Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 12:47

IMG_0603 

IMG_0604

IMG_0605

IMG_0606

IMG_0607

IMG_0608

IMG_0609

IMG_0610

IMG_0611

IMG_0612

IMG_0613

IMG_0614

IMG_0616

IMG_0618

IMG_0620

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 19:03

IMG_0757

IMG_0758

IMG_0761

IMG_0762

IMG_0766

IMG_0772

IMG_0773

IMG_0774

IMG_0775

IMG_0771

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 18:06

IMG_0592

IMG_0593

IMG_0594

IMG_0595

IMG_0596

IMG_0597

IMG_0598

IMG_0599

IMG_0600

IMG_0601

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 16:00

 IMG_0548

IMG_0550

IMG_0482

IMG_0483

IMG_0484

IMG_0485

IMG_0486

IMG_0487

IMG_0488

IMG_0489

IMG_0490

IMG_0491

IMG_0492

IMG_0494

IMG_0499

IMG_0501

IMG_0504

IMG_0505

IMG_0506

IMG_0507

IMG_0503

IMG_0509

IMG_0508

IMG_0510

IMG_0511

IMG_0513

IMG_0514

IMG_0515

IMG_0516

IMG_0516

IMG_0517

IMG_0518

IMG_0519

IMG_0520

IMG_0521

IMG_0522

IMG_0523

IMG_0526

  IMG_0529 

   

 

 

  IMG_0531 

     IMG_0534IMG_0532

    IMG_0535 

     IMG_0540IMG_0539

IMG_0541 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 15:07

 

IMG_0552

IMG_0554

IMG_0555

IMG_0561

IMG_0557

IMG_0556

IMG_0563

IMG_0562

IMG_0567

IMG_0568

IMG_0571

IMG_0573

IMG_0574

IMG_0575

IMG_0577

IMG_0578

IMG_0580

 IMG_0579

IMG_0587

IMG_0588

IMG_0586

IMG_0589

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 11:58

SAM_4682 (2)

SAM_4683 (2)

SAM_4684 (2)

SAM_4777 (2)

SAM_4688 (2)

SAM_4774 (2)

SAM_4690 (2)

SAM_4687 (2)

SAM_4686 (2)

SAM_4691 (2)

SAM_4692 (2)

SAM_4693 (2)

SAM_4775 (2)

SAM_4776 (2)

SAM_4773 (2)

SAM_1394

SAM_4772 (2)

SAM_4778 (2)

 

 

 

 

SAM_4770 (2)

IMG_0452

SAM_4771 (2)

IMG_0460

IMG_0456

IMG_0457

IMG_0459

IMG_0450

IMG_0461

IMG_0451

 

 

IMG_0463

IMG_0464

 

IMG_0448

SAM_4695 (2)

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 10:07

 

 

Forteresse de la Hadouinays

 

La Hardouinais, anciennement la Hardouinaye tout comme les lieux désignés Ardennes puise son origine dans le culte de la divinité gauloise Arduina, Arduenna.  Dans son ouvrage consacré à la mythologie et les fables expliquées, l'Abbé Antoine Barier écrivait en 1738 au sujet de cette divinité qu'il associait à la déesse Diane, que son nom venait du terme Ar & de Duen, soulignant que cela signifiait : noir, sombre. Il ajoutait que le nom convenait en cela aux forêts. Il considérait que ce culte celte "dura dans les Ardennes & dans les pays voisins du Rhin jusques bien avant le Christianisme, où plusieurs Saints ou Evêques, ou Religieux, eurent toutes les peines du monde à l'abolir". Il est vrai qu'après la soumission totale de la Gaule vers l'an 52 avant l'ère chrétienne, Jules César mit tout en oeuvre pour éteindre le culte hérité des druides. On sait que précisément, les tribus celtes se fixèrent dans notre contrée au cours du second âge de fer, période qui émergea il y à environ 2.500 ans, ces peuplades travaillaient ledit minerai. Précisément, du minerai de fer y abondait en cette forêt. Longtemps ici on a relaté le fait que les  druides étaient en communication avec la divinité égyptienne Isis. Comme dans le Rennais, cette version est très commune dans le pays du Méné, et plusieurs contes de ce genre ont été débités sur la forêt de la Hardouinaye et sur celle de Paimpont. Manifestement, la survie du nom  Hardouinaie prouve que Jules César ne parvint pas à éteindre les cultes druidiques. 

