Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 09:00

 

 

En 1802, la commune de Plumaugat compte 2.002 habitants, les impôts fonciers s'élèvent alors à 9.515 frs., les impôts mobiliers à 925 frs.,plus 800 frs., pour retribution de 2 vicaires.

 

Pierre Blanchard est alors maire de Plumaugat, son nom y apparait en bas des actes en août 1800, il restera premier magistrat jusqu' à la fin du mois de janvier 1808. Un  certain P. Davy était qualifié de maire de la commune de Plumaugat en 1793, d'autres personalités se sont succédées à ce poste : Mathurin Duval qualifié d'officier public en mars 1796, il s'agissait problablement du premier maire déjà cité en 1790, puis d'autres officiers publics sont mentionnés : Yves Pacé cité en mars 1796; Laurent Faisnel cité en mai 1797; Gabriel Thomas cité de 1798 à 1799.  

-Julien Piel, succèdera à Pierre Blanchard comme maire, puis apparaissent  Pierre Orinel maire de 1820 à 1830; Hyacinthe Lorin maire de 1832 à 1833; Joseph Thomas, maire de 1833 à 1845;  Guillaume Orinel sera d'abord  adjoint au maire en 1836 puis maire en 1845 .

 

L'agriculture demeure l'activité essencielle de la commune, qualifiés tantôt de cultivateurs ou de laboureur, ils   étaient assistés dans leurs tâches par les journaliers. Cependant, en 1836,  on observe diverses tâches liées à l'artisanat :

-des menuisiers, voir des compagnons menuisiers ou des compagnons charpentiers, des charpentiers, des couvreurs -probablement d'ardoise de schiste, des couvreurs de paille. Jean Métayer, Joseph Renault et son fils Joseph, Pierre Renault, Pierre Gacine, Pierre Hardy, étaient couvreurs de paille, des maçons, des charrons, des cordiers. Il y a a aussi des tisserands, des tailleurs, des cordonniers, des meuniers parmi lesquels : Mathurin Bréard, Pierre Duval, Yacinthe Piedvache & Jean Leray, l'aubergiste Mathurin Rouxel et quelques commerçants : Antoine Durot le marchand, Pierre Carré le boulanger, François Bougault, Mathutin Pastel  & François Ruellan les  bouchers.

 

Beaucoup de militaires et de soldats :  Joseph de la Lande , 29 ans,    Charles Pescheloche, 29 ans, François Piplin, 27 ans, Emmanuel Orinel, 25 ans, Jean Santier,  30 ans. Pierre Lelièvre, 26 ans, Dominique Lucas, 24 ans, Julien Benois, 24 ans, Jean Marie Duchêne, 26 ans, Mathurin Bouvier, 24 ans, Mathurin Barbier, 25 ans, Jean Biou, 29 ans,  Georges Lebrun, 29 ans, Charles Macé, 29 ans, Piedvache, 24 ans, Emmanuel Lelièvre, 25 ans,     

 

Pierre Lamotte, garde forestier, Guillaume Floche, jardinier, Alphonse Moisan, buraliste.

 

L'instruction y est également mentionnée à travers Rose Pinard 58 ans, institutrice Jean Laurent Poubaux, 52 ans instituteur, et  les écoliers Yacinthe Piedvache 16 ans , Grégoire Fleury 19 ans.

 

Alain Le Gouedic,  est alors recteur, ses deux vicaires : Mathurin Collet et François Santier.

 

En 1843 un projet voit le jour :  une foire annuelle se tiendra le troisième lundi du mois de mai

 

 

Joachim Fleury dont nous avons brièvement évoqué le nom , vit le jour au village de la Hatrie le 21 février 1762. Fils de Joachim et Julienne Mitteul, il rentra au grand séminaire de Saint Meen en 1786. Au cours de la Révolution, refusant de s'assermenter, il  fut contraint de s'exiler à Jersey. Nommé curé de Broons, en 1817, se fut pour lui l'occasion de rencontrer deux jeunes Broonaises : les soeurs Lemarchand. Elles même aspirent à rentrer dans la religion et à se consacrer aux démunis. Précisément l'abbé Fleury leur confiera la mission d'enseigner et de se consacrer aux pauvres. En 1826-1827, la maison paternelle ouvre sa premières classes, et mademoiselle Bouvier offre une bâtisse située rue de la Glacière afin d'y prodiguer des soins, trois enfants pauvres son recueillis le 2 octobre 1829 à la Glacière, l'abbé Fleury lui même leur confie une jeune femme pauvre et sans abri. Le 25 août 1828, les soeurs Lemarchand prononcent leurs voeux. En 1832 leur père leur offre ce champ dit la Croix Rouge et en quelques mois grâce à l'aide généreux de la population une vaste construction est bâtie. La petite communauté s'y fixe le 29 septembre 1832. L'abbé Fleury mourut en 1849.   

 

     

 

Une autre figure de Plumaugat se remarqua en se consacrant pareillement à la religion : Mathurin Gaultier.  Mathurin Gaultier, avait passé son adolescence  dans les champs à cultiver la terre. Il avait deux passions, celles des chevaux et du jeu. Ses parents, cultivateur assez aisés, l'avaient retiré des études pour le soustraire à ce dernier penchant. Il les reprendra à l'âge de dix huit ans pour devenir prêtre mais marqué profondément par le contact d'un curé janséniste. Il entra au petit séminaire de Saint Meen puis en 1828 au grand séminaire de Saint Brieuc où il fut reçu troisième d'une classe de 63 élèves. Ardant séminariste, lecteur assidu et passionné il recevait son journal sous le nom de Monsieur de Brigneul, Brigneul étant le nom du village de Plumaugat où habitait ses parents. Ami de Grignon de Montfort, il décida de se consacrer aux étudiants ecclésiastiques pauvres afin de les préparer aux tâches les plus humbles du ministère en France et aux colonies.  Devenu professeur de théologie morale en 1834 on lui reconnait le mérite d"avoir purifié la théologie morale du rigorisme janséniste et de gallicantisme, tous deux encore bien puissants au milieu du XXe siècle. Il aida aussi au renouveau de la liturgie et à la restauration du chant grégorien.

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 13:54

 

 

Ce 14 juillet 1789 tandis que se déroulait à Paris la prise de la Bastille, prémice de ce qui allait être le boulversement d'une société, missire Pierre Joachim Gaultier, prêtre de la paroisse de Plumaugat célébrait un mariage. L'union de Pierre Besnard, fils de Pierre et Marie Gicquel avec Angélique Marie Gicquel, fille d'Alexis et de feue Marie Chevalier. Pierre Joachim Gaultier était lui même natif de cette bonne vieille paroisse de Plumaugat, il y avait vu le jour le 7 septembre 1753 au bourg, ses parents : Pierre Gaultier et Perrine Olive y étaient marchands. 

Plumaugat avait vu naître tant d'ecclésiastiques : Servais Androuet et Pierre Joachim Gaultier; Jean Joseph Santier, Charles Gicquel, René Pierre Fleury, Pierre Chevallier, Charles Fleury, Joachim Fleury -fondateur de la Communauté de Broons, Jean François Gallan, Toussaint Le Hardy.

Bien sur que des réformes étaient nécessaires afin de mettre un terme aux abus reposant sur des traditions d'un autre âge. Ainsi quand le cahier de doléances fut soumis aux habitants de Plumaugat, ils demandèrent à ce que les Fouages, cet impôt fut payé par les trois ordres, ailleurs ce fut l'hébergement des troupes, l'obligation d'entretien des grands chemins, et ces impôts à n'en plus finir qui suscitèrent des demandes afin d'y mettre un terme. Mathurin Duval  fut élu maire de la commune de Plumaugat au cours du printemps 1790, mais très vite, les relations entre la municipalité et les citoyens furent tendues, surtout quand on obligea le clergé à s'assermenter comme ce fut le cas ici à Plumaugat ce dimanche 20 février 1791. Le procureur de la commune un dénommé Santier parvint à calmer les esprits échauffés,  la foule menaçait tout autant le sieur Pierre Antoine Nouvel, le curé que les membres du conseil municipal.  Guy-Pierre Duval, sieur de la Touche, devint juge de paix de Plumaugat, receveur-trésorier du district et juge du district jusqu'en 1791. Il se porta aussi acquéreur de beaucoup de biens vendus en septembre 1791, suscitant probablement la jalousie. Julien Piel deviendra quand à lui délégué du district pour le canton de Plumaugat, pourtant déjà une partie des Plumaugatais avaient choisi leur camp : près de 60 hommes de Plumaugat s'enrôlèrent dans la chouannerie. Il est vrai que Pierrot de Saint Régent, un aristocrate de Lanrelas avait pris les armes contre cette république naissante et ses partisans. La fermeture des lieux de culte et la vente du bien public divisèrent encore chaque camp.

