Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 14:12

SAM_2895.JPG

SAM_2896.JPG

SAM 2902

SAM_2903.JPG

SAM_2904.JPG

SAM_2907-copie-1.JPG

SAM_2914.JPG

SAM_2909.JPG

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 13:22

SAM_2818.JPG

SAM_2877.JPG

STATUAIRE-DE-SAINT-CADO-SEVIGNA.JPG

    IMG_0964 (2)

IMG_0491

IMG_0554

 ereac-200983

SAM_0468.JPG

CCI24012012_00006.jpg

SAM_0539.JPG

saint-gilles-sevignac.jpg

sainte-eugenie-yvignac.jpg

saint-sebastien-rouillac.jpg

saint-fiacre-lanrelas.jpg

saint-georges-tremeur.jpg

SAM_1907.JPG

SAM_1910.JPG

SAM_2227.JPG

SAM_2229.JPG

CCI24012012_00007.jpg

dossier-1-6191.JPG

arcade-romane-tremeur.jpg

SAM_3894.JPG

SAM_3902.JPG

SAM_3905.JPG

SAM_3906.JPG

SAM_3914.JPG

SAM_3915.JPG

SAM_3917.JPG

SAM_3934.JPG

SAM_3935.JPG

SAM_3946.JPG

SAM_3947.JPG

SAM_3972.JPG

SAM_3981.JPG

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 10:28

 

vvbbb.png

L'église ancienne de Dolo était lit on dans les papiers de la paroisse «composée d'une nef et d'une vaste chapelle, le chœur était fort étroit». On ne connait pas la date de sa construction, il y avait deux fenêtres principales de style gothique et sous le chapiteau se trouvait un bénitier sur lequel étaient gravées plusieurs figures attestant une grande antiquité. La maîtresse vitre et les petites fenêtres qui l'éclairaient dataient du XIVe siècle. Sa verrière a disparu à l'exception d'un Agnus Dei resté dans un des lobes du rinceau. Le Pape et l'évêque de Saint Brieuc percevaient à tour de rôle la dîme chaque mois. En 1208, un accord est rédigé au sujet des droits de l'abbaye de St Albin des Bois sur l'église de Dolo : Cet édifice fut démoli en 1893 et remplacé par l'édifice néo-gothique : la tour incorporée à la façade est dominée d'une flèche en pierre, l'ensemble est encadré de lucarnes et de gargouilles.. Les travaux furent achevés deux ans plus tard. Les angles du transept sont occupés par des sacristies, le chevet est arrondi. Contre la grand porte : un bénitier à mascarons et motifs trilobés.

 

SAM_2391.JPG

 

 

P. Dei gracia Briocensis episcopus omnibus Christi fidelibus ad quos lictere iste pervenerint salutem et pacem : cum esset contenciointer abbatem et monachos Sancti Albini ex una parte, et persona de Ducli loco ex altera, super decima de Lanjugon quam eidem monachi a laicis emerant, terciago ecclesie non soluto; inter ipsos composicio intercessit : statum fuit per bonum pacis quod dicta decima dictis monachis remaneret perpetno pacifice possidenda : in tamen quod de dicta decima reddent persone de Dulci Loco tres minas siliginis annuatim ad mensuram Jugoniensem, et in omnibus bonis oracionibus que in cadem abbacia fient erit particeps et confrater. In hujus composicionis testimonium licteras istas fieri fecimus in sigilli nostri munimine roborari. Actum anno gracie M° CC° VIII°

 

 

Détail du bénitier XIVe

 

 Personnes inhumées en l'ancienne église de Dolo :

 

Hélenne Maulet, inhumée «soubz le chappiteau de l'église», le 15 juillet 1670

Maistre François Le Braix, inhumé dans «l'enfeu de la Rottrie soulz la tombe proche la muraille» le 30 septembre 1670

Gilles Jouaire, inhumé «soulz le chapiteau nouvellement construit au bas de l'église avis du maistre autel» le 10 novembre 1670

René Geffros «aagé environ de sept ou huict ans» a «esté ensépulturé sous le chapiteau ancien dud(ict) Dollo» le 9 décembre 1670

Janne Urvoit, a «esté ensépulturée sous le chappiteau ancien dicte église» le 9 janvier 1671

Pierre Hercouëdeau, a «esté ensépulturé sous le chapiteau nouvellement érigé avis du maistre autel» le 2 avril 1671

