Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 18:03

 

la Rivière

 

 famille Morin 1771-1780 (métairie de la Rivière)

 

Une famille de lescouët portait pour nom patronymique celui de Rivière 

 

 

Rue aux Meuniers Rue aux Moniers  

 

famille Duclos 1753

famille Chauvin 1753-1771

famille Le Fondré-Leffondré 1763-1772

 

 

Rue de Poudouvre  

 

famille Duclos

famille Labbé 1703    

famille Hingant 1753

famille Houée 1753-1778   

famille Queou 1763

famille Le Dé 1753

famille Debon 1764-1791

 

le corps d'honorable garçon Charles Debou décédé en sa Maison de la Croix Verte Rüe de Poüdoüvre...inhumé le 24 janvier 1764  

 

famille Le Hérissé 1766

famille Marcheix 1766

famille Douard 1767 (Pont au Douvre)

famille Gerel 1772  

famille Hervé 1772

famille Lemarchand 1772

famille Pellin 1790

famille Thebault 1790

famille Haye 1772

famille Le Boucher 1772

famille Pasqué 1772-1778

famille Balavoine 1772

famille Menard 1772-1780

famille Briard 1780

famille Renault 1780  

famille Drein 1791 (Pont Douvre)

 

 

 

 

Rue es Meuniers

 

famille Deschamps 1780 (métairie de la Rüe aux Meuniers)

famille Rivière 1790

 

 

Sainte Marie

 

famille Lamiré 1766

famille Lorret 1771

 

 

la Temblais

 

famille Hervé 1753

famille Morin 1753

famille Josse 1766-1772

famille Collet 1771

famille Le Sénéchal 1772

famille Briard 1772 

famille Le Landais 1778

 

le Temple

 

famille Marcheix 1764

famille Michel 1772

famille Pelé 1772

famille Duclos 1772

famille Le Landais 1772

famille Raux 1791

 

 

la Tillais

 

 

famille Petit 1771

 

Trévra-Trevera

 

famille Le Landais 1753 (métairie de Trévra)

 

 

 

 

Armoiries de la famille Le Moyne qui disposa de cette seigneurie. Voir page :  quelques hauts personnages de Lescouët et des alentours mentionnés dans les actes

    

 

 

Vauvert

 

Une famille portait pour nom patronymique celui de Vauvert

 

 

famille Biard 1772 (Bas Vauvert)

 

 

Escuyer Jacq. de la Motte Sr de Vauvert aagé de quarante ans environ deceda le seiziême jour de mars 1695 et fut ensepulturé le lendemain dans  léglise de Lescoüet après avoir receu pendant sa dernière maladie les saincts sacrements de penitence eucharistie et extreme onction... 

 

Verger

 

famille Benoist 1780 (métairie du Verger)

 

 

 

Ville-au-Marcadeuc

 

famille Oria-Orial 1753-1772 

famille Poinçu 1771-1780

 

 

 

Trous de boulins ci dessus et ci dessous détail de la cheminée : une paire de ciseaux

(il s'agit probablement à l'origine d'une maison de tailleur)

 

 

un vaisselier de pierre 

 

 

Ville-Dane- Ville-Dan Ville-Danne

 

 

famille Tanvet 1753      

famille Morice 1753      

famille Orveillon 1766 (métairie de la Ville Dane)

famille Betreu 1771

famille Gourien 1771-1778

famille Deschamps 1772-1778

famille Haquin 1772  

famille Lucas 1772

famille Morin 1778

famille Lainé 1791 

famille Buard 1778

 

 7

  

 


Le vingt et septiesme septembre mil six cent septante six a esté Inhumé dans leglise de Lescoüet soubz une pierre tombale dans le millyeux du coeur Escuier Toussainct de Lesquen Sieur de la Ville danne en son vivant aagé d'environ soixante dix sept ans ou environ et décédé du jour précédent auquel ont esté administré les saincts sacrents de penitence eucharistie extremeonction dans sa dernière maladie et loffice de sa sepulture par moy  Pierre Marcheix pr(ê)tre curé dud. Lescoüet assistés des soubz signans 

 

 

Ville-Hunaut-Ville Hunau

 

famille Poinçu 1772

famille Annette 1780

 

Ville-Morel

 

famille Gaultier 1703

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 17:44

 

la Mare

 

probable avant défense du Parga

 

 

famille Oeillet 1764-1772  

famille Houée 1766-1778

famille Queures 1766 (originaire de Plouguenast)

famille Peloir 1772

 

 

Meserai Bas-Meserai

 

famille Lemaistre 1707-1753

famille Morin 1771

famille Le Landais 1771

famille Hervé 1771-1772

famille Boutrel 1780

famille Couni 1780 (maison noble du Meseray)

 

Escuyer Loüis Jan de Malterre fils du légitime mariage d'Escuyer Gilles de Malterre et de dame Françoise Chesnard, Sieur et dame du Meseray né du vingtiesme octobre et baptisé dans l'église de Lescouet par moy soubz signé prêtre et curé dud. Lescouet le vingt huictiesme dud. mois d'octobre mil sept cent quatre a été nommé et a été tenu sur les saints fonds d'icelle Eglise par Messire Louis Bouan, chevalier seigneur du Chef du Boz la Ville Even la Ville Dane et de dame Janne Marie Rouxel femme et epouse de Messire Louis Visdelou  Chevalier seigneur de St Laurent...

 

Melle Foure, fille illegitime de Mathurine Fouré  advouée à Escuyer Gilles Malterre Sr du Mezeray, sa servante, née du 27e mars 1711...  

 

  Ci dessous le manoir du Meserai d'après les éditions du patrimoine de Bretagne 

 

 

 

 

De l'union de François Lemaistre et Bertranne Michel naquirent deux fils : François et Jean. L'aîné naquit en 1707 au village du Mezeray, il s'engagea comme pêcheur et épousa en juin 1743 à Basse terre en Guadeloupe Marie Claude Coquelet originaire dudit lieu la Basse-Terre et qui lui donna trois enfants. François Lemaistre disparu en mer avant le 5 octobre 1750. Son frère Jean nommé Jugon naquit pour sa part le 26 mars 1722 au même village du Mezeray. Tout comme son frère, il devint pêcheur dans un premier temps et épousa vers 1750 Marie Catherine Simart, elle même native de Québec, qui lui donna dix enfants. Devenu tonnelier, Jean Baptiste Lemaistre s'éteignit à Québec au Canada le 8 juin 1781 selon les notes laissées par ses descendants.

