Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 18:49

La défaite des émigrés à Quiberon, en juillet 1795, ne mit pas fin à l'agitation royaliste. Les chouans multiplièrent leurs entreprises et les continuèrent durant tout le Directoire.

 

 

 

la bataille de Quiberon

 

Le 19 thermidor an VII, le commissaire du Directoire exécutif près le département des Côtes-du-Nord, Dénoual, signalait dans une lettre au ministre de l'intérieur, la persistance de la chouannerie «dont les éléments paraissaient s'être encore réunis, sinon dans tout leur ensemble, du moins en nombre suffisant pour opérer des désastres funestes»...Les menées royalistes furent assez actives et les actes de brigandage assez fréquents pour inquiéter le commissaire Dénoual, qui les retraça au gouvernement dans un rapport très étudié, intitulé : «Résumé sur la situation politique du département des Côtes-du-Nord sous les rapports du royalisme connu sous le nom de chouannerie à Vépoque du 1er pluviôse an VII, précédé d'une analyse sur la même guerre pendant 1793, les ans 2, 3 et 4». Ce rapport mérite une attention particulière car il est l'oeuvre d'un administrateur intelligent et pondéréré qui connaissait admirablement la vie politique du département. Né à Dinan, en 1757, avocat au Parlement, lieutenant du maire, à Dinan, en 1787, député suppléant aux Etats généraux, en 1789, député à la Fédération de Pontivy, en 1790, Denoual-Duplessix fut nommé par le Département, en brumaire an IV, commissaire provisoire du Directoire exécutif près de la municipalité de Dinan (intramuros). Le Directoire confirma sa nomination. Dans cette fonction, Dénoual s'occupa surtout de réprimer la chouannerie. Très modéré, il s'attira la haine des partis extrêmes, des terroristes et des royalistes extrêmes, des terroristes et des royalistes. Candidat au corps législatif en prairial an V, il «eût été nommé député... sans la ligue des chouans.» Après le 18 fructidor, il offrit de donner sa démission, s'il avait perdu la confiance du gouvernement, tout en demandant qu'on ne choisît pas pour lui succéder le chef des «anarchistes» dinannais, Corseul. Il fut maintenu et, le premier jour complémentaire de l'an V, le ministre de la police générale transmettait au ministre de l'intérieur la lettre d'un correspondant qui proposait Dénoual pour remplacer le commissaire de Saint-Brieuc, dont il prévoyait le changement. En germinal an VI, il fut élu administrateur du département. Le 7 prairial an VII, Pouhaer ayant été élu aux Cinq-Cents, il devint commissaire central : de tous les candidats il était celui qui connaissait «le mieux la chouannerie et par conséquent» pouvait «en préserver le département avec plus d'efficacité.» Au début de l'an VIII, le préfet le dira «digne de la plus grande confiance» et, le 11 nivôse de la même année, il sera nommé directeur des Contributions directes. Dénoual était donc bien placé pour apprécier la chouannerie. Bien qu'il ait cru «avoir analysé tous les événements remarquables » de la guerre civile et « avoir réussi... à faire connaître l'historique parfait de la chouannerie» dans le département des Côtes-du-Nord W, la première partie de son rapport raconte surtout à grands traits les démarches et l'oeuvre de Puisaye entre 1793 et 1797; elle est moins précise que le «résumé» proprement dit «sur la situation politique du département des Côtes-du-Nord... » dont nous avons reproduit ou analysé les passages les plus intéressants. Pendant que le comte d'Artois qui, après le désastre de Quiberon, était venu à l'île d'Yeu, pour donner, par sa pré sence plus rapprochée du théâtre de la guerre, un peu de confiance à ses partisans, regagnait bientôt l'Angleterre, Puisaye «parcourait alternativement les territoires d'Ille et Vilaine, des Côtes-du-Nord et du Morbihan... » Quand la prise de Stofïlet et de Charette eût permis à Hoche de consacrer tous ses efforts aux départements bretons, la pacification s'y fit rapidement. Les campagnes étaient lasses d'être pillées. Puisaye le comprit. Il donna l'ordre «de ne plus songer à faire la guerre les armes à la main, mais d'employer tous les moyens pour chouanner l opinion publique... Depuis thermidor an IV jusqu'à germinal an V, tous les efforts ten dirent à s'emparer des élections... » Mais le 18 fructidor ruina les espoirs royalistes.

