 12 fr. 71, le sou, 64 centimes ; à la seconde époque, la livre valait 13 fr. 44, et le sou, 0,67. Parmi les monnaies de Guingamp, il en est une variété qui jusqu'ici n'a pas été expliquée , en voici la description :


 

+ QVEMPERLI. Croix pattée, cantonnée d'un ou deux astérisques.


 

R. + GUINGAMP. Profil droit barbare. Tous les numismatistes qui se sont occupés de ce denier y ont vu le nom de la ville de Quimperlé. Bigot pense qu'il est peut-être le produit du monnayage de Alain le Noir, gendre de Conan III , ou de Conan IV qui se retira à Guingamp après avoir été dépossédé par Geoffroi d'Angleterre : il fait remarquer, du reste, que l'histoire de Quimperlé ne révèle aucun fait qui puisse expliquer l'émission de cette monnaie. Ne serait-il pas plus simple de chercher dans le Goéllo même quelque localité où on aurait temporairement frappé une monnaie guingampoise, à Quimper-Guézennec, par exemple, antique seigneurie que son titre de vicomté signale comme ayant été détachée des domaines de Guingamp. Nous ne proposons toutefois cette conjecture qu'avec la plus grande réserve.

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 12:13

 

 

Saint-Cast le Guildo

 

 

Plouer sur Rance

 

 

Saint-Potan

 

 

Andel

 

 

Sévignac

 

 

Loscouët sur Meu

 

 

Collinée

 

 

Plémy

 

 

Pléboulle

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 09:28

 

 

 

 