 

 

Thank you Jeff Lemaître

 

 

 

Metairie de la Rivière

 

famille Morin 1772

 

 

Métairie Hingant

 

famille Alot 1753      

 

Moulin de Lorgeril  

 

 

 Moulin de Vauvert  

 

Moulin Jean  

 

 

famille Rault 1764-1772

 

les Noë Huet  

 

 Lieu évoqué sur le cadastre de 1837 : Landes de la Chapelle  

 

 

Parga-Pargaz-Pagar

 

famille Buard 1753-1791 (maison noble du Parga et métairie noble du Parga)

famille Motreul 1753-1764      

famille Leux 1764-1778  

famille Josse 1766

famille Houée 1771  

famille Hervé 1772

famille Bringault 1772-1780

famille Gourien 1772

famille Le Héricé 1772-1778

 

lieux évoqué sur le cadastre de 1837 : chauchix du Parga

 

 

le Patouillet

 

famille Guinchard 1764

famille Laisné 1771  

 

 

les Planches  

 

famille Buard 1753-1778 (métairie des Planches)  $

famille Chaumel 1766 (métairie des Planches)   $

famille Jaumet 1766   $

famille Monvoisin 1772

 

 

 

Pont-Raville

 

famille Thébault 1780  

 

 

la Porte

 

famille Poinçu 1766 (Métairie de la Porte)

 

 

la Quinvédais

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 12:09

 

 

Fontimeu-Fontimeux

 

famille Chauvin 1753 (métairie de Fontimeux)

 

la Gouhédrais

 

famille Morin 1702

famille Le Landais 1753

famille Feslé 1753

famille Hamon 1753

famille Ferté 1780

 

Grand Prés

 

famille Coualan 1780   

 

Grosse Roche

 

famille Marabeuf 1790

 

Grand Pré

 

famille Lucas 1772

famille Rebours 1772

 

les Grées

 

famille Pierre 1753 (métairie des Grées)

famille Labbé Rabatté 1753 (métairie des Grées)

famille Haquin 1771 (métairie des Grées) 

 

la Hallois-Halloüaye   

 

famille Le Landais-Lelandais 1712-1772 

 

Hebregement

 

famille Breal 1753

famille Lominé 1771

famille Leux 1771-1772

famille Le Grand 1772

famille Gaultier 1778

famille Ferté 1780

famille Petit 1780

 

L'Hôté-Gautier

 

famille Gouya 1780-1791  

 

 

lieux évoqué sur le cadastre de 1837 : Hêtre de l'Averus 

 

 

L'Hôtel Picquet

 

famille Beschel 1753

famille Buard 1772

famille Hingant 1772

famille Briard 1791

 

la Lande-Bignon

 

famille Rolland 1780

 

 

les Loges

 

famille Poinçu 1753 (métairie des Loges)

 

L'Orfeu-l'Orfeil

 

famille Lominé 1780 (métairie de l'Orfeu)   

 

Lorgeril-Lorgeril-Lambert

 

famille Lamé 1753 (métairie de Lorgeril)

famille Charpentier 1757 

 

 

 

 

lieux évoqué sur le cadastre de 1837 : Clos de la Porte

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 15:12

 

Des lieux dont certains ont très certainement été effacés de la carte de Lescouët-Jugon et ces familles qui s'y sont succédées au fils du temps.....Ce qui surprend, c'est le nombre de métairies....

 

 

 

 

Bas Lescouët

 

famille Gouya 1753

famille Gavran 1766

famille Lucas 1772 

famille Gauron 1772

famille Lamé 1778

 

    

 

Beaurenais-Bouronnais

 

famille Lecorgne 1772

famille Bereschel 1780

 

 

la Biliais

 

famille Petit 1771-1780 (métairie de la Billiais)

 

lieux évoqué sur le cadastre de 1837 : Pont de la Rue Moisan

 

 

Bourg de Lescouët

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

famille Orveillon 1755-1766  

famille Bourgault 1778 (métairie du Bourg)

famille Rault  1780

famille Quelriac 1780

 

 

 

Bout de la Ville

 

famille Petit 1753-1772

famille Pêtel 1780

 

 

Boutard

 

famille Bernot 1771-1780 (métairie de Boutard)

famille Orveilon 1780 (métairie de Boutard)

 

 

 

la Broussillette

 

famille Chauvin 1780

 

 

Cavolou

 

famille Poinçu 1771

 

 

Carautour Carcautout

 

famille Briend 1764

famille Biard 1771

famille Morin 1771

famille Morlec 1780

famille Houée 1780

 

 

Casonais

 

famille Lorent 1753

 

 

Chanteloup Champstelour

 

 

famille Rouvrais 1753

famille Marchix 1753

famille Leux 1753-1780

famille Houée 1771

famille Goubin 1771-1791

famille Callouët 1772

famille Peloird 1772

famille Biard 1772

famille Renault 1772

famille Depée 1772

famille Auvrai 1772

famille Coualan 1780

famille Margeli 1780

 

La famille de Fontlebon disposait de la seigneurie de la Jarretière en la proche paroisse de Saint Igneuc ainsi que de la terre de Chantelou en la trêve de Lescoüet. Les armoiries de cette famille étaient : "d"argent à trois aigles de sable, deux en chef et un en pointe" -ci dessous.

Messire Bertrand de Fonds Lebons, seigneur de Loptière 1666

 

 

 

 

Chapelle aux Bodins

 

 

famille Hervé 1764 (maison noble de la Chapelle aux Bodins)

famille Haquin 1766 (métairie de la Chapelle aux Bodins)

famille Josse 1780 (métairie de la Chapelle aux Bodins)

 

 

 

Lors de la réformation de la noblesse en l'an 1459, la Chapelle était donnée à J. Bodin. Cette famille comptait au sein de ses membres Guillaume Bodin, l'un des signataires du traité de Guérandes en 1382. Les armoiries de cette famille étaient : "de gueules à deux fasces d'hermines" -ci dessous.

 

 

 

Clerets-Clairet

 

famille Jaumet 1701 (métayers)

famille Biseu 1772

famille Biard 1772 (métairie des Clerets)

famille Pêtel 1780 (métairie des Clerets)

famille Lesquen 1780-1791 (petite métairie des Clerets)

 

 

le Contrédel-Contredit

 

 

la Croix Rouge

 

la Diais

 

famille Le Reste 1753 (métairie de la Diais)

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 13:58

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 07:28

 

Sous l'Ancien Régime, la trêve de Lescouët dépendait de l'évêché de Saint Malo et était rattachée au doyenné de Poudouvre. Le nom breton de ce doyenné (pour dour, pagus aquarum) indique une haute antiquité : au XIIe siècle nous trouvons mentionnés des doyens de Corseul, "Hamon decanus de Corsot", Guillaume et Hingant, portant le même titre, ce dernier en 1184; au siècle suivant apparaît Tobert, doyen de Poudouvre (1281). Nous ne savons au juste s'il y eut un doyenné de Corseul indépendant de celui de Poudouvre, ou si ce dernier doyenné porta quelque temps le nom de Corseul.-En 1324, Thomas Champion, doyen de Poudouvre, fonda, dit l'abbé Manet, la chapellenie de Saint Louis dans la cathédrale de Saint Malo. (notes laissée par l'abbé Guitllotin de Corson).