 

     

 

  Puisaye 

 

De nouveau, Puisaye changea de tactique; il reprit les armes et agita les campagnes. Son insuccès accrut le discrédit dans lequel le comte d'Artois le tenait déjà depuis longtemps et «qui s'était propagé parmi presque tous les anciens chouans.» Le comte d'Artois n'avait pas voulu jusqu'alors lui témoigner ouvertement son mécontentement parce qu'il était protégé par M. Windham; il obtint enfin du cabinet anglais son remplacement. Enfin le nouveau système de chouannerie se développa. II avait été adopté par le cabinet de St-James et le comte d'Artois; il y a quelques mois, on apprit à n'en pouvoir douter que Puisaye était remplacé par un comte de Béhague jadis commandant à St-Domingue, et que les rôles étaient distribués entre les chefs principaux. Le département des Gôtes-du-Nord a été aussi le théâtre des intrigues où se sont exercés les nouveaux provocateurs de la révolte : mais ils ont été presque généralement repoussés par les citoyens des campagnes qui se sont encore ressouvenus avec amertume des vexations qu'ils ont éprouvéespendant les années 3 et 4e». Ces provocateurs ont paru à réputation de loyauté, de bravoure et de talents militaires sans laquelle un chef de parti n'obtient jamais de grands succès.». En vendémiaire an IV, d'après un transfuge « depuis Mongerval et la Mézière jusqu'au fort de Châteauneuf et depuis Gévezé jusqu'aux environs de Saint-Meen, Plumaugat, les bords de la route en deçà et au delà dans les cantons de Tréfumel et Evran et encore depuis les environs de Jugon, en prenant la forêt de la Hunaudaye et communes environnantes jusques vers Pleurtuit et Dinard, lès rebelles, c'est-à-dire les nobles et les émigrés rentrés » pouvaient être au nombre de 150, grossis d'environ 50 déserteurs soldats ou marins. Puisaye avait prescrit l'établissement de colonnes mobiles sur chaque grand'route «pour empêcher les habitants des campagnes de transporter des denrées et d'avoir aucune communication avec ceux des villes.» II avait aussi ordonné «de chouanner (c'est-à-dire de massacrer) tous les patriotes des campagnes.» Ces ordres de Puisaye furent exécutés et les chouans commirent de nombreux assassinats. Par exemple, le 14 brumaire, à Mellionnec, ils tuaient les Saint-Jalmes père et fils, l'un maire de Mellionnec et l'autre juge de paix du canton, et 4 gardes territoriaux; le même jour, à Plénée, ils assas sinaient le juge de paix, François Pringault, son greffier Boisnard et un ouvrier, Calvel, demeurant chez le juge; à Pordic, on signalait aussi des pillages et des meurtres. Le 15 brumaire, les chouans enlevaient au moins 1000 quintaux de grains tant aux patriotes du district de Loudéac qu'aux fermiers des biens nationaux et des biens d'émigrés; ils exigeaient en nature les rentes stipulées en grains et les autres en numéraire métallique. «Ils enlèvent surtout chez les fermiers des domaines nationaux le prix de leurs fermages... » écrit le commissaire central le 27 nivôse an IV. C'était surtout dans l'est et le sud du département qu'ils opéraient; le général Valletaux (le général de brigade commandant la l18 subdivision de la grande division de l'ouest) ne suffisait pas à y rétablir l'ordre.  Si Puisaye fut secondé, en Normandie par Frotté, dans le Maine par Scépeaux, il ne put jamais compter sur le Morbihan où Georges et la Vendée «lui refusèrent toute confiance ou ne lui accordèrent qu'un assentiment passager.» Un envoyé du comte d'Artois, de Botherel, manifestait dans le Morbihan «des opinions contre Puisaye», tandis qu'il se montrait dans l'Ile-et-Vilaine «son partisan zélé».