Le monument ancien le plus remarquable aux environs de St Brieuc , est la tour de Cesson, bâtie sur le sommet d'un cap élevé qui forme la pointe orientale de l'embouchure de la petite rivière du Legué. Le Duc de Bretagne, Jean IV, fit construire ce fort en 1395, pour protéger la côte et s'opposer aux invasions des pirates dans la baie de St-Brieuc et le Legué même. Une moitié seule de cette tour que l'on a ruinée par la mine, reste encore debout, et j'ai vu peu de constructions plus fortes ni plus solides. Elle était de forme ronde à l'extérieur, hexagone en dedans. La maçonnerie en est en pierres , dis posées par assises régulières mais non taillées. Le ciment qui les unit a acquis une telle dureté, qu'il surpasse celle de la pierre même. Les murs de la tour ont au premier étage seize pieds d'épaisseur; ils sont un peu moins forts dans les parties supérieures de l'édifice. Il y avait quatre étages, et le sommet se terminait en plate-forme; son état de ruine ne laisse plus voir s'il était muni d'un parapet saillant et de machicoulis, mais il y a lieu de le croire, ces accessoires ne manquant jamais dans toutes les fortifications du quatorzième siècle. Un escalier en vis, pratiqué dans l'épaisseur même des murs de la tour, donnait accès à ses différents étages. On voit dans les parties supérieures des restes de cet escalier. Chaque étage était éclairé par des fenêtres en forme d'embrasures, les unes carrées, les autres cintrées. On y voit aussi quelques barbacanes et des meurtrières pour placer du canon. Dans l'intérieur de la tour on voit des portes en ogive qui communiquaient d'une salle dans l'autre. De même que dans presque toutes les tours isolées, la porte extérieure de celle-ci n'était point au rez-de-chaussée mais au premier étage, elle est tout simplement carrée et a l'apparence d'une grande fenêtre plutôt que celle d'une porte. On y parvenait par un pont-levis, et l'on voit encore la coulisse qui en recevait la flèche. Ce pont-levis s'abattait sur la crête de la contrescarpe du fossé circulaire qui environne ce fort. L'usage de construire de ces fortes tours isolées remonte à une très-haute ancienneté. Elles furent comme nous l'avons déjà dit les premières habitations , les premiers châteaux des seigneurs et des chefs de guerre ; elles furent les premières citadelles qui maîtrisèrent les villes lors de l'affranchissement des communes, et qui retinrent leurs habitants dans le devoir et l'obéissance envers le prince, lorsque Louis le Gros permit l'organisation municipale des cités. Plus tard, quand la poliorcétique eut pris un bien plus grand développement et que la France vil s'élever de toutes parts des châteaux et des forteresses considérables, on continua néanmoins à bâtir en certaines localités des tours isolées, parce que ce genre de fortification était fort utile pour défendre l'accès d'un passage, d'un défilé, l'entrée d'une rivière, d'un port, etc, et que pour peu qu'une tour de cette espèce fut solidement construite, il suffi sait d'une garnison très-peu nombreuse pour la mettre en état de résister à l'attaque d'un ennemi très-supérieur, surtout aux époques où l'usage de l'artillerie était encore peu répandu. Pendant la guerre de la succession de Bretagne, entre Blois et Montfort, c'est par là qu'arrivaient les Anglais, alliés de Montfort; Montfort avait-il le dessus, il tenait Cesson et y recevait ses renforts d'Angleterre; Blois était-il le plus fort, il s'emparait de Cesson, et empêchait les Anglais de débarquer. En trente ans de combats, Cesson passa ainsi, plusieurs fois, de l'un à l'autre. Au temps de la Ligue, il devint le repaire d'un capitaine ligueur qui pillait et rançonnait tout le pays; mais un jour vint où Henri IV, résolu à remettre toutes choses en ordre, obligea les gouverneurs de forteresses à se soumettre, ou, quand ils ne se soumettaient pas, les fit pendre. Le château de Cesson fut alors abattu et il ne resta debout que la tour du donjon ouverte à tous les vents. -Aujourd'hui elle appartient à un riche propriétaire, ancien représentant, esprit sagace et instruit, unissant, comme quelques hommes de notre époque, les idées d'égalité et un instinctif amour du luxe, à la fois démocrate et châtelain. De même que les seigneurs d'autrefois, il a voulu avoir son château, un château moderne et un jardin, un jardin malgré le sol de roc où ne s'enfoncent pas les racines, malgré les ouragans qui arrachent ses arbres, malgré l'air âcre et salin, qui, comme sur tous les bords de la mer, ronge les feuilles et penche les branches, du côté de la terre : cette inclinaison uniforme d'un seul côté donne aux rivages de la mer une solennelle tristesse ; l'homme sent que là sa force est impuissante ; c'est une autre main qui courbe ces arbres, et leur donne leur pli pour toujours. Mais, lui, dure tête bretonne, avec la ténacité de sa race, il a creusé ça et là de larges espaces où il a planté des arbres verts; ces pauvres petits arbres, du fond de ces trous, élèvent timidement la tête de quelques pouces, jusqu'à ce que l'âpre brise, passant par dessus, les arrête brusquement et leur dise aussi en son langage : Tu ne monteras pas plus haut! -Quant au château, il eut un instant la pensée de le bâtir dans les flancs de la vieille tour ; des divans de soie de son salon on eût aperçu la plaine de la mer par les fenêtres à ogives percées dans un mur épais de dix pieds; mais il fut intimidé par cette masse