 

 

 

Désservants de Lescouët-Jugon au cours du XVIIIe siècle

 

Jan Robert curé 1703

Claude Oeillet, curé 1722

du Fresne  de Virel curé 1753

missire Huet 1753

A. Delisle Patard, curé 1756 

Gilles Chauvin 1760

Antoine Lorre curé 1772

missire Bourgneuf 1791

 

 

Trésoriers :

 


Jean Marcheix et Jean Briand 1700

M. Guillaume Hyacinthe Grizard et Mathurin Gourien 1702

Pierre Motreul et Louis Le Landais 1703

 Jacques Deschamps et Nicolas Leurq 1704

Jean Oreal et Julien Breal 1705

François Motreul et René Josse 1710    

Pierre Aillet et Jullien Hingant 1711

 

Comme nous l'avons vu, la famille de Lesquen disposait de droit d'enfeu en l'église de Lescouët-Jugon, nous aurons l'occasion de voir qu'il en était de même pour la maison de la Motte. Le droit de prééminence sucitait parfois des conflits entre les familles aristocratiques, et il semble que ce fut le cas ici puisque en 1681-1685 la vicomtesse Lambert de Lorgeril fut déboutée des droits de prééminence et de premier plan sur l'église de Lescouët-Jugon . En revanche comme dans les autres édifices religieux, la chapelle Saint Malo de Parga recevait les dépouilles de ses paroissiens, selon les demandes formulées et les taxes versées : Mathurin Ogier aagé d'environ 60 ans apres avoir reçu dans sa derniere maladie tous les sacrements de penitence et d'extreme onction, luy administrés par moy soubz signé et mourut dans la communion des saints 8e 8e (octobre) 1702 et fut inhumé le lendemain dans l'église de Lescouët dans la tombe du Pargat...  ; Mathurin Jaumet aagé de 13 mois mourut le saiziesme et fut inhumé le dix sept Septembre 1702 par moy soubz signé dans l'entrée et sous le ballet de l'église de Lescoüët...; Jean Le Landais aagé de soixante et quinze ans ou plus au village de Halloüaye mourut le 24 et fut inhumé dans l'église de Lescouët proche le balustre de la dite église le 26e aout 1712...Le corps d'Anne Alot agée d'environ huit ans décédée à la metairie Hingant dans cette subcursale a ete inhumée le lendemain dans la chapelle du Parga en présence de Christophe Alot de François Biard Jan Hervé et plusieurs autres quy ne signent -4 janvier 1753; Louis Duclos, inhumé le 8 juillet 1753 dans le haut de cette église; Gilles Le Dé, inhumé le 6 août 1753 dans le bas de l'église; Renée Le Reste, inhumée le 14 août dans le bas de l'église; Jan Hamon, inhumé le 22 septembre 1753 sous le ballet de l'église.  Ci dessous des echaliers ponctuent le mur d'enceinte de l'enclos paroissial, en réalité, il s'agit d'anciens enfeux provenant de l'ancienne église Saint Malo du Parga.

 

   

 

A travers les actes (XVIIe & XVIIIe) :

 



Le vingt cinquiesme mars 1668 a été inhumé dans l'eglise de Lescoüet Messire bertrand sieur de Vauvert en son vivant & autres lieux inhumé sous une pierre tomballe du coste  vers...(feuillet du registre abîmé) du vingt deuciesme dudiy mois & an après luy avoir administré le sainct sacrement de pénitence...Sa sépulture facit par Missire Jan B... sieur Recteur de Plorecq et Lescoüet

 

Le vingt cinquiesme du mois de septembre mil six cent soixante onze a été inhumé dans l'eglise de Lescoüet Mathurin Jaumet charpentier de sa vocation aagé d'environ ving cinq ans décédé du jour précédent auquel il est arrivé accident lequel fut tué par un chene tombans......

 

Roberde Josse nonagenaire mourut presque de mort subite ayant perdu  tout a coup l'oüye l'entendement et la parole le25 janvier 1703...

 

Jan Gautier fils illégitime de Janne Gaultier fille d'autre Janne de la Ville Morel en Lescoüet advoüée à Jacques Labbé metayer à la Billiais originaire de Pledelia ou St Igneuc né le 16e et baptisé par moy soubz signé  Curé le 17e avril 1703...  

 

Julienne Gautier fille naturelle et illégitime de Janne Gaultier  fille Loüis advoüée à Jan Beard le jeune fils d'autre Jan Beard au rapport de Renée Guerlauas mere de ladite Janne Gautier et de plusieurs autre née et baptisée le 20e mars 1703...

 

Pierre Bourdais aagé de 60 ans ou environ tomba par terre sous la roüe d'une charette s'en revenant de Dinan qui luy passa sur la teste le 22e de mars 1703 et mourut sur le champs et fut inhumé le 24e dudit mois  et an dans l'église de Lescouët 

 

Claudine Colas veufve de Guillaume Jaumet inhumé depuis 3 jours mourut le 26 et fut inhumée à Lescoüet sa sépulture faite par moy soubz signé Curé le 27e Xbre 1704 .Guillaume Jaumet mourut le 22 décembre 1704.

 

Jacquemine Allory veufve de Gilles Prioul décédé depuis les 3 semaines aagée d'environ 75 ans apres avoir reçu les saincts sacrements de penitence et extrême onction luy administrés par moy soubz signé Curé dans sa dernière maladie mourut le 2/e et fut inhumée le 30 Xbre (décembre) 1704. En effet Gilles Prioul aagé d'environ cinquante & cinq ans mourut le 6 décembre 1724

 

Mathurine Oeillet Insencée aagée d'environ 60 ans ou plus, et fut retrouvée morte dans sa maison à la Ville Dane le 17e et fut inhumée à Lescoüet le 18e janvier 1705, en présence de Gilles son frère, Pierre Oeillet son nepveu, Marc Gourieu et Jan Oeillet et Olive Quérée, ses parents et plusieurs autres qui signent. Jan Robert Curé de Lescoüet

 

Mlle Fouré, fille illégitime de Mathurine Fouré, advouée à Ecuyer Gilles Malterre, sieur du Mezeray, sa servante, née le 27e mars 1711....