 

IMG_0321

 

Il est généralement admis qu'à l'origine une vaste forêt, l'antique Brocéliande recouvrait en partie le centre de la Bretagne. Les forêts de Paimpont, de la Hardouinais, de Loudéac, de Lannouée, de Lorges et de Quénécan en seraient les vestiges. Elle aurait donné son nom à l'ancien Comté de Porhoët, par transplantation du vieux terme Poutrocoët alias Pagus trans sylvam, ou Pays au delà de la forêt. C'est à l'orée de cette forêt que se développa  à l'aube de l'époque féodale la paroisse dédicacée à Sanctus Leonocus ainsi qu'elle apparait à travers le cartulaire de l'Abbaye de Redon. Rattachée à l'évêché de Dol et enclavée en l'évêché d'Aleth, cette paroisse est probablement le résultat du démantèlement de la paroisse primitive de Mérillac, elle est aujourd'hui devenue la localité de Saint Launeuc *. Un peu plus tard - probablement au cours du XIVe siècle,  fut aménagée cette forteresse de la Hardouinaye et dont l'histoire vous a été narrée sur ce même blog -chercher : (voir Le château de la Hardouinaye en Saint Launeuc)

 

Lieu à jamais hanté par le souvenir du prince Gilles de Bretagne qui y fut étranglé en 1450.

 

Gisant ci dessous visible au Musée d'art et d'histoire de Saint Brieuc initialement il ornait la tombe visible dans le choeur de l'abbaye de Boquen  

 

 

En 1485, Charles du Pé fut institué capitaine de la Hardouinaye 

 

 

* Saint Launeuc , Saint Lormel, Saint  Lenor autant de variantes de Saint Lunaire -Lunarius, ermite puis évangéliste Breton ayant vécu au IVe siècle

 

Le 3 mai 1490 : Un mandement de la Duchesse Anne "pour les paroessiens de Bron, touchant les pilleries des gens de guerre de la Hardouinaye et d'ailleurs". Daté du tiers jour de may (signé) Salmon. Un autre mandement en date du 8 mai "par lequel est prohibé et défendu aux gens d'armes de la Hardouinaye et autres tenans leur party, de non prendre nuls ne aucuns vivre, biens, ne autres choses, des paroessiens de Saint Etienne, Saint Mallou de Jugon et Mégrit" Se devant le vice chancelier, le 8 mai 1490.

 

Lorsqu'il vint au château de la Hardouinaie en vue du rattachement de la Bretagne à la France, François Ier dicta les mandements qui suivent depuis cet endroit où il demeura cinq jours avant de rejoindre le château de la Hunaudaye en Plédéliac :

du 5 juillet 1532

Mandement au trésorier de l'épargne de rembourser à (Georges, cardinal d'Amboise), archevêque de Rouen;4.400 livres tournois qu'il avait prêté au Roi. La Hardouinaye, 9 juillet 1532
Mandement au trésorier de l'épargne de payer à François de François, natif de Lucques 400 livres tournois pour le récompenser d'avoir aidé le roi à faire faire à bon compte une tapisserie d'or et de soie où sera représenté l'histoire de Scipion l'Africain. La Hardouinaye, 9 juillet 1532
Mandement au trésorier de l'épargne de payer 217 livres 10 sous à Mathurin Laurenein, chevaucheur décurie, partant ce jour là pour aller en Angleterre porter des lettres à Gilles de La Pommeraye, ambassadeur du roi. La Hardouinaye, 9 juillet 1532
Mandement au trésorier de l'épargne de bailler à Bénigne Serre, receveur général des finances 716 livres 5 sous tournois pour le payement de plusieurs chevaucheurs de l'écurie du roi. La Hardouinaye, 10 juillet 1532.
Mandement à Guillaume Prudhomme, trésorier de l'épargne, l'inormant que le roi vient de faire marché avec Machio Baldi, facteur de messire Marc Coetif, demeurant à Bruxelles, pour 400 aunes (mesure de Paris) de tapisserie d'or et de soie représentant l'histoire de Scipion l'Africain, au prix de 50 écus d'or soleil l'aune. La livraison totale doit être achevée dans dix huit mois entre les mains de Nicolas de Neuville, chevalier, sr de Villeroy, et de Jean Grolier, trésorier de France. Lors de la livraison, sera payée la moitié de la somme à laquelle doit se monter toute la fourniture, et l'autre moitié six mois après. La Hardouinaye, 11 juillet 1532