 

 

 Pierrot de Saint Régent 

 

Dès le mois d'avril 1794, les Bois de Grénégan, celui de Penguily et la forêt de la Hardouinaye hébergaient beaucoup de chouans, dont près de deux cents pour le seul bois de Penguily, selon les dires de Charles Duval officier public de Plumaugat. Les troupes du Commandant Astier débarquèrent alors à la mi mai 1794 dans le Bourg de Plumaugat, se livrant au passage à du vandalisme sur ces objets de culte synonymes de fanatisme. A travers la campagne, déjà une quinzaine de croix furent détruites  et dans l'église, les objets cultuels furent pareillement jettés à terre. En lisant les actes du registre d'état civil, on découvre quelques notes surprenantes. Le 18 floréal an II, Gabriel Thomas, procureur du juge de Paix du District de Broons assisté du citoyen "Gui" Leclerc se rend au Bois de Penguilly et y découvre le cadavre d'un homme ainsi décrit :  "cadavre masculin, gisant par terre, à plat ventre, ayant les bras pliés sous la tête, la tête ensanglantée, de taille d'environ cinq pieds, âgé d'environ quarante cinquante ans, ayant sourcils noirs, cheveux noirs, plats et courts, figure allongée et pleine, front haut, nez gros & long, bouche grosse, menton al(l)ongé, barbe noire, faiche et pleine, vêtu d"une veste de pluche rouge..."  A n'en pas douter, la victime, un certain Mathurin Rissel, fermier de la Métairie de Grénégan a été assassiné de deux balles dans la tête et d'un coup de sabre dans la nuque selon le rapport du citoyen Bajou, officier de santé de Meen le Libre (Saint Meen). Il semblerait que l'individu assassiné ait été victime des troupes royalistes, quelques jours plus tard, une descente à Saint Meen de grenadiers sous les ordres du général Vachot fera des victimes dans le camp adverse. Ainsi un dénommé Julien Durand du hameau de Quéneleuc fera partie du nombre. Puis une autre descente eut lieu également au village de Boudelan le 13 fructidor an II afin de procéder à l'estimation et à la confiscation du mobilier du prêtre Androuet. Louis Pierre Hervard et Joseph Binard, commissaires furent désignés par le District de Broons afin d'effectuer cette démarche. C'est le citoyen Pierre Mitteul qui disposait de clef de la demeure du deffunt prêtre, voici un bref aperçu des objets notés :

-une grande ca(i)sse eestimée 15 sols

-une paire de pince prisée, 25 s.

-un potage de fonte : 3 livres

-une petite marmite prisée 20 s.

Une écumoire, une caisse de fer blanc, un vieux porte manteau, un bois de lit, un garde mangé, une table à pain, une petite table carrée, une fontaine de fayence, une couchette garnie, un vieux coffre, une casserole de cuivre, la moitié d"'une couverture en poil de chêvre, une dame Jeanne (bonbonne), quatre assiettes de fayence, un buffet, deux chandeliers, deux saladiers de fayence, deux chendaliers de cristalle, deux chaises de bois, un lit garni d'indienne couleur rose avec des vignettes de fer, un mauvais matelas, six fauteuils, une armoire.. 

 

Suite à l'assassinat de Mathurin Rissel, à Plumaugat  : Boulainvilliers, Guillotin, Chantoux, « le Brelon» seront condamnés a mort ; Guillotin, impliqué dans un même assassinat, semble avoir été renvoyé  devant le tribunal criminel d'Ille-et Vilaine -an II-an III.  

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 13:09

 

 

Sous l'Ancien Régime, la paroisse de Plumaugat ressortait du diocèse de Saint Malo, de l'archidiaconé de Dinan et du doyenné de Plumaudan. A la Révolution, elle fut rattachée à l'évêché de de Saint Brieuc et au doyenné de Saint Jouan de l'Isle. Et c'est en 1790, que la première municipalité fut mise en place, Plumaugat comptait alors 2.303 habitants. Parmi ceux ci figuraient : 

 

-639 hommes parmi lesquels 309 citoyens actifs

-809 femmes et filles

-835 enfants au dessous de 14 ans.

 

La capitation s'élevait alors à 2.612 l 6 d., plus 122 l. pour les privilégiés; fouages : 1580 l.

 

En 1793, Plumaugat devint siège d'un canton regroupant les communes de Plumaugat, Lanrelas et Saint Launeuc ; soit un total de 4.355 habitants. En l'an X, le canton de Plumaugat sera supprimé. La mise en place du département des Côtes du Nord, les justices seigneuriales exercèrent encore quelques temps, cependant par la suite, la commune de Plumaugat fut rattachée à l'important District de Broons. 

 

A Plumaugat, le recteur  Pierre Marie Nouvel avait promis de ne pas faire serment, il le fit cependant le 13 février en présence de la garde nationale, de l'abbé Jean Gaultier et du vicaire Servais Androuet. Le vicaire indigné de l'apostasie de son curé, se retira de l'église, quand à l'abbé Gaultier, depuis le choeur de l'église, il interpellale dit Nouvel. Ce 20 février 1791, les femmes de la paroisse, dans un mouvement de colère se jettèrent sur les gardes nationaux, leur arrachèrent les fusils, et les brisèrent sur la balustrade du sanctuaire. Puis, poursuivant le prêtre jureur qui s'était sauvé à la sacristie, elles en enfoncèrent la porte, forcèrent leur curé à rétracter son serment, que malheureusement il renouvela peu de temps après.

Jean Nicolas Jager : Histoire de l'Église de France pendant la Révolution, Volume 2 . 

 

prêtre assermenté

 

On sait les divergences de point de vue entre le prêtre et son vicaire,ainsi, le recteur lu en chaire un mandement de l'évêque intrus des Côtes du Nord, M. Androuet son vicaire, ancien élève des jésuites ne se laissa pas séduire et affligé par l'attitude de son curé fit publiquement des observations sur le fait qie un pasteur était en train d'induire en erreur son peuple. Promptement dénoncé, Androuet fut envoyé dans les geôles de Broons. Comme nous l'avons vu aux pages consacrées aux geoles de Broons, puis il fut ensuite transféré à Lamballe où il resta captif six mois. Bénéficiant d'une amnistie, il fut libéré mais continua d'exercer son saint ministère à Plumaugat. Les paysans de Plumaugat et de Saint-Jouan se disaient entre eux : « Il y aura de la messe à telle heure, telle  nuit, à Kergoët»; et, ainsi avertis, tous partaient en silence, à la faveur des ténèbres, faisant de grands  détours pour ne pas donner réveil . Mais ce jour là, le 6 mai 1794, une colonne de soldats républicains l'arrêtèrent chez une pauvre femme qui lui avait accordé l'hospitalité. Ces soldats qui étaient des forcenés le traitèrent horriblement, ainsi ils le firent asseoir à une porte et le frappèrent au visage avec son bréviaire. De Plumaugat, Androuet fut conduit à Saint Jouan de l'Isle, puis à Saint Meen, à Montfort puis Rennes. Un officier inventa et écrivit une confession générale qu'il dit avoir été trouvée sur M. Androuet, et dans laquelle celui-ci s'accusait des crimes les plus énormes. L'officier la lut en sa présence devant le peuple qui n'en fut pas la dupe, car on  connaissait ce saint prêtre pour avoir une conscience même timorée. En route, on lui donna sur le visage des coups si violents avec un crucifix, que la croix  vola en éclats. Le tribunal d'Ille-et-Vilaine le renvoya  à celui des Côtes-du-Nord. Dans le trajet, voyant à  Saint-Méen un enfant qui s'attendrissait sur son sort,  il lui dit : «Mon enfant, c'est un bonheur de souffrir  pour la religion.» Alors les soldats le frappèrent en  criant : «Le voyez-vous, il cherche encore à fanatiser  l'innocence.» Au Boisgervilly, on lui coupe les cheveux, et en le faisant on lui enlevait la peau de la tête;  il avec douceur : «Vous me faites bien mal; vous me  faites bien souffrir.» On le garrotta tellement qu'il ne pouvait se servir de ses mains; il fallait que des personnes charitables lui portassent la nourriture à la ,bouche. Il fit le trajet de Rennes à Saint-Brieuc à pied, attaché à la queue d'un cheval et aveuglé par la poussière. Le tribunal des Côtes-du-Nord le condamna à mort et il fut exécuté le 30 mai 1794, à l'âge de 51 ans.

D'après le Chanoine François-Marie Tresvaux.          

 

C'est au village de Boudelan qu'était né Servais François Androuet ce 28 avril 1743 au sein d'une famille de laboureurs :  Guy "Endrouet" et Mathurine Bedel. L'enfant fut porté sur les fonts baptismaux par Maitre Servais Briand de la paroisse de St Jean de Saint Meen et par honrable fille Jeanne Daniel. Assistèrent à la cérémonie de baptême Janne Launay et Marguerite Jacqué. C'est Missire Pierre Fleury, natif de la Caresmelais qui procéda à la cérémonie. Servais Androuet fit ses études au collège de Dinan  et il y soumettait une thèse de philisophie le 26 juillet 1765. De santé précaire, on note qu'il a une voix faible mais qu'il sait un peu de chant. Médiocre aux examens, il fut ordonné prêtre à Saint Malo le 22 septembre 1770. Il resta quelques temps vicaire à Ménéac, puis arriva en sa paroisse de Plumaugat où durant près de 10 ans il exerça le culte en la chapelle de Bonne Rencontre, tout en résidant dans sa maison de Boudelan. C'est en cette maison nous dit l'abbé Lemasson que Servais Androuet signa l'Exposition des Principes avec le clergé fidèle du diocèse de Saint Malo. La Révolution l'emporta 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 08:12

le Val

 

Famille Gallan-Galan citée de 1684 à 1750

Famille Gourmon citée en 1705

Famille Perault citée en 1710 

Famille Peillart-Plart citée de 1742 à 1747 

Famille Binard citée en 1742

Famille Daniel citée en 1750

Famille Fairier citée en 1760

Famille Plare citée en 1777

Famille Lebreton citée en 1780

Famille Rolland citée en 1780

Famille Métaier citée en 1792 

Famille Lejard citée en 1805

 

 

la Vallée des Loges-Vallée

 

Famille Gauvain citée en 1780

Famille Morel citée en 1869

Verger

 

Famille Gaudin citée en 1668

Famille Bechard  citée en 1711

 