  Plusieurs décès survenus au village de la Gouhedrais le 9 mars 1753 : René Le Landais, 80 ans; le 21 avril 1753 : Jacquemine Le Landais, 80 ans; le 4 mai 1753 : Julien Feslé, 4 mois; 9 août 1753; Jacques Orial, inhumé le 13 août 1753 sous le ballet de l'église; Jacques Le Landais, 11 ans 

 

Ce 16 septembre 1753 rue du Poudouvre, Janne Daniel épouse de Jan Labbé accoucha de jumeaux qui furent prénommés Jan et Jacques. Le 21 septembre Janne Daniel mourut âgée d'environ 35 ans "après avoir mis 2 enfants mâles au monde" et fut inhumée dans l'égllise Notre Dame de Jugon le lendemain. Le petit Jan Labbé s'éteignit pour sa part âgé de 12 jours.

 

Le nommé Pierre Rouzic de la paroisse de Pleugidi levêché de Treguier noyé dan le grand étang de Jugon et déposé en la Rue de Poudouvre le dix huit octobre mil sept cent quatre vingt dix, a été inhumé, sur le Registre des officiers municipaux, cui joint, dans le cimetière de cette église le lendemain dix neuf des dits mois et an, en présence de Jacques Charles cousin de sa femme

 

Quelques surnoms attribués :

 

Pierre Michel dit Desbois en 1684
Jan Houée l'aisné dit la Mare 1700
Julien Davy dit La Noë 1704

 

.Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 15:07

 

 

Ci dessus le manoir du Verger d'après les éditions du patrimoine de Bretagne et tel qu'on peut l'observer aujourd'hui. Armoiries Quetier-Brunet


 

Une famille Quetier disposa de l'endoit et l'un des ses membres : Jean Quetier y édifia une première demeure. Cette famille Quetier était déjà présente dans les parages ainsi qu'on l'observe à travers les revues médiévales au cours desquelles apparait Jehan Quetier titré sieur de la Ville Guillaume, et il est précisé que ledit "hébergement de la Ville-Guillaume possédé avec ses terres par Jehan Quétier, héritier de Jeanne Rondel, son aïeule -1451". La Ville Guillaume était une terre située en la paroisse de Saint-Igneuc. Ci dessous armoiries Quetier : "De sable au cerf passant d'argent accompagné de trois molettes d'or, deux en chef & une en pointe".


 

 


 

.Au XVIe siècle, Guillaume Quetier en 1554 est seigneur de Follideuc en Saint Igneuc. Un alliance eut lieu entre les familles Quetier et de Lorgeril, en effet Christophe de Lorgeril épousa Guyonne Quetier vers la moitié du XVIe siècle. Leurs descendants héritèrent des terres de la Ville Guillaume et de Follideuc, mais ce dernier lieu fut rebaptisé dans le courant du XVIIe siècle devenant Lorgeril. Jean Quetier, contemporain de Guillaume Quetier édifia en 1551 sur la terre du Verger un premier manoir dont il subsiste une des ailes. A la famille Quetier succéda sur la terre du Verger la famille Lanczat, sans doute dans le courant du XVIIe siècle. Frottier de la Messelière évoque cette famille, mais les armoiries sont méconnues, et du reste aucun des actes paroissiaux de Lescouët-Jugon ne mentionne cette maison. Quand nous avions abordé les pages consacrées à Jugon, il avait été mention de la fondation de cette chapelle sainte Anne fondée en 1644, voici ce que l'on pouvait relever sur le linteau conservé en l'hôtel de ville : H. GENS DE LA PIRONNAIS ET DU VERGER ONT DOTTE DE VI CENTS LIVRES DE RANTE SUR LA MAISON DU VERGER EN LESCOUET POUR LE SERVICE DE LA CHAPELLE FAICT PAR M. PIERRE AVEN ARCHITECTE L’AN 1644. Julienne Urvoy, fondatrice du sanctuaire y est titrée dame de la Pironnais et du Verger . En revanche à travers la famille Brunet, ce nom est lié à la sénéchaussée de Jugon, et l'un des premiers représentants fut Louis-Jean Brunet, titré seigneur du Hac, il exerça la charge de sénéchal de Jugon pendant plus de trente ans. C'est d'ailleurs ce notable qui entreprit la construction de l'actuel manoir avec des fenêtres hautes et des lucarnes de pierre, ainsi qu'une tour carrée à deux étages à l'arrière. L'ensemble a conservé ses bâtiments annexes et ses enclos. Louis Jean Brunet vit le jour à Jugon le 13 mars 1672, son père François Brunet, seigneur du Hac marié avec Marie Ruellan des Salles -décédée le 9 mars 1697, y exerçait la charge de Conseiller du Roy, Alloué et Sénéchal de Jugon. Ayant épousé Françoise Pélagie Heurtault de Bricourt, ils eurent quatre enfants. Lors du baptême de l'aînée prénommée Marie Louise le parrain de l'enfant fut ce 6 juin 1712 messire François Brunet, grand père de l'enfant, et la marraine fut dame Louise d'Espinoze,épouse de messire Louis Ferré,, Conseiller du Roy au parlement de Bretagne, Chevalier seigneur de la Ville es Blancs en Sévignac. Marie Ruellan des Salles trépassa le 9 mars 1697 en sa maison du Verger. François Louis Brunet fils des précédents épousa Marie Rose Guerry. Quatre enfants naquirent de cette union. Leur aîné François Louis devint page du comte d"Artois. L'une de ses soeurs Sophie Reine épousa un certain Théodore Brunet du Guilliers en Plédéliac et leur fils prénommé Théodore François épousa Clotilde Sophie de Penfentenyo de Cheffontaines. Le fils de Théodore François et Clotilde Sophie de Penfentenyo de Cheffontaines : Théodore François Hyacinthe mort en 1912 à Dinard devint maire de Plédéliac et conseiller général du canton de Jugon. Il y fut élu pour la première fois en 1892
 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 13:55

 

Vauvert et armoiries de Vauvert et de la Motte de Broons de Vauvert


 

 

Le Vauvert est une charmante maison de campagne, entourée de beaux bois, et perchée, avec ses fermes, sur une hauteur qui domine une délicieuse vallée, traversée par le grand chemin...Cette habitation, avec ses jardins et ses bois, est le plus bel ornement de la commune. Voici de qu'écrivait Benjamin Jollivet au sujet du lieu implanté dans le bourg de Lescouët. Une bâtisse à cinq travées, un colombier, des toitures en dômes et des communs sont également visibles dans l'enclos ceinturé d'un mur. La juridiction du lieu dépendait de Bécherel. Vauvert pourrait avoir eut comme premiers possesseurs les membres de la famille de Vauvert disposant de terres en Plorec et dont les armoiries étaient "D'argent au cerf de gueules, sommé et onglé d'or, chargé sur la poitrine d'une croix d'argent". Cette famille semble être fondue dans celle de la Motte dont nous parlerons en de plus amples détails sur une prochaine page.