 

Au début du XVIIe siècle,  ce domaine forestier dans notre contrée avait beaucoup diminué, en revanche, l'étendue des landes frappa longtemps le voyageur. On pense qu'elles résultaient de l'emplacement d'anciennes forêts disparues. C'est surtout à partir du XVIIe siècle que les défrichements furent entrepris.  Il est admis que les bois perdirent plus en qualité qu'en surface. (Marcel Gautier).

 

 

     IMG_0321

 

la partie Est de la Forêt de la Hardouinaye

telle qu'elle apparait sur la carte de Cassini au XVIIIe siècle,

 endroit alors désigné forêt de Catelun     

 

La partie Est de cette forêt de la Hardouinais située en Saint Vran était désignée Catelu ou Catelun.  La paroisse de Saint-Launeuc a longtemps payé sans difficulté son imposition, parce qu'elle comprenait deux forges, dont le maître payait 400 livres, sans compter la taxe de ses ouvriers, une verrerie dont le maître payait 30 livres. La première de ces forges apparut vers 1670 *, et fut créée par Jacques Doisseau, alors seigneur de Poulancre et possesseur de la seigneurie de la Hardouinais. Les fourneaux du Vaublanc s'approvisionnaient dans les forêts de la Hardouinais et de Boquen. Le domaine de la Hardouinaie devint propriété de la puissante famille de Saint Pern au cours du XVIIe siècle, c'est sous son égide que les forges se développèrent. Les hauts fournaux culminaient à 7 mètres 50, et la fonte produite à la Hardouinais servait à alimenter les affineries du Vaublanc. Toutefois, avant que le déclin de ces forges s'amorça, un moulin à tan fut mis en place vers 1850, mais moins d'un demi siècle plus tard, il fut fermé.

 

 * Selon d'autres sources, ces forges seraient apparues dès 1570 

 

IMG_0292

 

Haut fourneau des forges  de la Hardouinais (document patrimoine région Bretagne) 

 

IMG_0337   

 

Logement patronal des forges  de la Hardouinais (document patrimoine région Bretagne) 

 

Quand la Révolution survint, c'est le maire de Plémet, François Delaizire, par ailleurs administrateur du département des Côtes du Nord, et député à l'Assemblée Législative qui devint maître des forges de Vaublanc et de la Hardouinaye *, il mourut en 1796. Lors des guerres qui suivirent la destitution de la monarchie, la forêt de la Hardouinais se retrouva sous le contrôle du chef chouan Jean Marie Caro.  Cette forêt de la Hardouinais était supposée embrasser une circonférence de quatre à cinq lieues alors qu'en 1460, celle de Loudéac atteignait plus de vingt mille hectares. En 1830, de cette forêt de Loudéac, il ne restait plus que 2573 hectares, alors que celle de la Hardouinais atteignait encore 2500 hectares en 1810, sa superficie au début du XXe siècle était de 2032 hectares. Dans notre département il y a davantage de résineux que de feuillus, cependant la Hardouinais est pour partie constituée de feuillus -chênes, érables, hêtres, merisiers, châtaigniers..., et de résineux -cyprès de Lawson, épicéas de Sitka, sapin de Nordmann.... En 1936, cette forêt de la Hardouinais habritait encore une vingtaine de cerfs elaphe, en revanche les loups en avaient disparus suite aux battues menées au cours du XIXe siècle. Les pouillots siffleurs (ci dessous) fréquentent les cimes des arbres de la Hardouinais 

 

    IMG_0337

 

 

* On sait au moins à qui profita cette révolution

 

la forêt de la Hardouinais

 