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:51

 

558_001

 

L'église de Caulnes d'après l'illustrateur Yves Ducourtioux

 

L’Église Saint Pierre et Saint Paul de Caulnes comprend une nef avec adjonction au nord d'un collatéral de deux travées et précédée d'une tour extérieure; puis, prolongeant la nef, chœur avec bas côtés de deux travées. A l'exception de la tour datée de 1769 et construite par des ouvriers locaux payés directement par le recteur messire Louis Closteaux, l'édifice remonte en grande partie au XVe siècle, mais a été remanié à diverses époques et notamment à la fin du XVIIe siècle et au XIXe. Sur la longère sud on relève en effet l'inscription : M. A. GROHAN ET M. I. LANGLOIS TRESORIE. 1686. F.P.V. BIGNON. Pendant la Révolution l'église servit de magasin à fourrages; puis au XIXe siècle, de 1870 à 1880, on exhaussa à hauteur du chœur la partie basse de la chapelle de la sainte Vierge (au nord du chœur), refit les lambris et la couverture. Lors de la construction de la tour, on a réemployé l'ancien portail du XVe siècle.

 

 SAM_5511

 

     l'ancien portail du XVe siècle

   

 

Mobilier : Autels du XVIIIe siècle; cadran solaire daté de 1676; statues anciennes en chêne de saint Pierre et saint Paul (au presbytère), de saint Pierre en pierre à l'extérieur de l'église, de sainte Anne, saint Joseph, saint Jean-Baptiste et saint Antoine ermite, à l'intérieur. Gloire moderne dans le fond de l'église, faite en 1846 par Barême d'Ancenis; vitraux de Laigneaux, de 1886.

 

  SAM_5533 

cadran solaire daté de 1676

 

 

    SAM_5540 

 

statue de  saint Pierre en pierre

 

  SAM_5530 

 

    statue de sainte Anne  

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 12:11

IMG_0158

IMG_0173IMG_0159

IMG_0181

IMG_0174

IMG_0175

IMG_0176

IMG_0177

IMG_0178

IMG_0179

IMG_0180

IMG_0182

IMG_0184

IMG_0185

IMG_0187

IMG_0188

IMG_0190

IMG_0192

IMG_1184

IMG_1185

IMG_1187

IMG_1188

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 04:53

IMG_0228

IMG_0230

IMG_0233

IMG_0234

IMG_0235

IMG_0238

IMG_0237

  IMG_0241 

     IMG_0242

    IMG_0243 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 20:45

 IMG_0200

IMG_0203

IMG_0202

IMG_0211

IMG_0224

IMG_0225

IMG_0226

IMG_0216

IMG_0218

IMG_0219

IMG_0220

IMG_0222

IMG_0201

IMG_0205

IMG_0206

IMG_0207

IMG_0210

IMG_0213

IMG_0214

IMG_0215

  IMG_0827 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 20:36

IMG_0193

IMG_0194

IMG_0195

IMG_0196

IMG_0197

IMG_0198

IMG_0199

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 20:14

IMG_0161

IMG_0160

IMG_0162

IMG_0163

IMG_0164

IMG_0165

IMG_0166

IMG_0167

IMG_0168

IMG_0169

IMG_0170

IMG_0171

IMG_0172

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 19:42

IMG_0125

IMG_0127

IMG_0128

IMG_0129

IMG_0130

IMG_0131

IMG_0133IMG_0132

IMG_0134

IMG_0135

IMG_0136

IMG_0138

IMG_0139

IMG_0140

IMG_0141

IMG_0142

IMG_0144

IMG_0145

IMG_0146

IMG_0154

IMG_0149

IMG_0150

IMG_0151

IMG_0152

IMG_0153

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 19:23

IMG_0111

IMG_0113

IMG_0114

IMG_0106

IMG_0115

IMG_0116

IMG_0117

IMG_0119

IMG_0121

IMG_0122

IMG_0123

IMG_0124

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 19:07

IMG_0094

IMG_0095

IMG_0096

IMG_0097

IMG_0098

IMG_0100

IMG_0102

IMG_0103

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article