 


En 1455 Pierre de Vauvert reçut du duc de Bretagne, un gobelet d'argent de 2 mares, en 1461 le sire de Vauvert était un des grands seigneurs et officiers qui accompagnaient le duc de Bretagne lorsqu'il alla rendre hommage au roi de France. Maintenant nous savons que la famille de la Motte prit possession de cette terre de Vauvert. Voici un inventaire dressé après le décès de l'un d'entre eux. La publication de ce document effectué par Michel Nassiet sous le titre de "Les activités d'un petit noble au début du XVIe siècle d'après son inventaire après décès"..... Or le défunt était Guillaume de La Motte seigneur de Vauvert, et le document jette donc un éclairage assez rare non seulement sur les activités diverses d'un rural aisé, mais aussi sur un cas ancien de noblesse donnante, puisque tenir taverne et prendre des dîmes à ferme étaient deux activités dérogeantes. Mais cet aspect du document n'est bien réel que s'il est certain que ce défunt était un noble véritable, ce qui exige une brève histoire familiale. La mention de Noble homme Guillaume de la Motte dans la réformation en 1443, nous assure qu'il s'agit bien d'une lignée noble.

Guillaume I possédait alors deux terres dans la paroisse de Plorec, sur l'Arguenon, la maison noble du Meseray où il demeurait, et l'hôtel de Vauvert, inhabité et où il n'y avait pas de métayer. C'est durablement que Vauvert est resté inhabité par ses propriétaires : en 1480 lors de la montre générale des feudataires de l'évêché de Saint-Malo, aucun de La Motte n'a comparu en Plorec, et en 1517 la maison était à peine meublée. Une génération après Guillaume I, le père de notre tavernier est Jehan de La Motte de Vauvert, qu'une quittance nous montre vers la fin de sa vie, en 1501 receveur de la seigneurie de Lorgeril, aussi située en Plorec. Ce Jehan de la Motte tenait en 1480, 60 livres de revenu noble, un revenu d'un ordre de grandeur habituel pour un receveur seigneurial, et qui le situe dans la petite noblesse relativement aisée. En témoignent aussi les deux tenues de combattants à pied décrites en 1517, une de piquier et une d'archer, qui correspondent d'ailleurs exactement aux équipements de Jehan de La Motte et de son fils en 1480, alors que des feudataires de moyenne noblesse auraient été hommes d'armes. Enfin notre tavernier, Guillaume II, est sans doute le Guillaume de La Motte sieur de Vauvert qui perçut en 1491 une pension sur le trésor ducal, ce qui indique que cette lignée avait réussi à se faire connaître à la cour. C'est sans doute son mariage avant 1496 avec la fille d'un petit feudataire de Saint-Maudez qui a conduit Guillaume de la Motte dans cette paroisse. C'est sans doute de ce premier mariage qu'il eut au moins quatre enfants, dont trois étaient encore mineurs en 1517. En Saint-Maudez il a donc tenu taverne au moins en 1501-1502 et de 1510 à 1515, et a été fermier de dîmes. Ce faisant, cette lignée était en train de se hisser dans la moyenne noblesse, comme le suggère la commission donnée à Guillaume III de la Motte seigneur de Vauvert, en juin 1523, «pour tenir & voir la montre des nobles» de l'évêché de Saint-Brieuc pour faire face aux menaces anglaises. La noblesse de la famille était donc reconnue. Les chaînes de fer et les ceps étaient-ils motivés par un pouvoir de justice ? Les deux dais qui décorent une «chère close» et un banc, et qui voisinent avec l'armement, semblent indiquer que semblent indiquer que, tout en servant de taverne, la salle gardait certains éléments d'apparat propres à un manoir. le père de notre tavernier est Jehan de La Motte de Vauvert, qu'une quittance nous montre vers la fin de sa vie, en 1501, receveur de la seigneurie de Lorgeril, aussi située en Plorec. Ce Jehan de La Motte était, pensons-nous, le feudataire qui, lors de cette montre de 1480, résidait en Trémeur à une quinzaine de kilomètres au sud de Plorec (car les La Motte ont possédé en Trémeur le lieu des Portes). Ensuist l'inventouaire descleration des biens meubles & choses mobilières de la communauté du mariaige d'entre noble homme guillaume de la mote sieur de Vauvert et damoyselle guyonne bouan veuffve dudit feu guillaume de la mote, Iceulx biens rapportez par ladite guyonne & prisez par Jehan buschon filz feu guillaume buschon, Jehan buschon de Sainct-maudé, michel buschon, chacun fosez (? sic) jurez quant ad ce soy y estre portez bien & deuement a leurs povair & savance, ledit inventouaire faict par la court du prieur de Sainct-maudé davent saige & pourveu mestre loys du fournet monsieur le lieutenant dicelle, a la pré servation du droit des enffants Estienne, olive & vincente les de la motes enffens myneurs dudit feu guillaume de la mote, desqueulx Jullien de la mote a été mys et institué tuteur & garde & sauff droit de permie p?pgation (tâche) ou en loyale ment a la coustume, le saczecsme jour de novembre l'an mill cinq cens dix sept Les biens meubles qui sont a Vauvert Premier Deux huges garnyes de claveures prisées XXV s. item ungn banc prisé X s & pour ce Cy est le tout des biens estant a Vauvert Item une me a paistrir prisée X s & pour ce X s Item deux Rouetz garniz de broches prisés ensemble X s Item ungn charnier prisé XV s & pour ce XV s Item une mé de pierre qui est en la cave prisée X s & pour ce X s Item une pipe en charnier et ungn fust de pipe30 prisés ensemble VI s & pour ce VI s Item ungn grant cuvel et ungn petit cuvel prisés ensemble II s & pour ce II s Item ungn grant baril prisé XX d & pource XX d Item une père d'armoires garnies de ferreures prisés XXXV s & pour ce XXXV s Item deux charlitz prisez V s & pour ce V s Item ungn dayes avecques deux bruchetz et une chère close prisés le tout ensemble III s IIII d Item une père de brigandines et une sallade une petite pertisanne & une espée d'archier Item ungn aultre days & deux bruchetz et une fourme et ungn banc prisés le tout ensemble X s X s Item ungn charlit prisé V s & pour ce V s Item deux douzaines d'esculles prisées chacune VI d qu'est somme ensemble XII s Item cinq cuveaulx de pipe prisés ensemble VI s Item cinq fleux & deux bruchetz prisés ensemble XX d & pour ce XX d Item quarante et neuff bestes o laine prisées chacune l'un portant l'aultre III s l d qu'est somme ensemble VIII l III s IIII d Item une vache en pail noir prisée XXX s Item deux aultres vaches l'une noire & l'aultre gare Rouge prisée ensemble XL s & pour ce XL s Item une aultre vache en pail Rouge prisée XXV s Item troys génisses de deux ans prisées ensemble XXX s Item quatre veaulx d'un an prisés ensemble L s Item troys veaulx de lect prisés ensemble XX s Item ungn cheval en pail sor prisé LXXV s & pour ce LXXV s Item ungn aultre cheval blanc prisé XXXV s & pour ce XXXV s Item apleict a quatre chevaulx et une cherrue ferré prisés le tout ensemble VIII s IIII d Item ungn chertil a gerbes avecques les braz d'un veil chertil a paillle prisés ensemble V s Item ungn tumbrel a chevaulx prisés VI s VIII d VI s VIII d Item quatre blotz de bouays buschez a fcre planche prisés ensemble XX s & pour ce XX s Item une père de Roues garnies de quatre frettes35 prisées ensemble VI s VIII d & pour ce VI s VIII d Item quantité de fagotz et gruetz prisés ensemble XXX s.....