Demoiselle Julienne Béchard, dlle du Verger, citée en  1711

 

Villaloy

 

Famille de La Lande citée en 1747

 

Villamiot

 

Famille Creté citée en 1742

Famille Barbier citée de 1747 à 1750

 

Maistre  Sebastien Joseph Duval, sieur de la Villamiot, cité en 1750

 

Villaunouvel

 

Famille Fesré citée en 1776

 

Ville Allouet-Villalouet

 

Famille Morvan citée de 1705 à 1750

Famille de La Lande citée de 1760 à 1780  

  

  SAM_3586 

 

Ville au Compte

 

Famille Broussays  citée en 1710

Famille Rondel citée en 1780 

 

Ville Augeay-Ville Augay-Ville au Geay-Villaugeay

 

Famille Leray-Le Ray citée de 1684 à  1760

Famille Santier-Sentier citée de 1710 à 1760

Famille Davy citée en 1760

Famille Durant citée en 1777 

Famille Cherot citée en 1792

 

SAM_0664

 

Le lavoir de la Meslée dans la campagne de Plumaugat route de Lanrelas

 

Ville au Ral-Ville Auralle-Ville au Râle 

 

Famille Barbier citée de 1662 à 1746

Famille Morvan citée en 1668

Famille Santier citée de 1684 à 1792 

Famille Martel citée en 1684

Famille Lejart citée de 1710 à 1792

Famille de La Lande citée en 1742 

Famille Gourmon citée en 1746-1747

Famille Leray citée en 1869

Famille Lemoine citée en 1900 

 

Ville aux Noirs

 

Famille Perot citée en 1668

Famille Ruault citée en 1700

Famille Reallen citée en 1760

Famille Trouchart citée en 1760 

 

Ville Barbier-Ville Barbiers

 

Famille Durot citée en 1713

Famille Chevallier citée en 1747 

Famille Fainel citée en 1792

Famille Lefeuvre citée en 1792 

 

Ville Bedel

 

Famille Barbier citée en 1684

Famille Gauvain citée de 1705 à 1718

Famille Payoux citée en 1710

Famille Guerard citée en 1750 

 

Ville Besnard

  

Famille Barbier citée en 1684

Famille Fontaine citée en 1697

Famille Launay-Launai citée de 1697 à 1869

Famille Chevallier citée en 1706

Famille Peillard citée de 1777 à 1780

Famille Perrigaux citée en 1869 

 

Ville Boisel-Ville Bouexel-Ville Boezel-Ville Boessel

 

Famille Lenouvel citée en 1662

Famille Gaudin citée en 1668

Famille Ruault citée en 1668

Famille Chevallier citée en 1684

Famille Androuet citée en 1713

Famille Binard citée en 1742

Famille Coquillet citée en 1746

Famille Lorent-Lorand citée de 1747 à 1760  

 

SAM_3528

 

La Ville Bouquay

 

Lieu noble cité au XIIIe siècle et en 1427 : J. de Quelan à la Ville Bouquaie (1427) 

 

Villedaunay

 

SAM_3587

  

Famille Chevestrier citée en 1747

 

SAM_3588

  

Ville Duval

 

Famille Barbier citée en 1684

 

Ville es Bourets-Ville Esbouray-Ville es Bourai

 

Famille Ruault citée en 1684

Famille Renault citée de 1706 à 1713 (Ville aux Boulays)

Famille Santier  citée de 1713 à 1792

Famille Besnard citée en 1760

 

Ville Gaillard

 

Famille Davi citée en 1776

 

Ville es Gaudin-Ville es Gaudins

 

Famille Gaudin citée de 1662 à 1684

Famille Coquillet citée de 1662 à 1684

Famille Besnard citée de 1684 à 1696

Famille Chevallier citée de 1684 à 1747 

Famille Bedel citée de 1705 à 1747 

Famille Guichart citée en 1713

Famille Gauvain citée en 1713

Famille Levoyer-Levoier citée de 1713 à 1777 

Famille Pacé citée en 1717

Famille Biou citée en 1718

Famille Leray citée en 1742

Famille Fleury citée en 1747

Famille Briand citée en 1747

Famille Gicquel citée en 1747

Famille Dubois citée en 1747

Famille Daniel citée en 1780

Famille Badouard citée en 1780

Famille Brisorgueil citée en 1792

Famille Roptin citée en 1792   

 

Ville Esnaux-Ville es Noës-Villesnaux

 

Famille Guyot citée en 1684

Famille Guindé citée de 1742 à 1750

Famille Trouchard citée en 1760

 

Ville es Pies-Ville Estpies-Ville Pies-Ville au Pie

 

Famille Gi(c)quel citée en 1684 

Famille Gaudin citée de 1706 à 1760

Famille Duval citée de 1718 à 1750

Famille Chevallier citée en 1743

Famille Chalopin citée en 1747

Famille Robichet citée en 1792

Famille Faisnel citée en 1792 

 

  SAM_3529

 

angle de route conduisant à la Ville es Pies

 

Ville Gatre-Ville Hatrell

 

Famille Ruault citée en 1668

Famille Besnard citée en 1746 

 

Ville Hazard

 

Famille Perrault citée en 1661

Famille de La Brosse citée de 1705  à 1713

Famille Leray citée en 1746-1747

Famille Bedel citée de 1750 à 1777 

 

 Ville Jarno

 

Lieu noble cité en 1427 : Alain Beylene, à la Ville Iarno

 

Jehan de Boisjagu disposait de la terre de la Ville Jarno en Plumaugat adhère aux journées du 31 mai, 1er et 2 juin et accepte la Constitution du 4 août 1793

 

Ville Josse-Ville Geosse

 

Famille Davy-Davi citée de 1684 à 1780

Famille Martel citée en 1684

 

 

Ville Jouhiers-Ville Jouyer

 

Famille Le Sieur citée de 1705 à 1732

Famille Catherinne citée en 1742

Famille Renouard citée en 1760

 

Maitre Leon Lesieur, sieur de la Ville-Jouyer cité en 1732

 

Nobles gens Pierre Catherinne & damoiselle Marie Louise Roumain Sieur et demoiselle des Hauttes Rueles, cités en 1742 

 

Ville Maignan-Ville Magnon-Ville Mangnon-Ville Magnant-Ville Maynon-Villemagnan

 

SAM_3608

 

Famille Bernard citée de 1698 à 1750 (Ville Mangnon)

Famille Allain citée de 1780 à 1792 

 

Villenart-Villes Noirs

 

Lieu noble en 1427 Olivier Brunart ou Brimart, à son hôtel de la Villenart

 

Famille Besnard citée en 1746

 

Ville es(t) Robichet

 

Famille Lebreton citée en 1684

 

 

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor  

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 08:07

Saint Enogat-Saint Anogat 

 

SAM_3473+%282%29.jpg

 

Famille Ferré-Feré citée de 1655 à 1747

Famille Briand citée en 1668

Famille Lelieuvre citée en 1684

Famille Fontaine citée de 1696 à 1713 

Famille Gicquel  citée en 1710

Famille Aubert citée de 1710 à 1718

Famille Dudouet citée en 1717 

Famille Levoyer citée de 1743 à 1746

Famille Barbier citée de 1747 à 1750

Famille Bioche citée en 1750

Famille Bouteiller citée en 1750

Famille Chappelle citée de 1760 à 1780

Famille Daniel citée de 1792 à 1805 

Famille Jaslet citée en 1900     

 

SAM_3475+%282%29.jpg

 

SAM_3476+%282%29.jpg

 

SAM_3477+%282%29.jpg

 

SAM_3478+%282%29.jpg

   

Saint Malo

 

Lieu noble cité en 1427, le manoir dudit lieu appartenait au vicomte de Rohan

 

Saudrais-Sauldray

 

Famille Beschu citée en 1684

Famille Santiercitée en 1750

 

la Tansolière

 

Le Temple

 

Lieu noble en 1444 : Jean de Tremel a son hotel du Temple et y a métaïer

 

Famille Fournyer-Fournier citée en 1652-1653

Famille Besnard citée en 1654

Famille Chevalier citée en 1656

Famille Thebault citée en 1760 (moulin du Temple)

 

SAM_3508.jpg

 

moulin du Temple

 

Honorable femme Janne Thébault du moulin du Temple, citée en 1747

 

Noble Homme Félix Roumain sieur du Temple, cité en 1747. 

 

Thezelais-Tisonnais-Thezelays

 

Famille Duval citée de 1662 à 1684 (Thehelays)

Famille Piard citée en 1718

Famille Rouxel citée en 1747 

 

Thibouvaye-Tibouvais

 

Famille Gauvain citée en 1668

Famille Lenouvel citée en 1668

Famille Rouault citée en 1684

Famille Gicou citée de 1684 à 1760

Famille Jouabault citée en 1684

Famille Gendrot citée en 1684

Famille Gallan citée en 1705 

Famille Cherel citéede 1713 à 1718

Famille Chollet citée en 1717

Famille Havouis citée de 1742 à 1760

Famille Requant citée de 1742 à 1760 

Famille Regnaut citée en 1746

Famille Lorent citée en 1747

Famille Gicou citée de 1750 à 1760

Famille Pescheloche citée de 1760 à 1777

Famille Aubert citée en 1760

Famille Barbier citée en 1777

Famille Chollet citée en 1780

 

Laurence Gicou, fille d'h.G. Pierre Gicou et Ursule Cholet décédée à la Tibouvais âgée de 2 ans, inhumée dans le haut du ci(m)metière le 2 juille t 1760...  