de pierres qui se tiennent à peine et surplombent au-dessus de sa tête ; il désespéra d'atteindre, âvec ses petits étages, le haut de cette ruine découronnée et il se résigna à construire son château au pied de la tour, à quelques pas dans son ombre. Là, il a bâti un pittoresque logis, une sorte de villa italienne, peinte de vives couleurs, avec une galerie à jour courant le long du toit plat, il y a rassemblé les stucs et les marbres, les vases et les dorures, tout le luxe de notre temps. Mais, lorsqu'on sort de cette jolie et coquette demeure, le contraste des deux sociétés tout à coup apparaît saisissant : le petit château, accroupi au bas de la tour, s'abaisse comme humilié et craintif; tous ses détails s'amoindrissent ; il semble qu'à peine un homme passerait par ses portes étroites ; on dirait qu'on le peut saisir à deux mains par les arcs de sa balustrade, comme par des anses, et l'enlever de terre, et l'emporter comme un joujou d'enfant; et vis-à-vis, au contraire, s'élève la haute tour, montée sur un énorme monceau de débris écroulés; les grandes pierres de son faîte pendent dans le vide, et sur l'azur du ciel s'arrêtent les degrés de son escalier rompu : dressée à l'extrémité d'un promontoire qui s'avance dans la mer, de plusieurs lieues, de toute la côte et de l'Océan, on aperçoit sa masse longue et sombre; tout à l'entour les champs sont nus, sans arbres, presque sans maisons ; ébréchée et crevée, elle s'allonge vers le ciel, comme un colossal obélisque; au-dessous, à plusieurs centaines de pieds, la mer frappe de ses vagues sa base de rochers, les vents la battent incessamment ; et de ses flancs s'envolent, en jetant de longs cris, les oiseaux aux ailes grises, vers l'Océan. La tour de Cesson, circulaire à l'extérieur et hexagone au dedans, fut élevée par le duc Jean IV à la fin du XIVe siècle. D'un aspect sévère et grandiose, elle a un diamètre intérieur de cinq mètres cinquante centimètres; une double enceinte de fossés, taillés à pic dans le roc, ou revêtus en fond de cuve, l'entoure. Sa base est un massif légèrement conique, et les murs ont environ quatre mètres d'épaisseur à l'étage inférieur. Ils contenaient un escalier en hé lice conduisant à la plate-forme, des couloirs et des tuyaux acoustiques, pour faire parvenir rapidement les ordres dans toutes les parties de la forteresse, et mettre en communication les défenseurs de ses quatre étages. Chacun d'eux était éclairé par des fenêtres, les unes carrées, les autres cintrées, formant par leurs profondes embrasures un petit appartement garni de bancs de pierre. On y voit aussi quelques barbacanes et des meurtrières pour placer du canon. Des portes en ogive faisaient communiquer, à l'intérieur, d'une salle dans l'autre. Au premier étage se trouvait la porte d'entrée à plein-cintre. Le pont-levis se manœuvrait à l'aide d'une armature courbe en fer, engagée à l'extrémité d'une poutre qui rentrait dans la muraille par deux coulisses, l'une verticale et l'autre arquée. Deux chaînes , suspendues au bout de l'arc, portaient le tablier qui s'abattait sur la crête de la contrescarpe du fossé. L'appareil de ces constructions annonce le XIVe siècle, et elles n'étaient pas sans doute terminées lors des deux sièges de Saint Brieuc, en 1375 et en 1394 , puisqu'il n'y est pas fait mention de la tour de Cesson. Le chanoine Ruffelet, qui écrivait en 1771, dit que, de son temps, on y voyait les armes de Bretagne et de Navarre en alliance. Cette indication vient préciser, à peu d'années près, la date de cette forteresse, qui aurait été élevée entre l'an née 1386, pendant laquelle le duc Jean IV épousa Jeanne de Navarre, et l'année 1399, celle de sa mort. Au commencement d'août 1592, Saint-Laurent, lieutenant du duc de Mercœur, vint mettre le siège devant Cesson ; mais le marquis de Sourdéac accourut au secours de la place, et, dans un combat des plus vifs, il battit Saint-Laurent, le fit prisonnier et le retint captif dans cette même tour où il s'était flatté d'entrer d'une autre manière. Le duc de Mercœur ne tarda pas à venger l'honneur de son lieutenant; il vint lui-même mettre le siège devant Cesson, qu'il prit par capitulation, après lui avoir fait essuyer quatre cents volées de canons. Cette tour demeura au pouvoir des Ligueurs jusqu'en 1598, année où elle fut reprise par le maréchal de Brissac et remise sous la domination du roi. Henri IV la fit démolir la même année, à la demande des habitants de Saint-Brieuc. La mine qu'on fit jouer à cette intention, fendit de haut en bas le colosse, dont une moitié seulement s'affaissa sur elle-même. L'autre moitié, encore debout sur son promontoire, et d'une hauteur de plus de vingt mètres, en servant de guide aux pilotes, offre au paysagiste et à l'archéologue un précieux débris du passé : c'est la couronne brisée de la cité de Saint-Brieuc. Des fouilles, pratiquées sous la tour, ont amené la découverte de chausse-trappes qu'on jetait dans les gués pour enferrer les hommes et les chevaux ; de boulets en potain ; d'un grand nombre d'épées rompues, de vouges, d'épieux et de faucilles, d'une lourde hache, enfin de médailles, de pote ries et de tuiles romaines , qui indiquent que la forteresse du moyen âge avait succédé à un établissement plus ancien. Plusieurs de ces débris sont déposés au musée de Saint-Brieuc. Description effectuée par Fréminville et Pol de Courcy

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article