    IMG_0322 

 

IMG_0323

 

....la chapelle de la Bruyère

 

IMG_0324

 

....un vieux calvaire 

 

IMG_0325

 

....le château de la Bruyère

 

IMG_1154

 

IMG_1170

 

IMG_1155

 

IMG_1169

 

IMG_1157

 

IMG_1158

 

IMG_1160

 

IMG_1162

 

IMG_1167

 

IMG_1152

 

....Ancien château de la Bruyère (ci dessus) 

 

IMG_0306 

 

 ....le plan du lieu

 

     IMG_1171 

 

....la remise de la ferme du Vieux Château (ancienne métairie) 

 

des éléments  de la forteresse de la Hardouinais en proviennent (ci dessous)

 

  IMG_0334 

 

....divers éléments visibles à la ferme du Vieux Château 

 

IMG_0333

 

    IMG_0335 

 

IMG_1176

 

  ....baie circulaire ornant jadis une chapelle (XIVe)

 

IMG_0337

 

....autre dépendance à la ferme du Vieux Château (ancienne métairie)

 

 IMG_1175

 

IMG_1172

 

IMG_1178

 

IMG_1179

 

IMG_0331

 

....Le site  la forteresse disparue  de la Hardouinais

 

IMG_0321

 

....rares restes de la forteresse de la Hardouinais (document Le Flohic)

 

IMG_0328

 

....impressionnantes douves qui cernaient jadis la forteresse de la Hardouinais,

 des sarcelles y patauge

 

IMG_0327

 

IMG_1181

 

  ... Ancien vivier aux abords de l'ancienne forteresse (près de la Vieux Ville)

 

 ... l'actuel château de la Hardouinais

 

    864_001 

 

.... l'étang  de la Hardouinais

 

     797_001 

 

L'étang de la Hardouinais aujourd'hui asséché *, avoisine une superficie de près de 50 hectares, il avait été aménagé afin de fournir  en eau l'étang proche du Meu. Ce deuxième étang permettait d'alimenter la force motrice nécessaire à actionner le soufflet du haut fourneau de la Hardouinais. En 1878, la chaussée de l'étang fut emportée suite à la rupture de la digue, le pont enjambant le Meu fut pareillement ravagé. L'année suivante, elle fut reconstruite en partie aux frais du propriétaire Monsieur le comte de Bastard. Le surplus de la dépense, incombant au département pour rétablissement de la chaussée. 

 

* L'étang aurait été asséché par le possesseur actuel du lieu, celui ci aurait émis le souhait d'un restaurant sur pilotis, projet rejeté, suivi d'un autre qui n'aurait pas davantage abouti. Dommage car le site y a perdu de sa beauté, de surccroit, les moules d'eau douce,  les anodontes vont disparaitre, en revanche les restes de charbon de bois y sont visibles.

 

15 juillet 2013 : aux dernières nouvelles, cet étang devrait être remis en eau courant 2014. Chose faite en 2015 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 09:04

    

 

Le château de Bienassis en Erquy date des XVe  & XVIIe siècles, ainsi nommé en raison des défenses dont il disposait, le site était environné de belles douves et un pont levis y donnait accès.  Le premier site remontait au XIIe ou XIIIe siècle, il consistait en une salle à plan basilical et à ossature de bois cerné d´une douve primitive.  Au XIVe siècle, cette terre appartenait à la famille de la Motte, dont la famille jouissait de la seigneurie de Saint André en la paroisse de Sévignac. On trouve ensuite celui qui exerçait la charge d'Amiral sous le règne du duc Jean V : Jean, vicomte du Faou, c'est sous sa présence que le logis aurait été commencé.