 

....Mathurine Gicou, fille d'h.G. Pierre Gicou et Ursule Cholet décédée à la Tibouvais âgée de dix ans a été inhumée dans le haut du cim(m)etière le 31 juillet 1760

 

Tousche-Touche-Touche Ruais

 

Lieu noble en 1444 : Eon Bernard, à son hostel de la Tousche, le mesme à la Martinaye et y a métaïer

 

SAM_3541

 

Damoiselle Anne Feudé citée dame de la Touche en 1668

 

SAM_3542

 

Heleinne Du Val damoiselle de la Touche en 1705 

 

SAM_3543

 

Famille Martel citée en 1684

Famille Leroy citée de 1684 à 1705 

Famille Duval citée de 1684 à 1710

Famille Biou citée de 1705 à 1780 

Famille Lelieuvre citée en 1718

Famille Hazard citée de 1746 à 1780

Famille de La Lande citée de 1747 à 1792

Famille Pacé citée en 1747

Famille Villory citée en 1750

Famille Ménage citée en 1792 

 

Maitre Jan Duval, sieur de la Tousche, cité en 1732

 

Anne Marie Gabrielle Biou fille légitime de h. gens Joseph Biou et de Janne Dagorgne Métayers à la Touche née le jour d'hier a esté Baptisée par Moy soussigné Recteur ce 26 juillet 1747, a esté parrain N. Me Gabriel Marie de Fredot sieur du Plantys avocat en la Cour et sénéchal de la juri(dic)tion de labbaye royalle de St Meen et Marainne Demoiselle Anne Marie Duval Delle de La Touche.Presens noble garçon Jan Baptiste Duval, sieur de la Touche et Janne Barbier..."      

 

SAM_3544

 

Le manoir de la Touche fut construit en 1696, la souche de la cheminée porte l'inscription :1696 IHS FPF POIRIER, une autre souche de cheminée : IHS MARI.

 

 

Touche Basse

 

la Touche Gatinais

 

SAM_3571

 

 

SAM_3572

 

 

SAM_3574

 

SAM_3573

 

SAM_3579

 

SAM_3578

 

SAM_3580

 

SAM_3582

 

SAM_3581

 

Tousche Ruays

 

SAM_3584

 

Famille Barbier citée en 1674 (métairie de la Touche Ruays)

 

SAM_3583

 

SAM_3585

 

Traversain

 

Famille Barbier citée en 1700

Famille Duchesne  citée en 1710

Famille Couescaure citée de 1713 à 1717

Famille Robichet citée en 1746

Famille Lelievre citée en 1750

 

Trehieu-Trehuet-Trohieu-Treheu

 

Lieu noble en 1444 : Raoul de Trehiou, à l'hotel de Peern. Le mesme a une autre maison noble qui fut à Alain de Bron 

 

Famille Gallan citée de 1668 à 1684

Famille Broussaye-Brousaye-Brossaye citée de 1674 à 1710

Famille Lorant citée en 1674

Famille Coualla citée en 1674

Famille Barbier citée en 1684

Famille Dubois citée en 1668

Famille Bioche citée en 1705

Famille Margue citée en 1705

Famille Gauvain citée en 1705

Famille Trouchart citée en 1706

Famille Guischart citée en 1706 

Famille Coquillet citée en 1706

Famille Comte citée de 1706 à 1713

Famille Theault citée de 1710 à 1713

Famille Lucas citée en 1713  

Famille Santier citée en 1746

Famille Daniel citée en 1750

 Famille Metayer citée en 1777 

Famille Lemétayer citée en 1780

Famille Chevallier-Chevalier citée en 1792

 

Maistre Julien Theault, sieur des Echanges, cité en 1710

 

Me Amaury Couella, sieur de Trehieu cité en 1710  

 

 Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor  

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 07:12

Quaresnelaye-Quarosmellayes

 

Famille Orinel citée en 1668

Famille Androuet citée en 1668

Famille Leroy citée en 1684

 

Queleneuc-Quelleneuc-Queleneux-Quelneuc-Queneleuc-Querbeneuc

 

Lieu noble en 1444 : Eonet de Queleneuc, aud. lieu

 

Lieu noble cité en 1513 : Jeanne de Queleneuc, tient une maison et lieu nob. nomé le Queleneuc, qui fut à Amauri de Queleneuc son père et à Raoul, père dudit Amaury, et y sont plusr rot. adjointes 

  

Famille Chevalier-Chevallier citée de 1668 à 1777

Famille Bioche citée en 1668

Famille Brisorgueil citée en 1684

Famille Orinel citée en 1684 (deux familles)

Famille Janvier citée en 1684

Famille Juguet citée en 1684

Famille Métaier citée de 1674 à 1684

Famille Dudouet citée de 1684 à 1706

Famille Dyas citée en 1684

Famille Béchu citée de 1684 à 1900

Famille Duval citée de 1674 à 1684

Famille Lorand citée en 1684

Famille Théault citée en 1684

Famille Esboussard citée en 1684

Famille Syré citée en 1705

Famille Couaiscaure citée en 1705

Famille de la Lande citée de 1706 à 1750

Famille Faisnel citée de 1706 à 1710

Famille Daniou  citée en 1710

Famille Tiengou citée de 1710 à 1780

Famille Leray citée de 1713 à 1747 

Famille Bouteiller citée en 1717

Famille Rondel citée en 1718

Famille Villory citée en 1742

Famille Rolland citée en 1742

Famille Meance citée de 1747 à 1760

Famille Le Roy citée en 1750

Famille Feudé citée de 1777 à 1792

Famille Cherel citée en 1780

Famille Miteul citée en 1780

Famille Renault citée en 1792 

Famille Moricel citée en 1900   

 

Queloscouët-Gueslauscouet-Quellauquat-Quelauscoët

 

Famille Pipelin citée en 1657 (Quelauscouët)

Famille Le Coq-Le Coc citée de 1662 à 1706

Famille Portier citée de 1674 à 1705

Famille Lemoinne citée en 1684

Famille Rondel citée en 1705

Famille Thomas citée en 1705-1706 (deux familles) 

Famille Le Tort citée en 1705-1706 

Famille Berthelot citée en 1705

Famille de La Lande citée en 1706

Famille Orinel citée de 1706 à 1780

Famille Cochet citée de 1742 à 1780

Famille Davy-David-Davi citée de 1742 à 1780

Famille Jaslet citée en 1747

Famille Hochet citée en 1777   

 

 

Queltay-Quetay-Guestay

 

Famille Lefeuvre citée en 1706

Famille Beusnard-Bernard citée de 1742 à 1750 

Famille Pacé citée de 1747 à 1900 

Famille Santier citée de   1747

Famille Trouchart citée en 1747 à 1792

Famille Davy citée en 1747

Famille Cherel citée en 1747

Famille Durot citée de 1750 à 1792

Famille Chevestrier citée en 1760

Famille Launy citée en 1869    

 

"Jan Beusnard fils de h.h Gens Charles Beusnard, et Marie Odie du Questay agé de sept ans a esté inh(um)é dans le cim(m)etière le 11e Xbre (décembre)1742....

...Charles Beusnard fils de Charles Beusnard, et Marie Odie du Questay agé de neuf ans a esté inh(um)é dans le bas du Rosaire ce 14e Xbre (décembre) 1742". 

  

Quesnon

  

Lieu noble cité en 1427 : le manoir de Quehehon appartenait alors à G. du Houlle. Perot Duguin au Queheon ancien. Cette même année 1427 un  lieu noble de Ker Eon en la paroisse de Plumaugat était à Guillaume Eon.

 

Famille Ruault citée en 1662

Famille Barbier citée de 1713 à 1760

Famille Gallan citée en 1746

Famille Bioche citée en 1760

Famille Le Cler citée en 1792

Famille Le Ray citée en 1792 

 

SAM_3556

 

Questay

 

Famille Dublé citée en 1684

Famille Davy citée en 1705

Famille Faisnel citée en 1705

Famille Lechevestrier citée en 1705   

Famille Pacé citée de 1713 à 1717

 

la Rance

 

Lieu noble cité en 1513 : Raoul de Pathenay, le jeune, tient noblement le lieu et maison de la Rance, qui fut à feu Eon Ramarre, et y a plusieurs rot. jointes. Le mesme à cause de Françoise des Salles , sa comp. et à cause des consors de lad. Françoise, possède une mét. nob. nomée le Temple, qui fut à Guill. des Salles.

La famille des Salles était encore présente sur la paroisse de Plumaugat comme nous le voyons à travers cet acte de baptême daté du 16 février 1667 :

 

"Catherine des Salles fille d'escuier Charles des Salles & demoisselle Gilette Grignart, Sieur & Dame du Couldray a esté baptisée le 16e feuvrier 1667 par le R(ecteu)r et en ont esté parain marraine escuier Guill. Riou, sieur de Brambuan et demoiselle Catherine dame de Couellan"   

 

Famille Faisnel citée en 1713

Famille Briand citée en 1777 

Famille Chevalier citée en 1780 

  

SAM_3510 

 

Rangonneuf

 

Famille Gillet citée en 1684

 

noble homme Paul Nicolas Gillet en 1684

 

Reteu-Resteux

 

Famille Broussaye citée en 1706

Famille Macé citée de 1747 à 1750 (métairie du Reteu)  

 

La Rivière-Rivière des Loges

 

Lieu noble en 1444 : Le seigneur de Plumaugat à l'hotel de la Rivière

 

Famille Dany citée en 1659

Famille Basset citée en 1684

Famille Faynel-Fainel citée de 1717 à 1760 (métairie noble de la Rivière)

Famille Querard citée en 1696 (moulin de la Rivière)

Famille Chevestrier citée en 1713 

Famille Havouis citée en 1792

Famille Jouanin citée en 1900 (Rivière des Loges)   

 

Louys Chevestrier, metayer de la Rivière, cité en 1713

 

Famille Ruellan citée en 1776

 

SAM_3519

 

SAM_3520.jpg

 

SAM_3518.jpg

 

manoir de la Rivière sous divers aspects

 

SAM_3517.jpg

   

la Roche 

 

Lieu noble en 1444 : J. de Parthenay, à son hotel de la Roche.