 

Et l'auteur d'ajouter : Guillaume de La Motte a épousé, avant décembre 1496, Jehanne Buschon, probablement fille de Pierre, qui est cité souvent dans l'inventaire des quittances. Pierre avait comparu à la montre de Dinan en 1480 en représentant son frère Thomas, de Saint-Maudez, lequel possédait 20 livres de revenu noble. Pierre hérita sans doute de son frère; il était marié dès 1480 à Jamette Le Marie, sans doute soeur de Noble homme Pierre Le Marié sieur de la Ruaye en Trémeur, qui tenait 60 livres de revenu noble. C'est apparemment le voisinage avec Pierre Le Marié en Trémeur qui a conduit à l'alliance Buschon en Saint-Maudez. C'est cette histoire familiale qui peut préciser la situation de la maison décrite dans cet inventaire fait par la cour du prieur de Saint-Maudez. En 1477 Pierre Buschon avait prêté hommage à l'abbaye de Beaulieu, dont dépendait le prieuré cure de Saint-Maudez, pour une «masiercs courtill herbregement ysue aire & desport» et quatre journaux à la croix Picault

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 20:07

 

Malterre

 

Seigneurs du Mezeray, du Verger, etc...

 

 

Ci dessous, le manoir du Mezeray d'après patrimoine de Bretagne

 

   

 

"de gueules à trois chevrons d'argent, accompagnés de trois losanges de mesme, deux en chef et un en pointe"

 

   

 

Extraits des registres de la Chambre etablie par le Roy pour la reformation de la Noblesse du pais et duché de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté du mois de janvier 1668, verifiees en Parlement le 30 Juin dernier :

 

Entre le Procureur General du Roy, demandeur, d'une part.

 

Et Jacques Malterre, ecuyer, sieur du Mezeray, faisant tant pour lui que pour ecuyer Yves Malterre, ecuyer, sieur dudit lieu du Mezeray et du Verger, son pere, defendeur, d'autre part. (M. Lefeuvre, rapporteur.)

 

Veu par la Chambre :

 

Deux extraits et presentations faites au Greffe de ladite Chambre, tant par le procureur dudit defenseur, que de lui, les 26e Septembre et 17e Octobre audit an 1668, par la dernière d'ycelles ycelui faisant, comme dit est, tant pour lui que pour sondit pere, demeurant à leur maison du Meserai, paroisse de Plorecq, treve de Lescouet, eveché de Sainct-Malo, ressort de la juridiction de Dinan, lequel auroit par lesdites deux parutions declaré pour lui et sondit pere soutenir lesdites qualites d'ecuyer par eux et par leurs predecesseurs prise et avoir pour armes " De gueulles à trois chevrons d'argent, accompagnes de trois lozanges (ou macles), de mesme, deux en cheff et un en pointe.

 

Arbre de genealogie et filiation du deffenser, par laquelle il articulle qu'il est fils ainé, principal et noble de Yves Malterre, sieur du Mezeray, heritier principal et noble de François Malterre; lequel Yves fut marié à damoiselle Michelle Nau, sortie de la maison de Ville-Irouet, et ledit François fils de Jan Malterre; lequel François epousa demoiselle Catherine de la Fontaine; ledit Jan fils de Jerosme Malterre, lequel (Jan) epousa Catherine Jacquet (dans une ancienne genealogie de la famille Malterre, elle est nommée Jacquemin Soquet, de la maison de la Porte l'Horsquet), et ledit Jerosme Malterre, fils de Pierre Malterre, lequel (Jerome) epousa Janne de la Motte, et ledit Pierre fils de Hamon Malterre.

 

Un contrat de mariage fait devant les notaires de la juridiction et baronie du Guildo, entre ecuyer Yves Malterre, sieur des Champs-Court, fils aine et heritier principal et noble d'ecuyer François Malterre et feue demoiselle Catherine de la Fontaine, sa femme, vivants sieurs et dame du Mezeray, ses pere et mere, et damoiselle Michelle Nau, dame du Verger, fille ainee de deffunts ecuyer Jullien Nau et damoiselle Mathurinne le Denays, vivants sieur et dame de la Ville-Irouet, ses pere et mere. Ledict contract fait en presence de plusieurs et amis les qualifiant de nobles et d'ecuyer, du 8e janvier 1640, signé et garenty.

 

Autre contract de mariage du 9e janvier 1596, passé entre noble homme François Malterre et demoiselle Catherine de la Fontaine, signé et garenty


Acte de mainlevee passe en la juridiction de Plorecq, passé entre noble homme François Malterre, heritier de noble homme Noel Malterre, vivant sieur du Mezeray, lui appartenant la succession collaterallement et noblement, suivant la Coutume et conformementzuc autres closes portees par ledit acte du 1e 13e de Juin 1308, signee et garantie.


Un contrat de mariage entre noble personne  Noel Malterre, sieur du Mezeray, et damoiselle Janne de Launay, du 8e avril 1570, signé et garanty.