Roberde Juhel, inhumée «soulz le chapitau ancien de l'église» le 27 septembre 1671

Françoise Esnault, dans le chapiteau de l'église le 3 novembre 1671

Olive Gesret, «soulz la tombe prochaine de la muraille dans l'enfeu de la Rosaie» le 18 février 1672

François Forestier, «soulz la prochaine tombe de l'escabeau* et enfeu de la Ville Breheu» le 18 septembre 1672 *banc avec accoudoir

Ollive Jouaire, «soulz l'une des tombes du chapiteau nouvellement érigé avis du maistre autel paroissial» le 15 décembre 1672

Janne Esnault, «ensépulturée dans le chevet de l'église paroissiale de Dollo soubz une des tombes du seig(neu)r de Trégomar» le 6

janvier 1673

Mathurin Houeix «soubz une des tombes du chapitteau nouvellement érigé avis du maistre autel paroissial de Dollo», le 9 janvier

1673

Toussaint Maraboeuf, «dans l'enfeu de la Ville Breheu» le 1er août 1673

Janne Botrel, «soulz le chappiteau du bas de l'église de Dollo» le 9 mars 1674

Alain Henry, «dans l'enfeu de la Ville Breheu» le 14 mai 1674

Pierre Davy, «soubz le chapitteau ancien» le 14 décembre 1674

Mathurin Petibon, «soubz le chapitteau ancien» le 5 avril 1675

Honoré Gallopel, «soubz le chapitteau ancien» le 1er mars 1675

Jan Réhel, «soubz le chapitteau ancien» le 2 mars 1675

Janne Aunette, «soubz le chappiteau nouvellement érigé avis du maistre autel paroissial de Dollo», le 23 mars 1675

Jacquemine Pringault, «inhumée soubz le chanseau de l'église paroissialle de Dollo » le 13 octobre 1675

Janne Lamiré, «soubz le banc de la Talvassière» le 24 février 1676

Guillaume Houeix, «soubz le chappitteau nouvellement érigé avis du maistre autel de la paroisse de Dollo», le 27 février 1676

Damoiselle Françoise du Halgoët dame de la Talvassière, «dans le choeur de l'église» le 28 juillet 1676

Janne Olivier, «soubz le chappiteau nouvellement érigé avis du maistre autel», le 17 août 1676

Pierre Henry, «soubz le d(i)t chappiteau cy dessus», le 12 août 1676

Olivier Le Bigot, «soubz le chappiteau nouvellement érigé avis du maistre autel», le 7 septembre 1676

Robert Girard, «soubz le chappiteau au bas de l'église avis le maistre autel», le 27 septembre 1676

Robert Jouaire, «soubz le chappitteau au bas de l'église avis le maistre autel», le 4 octobre 1676

Thomas Houaire, «soubz le chappitteau au bas de l'église dud(it) Dollo avis le maistre autel», le 9 octobre 1676

Marye Marcheix, «soulz l'esc(h)abeau de la Rosaye» le 5 mai 1677

François Urvoit, «soubz le chappitteau du cymetière» le 2 janvier 1678

Catherine Le Charpentier, «soubz une des tombes à l'enfeu de la Rosais» le 23 mars 1678

Honoré Houeix, , «soubz le chappiteau avis le maistre autel», le 6 avril 1678

Jacques Audrain «soubz l'enfeu de la Ville Breheu» le 22 janvier 1679

Mathurine Guiguen, «soulz le chapiteau ancien de l'église de Dollo» le 4 février 1679

François Halouary «soulz le chapiteau ancien» le 7 février 1679

Margueritte Gautier, «sous le ballet de l'église» le 21 mars 1679

Anne Massé, «inhumée près le portail du bas de l'église» le 23 septembre 1679

Jacquemine Rouvray, «inhumée dans le chanceau du bas de l'église» le 2 octobre 1679

  SAM_1294.JPG

Mathurin Maloche, «inhumée près du grand portail» le 5 novembre 1679

Louis Masé «sous les reliques de l'église» le 21 janvier 1682

Julienne Gesret, «dans la nef de l'église» le 22 juin 1682

Jacques Taron, «dans la nef de l'église» le 8 juin 1682 ancien enfeu servant de marche à l'église de Dolo

dame Petronille du Boisadam dame de la Ville Roux, «sous le bang de la Ville Breheu près l'autel St Eutrope» le 11 juillet 1682