 

Lieu noble cité en 1513 : Raoul de Parthenay l'aisné, sr de la Roche, possède le lieu et maison noble de la Roche, nob. d'antiquité, et la tient de la succession de Jean de Parthenay son père..

 

La famille de Parthenay était encore présente à travers à Plumaugat avec Yvonne de Parthenay morte le 20 avril 1664. (Armoiries de Parthenay ci dessous)

 

 003-1---2--copie-2

 

 

Famille Sanson citée en 1652

Famille Pescheloche citée de 1656 à 1660

Famille Rattier citée en 1668

Famille Faisnel citée en 1684

Famille Ruallan-Ruellan citée de 1684 à 1717

Famille Besnard citée en 1705 (métairie de la Roche)

Famille Fontaine citée en 1713

Famille Cherel citée de 1747 à 1750

Famille Moricet citée de 1747 à 1750 (métairie de la Roche)

Famille Lemoine citée en 1792   

 

le Rotoul-Rosteul 

 

Famille Delourme citée en 1658

Famille Rondel citée en 1684

 

Rouezouze

 

Lieu noble cité en 1427 : G. Perotin à la Rouezouze

 

Rouairies-Royries-Rouesries

 

Famille Renouard citée en 1760 

 

SAM_3550

 

 

"Gabriel Félix de Fredot fils légitime de noble maistre Gabriel Marie de Fredot, avocat à la Cour, sénéchal de juridiction de  l'abbaye royalle de Saint Meenet de dame Marie Gillet, sieur et dame du Plantys, né à leur maison des Rouesries a eté baptisé par moy soussigné Recteur ce même jour traiziesme avril 1750, a été parain noble homme Felix Roumain, sieur du Temple, procureur fiscal de la juridiction de l'abbaye royalle de Saint Meen, Receveur du Domaine du Roy et correspondant de nos seigneurs les commissaires des Etats, maraine demoiselle Louise Renée de Vaucouleurs. La cérémonie faite en présence dudit père de l'enfant et de dame Heleine Colet, dame de Pérrouze et autres sous signants."    

 

Fredot

 

Armoiries Fredot de Plantys

 

Cette famille Fredot du Plantys était originaire de la paroisse de Caulnes, où elle disposait des terres du Chesnay, du Plantys et de la Haye. Issue de la noblesse de robe, elle fut déboutée lors de la Réformation de 1668 tout comme la famille Gillet. Ainsi Gabriel Marie Fredot, le Sieur des Rouairies et son épouse dame Marie Gillet n'étaient que de simples hobereaux de campagne comme on qualifiait alors les membres de la bourgeoisie locale. Maitre Gabriel Marie de Fredot avait vu le jour à Plumaugat le 21 novembre 1700 de l'union de nobles gens Gabriel de Fredot et de dame Janne Juhel, Sieur et dame du Plantys, c'est son oncle, le Sieur Jacques Le Sieur qui en fut parrain et damoiselle Marye des Salles en fut la marraine. Gabriel Marie Fredot de Plantys épousa successivement damoiselle Anne Le Roy, puis Janne Gilet demoiselle de Perrouze, fille d'écuyer Sébastien Gilet et de dame Marie Le Grand, Sieur et dame de Pérrouze. L'union eut lieu à Plumaugt le 5 juin 1748. Il fut inhumé dans le cimetière de Plumaugat Le 2 mai 1767 "vis à vis la grande porte" en présence de nobles maîtres Haquin, Santier, et Georgelin, avocats en parlement. Son fils Gabriel félix, dont le baptême est mentionné ci dessus, fut avocat au parlement et juge de l'amirauté de Saint Malo, il épousa pour sa part Marguerite du Haut-Manoir et en eut quatre enfants : l'un devint trésorier de l"opéra de Paris, l'autre conseiller général d'Ile et Vilaine, et le troisième capitaine de vaisseau. (sources généanet : M. Ludovic Crombé)              

 

Ruays

 

Famille Cherel citée en 1710 

Famille Crété citée en 1742 (métairie de la Ruays)

Famille Allot citée en 1747

Famille de Fredot citée en 1750

Famille Bechu citée en 1792

 

la Rue aux Blancs-Rue au Blanc 

 

Famille Leberton-Lebreton citée de 1705 à 1747 (métairie de la Rue au Blanc) 

 

Rue aux Lièvres

 

Famille Lemoine citée en 1869

 

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 07:10

la Madochère

 

Famille Guichard citée en 1684

Famille Compte citée en 1710 

Famille Moreul citée en 1718

Famille Cosnier citée en 1747

Famille Coquillet citée de 1750 à 1777

Famille Havouis citée en 1777

Famille Hubert citée en 1869

Famille Labbé citée en 1886

Famille Lejeart citée en 1886

Famille Richard citée en 1886

Famille Pichard citée en 1886

Famille Moisan citée en 1886

Famille Brunard citée en 1886    

Famille Lucas citée en 1900     

 

Maison du Bois-Château de Plumaugat 

 

SAM_4022

 

Famille Orinel citée en 1742

Famille Fleury citée de 1747 à 1780 (château de Plumaugat)

 

Thomas Auguste d'Espinay, chevalier de St Louis, jugé fils légitime du comte d'Espinay, seigneur de Plumaugat, &c., en Bretagne, par sentence ou arrêt de 1718
 

 

Pierre Fleury, fermier du château de Plumaugat, cité en 1747 

 

Maitre Pierre Orinel et damoiselle Guillemette Lemarchand, cités à la Maison en 1742. 

 

Maladrie

 

Martinais-Martinayes-Martinaye-Martinais des Loges

 

En  1440, Gilles de Garnegan tenait quelques rotûres en Plumaugat  où Estaisse tient la Matinaye avec ses fils

 

SAM_3534

 

Un M. de la Martinaye, évoqué le 23 mars 1718 à travers les actes des Registres paroissiaux.

 

Famille Jouverot-Jouvrot citée de 1668 à 1750

Famille Compte citée de 1684 à 1747

Famille Marques-Marqué citée de 1684 à 1780 (Martinais des Loges)

Famille Jumel citée en 1684

Famille Leroy citée de 1684 à 1705 

Famille Trouchart citée de 1705 à 1718 (métairie de la Martinaye)

Famille Gauvain-Gauven citée de 1705 à 1777 (deux familles en 1705-Martinaye des Loges)

Famille Metayer citée en 1706 (Martinaye des Loges)

Famille Jouvrot citée en 1742

Famille Groseil citée de 1747 à 1750

Famille Mosnier citée en 1747

Famille Crété citée en 1747 (métayrie de la Martinais)

Famille Margues citée de 1750 à 1760   

Famille Lefeuvre citée en 1776

Famille Gacine citée en 1776

Famille Peroux citée en 1780

Famille Jaslet citée en 1780

Famille Biou citée en 1792

Famille Boussin citée en 1886

Famille Daunay citée en 1900    

 

 

Meslaye-Meslée-Maislaies

 

Famille Gallan citée de 1705 à 1742

Famille Davy citée de 1711 à 1717

Famille Santier citée en 1717

Famille Gicquel citée en 1747

Famille Briand citée en 1780

Famille Rosé citée en 1792

Famille Benoit citée en 1869  

 

le Mottay-Motay-Motai 

 

 SAM_3522

 

Famille Moreul citée en 1705-1706

Famille Briand citée en 1705

Famille Binard citée de 1743 à 1759

Famille Giquel citée en 1747

Famille Piedevache citée de 1777 à 1780 

 

Motte Blanche

 

 

Moulin au Tort

 

Famille Lecorgne citée en 1713

Famille Serot citée en 1750

Famille Duval citée en 1777 

 

Moulin de la Cheze-Moulin de la Chaise

 

 

Famille Sanson citée en 1705

Famille Labbé citée en 1777 

 

Moulin de la Pierre

 

Famille Arselin citée en 1710 

 

Moulin de la Rivière 

 

Famille Poillevé citée en 1742 

Famille Ruellan citée en 1792

 

Moulin Valée

 

Famille Bechu citée en 1777 

 

Noë-les Noës

 

Famille Guerin  citée de 1706 à 1718

Famille Bougault citée en 1742

Famille Levoyer citée en 1780 

  

Paschouays-Pachoie-Pachouaie-Pachois

 

Famille Odye citée en 1684

Famille Fairier citée de 1705 à 1750

Famille Faisnel citée en 1705

Famille Orinel citée de 1705 à 1750

Famille Bellavoine citée de 1706 à 1747 

Famille Thomas citée en 1713 à 1732 

Famille Leurel citée en 1717

Famille Leray citée de 1718 à 1750 

Famille Gicquel citée en 1742-1743

Famille Guindé citée de 1746 à 1760

Famille Chevallier citée de 1746 à 1750

Famille Jaslet citée en 1750

Famille Rondel  citée en 1780 

Famille Pellouas citée en 1792  

 

Pais d'à Bas-Pays d'abas

 

Famille Leberton citée en 1710

Famille Salmon citée en 1718

Famille Leclerc citée en 1750

Famille Leray-Le Ray citée de 1776 à 1792

Famille Cherot citée en 1792

 

Pesruche-Pêruche

 

SAM_3609

 

Famille Briand citée en 1659-1660

Famille Thomas citée de 1684  à 1777

Famille Orinel citée de 1706

Famille Androuet  citée en 1710

Famille Lefeuvre citée en 1742 

 

Pestelai

 

Famille Meance citée de 1656 à 1705 

Famille Theault citée en 1668

Famille Robert citée en 1684

Famille Feudé citée en 1750

 

Noble homme Guy François Feudé fut procureur fiscal de la paroisse de Plumaugat, marié à demoiselle Julienne Charlotte Bouchet, il s'éteignit le trois janvier 1750 en sa maison de la  Pestelais. Son gendre Pierre Cosnard originaire de Broons, marié à Marie Suzanne Feudé exerça pour sa part la fonction de Notaire et de Procureur. Leur fille Julienne Cosnard épousa Félix Duval Duchenay qui devint Juge de paix au cours de la période révolutionnaire puis avoué au tribunal de première instance de Dinan.