Acte de tutelle faite en la juridiction de Plorecq, apres le deces de noble homme Jerosme Malterre; damoiselle Janne de la Motte, sa femme, mere, dit pourvoir ses enfants qu'elle declara en avoir plusieurs mineurs, entre autres ledit Noel, son fils ainé, et ledit Jan Malterre; la garde et tutelle de ses enfants lui furent laisséees par l'avis de plusieurs parents se qualifians des qualites de noble et d'escuier; ledit acte du dernier Avril 1555, signé et garanty.


Acte justifiant que Jerosme Malterre etoit fils ainé, heritier principal et noble de Pierre Malterre, employé dans la réformation de 1513; ledit acte signé et garenty 

 

Un extrait tiré de la Chambre des Comptes de Bretagne, datté et délivré du 6 Fevrier 1669, qui justifie que les predecesseurs du defenseur se snt toujours comportes et gouverner noblement et avantageusement et ont toujours comparu aux montres generalles, bans et arrieres bans de la province, bien montes et armez, en qualité de gentilhommes, et que lors de la tenue des nobles, francs et exempts de fouages de la paroisse de Saint-Jan des Guerets Lescoet, Pierre Malterre s'y trouve employé en compagnie d'autres personnes de qualité. Ledit extrait signé collationné : M. Bedeau, et en marge : Yves Morice. Induction d'actes et titres produits par ecuyer Jacques Malterre, sieur du Mezeray, faisant tant pour lui que pour ecuyer Yves Malterre, son pere, concluant à ce que plut à ladite Chambre les maintenir en la qualité de noble et lui permettre et à ses successeurs de jouir à l'avenir, comme ses predecesseurs ont fait au passé, de tous les privileges, exemptions et immunites dues et concedees et octroyees aux personnes de cette qualité, avec deffenses à tous de les troubler et empescher sur iceux, sur peines qui y echeent, et à ce moyen qu'il sera inscrit dans le catalogue qui sera fait des noms des veritables nobles de cette ditte province, au ressort de Dinan, suivant les lettres patentes de Sa Majesté, verifiees au Parlement. Ladite induction signee : Jacques Malterre et Yves Malterre et du Breil, procureur, signifiee au Procureur General du Roy, le 14e Decembre 1668.


Arret du 19 de Janvier 1669, par lequel, entre autres choses, ladite Chambre auroit ordonné, avant faire droit sur ladite instance, que dans le mois, pour tout delay, Jacques et Yves Malterrese pourvoyroient en la Chambre des Comptes pour en presence du Prpcureur General du Roy en ycelle lever extrait de la reformation des nobles de l'an 1513.


Requete dudit Jacques Malterre, concluant à ce qu'il plut à ladite Chambre lui adjuger ses precedentes fins et conclusions; ladite requete et acte y certee datees et mentionnees monstrees au Procureur General u Roy et mis au sac par ordonnace de laditte Chambre du 19e de Fevrier 1669.


Conclusion, au pied de laditte requete, dudit Procureur General du Roy.
Et tout ce que a été mis et produit par led. deffenseur devers ladite Chambre, au desir de son induction, le tout consideré.


La Chambre, faisant definitivement droit sur laditte instance en execution d'arrest, a déclaré et declare lesdits Jacques et Yves Malterre, perer et fils, nobles, et comme tels leur a permis et à leurs descendants en mariage legitime de prendre qualité d'ecuyer et les a maintenus au droits, franchises, preeminences et privileges atrribues aux nobles de cette province, et ordonne que leurs noms seront employes au rolle et catalogue des nobles de la juridiction royalle de Dinan.


Fait en laditte Chambre, à Rennes, le 1er jour de Mars 1669.

 

Signé : Malescot.

(Copie communiquée par M. le vicomte L. de Portzamparc.)

 

La noblesse de Bretagne devant la chambre de la réformation, 1668-1671 : arrêts de maintenue de noblesse. Tome 2 / recueillis et publiés par M. le Comte de Rosmorduc

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 14:17

 

Nous aurons l'occasion d'aborder avec plus précisions certains lieux évoqués et à travers eux les personnages qui y vivaient ou en disposaient. Mais cette première étude permet de constater les présences de ces notables pour la plupart issus de l'aristocratie, et très impliqués dans le quotidien des paroissiens de Lescouët qui les choisissaient souvent comme parrain ou marraine de leur progéniture. D'autres officiaient à la sénéchaussée de Jugon et appartenaient à ce que l'on nommait alors la noblesse de robe s'unissaient à Lescouët....

 

La famille de la Motte était selon les spécialistes une des branches cadettes de la Motte Bron, d'où le fretté dont elle disposait dans ses armoiries. Elle était établie à la Gueurine en Trémeur ainsi qu'à la Motte même paroisse. C'est une branche de la Gueurine qui prit possession de la terre de Vauvert. Armoiries de la ditte famille :

 

"D'azur fretté d'argent de six pièces""
 

   

 

 

Écuyer Jacques de la Motte sieur de Vauvert alloué du Roy à Jugon en 1649 parrain de Jacques Poinzu le 15 août 1649 cité aussi en 1661 sieur de la Rivière

Ecuyer Bertrand de la Motte seigneur de Vauvert, des Portes 1669   

Damoyselle Allaine (Hélène) de la Motte, damoyselle de la Rivière 1666   

Écuyer Jacques de la Motte sieur de la Rivière en 1676 sieur de Vauvert 1690 mourut en 1695   

Écuyer Jean de la Motte 1695

Nous aurons l'occasion d'aborder une page consacrée à la famille de la Motte de Vauvert

 

 

La famille Rouxel de Lescouët puisait sans aucun doute son origine sur ce terroir qui fait l'objet de cette étude. Elle portait pour armoiries "D’azur à 3 roussettes d’argent." Il disposaient des terres de de Ranléon, de Perouze, de la Morinais, de la Grande, de la Lande, de la Barre, de Lescouët, de la Vallée, de Quéféran.

 

   

 

 

Messire Guillaume Rouxel, seigneur de Ranléon, conseiller du Roy et son seneschal au Siège Royal de Jugon 1666   

Écuyer Louis Salomon Rouxel, sieur de la Lande 1669  

Écuyer Françoys Nicolas Rouxel sieur de la Barre 1680  

 

La famille de Lesquen disposait de la terre de la Ville Meleuc en la paroisse de Pluduno. Dès le XVe siècle, à travers Richard Ier de Lesquen qui vivait en 1450 elle était présente en cette paroisse où elle était titrée de Lesquen et de la Villeneust. La famille de Lesquen était aussi étalie en la paroisse voisine de Mégrit au Veau-Morant. Les armoiries de cette maison étaient :

 
   

 

"De sable à trois jars d'argent, becqués et membrés de gueules."