François Urvoit, «sous la tombe qui est entre le bang de la Ville Breheu et du Boisorieux» le 22 juillet 1682

Janne Petibon, «dans la nef de l'église» le 28 juillet 1682

Guillemette Rouxel, «dans la nef de l'église» le 10 septembre 1682

Mathurin Haugoumar, «dans la nef de l'église» le 2 novembre 1682

François Rouxel, «dans la nef de l'église» le 27 novembre 1682

Guillaume Ganidier, «sous le bang du Boisorieux» le 19 janvier 1683

Mathurine Houeix, «sous le reliquaire de l'église» le 28 février 1683

Cyprienne Caradeuc, «sous le reliquaire de l'église» le 9 avril 1683

Margueritte Ollivier, «sous le porta(i)l de l'église» le 10 mars 1684

Jan Rouxel, «dans la nef de l'église» le 10 juin 1684

Louis Julliot, «dans le reliquaire de l'église de Dollo» le 3 septembre 1684

Rolland Rondel, inhumé dans la nef de l'église le 16 novembre 1684

Janne Rouxel, inhumée dans la nef de l'église le 21 janvier 1685

Janne Rouvraye, «sous le reliquaire de l'église de Dollo» le 15 février 1685

René Esnault, «dans le c(h)oeur de l'église de Dollo» le 15 avril 1685

François Orieulx, «sous le reliquaire de l'église de Dollo» le 13 juin 1685

Julienne Martel, «sous le reliquaire de l'église de Dollo» le 16 juin 1685

Guillemette Garnié, «sous le chapiteau de l'église de Dollo» le 3 novembre 1685

Mathurine Lohier, inhumée dans la nef de l'église le 16 décembre 1685

Catherine Morel, inhumée sous le ballet de l'église le 24 mars 1688 (ballet : avant porche)

SAM_2462.JPG

Elément provenant d'un fenestrage

 

Jan Rouxel, inhumé dans la nef de l'église le 9 octobre 1688

Gillette Soulas, inhumée dans la nef de l'église le 15 janvier 1689

Jacques Botrel, inhumé dans la nef de l'église le 3 mars 1689

Jan Urvoit, inhumé dans la nef de l'église le 4 juin 1689

Maistre Jan Lemée, inhumé dans la nef de l'église le 29 août 1689

Julienne Gautié, inhumée dans la nef de l'église le 5 septembre 1689

Jan Gesret, inhumé sous le reliquaire le 16 décembre 1689

Pierre Leffros, inhumé dans la nef de l'église le 26 mars 1691

François Houeix, «sous le reliquaire de l'église de Dollo» le 24 mars 1695

François Massé, inhumé dans la nef de l'église le 28 octobre 1695

Georges Blin, inhumé dans la nef de l'église le 6 janvier 1696

Françoise Gigot, inhumée dans la c(h)oeur de l'église le 21 mars 1696

Janne Lebigot, inhumée dans la nef de l'église le 7 avril 1696

Laurend Jouaire, inhumé dans la nef de l'église le 13 août 1696

Laurent Geffros, inhumé dans la nef de l'église le 9 septembre 1696

Izaac Gaultié, inhumé dans la nef de l'église le 5 novembre 1696

Catherine Heredese, inhumée dans la nef de l'église le 19 octobre 1696

Mathurine Blin, , inhumée dans la nef de l'église le 30 octobre 1696

Honorable fille Louise Urvoit, inhumée dans la c(h)oeur de l'église le 6 avril 1697