 

la Pierre

 

Famille Labbé citée en 1780 

Pignonais

 

Lieu noble cité en 1513 : Guill. de la Vallée, sr Deros à la Pignonais, lieu nob.  

SAM_3532

 

Famille Trouchart citée en 1713

 

les Planches

 

Famille Orinel citée en 1684

 

Plantyl-Penty-Plantier

 

Famille Broussays citée en 1684

Famille Orinel  citée en 1710

Famille Fairier citée en 1742

Famille Duval citée de 1742 à 1746

Famille Giquel citée de 1742 à 1750

Famille Benoit citée en 1869

 

Plecix-Plessix-Plesseix-Pleissix

 

Famille Martel citée de 1668 à 1684

Famille Souasbault citée en 1684

Famille Chevalier citée en 1684

Famille Orinel  citée de 1706 à 1747

Famille Fleury citée de 1706 à 1792 

Famille Bioche citée de 1713 à 1718

Famille Guérin citée en 1777

Famille Santier citée en 1792

 

le Pont

 

Famille Ruault citée en 1750

 

Pont du Breuil

 

SAM_3481+%282%29.jpg

 

encadré d'un carrefour, l'ancien café

 

Porte Bregaust

 

Lieu noble cité en 1427 : J. Havart, à son hôtel de la Porte Bregaust 

 

Porte Laurent

 

Famille Duval citée en 1742

Famille Sicot citée en 1780  

Famille Lucas citée en 1886

 

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor  

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 07:04

Launay Blouayes-Launay Blouet

 

Famille Pescheloche citée en 1684

Famille Beschu citée en 1684

Famille Moricet citée en 1705

Famille Murgallé citée en 1777

Famille Cherel citée en 1900

Famille Boursier citée en 1900       

 

Launay Chêne Poison-Launay Chesne Poisson

 

Famille Chevallier citée de  1710 à 1747

Famille Bioche citée en 1792

Famille Eballard citée en 1792

Famille Garnier citée en 1900   

 

Launay Damar-Launay Damart

 

Famille Lorand citée en 1684

Famille Hervé citée en 1684

Famille Roptin citée en 1706 

 

Leix-Leez-L'Aye-Lais-Léez-Lez

 

SAM_3605 

 

Il est généralement admis que semblable endroit était à la fois une défense primtive bretonne, et une résidence machtiernale (voir Plumaugat à l'époque bretonne) 

 

Lieu noble en 1444 : Jean Recourse, à son hostel nommé le Lees.  

 

Famille Gicquel citée en 1668

Famille Henry citée en 1674

Famille Barbier citée en 1684

Famille Durot citée de 1684 à 1718

Famille Chevallier citée de 1706 à 1760

Famille Gallan citée en 1706

Famille Androuet citée en 1710 

Famille Graniouan-Grand Jouan citée en 1713

Famille Thomas citée de 1747 à 1750

Famille Durant citée en 1777

Famille Bedel citée en 1777  

Famille Aubert citée de 1777 à 1780 

Famille Guindé citée en 1792     

 

SAM_3474 (2)

 

L'Espinay-Lepinay

 

Lieu noble en 1444 : Jean Guille, a son hotel de Lespinay

 

Famille Poillart citée en 1668

Famille Faisnel citée en 1684

Famille Bernard citée en 1705 à 1792

Famille de La Lande citée en 1743

Famille Davy citée de 1747 à 1750 (fermiers de la Porte de l'Espinay)

Famille Gauvain citée en 1750

Famille Biou citée en 1792 

 

Le château de Lépinay

 

 

 

Le château de Lepinay d'après le vicomte Frottier de la Messelière et les armoiries de Vaucouleurs

 

"Messire François Guenolé de Vaucoulleur Chevallier Seigneur  de Lespinay gouverneur pour le roy des ville et chasteau de Concarneau décédé le 12 9bre (novembre) 1718 après avoir receu les sacrements  a esté inhumé dans cette église le 14 du mesme mois par mr Chepin Curé de St Jan de St Meen, présents mrs Martel Rolland et autres J: Merienne Recteur de Plumaugat" 

 

C'est durant les guerres de la Ligues que la famille d'Espinay hérita de Plumaugat par le mariage entre Louis d'Espinay mort à Plumaugat l'an 1600 selon Auguste du Paz et Anne de Rosnivien dite de de Guitté, fille de Guy. Messire François de Vaucouleurs fils de Thomas de Vaucouleurs, lui même gouverneur dudit lieu de Concarneau et de Jacquemine Colichet avait épousé Hélène (de) Cojalu, fille de Joachim, sénéchal de Ploërmel seigneur de Lespinay mort en 1656 et de Françoise Urvoy. Voir ci dessous la mention de François de Vaucoulleurs et de dame Helenne de Cojalu.  

 

 

Messire François de Vaucouleurs et dame Helenne de Cojalu eurent pour fils le chevalier François de Vaucouleur, seigneur dudit lieu. Ce dernier  fut aussi gouverneur de Concarneau, il épousa d'abord une demoiselle de la maison Papin du Frettay, puis ensuite en la paroisse Saint Etienne de Rennes  : demoiselle Louise Bossart de la Verrière.   

 

 

colombier à Lepinay

 

"Le nommé St André, Domestique de madame la comtesse d'Espinay décédé le 7 mars 1730 a eté inhumé le 2 du même mois étan(t) dans cette église par moy soussigné étant assisté du clergé ainsy signé. Meriene Recteur de Plumaugat" 

 

Demoiselle  Louise Renée de Vaucouleurs, citée en 1750

 

Lesquily

 

Lieu noble en 1444 : Raoul de la Moussaie, à Lesquilli

  

 

Famille Galan citée en 1658

Famille Couella citée de 1668 à 1710

Famille Besnard citée en 1668

Famille Perault citée en 1674

Famille Rouault citée en 1684

Famille Gauvain citée en 1696

Famille Renault citée en 1697

Famille Brisorgueil citée de 1706 à1780

Famille Broussais citée en 1746-1747

Famille Ferré citée en 1760

Famille Orinel citée en 1805

 

SAM_3513

 

Lhostellerie

 

Famille du Val citée en 1668

 

Lhozier-Lozier

 

 

Famille Burel citée en 1660 "méttairie de Losier"

Famille Faisnel citée en 1684

 

Le château de Lozier

 

 

 

Le château de Lozier 

 

"Très Haut et très Puissant sire Anne Maxime Jan D'espinay seigneur comte de Beaufort, Blossac Touraude et autres lieux fils de très Haut et très Puissant Sire Barthelemy D'espinay et très Haute et très Puissante dame Catherine de Gouyon âgé d'environ dix ans décédé au château de Lozier en cette paroisse le 11e du mois de novembre mille sept cent quarante deux a esté inhumé le lendemain dans le sanctuaire de cette église douzième des mêmes mois et anpar mr Pairier recteur de Lanrelas en presence D'escuyers Sebastien Gillet, Louis Gillet sieur de Pesrouze, de Messieurs Feudé le sénéchal  et procureur fiscal de cette paroisse et de grand nombre d'autres personnes qui se sont retirées sans signer dans le sanctuaire de cette église -un mot raturé réprouvé en interligne approuvé"..designé Ant: Eliot Recteur de Plumaugat. (chanoine Anthime Éliot de La Châtaignerais).       

 

 

Armoiries d'Espinay, du Breil de Pontbriant,, de Bruc, Guehenneuc de Bouishue, de Carné

 

Barthelemy Gabriel d'Espinay, comte d''Espinay en Bretagne, était  colonel du régiment de  Charollois d'infanterie, il devint le 20 juin 1708 brigadier des armées du Roi. C'est le 7 juillet 1699 qu'il épousa une jeune femme âgée de 24 ans : Anne de Hautefort, fille de messire Gilles de Hautefort et de dame Marthe d'Estourmel. De leur union naquirent  * : 

 

-Françoise Gabrielle d'Espinay, mariée au chevalier Louis Claude du Breil de Pontbriand, fils du comte Joseph Yves et de dame Marie Angélique de La Garaye. 

 

-Barthelemy Anne Marie d'Espinay, marquis d'Espinay et seigneur d'Yvignac et héritier de Lozier. De son union avec dame Catherine Gouyon de Beaufort, fille du vicomte de Touraude naquit Anne Maxime Jean d'Espinay,mais l'enfant âgé de dix ans mourut à Plumaugatle 11 novembre 1742  (ci dessus).