 

 

 

Messire Toussaint  de la Ville Danne en la trêve de Lescouët épousa damoiselle Jeanne Houguenan dont le berceau de la famille était le Bois-Julienne en la paroisse de Tramain. De leur union naquit Louise de Lesquen qui transporta la terre de la Ville Danne à la maison Boüan en épousant écuyer Allain Boüan. (acte ci dessous) dont les aïeux disposaient eux mêmes de la terre du Bois-Bouan en la paroisse de Mâtignon ainsi que de la Ville Even en celle de Saint Potan. Louise de Lesquen était titrée dame de Pengauve -lire pengave en la paroisse de Sévignac. Au décès de Allain Boüan, elle renonça à toutes les successions de son deffunct epoux .  

Écuyer Toussaint de Lesquen, sieur de la Ville dane 1667 fut inhumé sous une pierre tombale au milieu du chœur de l'église de Lescouët le 27 septembre

 

Contrat de mariage du dict Allain Boüan avec demoiselle Louise de Lesquen dame Pengauve fille puisnée et unique de noble homme Toussaint de Lesquen escuier seigneur de la Villedanne procréé en deffunte damoiselle Janne Houguenan, le dict contrat du deuxième Décembre Mil Six Cent Soixante, signé, « F.Morvan ».  Notaire Royal.

 

 

 

   

 

Armoiries Boüan :

 

"D'argent au chevron de sable accompagné de trois têtes de loup du même, lampassées et arrachées de gueules."

Écuyer Louis Bouan sieur de la Villeven 1661       

Damoyselle Anne Le Bouan, damoyselle du Parc 1664

Écuyer Allain Bouan, sieur de la Ville Even et du Bois 1667 uni avec Anne de Lesquen dont Mathurin Jacques Bouan né en 1679

Écuyer Allain Bouan et dame Louyse de Lesquen sieur et dame de la ville evin 1669      

Louis Alain Bouan 1682

 

   

 

La famille Malterre sera maintenue au sein de la Noblesse en 1669 -voir article page suivante. Cette famille était établie au Mezeray qui appartenait en 1400 à Jean de la Motte aussi seigneur de Vauvert.

 

 

Écuyer Jacques Malterre uni avec damoiselle Hélène Le Sage 1654

   

 

noble homme Yves Malterre sieur du Meseray en 1664       

Damoyselle Servanne Malterre, dame du Meseray 1667   

Écuyer Gilles de Malterre, sieur du Meseray 1689

 

La famille de La Fontaine dont il est mention ci dessous disposait de terres en divers lieux :  Keroni en Plelan, la Cochais en Plorec, et dont les armoiries étaient : "D'azur à la bande nouée  d'or, accompagné de trois coquilles d'argent" 

 

 

Écuyer François de La Fontaine sieur de la Cochaye 1667. On rencontre cette famille établie dès le XVe siècle audit lieu la Cochaye en la paroisse de Plorec dont relevait la trêve de Lescouët. Ainsi Etienne de La Fontaine était-il possessionné en 1400 de la terre de la Cochaye.  

 

   

 

Armoiries Brunet 


Messire François Brunet seigneur de Hac et du Verger, conseiller du Roy et son alloué au siège royal de Jugon 1682. Possesseur de la terre du Verger en Lescouët, il appartenait à une famille originaire de Plédéliac.

 

Écuyer Jacques de Lescrivain sieur de la Garesne 1668.

 

 

Originaire de Normandie était étblie au village de Chantelou, dite paroisse de Lescouët, et  portait pour armoiries :

 

"D'azur au chevron d'or accompagné de 3 roses de même"

 

 

 

Damoiselle Marie de Beaumont dame de la Houssaye citée le 14 octobre 1659

Damoiselle Anne de Beaumont, Dame du Breil 1669

 

 

Écuyer Mathurin du Coudray parrain en 1666, sieur de la Fontaine, fut ensépulturé le 14 octobre 1677   

Pierre du Coudray sieur du Rocher 1666. Cette famille disposait de la seigneurie de l'Espine en la paroisse de Plédéliac et celle des Fontaines en la paroisse de Plorec.  Les armoiries de cette famille étaient : "d'or à la bande de gueules chargée de trois coquilles d'argent et accostée de deux cotices d'azur"

 

 

Dame Françoise du Coudray, Dame de la lande 1667

     

Écuyer Guillaume d'Espinay sieur de Kerdelan 1667.
-Guillaume de L'Espinay  Sr de Kerdehan mourut le 3 février 1687 à Bourseul, il avait épousé  Françoise du Plessix. Les membres de la famille du Plessix étaient originaires de  Bourseul, ils étaient titrés sieurs du Plessix et habitaient la Chapelle de Beaubois (d'après renseignements fournis par Florent Droguet que je remercie)

Écuyer Jacques Gabriel d'Espinay seigneur de la Villegillouan 1689  

Messire François de Trémigon seigneur de la Rivière et de Trémigon 1680

Damoyselle Magdelaine Oren, damoyselle des Courtillons 1666

Damoiselle Mathurine Le Moinne dame des Saudrais 1666     

Damoyselle Isabelle du Plessix damoyselle de la Gareine 1667

Damoyselle Julienne de la Rivière dame des Eaux 1667

Marguerite Hodebert Dame de Grand Maison en 1666   

Damoiselle Jacquemine de La Bouexière damoyselle de Launay 1668   

Damoiselle Julienne Marie des Louveaux 1689

Damoiselle Henriette Anne Le Pouliguen 1690

Guillaume Aragon, sieur de la Fontaine en 1664

 

Damoiselle Mathurine Lemoinne dame de la Saudrais  

Louis Le Moyne Sieur de Tresva mort le 8 août 1645 à la Hallouais Lescouet-Jugon. Inhumé à Jugon le 9 août 1645
Jugon était marié avec Marguerite Gourot dame de Tresva décédé le 19 juin 1636 et inhumée à Jugon. Cette famille disposait pour armoiries "d'or à trois fasces d'argent". Renseignements fournis par Florent Droguet

 

  

 

Me Jacques Sevoy, sieur de Chantelou 1676 demeurant en sa maison en la ville de Jugon en 1676  

Damoyselle Jeanne de la Prevosté, dame 1667   

 

Noble bourgeois François Sevoy sieur des Courtillons 1667   

Damoyselle Hellaine Le Saige dame de la Ville Rondel 1667   

Écuyer Jacques Lefebure sieur du Gué Jouan 1669   

Écuyer Henry Gouyon sieur du Pont Brosset 1669

 

 

 

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article