Jacquemine Urvoit, , inhumée dans la nef de l'église le 1er mai 1697

Mathurine Harel, inhumée dans la nef de l'église le 17 mars 1697

Thoumas Blin, inhumé dans la nef de l'église le 19 mars 1697

Marie Mauvoisin, inhumée dans la nef de l'église le 8 mai 1697

Renée Sohier, inhumée dans la nef de l'église le 15 mai 1697

Allain Gautié, inhumé dans la nef de l'église le 11 août 1697

Jan Brunet,, inhumé dans la nef de l'église le 16 août 1697

Françoise Ogier, inhumée dans la nef de l'église le 10 novembre 1697

Margueritte Jouaire, inhumée dans la nef de l'église le 19 novembre 1697

Louis Pringault, inhumé sous le reliquaire le 25 avril 1698

Jacquemine Mauvvoisin, inhumée dans la nef de l'église le 15 juin 1698

Jacquemine Haloury, inhumée sous le ballet de l'église le 23 novembre 1698

Rolland de L'Abbaye, inhumé sous le reliquaire le 4 décembre 1698

Catherine Lamiré, inhumée dans le reliquaire le 21 avril 1707

Julienne Jouair, inhumée dans la nef de l'église, le 3 mai 1707

Hellenne Aillet, inhumée dans la nef de l'église, le 8 mai 1707

Roberde Legienne, inhumée dans le reliquaire le 16 mai 1707

Jacques Houeix, inhumé dans la nef de l'église le 1er juin 1707

Julienne Blin, inhumée dans la nef de l'église le 25 juillet 1707

Renée Rouxel, inhumée dans la nef de l'église le 26 «aoust» 1707

Jacquemine Le Bigot, inhumée dans le reliquaire le 3 octobre 1707

Mathurin Girar, inhumé dans la nef de l'église le 23 octobre 1707

Thoumas Reboux, inhumé dans le bang de la Talvassière devant Ste Anne, le 6 novembre 1707

Jacquemine Houeix, inhumée dans la nef, le 13 novembre 1707

Helene Aillet, inhumée sous le «relliquaire» le 1er décembre 1707

François Coëslan, inhumé inhumée dans le ballet de l'église, le 3 décembre 1707

Jacquemine Taron, inhumée dans la nef, le 20 mars 1708

Jacqueminne Coëslan, inhumée sous le «reliquairre» le 10 septembre 1708

Noble homme François Bodin, sieur du Chesnay inhumé dans l'enfeu et sous les tombelles de la Rosaye, le 19 septembre 1708

Jacques Touminiaux, inhumé dans la nef de l'église le 3 janvier 1709

Moricette Petibon, inhumé dans la nef de l'église le 20 janvier 1709

Nicollas Henry, inhumé dans la nef de l'église le 21 janvier 1709

Jan Gaultié, inhumé dans la nef de l'église le 21 mars 1709

Moricette Reboux, inhumée dans la nef de l'église sous «le bang de la Tavatiaire» le 3 avril 1709

François Réhel, inhumé dans la nef de l'église le 18 avril 1709

Louis Pringault et sa compagne Jullienne Esnault, inhumés dans la nef de l'église le 3 mars 1709

Françoise Pringaut, inhumée dans la nef de l'église le 8 mars 1709

François Réhel, inhumé dans la nef de l'église le 22 mars 1709

Janne Houix, inhumée dans la nef de l'église le 25 mars 1709

Gilles Le Bigot, inhumé dans la nef de l'église le 23 mai 1709

Me Bertrand Urvoit, inhumé dans le c(h)oeur de l'église le 7 août 1709

Mathurin Henry, inhumé dans la nef de l'église le 18 septembre 1709

Françoise Blin, inhumé dans la nef de l'église le 18 novembre 1709

Janne Urvoit, inhumée dans la nef de l'église le 13 janvier 1710

Jacques Guéguen, inhumé sous le caveau de la Ville Breheu le 25 février 1710

Janne Botrel, inhumée dans la nef de l'église le 5 avril 1710

Mathurin Ogier, inhumé dans la nef de l'église le 14 mai 1710

Janne Le Hardy, inhumée dans la nef de l'église le 28 juin 1710

Pierre du Boisorieux, inhumé sous le reliquaire le 17 août 1710

Pierre Legienne, inhumé dans la nef de l'église le 8 septembre 1710

Catherine Guitton, inhumée dans la nef de l'église le 21 septembre 1710

Ollive Lohier, inhumée sous le ballet de l'église le 7 décembre 1710

Pierre Gesret, inhumé dans la nef de l'église le 16 décembre 1710

Louise Geffros, inhumée dans la nef de l'église le 9 janvier 1711

Mathurin Davy & Georges Gauven, inhumés dans la nef de l'église le 12 janvier 1711

François Rabasté, inhumé dans la nef de l'église le 4 avril 1711

Jacques Rouxel, inhumé dans la nef de l'église «sous une tombe que le dit sieur de la Rottrie dit lui appartenir» le 29 août 1711