 

* M. Thomas Auguste d'Espinay, chevalier de St Louis, ci devant connu sous le nom de Marquis d'Espinay, jugé fils légitime du comte d'Espinay, Seigneur de Plumaugat, &., en Bretagne par sentence ou arrêt de 1718 ou environ, après avoir servi comme officier durant la guerre de 1740, passé dans l'Inde en  1749, vient d'arriver en France, ayant perdu dans un nauffrage la somme de  1,500,000 liv, qu'il apportoit avec lu, il désire savoir des nouvelles de sa famille , & recouvrer le jugement qui a prononcé sur sa légitimité. Il est âgé d'environ 78 ans  n'est point marié, n'a point d'enfans, et possède encore dans l'Inde une habitation de 3,000,000 liv, il se souvient qu'il a été élevé dans son enfance chez Madame de Bouexic 0 LA Driennaye puis au  château de   l'Osière en Plumaugat. Il a quitté la Bretagne en 1728; il est maintenant logé à Paris, chez M. de Moutier, Garde  de la ville, grande rue du faux-bourg Saint Honoré, n° 20.  

 

 

A la mort du comte Barthelemy d'Espinay, survenue en 1747, sa soeur Françoise hérita de Lozier, mais également de la seigneurie de Plumaugat ainsi que celle d'Yvignac  qu'elle transporta à la famille du Breil de Pontbriand. Le  nouveau possesseur du lieu : Louis Claude du Breil de Pontbriand était capitaine général, garde de côtes du département de Pontbriand qui s'étend entre la Rance et l'Arguenon, et le chemin de Dinan à Jugon, gouverneur des Ebihens. Deux filles naquirent de l'alliance de messire Louis du Breil de Pontbriand et de dame Françoise d'Espinay : Anne Sylvie Claude du Breil et Pélagie du Breil.

 

C'est à Pleurtuit que fut baptisée en 1723 Anne Sylvie du Breil de Pontbriand. Celle que l'on désignait la demoiselle de Broon n'avait que quinze ans quand elle épousa à Rennes Jean Baptiste de Bruc nouveau possesseur de la Motte Broon -acquis auprès de Charles de Brionne-Lorraine. Jean Baptiste de Bruc et Anne du Breill eurent deux filles : Anne Sylvie et Pélagie. 

 

-Anne Sylvie du Breil de Pontbriand et Jean Baptiste de Bruc furent les parents de Sylvie de Bruc mariée à Jean Baptiste Guéhenneuc, comte de Boishue.  Pierre-Louis de Boishue, leur fils fut tué à Rennes le 27 janvier 1789 lors du soulèvement annonciateur de la Révolution. Pélagie du Breil de Pontbriant épousa Toussaint Guéhenneuc de Boishue, et c'est leur fils Charles qui devint possesseur de Lozier. Marié à Marie Caroline Plouays de Chantelou, son fils aîné prénommé pareillement Charles naquit en 1818, il épousa Marie Caroline Plouays de Chantelou. Ci dessous acte de décès en 1854 de Mademoiselle Marguerit(t)e Marie Berthe de Guéhenneuc . 

 

 

 

 

Plusieurs filles naquirent de cette union, l'aînée prénommé Marie épousa le sénateur Henri de Carné. N'ayant pas d'héritiers, le domaine revint à Marguerite Guéhenneuc de Boishue elle même mariée au frère du sénateur : Alphonse de Carné Trécesson. Leur fille transporta le domaine à la famille de Mellon.

 

 

 

Le sénateur Henri de Carné

 

SAM_1855 (2)

 

 

Lhyerable-Lierable-Lierables

 

Famille Lemoinne citée en 1696

Famille Martel citée de 1706 à 1713

Famille Faisnel-Fainel citée de 1710 à 1750 

 

Les Loges

 

Famille Gicou citée en 1674

Famille Perigault citée en 1684

Famille Odye citée en 1684

Famille Piedesriere-Piederière citée de 1705 à 1792

Famille Quelleu-Quelleuc citée de 1705 à 1713

Famille Lenouvel citée en 1705

Famille Cherel citée en 1705

Famille Rondel citée en 1705

Famille Gallan citée en 1705

Famille Jallet-Jaslet citée de 1705 à 1747

Famille Janvier citée de 1705 à 1805

Famille Corbin citée en 1706

Famille Guibane  citée en 1706

Famille Gicquel citée de 1710  à 1718

Famille Hazard citée de 1711 à 1713 

Famille Lelieuvre citée en 1713

Famille Trouchard citée de 1717 à 1792

Famille Gauvain citée en 1717

Famille Benoist citée de 1742 à 1750 

Famille Coquillet citée en 1742

Famille Resleu citée de 1746 à 1750

Famille Auvray citée en 1750 

Famille Gendrot citée en 1750

Famille Comte citée en 1760

Famille Guillaumot citée en 1760

Famille Chappelle citée de 1776 à 1780

Famille Béchu citée en 1777

Famille Berichon citée en 1777 

Famille Hervé citée en 1780

Famille Delarue citée en 1780 

Famille Raffray citée en 1780

Famille Delourme citée en 1792

Famille Pichart citée en 1805 

Famille Martin citée en 1805

Famille Havouis citée en 1886

Famille Chatelet citée en 1886

Famille Chevalier citée en 1886   

 

François Janvier, sieur des Loges, cité en 1710

 

Xphe Janvier (Christophe) Sieur des Loges, cité en 1730   

 

Louverier

 

Famille Coquillet citée en 1747

 

 

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor  

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 07:02

Hannelay-Halnay-Hanelais

 

Famille Havoyer citée en 1652 (Hallenay)

Famille Barb(r)ier citée en 1662

Famille Orieux citée en 1698

Famille Leurel citée en 1706

Famille Orinel citée de 1713 à 1750 

Famille Pescheloche citée de 1713 à 1718

Famille Fesré citée en 1747

Famille Rondel citée en 1747

Famille Lorent citée en 1792  

 

Demoiselle Anne Helene Lenouvel, dlle du Halnay, citée en 1747.  

 

 

Hatterie-Hatrie-Hastrie

 

Lieu noble en 1444 : les enfens Mahé de la Vallée, à la Haterie

 

SAM_3537

 

Famille Mitteu-Miteul citée de 1655 à 1780

Famille Le Liepvre citée en 1656

Famille Barbier citée en 1684

Famille Ruault citée en 1684

Famille Gauvain citée en 1684

Famille Crossay citée en 1684

Famille Roptin citée de 1684 à 1777

Famille Faisnel citée en 1684

Famille Theault citée de 1705 à 1710 

Famille Besnard citée en 1742

Famille Jumel citée en 1746

Famille Lejard citée en 1792

Famille Vilory citée en 1792 (métairie de la Haterie) 

 

SAM_3526

 

à la Hatterie 

 

 

Haut du Bois

 

Famille Regnault citée en 1706 

 

Haut Planty-Haut Plantis

 

 

Haye Cojalu

 

Famille de Cojalu citée en 1662

 

Herablais

 

Famille Jumel citée en 1792

 

Iffay-Yffee-Yffes-Iffée-Ixee

 

Famille Doneaux citée en 1684

Famille Souasbeault citée en 1684

Famille Rossigneul citée en 1705

Famille Renard citée en 1705

Famille Gicquel citée en 1706

Famille Metayer citée de 1706 à 1750 

Famille Barbier citée de 1706 à 1900   

Famille Lebreton-Leberton, citée de 1706 à 1747

Famille Gaultier citée en 1710

Famille Fesron citée en 1713

Famille Hamonic citée en 1713

Famille Thomas citée de 1747 à 1750

Famille Dudouet citée de 1747 à 1750

Famille Gendrot citée en 1777 

Famille Broussais citée en 1792

Famille Sicot citée en 1792

Famille Guerin citée en 1792

Famille Chevallier citée en 1792   

 

 

Jannaie-Jannay

 

  SAM_3612

 

Damoiselle Gillette Bret, demoiselle de la Jannais citée en 1654.  

 

Famille Barbier citée de 1668 à 1705 

Famille Lelieuvre citée en 1684

Famille Besnard citée en 1696

Famille Briand citée en 1705

Famille Joubeix citée en 1705 

Famille Martel citée de 1710 à 1746

Famille Pacé citée de 1716 à 1718

Famille Miteul citée en 1747

Famille Androuet citée en 1777

Famille Lesage citée en 1869 

 

 

Kergomac-Quergomach-Quergoma

 

SAM_3552

 

Famille Pillart citée de 1668 à 1684

Famille Martel citée en 1684

Famille Cresté citée en 1705

Famille Gourmon citée de 1710 à 1713

Famille Guérin citée en 1710  

Famille Le Hardy citée de 1713 à 1717

Famille Lelievre citée en 1730

Famille Davy-Davi citée de 1747 à 1777

Famille Le Moine citée en 1747

Famille Reallen citée de 1747 à 1750

Famille Orinel  citée en 1777

Famille Durot citée en 1900 (Quergomac)      

 

SAM_3554

 

Kerrien

 

Merci aux Archives daprtementales des Côtes d'Armor

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 06:58

 

La Crouaix-Crouay

 

Famille Fayne citée en 1662

 Famille Lévêque citée en 1900

 

SAM_0665

 

croix ancienne

 

 

 Ecossay-Cossay

 

Famille Gaumon citée en 1684

Famille Gallan citée en 1684

 

Eon Passier-Querheon (peut être le village ancien Ker Eon)

 

Famille Chevalier citée en 1656

 

Flunaye-Flusnaye-Fleunais-Fleunays

 