 

 

Armoiries de la Motte, du Faou,  de Quellenec, Visdelou et d'Arembert

 

Jean de Quelennec, seigneur de Quelennec en Quintin, épousa Tiphaine du Fou en 1374. L'actuel corps de logis a été reconstruit pour Geofroy de Quelennec fils cadet de Jean de Quelenner, entre 1414, date à laquelle le manoir primitif est déclaré en ruine  «estoit mal logé et y avoit une ancienne salle gasté et vidé, laquelle ledit Geoffroy a fait tresbien réparer et édiffier et auxi y a fait une meson neufve", et 1434  où l'on mentionne l´existence d´un manoir neuf.  cepndant, ce corps de logis fut achevé au cours du XVIIe siècle. On découvre les  deux tourelles ou pavillons dans l'un desquels existe une basse fosse ou cachot profond situé sous le sol de l'appartement et renfermé par une trappe ronde. On y descendait les prisonniers au moyen de cordes qu'on leur attachait sous les bras.   Cerné de beaux bois, l'endroit disposait de trente et une métairies, de treize moulins, et la terre lui procurait un revenu de 80.000 francs. Lors des guerres de la Ligue, Bienassis soutint la cause d'Henri IV, ce qui lui valu d'être pillé par les troupes de Mercoeur alors conduites par le marquis de Chaussin, en effet six cents hommes s'étaient emparés de Bienassis aisément. En 1560, la seigneurie est aux mains de Jacques de Quellener, sa fille Françoise transmit le lieu à Gilles de Visdelou auquel on doit l'actuel château, en effet celui ci et son épouse consacrèrent toute leur attention à la reconstruction de l´entrée de la cour -pont, mur, porche et pavillons d´angle durant la première décennie du 17ème siècle selon le style renaissance . On cite aussi en 1599 Gilles de Visdelou, Ledit Gilles, fils aîné héritier principal  & Noble de Nobles & puissant.  transigea le 14 novembre 1599 sur les différends qu"ils avaient, sa soeur Guillemette épouse de Quelen  :  "pour le partage en Noble, comme en Noble, & en partage comme ne partage, des successions Nobles & de gouvernement Noble de Noble homs Pierre Videlou, & Jeanne du Pontroualt, leur père et mère, Seigneur et Dame de la Goublaie". Claude de Visdelou, l'un des descendants du couple y naquit en 1656, à l'âge de 16 ans, il prit l'habit de Jésuite  et devint vicaire apostolique en Chine, puis fut nommé en 1708 à l'évêché de Dandiopolis. Il mourut à Pondichéry le 11 novembre 1757. Le sieur René François de Visdelou, comte dudit lieu était père de deux filles, l'aînée : Marie Anne Hacinthe naquit le 17 octobre 1731, elle épousa  Louis Engelbert de La Mark, Comte de La Marck - le comte de Marc fut duc, par brevet de la création de 1740, Louis Engelbert de La Mark s'était marié en secondes noces, en avril 1744 à Marie Anne Françoise, dernière fille du maréchal de Noailles, née vers le douze janvier 1719 ; la fille cadette de  René François de Visdelou  :  Louise Marguerite Hyacinte,  naquit le 18 juillet 1730 fut mariée en juin 1748 avec Charles Léopold de Ligne, appelé prince d'Arembert, & d'Arschot, dans les Pays Bas, Prince de l'Empire, etc.

 

 

 

Charles Léopold de Ligne, appelé prince d'Arembert, & d'Arschot et le général André Valletaux 

 

Bienassis devint ensuite la propriété de la famille Visdeloup de la Ville Théart qui l'avait acquise en 1765, du Prince d'Aremberg, époux de Louise Marguerite Hyacinte Visdelou, hétitière de Bienassis, fille de René François, seigneur de Bienassis et comte du même lieu.   En 1795, c'est le général Valletaux qui se porta acquéreur de Bienassis lors de la mise en vente du bien public. Mademoiselle Marie Thérèse Valletaux, dame de Pomellec en hérita.  

   

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 18:22

IMG_0244 

IMG_0245

IMG_0246

IMG_0247

IMG_0248

IMG_0249

IMG_0250

IMG_0251

IMG_0252

IMG_0253

IMG_0256

IMG_0257

IMG_0259

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 18:05

IMG_0290

IMG_0291

IMG_0292

IMG_0297

IMG_0298

IMG_0299

IMG_0301

IMG_0302

IMG_0310

IMG_0303

IMG_0311

IMG_0304

IMG_0305

IMG_0306

IMG_0307

IMG_0308

IMG_0309

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article