Janne Réhel, inhumée sous le porticle de l'église le 30 septembre 1711

Janne Rouxel, inhumée dans la nef de l'église le 10 novembre 1711

Mathurin Botrel, inhumé dans la nef de l'église le 29 novembre 1711

Margueritte Brichu, inhumée sous «le bang au bout de la sacristie» le 17 décembre 1711

 

SAM_2467.JPG

 

Enfeu

 

Louise Geffros, inhumée dans la nef de l'église le 8 février 1712

Anne Lohier, inhumée dans la nef de l'église le 28 février 1712

Marie Henry, inhumée dans la nef de l'église le 2 mars 1712

Françoise Macé, inhumée dans la nef de l'église le 1er avril 1712

Jan Petibon, inhumé dans la nef de l'église le 4 avril 1712

Margueitte Gaultié, inhumée dans la nef de l'église le 13 mai 1712

Janne Le Bigot, inhumée dans la nef de l'église le 17 mai 1712

Renée Brunet, inhumée dans la nef de l'église le 27 mai 1712

Jacquemine Ferret, inhumée sous le reliquaire le 31 mai 1712

Janne Guéguen, inhumée dans la nef de l'église le 10 juin 1712

Thomas Gouasbaux, inhumé sous le reliquaire le 16 juillet 1712

Anne Rouvraye, inhumée sous le reliquaire le 17 décembre 1712

Perronnelle Gaultier, inhumée dans la nef de l'église le 31 décembre 1712

Guillaume Corbière, inhumé sous le reliquaire le 1er janvier 1713 (inhumé 13 ajours après son décès)

Yvonne Cormaut, inhumée dans la nef de l'église le 30 janvier 1713

Marguerite Lehéricé, inhumée dans la nef de l'église le 24 février 1713

Guillaume Urvoit, inhumé dans la nef de l'église le 18 avril 1713

Robert Urvoit, inhumé dans la nef de l'église le 11 mai 1713

Jan Gaultié, inhumé dans la nef de l'église le 26 juillet 1713

Mathurine Guillouet, inhumée dans le reliquaire le 26 octobre 1713

Jullienne Brunet, inhumée dans la nef de l'église le 29 mai 1714

Mre Michel Genevois, inhumé dans la nef de l'église le 27 octobre 1714

Catherine Maloche, inhumée dans la nef de l'église le 13 janvier 1715

Françoise Houix, inhumée dans la nef de l'église le 14 février 1715

Jan Gaultié, inhumé dans la nef de l'église le 20 mars 1715

Claude Guillois, inhumé dans la nef de l'église le 29 avril 1715

Louis Gesret, inhumé dans la nef de l'église le 17 mai 1715

Jan Le Bigot, inhumé dans la nef de l'église le 10 juin 1715

Guy Houeix, inhumé dans la nef de l'église le 20 juin 1715

Pierre Boisgesraut, inhumé dans la nef de l'église le 11 août 1715

Louis Crestel, inhumé dans la nef de l'église le 12 août 1715

Julienne Le Pont, inhumée dans la nef de l'église le 6 mars 1717

Jacques Réhel, inhumé dans la nef de l'église le 9 décembre 1717

Jacques Petibon, inhumé dans la nef de l'église le 17 avril 1718

Louise Le Méheust, inhumée dans la nef de l'église le 18 avril 1718

Pierre Réhel, inhumé dans la nef de l'église le 10 juin 1718

Janne Gautié, inhumée dans la nef de l'église le 8 juillet 1718

Laurend Guillois, inhumé dans la nef de l'église le 15 novembre 1718

Jacques Gaultier, inhumé dans la nef de l'église le 10 septembre 1719

Maîstre René Pringault, inhumé dans la nef de l'église le 8 février 1719

Allain Gaultier inhumé dans la nef de l'église le 11 février 1719

Jacquemine Gesret, inhumée dans la nef de l'église le 16 février 1719

Jean Botrel, inhumé dans la nef de l'église le 17 février 1719

Loüis Geffros, inhumé dans la nef de l'église le 21 février 1719

Me Louis Henry, inhumé dans la nef de l'église le 23 mars 1719

François Ogier, inhumé dans la nef de l'église le 20 mars 1719

Loüis Rouxel, inhumé dans la nef de l'église le 11 avril 1719

Françoise Bertreu, inhumée dans la nef de l'église le 22 avril 1719

Bertran Poulain, inhumé sous le reliquaire de l'église le 2 mai 1719

honorable femme Peronnelle Mégret, inhumée dans le «coeur» de l'église le 9 mai 1719