Famille Levoyer citée de 1668 à 1760

Famille Trouchart citée en 1674

Famille Chevalier-Chevallier citée de 1674 à 1713

Famille Crosse citée en 1684

Famille Gilard citée en 1684

Famille Odye citée en 1684

Famille Bouttelier citée en 1684

Famille Hardy citée en 1684

Famille Réallen citée en 1684

Famille Benoist citée en 1684

Famille Besnard citée de 1693 à 1710

Famille Briand citée de 1705 à 1792

Famille Cresté-Crété citée de 1705 à 1760

Famille Jeneu-Juneu citée de 1706 à 1713

Famille Davy citée en 1706

Famille Thomas citée en 1713 

Famille Petiot citée en 1713

Famille Murgallé citée en 1743

Famille Rouxel citée en 1760 

Famille Lerai-Leray citée de 1776 à 1780

Famille Pecheloche citée de 1777 à 1792

Famille Morvan citée en 1780

Famille Binard citée en 1780 (Bas Fleunais)

Famille Hazard citée de 1777 à 1780

Famille Orinel citée en 1900

Famille Nouyoux citée en 1900      

 

Honorable garçon Julien Cresch, sieur de la Fleusnaye cité en 1710       

 

SAM_3530

 

Fontaine au Porcher-Fontaine es Porcher

 

Famille Hervé citée en 1777

 

Fosse au Loup

 

Famille Cordier citée en 1742

Famille Souasbault citée en 1747 

Famille Briand citée en 1776

 

SAM_3610 

 

Gastre

 

Famille Grand Jouan citée en 1684

 

Gaudesière-Gaudaizière-Gaudaisière

 

Le manoir de la Gaudésière est généralement daté des XVIe & XVIIe siècle et deuxième quart du XVIIIe siècle*. Un linteau conserve trace du batisseur :  FFP I INLFEVDE 1741. Il s'agit donc d'un des membres de la famille Feudé. Une tour d'escalier orne la façade du manoir et des linteaux à accolades souligne quelques ouvertures. 

 

* certaines parties semblent remonter au XVe siècle.

 

 

Armoiries de La Moussaye et Feudé

 

Famille Trouchard citée en 1684

Famille Revault citée en 1747 (métairie de la "Gaudaisière") 

Famille Feudé citée de 1759 à 1776

 

Demoiselle Gabrielle Emilie  Jeanne Feudé, dlle de la Gaudésière citée en 1759

 

Famille Piel citée de 1776 à 1780

 

"Gabriel Marie François Piel fils de n.h Auguste Jean Piel et de dlle Suzanne Mathurine Feudé agé d'un mois décédé au Manoir de la Gaudésière a esté inhumé le vingt deux décembre 1776 en presence de son père du sr Joseph Binard et autres qui n'ont signé".   

 

 

Le manoir de la Gaudesière.

 

Vers 1320 une alliance eut lieu entre la famille de la Moussaye et celle de Plumaugat, en effet, Bertrand II de la Moussaye épousa Isabeau de Plumaugat. Leurs descendants seront possessionnés de la terre de la Gaudésière. Donné sous la forme de Gaudaine à travers les montres nobiliaires de la paroisse de Plumaugat en 1444, la Gaudésière appartient alors à Eonnet de la Moussaie. Aux montres de 1515, ce sont Amaury Ier de la Moussaye et Gilles de la Moussaye y sont cités propriétaires de l'endroit. En juin 1585 damoiselle Anne de la Moussaye épousa Jacques d'Yvignac, sieur de Langevinays. (Acte ci dessous) "Noble home Jacques d'Yvignac Sr de Langevignays (Langevinais) et damoiselle Anne de la Moussaye dame de la Gaudessière furent espousez  en l'églisse de Plumaugac p(ré)s(ent) dom Guill. Le Roy le vinct deux  j(ou)r de juingn 1585 Presantz dom Guill Binard dom Jullien Thomaz"

 

A travers les actes paroissiaux de Plumaugat est également évoquée damoiselle Margueritte de la Moussais, citée marraine en 1620. Au cours du XVIIIe siècle, la famille Feudé était présente à la Gaudésière. Cette famille Feudé était issue de la petite noblesse reconvertie dans le domaine judiciaire. Joachim Feudé originaire de Lanrelas épousa Anne Ernoul de la paroisse de Plumaugat, fille de Pierre Ernoul sieur de la Régnière. Ils furent les parents de  Pierre Feudé lui même marié à Magdelaine Duval. De leur union sont issushuit enfants dont : Jean François Feudé et Guy François Feudé

 

-Jean François Feudé, titré sieur des Bois et de la Gaudésière, il épousa Charlotte Rolland, elle même fille de notables, leur fils prénommé Charles Marie est titré sieur des Portes dans un acte de baptême en date du 17 novembre 1735.

  

-Guy François Feudé dont il est mention à la Pestelais, dernier des enfants de Pierre & de Magdeleine Duval épousa pour sa part Julienne Charlotte Bouchet. C'est leur fille Françoise Marie Feudé qui transporta la Gaudésière à la famille de la Lande en épousant le sieur Jacques de La Lande. Ci dessous l'acte de baptême de Françoise Marie Feudé. 

 

"Françoise Marie Feudé fille d'honorables gens Guy François Feudé et de damoiselle Julienne Charlotte Bouchet ses père et mère a esté baptisée par moy soussigné et ont esté parain et marainne  Guy François Feudé et damoiselle Marye Suzainne Feudé qui ont signé ce onziesme mars mil sept cent trente deux"

 

  

 

Olivier Binard, greffier de la juridiction de la "Gaudaizière" en 1780

     

Jacques-Mathurin Marie de la Lande naquit à la Gaudesière le 20 mai 1768 de l'union du sieur Jacques de la Lande et de damoiselle Françoise Marie Feudé. Jacques de la Lande fit ses études chez le curé de Broons et s'avéra très précoce. En 1790, prévoyant que la France allait être le théâtre d'une lutte intestine, il s'engagea dans les volontaires des Côtes du Nord et se voua à la défense de la république, il prit ainsi part à la bataille de Jemmapes (illustration ci dessous), alors adjudant sous officier, il est un temps soigné à l'hôpital de Mons pour un coup de fusil reçu à la jambe. Colonel au 80e Régiment d'infanterie, décoré des titres de chevalier de la Légion d'Honneur et de Saint Louis, Monsieur de la Lande reçut à Thionville, le 15 novembre 1814, jour douloureux de sa séparation d'un corps qu'il aimait tant : une épée d'honneur. Par ordonnance du 9 mai 1815, il reprit du service et fut appelé au commandement de la garde nationale du département de Charentes Inférieure, et finalement rentra dans ses foyers le 1er août 1815.  Il mourut le 17 juin 1828 à la terre de la Gaudesière, en Plumaugat, sa commune natale, et fut porté au champ de repos entouré de parents et d'amis qui arrosèrent sa tombe de larmes abondantes. Voici un résumé que nous laissa Prosper Jean Levot de cette grande figure oubliée de Plumaugat..

  

  

 

  

 

 

Gennay-Geunay-Gennays

 

Famille Pacé citée de 1747 à 1792

Famille Miteul citée de 1777 à 1780 

 

Gilardières-Gillardières-Girardières

 

François Rondel cité sieur de la Gillardière en 1684 

 

Famille Esnoul citée en 1668
Famille Rondel citée de 1674 à 1713 (deux familles) 

Famille Pacière citée de 1684 à 1705
Famille Trouchard citée en 1684
Famille Paciere citée en 1705

Famille Levoyer citée en 1706

Famille Guibautl citée en 1713

Famille Barbier citée en 1713

Famille Besnoist citée en 1713

Famille Basset citée de 1742 à 1747 

Famille Duval citée de 1742 à 1777

Famille Pescheloche citée en 1742 

Famille Quibanne citée de 1742 à  1750

Famille Gallan-Galan-Galland citée de 1747 à 1805

Famille Gicquel citée en 1747

Famille Havouis citée de 1747 à 1805

Famille Benêt citée en 1747

Famille Lelièvre citée en 1760

Famille Lebrun citée en 1780

Famille Davy citée en 1805

Famille Briand citée en 1869

Famille Houit citée en 1900        

 

Marie Galan fille d'Urbain et de Marguerite Jaslet des Girardières Baptisée le 20e a été inh(um)ée dans le cimmetière le 22e janvier 1747..

...Marguerite Jaslet épouse d'Urbain Galan des Girardières agée d'environ vingt quatre ans a été inh(um)ée dans le Haut de l'église Ce 24 e janvier 1747.

 

Gigondais

 

Famille Breard citée en 1777 

 

Glynais

 

Famille Odie citée en 1659

 

Glossiers

 

 

Famille Pacé citée en 1706 

 

la Gousaye-Goussais

 

Lieu noble cité en 1427 : J. du Rocher au Gou-He

 

Lieu noble cité en 1444 : Mahé de la Vallée, J. Bot de Ploermel. G. de la Vallée à la Pignonnaie : débat(t)ent pour l'hotel de la Goussaie auquel y a un métaïer exempt

 

 

Famille Gallan citée en 1717 (métairie de la Gousaye)

Famille Poignant citée de 1747 à 1760 

 

Gravelle

 

Famille Macé citée en 1718

Famille Duval citée de 1747 à 1780

Famille Chérel  citée en 1777 

 

Gripel

 

Famille Arselin  citée en 1750

 

Guesrian

 

Famille Androuet citée en 1705

 

Guesvon

 

Famille Besnard citée en 1668

 

 

Guenuchaie-Guenuchaye

 

Famille Cresté citée en 1713

Famille Portier citée en 1742

Famille Briand citée en 1747

Famille Lehardi citée en 1777  

    

Guillomin

  

Famille Desnoës citée en 1886

Famille Chevalier citée en 1886 

 

Gyesvablais

 

Famille Fainel citée en 1792

 

Gygondais

 

Famille Miteul citée en 1792

 

merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article