Jean Rouxel, inhumé dans la nef de l'église le 11 mai 1719

Rolland Brunet, inhumé dans la nef de l'église le 12 mai 1719

François Reboux, inhumé dans la nef de l'église le 31 mai 1719

Françoise Taron inhumée dans la nef de l'église le 15 juillet 1719

Jan Reboux, inhumé dans la nef de l'église le 27 août 1719

Jeanne Houchet, inhumée dans la nef de l'église le 1er septembre 1719

Jacques Gaultié, inhumé dans la nef de l'église le 10 septembre 1719

François Coëslan, inhumé dans la nef de l'église le 27 septembre 1719

Anne Gaultié, inhumée dans la nef de l'église le 2 octobre 1719

Louis Reboux, inhumé sous le reliquaire de l'église le 19 octobre 1719

Janne Guérin, inhumée dans la nef de l'église le 23 octobre 1719

Françoise Rouxel, inhumée dans la nef de l'église le 29 octobre 1719

Anne Henry, inhumée sous le reliquaire de l'église le 1er novembre 1719

Louis Legienne, inhumé sous le reliquaire de l'église le 22 décembre 1719

Mathurine Taron, inhumée dans la nef de l'église le 2 novembre 1719

Julien Guérin, inhumé dans la nef de l'église le 12 novembre 1719

Janne Davy, inhumée sous le reliquaire de l'église le 26 novembre 1719

François Michel, inhumé sous le reliquaire de l'église le 18 décembre 1719

François Houiex, inhumé dans la nef de l'église le 22 décembre 1719

Maistre René Pringault, inhumé dans la nef de l'église en décembre 1719

Louis Menguy, inhumé sous le reliquaire de l'église le 3 janvier 1720

Françoise Noë, inhumée dans la nef de l'église le 4 janvier 1720

Jacqueminee Rouxel, inhumée dans la nef de l'église le 20 janvier 1720

Louis Gaultié, inhumé dans la nef de l'église le 20 janvier 1720

Louise Reboux, inhumée dans la nef de l'église le 24 janvier 1720

Jan Henry, inhumé dans le Rosaire de l'église le 19 février 1720

Perronnelle Urvoit, inhumée dans la nef de l'église le 19 février 1720

Magdelainne Richar, inhumée sous le ballet de l'église le 1er mars 1720

Marie Guerin, inhumée sous le Rosaire de l'église le 3 mars 1720

Ollive Le Bigot, inhumée sous le Rosaire de l'église le 3 mars 1720

Janne Urvoit, inhumée dans le c(h)oeur de l'église le 7 «aoust» 1720

Jullienne Coëslan, inhumée sous le ballet de l'église le 8 aout 1720

François Rondel, inhumé dans la nef de l'église le 11 aout 1720

h(onorable) h(omme) : Jan Sohier, inhumé dans le c(h)oeur de l'église le 19 aout 1720

Janne Guyomma, inhumée dans la nef de l'église le 2 septembre 1720

Gillette Le Gienne, inhumée dans le Rosaire de l'église le 25 octobre 1720

René Le Hardy, inhumé dans le c(h)oeur de l'église le 22 novembre 1720

Françoise Réhel, inhumée dans la nef de l'église le 29 novembre 1720

h(onorable) f(emme) : Janne de Trémaudan, inhumée sous le banc de la Rotterie le 10 janvier 1721

h(onorable) f(emme) : Françoise Le Hardy, inhumée dans la nef de l'église le 10 janvier 1721

Pierre Haugoummart, inhumé dans la nef de l'église le 19 janvier 1721

Louise Houiex, inhumée dans la nef de l'église le 23 février 1721

Anthoinnette Guitton, inhumée sous le ballet de l'église le 24 février 1721

Pierre Michel, inhumé dans le Rosaire de l'église en mars 1721

Laurend Henry, inhumé dans la nef de l'église le 6 juin 1721

Pierre Portier, inhumé dans le «coeur» de l'église le 24 juin 1721

Gillette Gernidier, inhumée dans la chapelle du Rosaire de l'église le 8 juillet 1721

Marie Urvoit, inhumée dans le «coeur» de l'église le 1er août 1721

Jacquemine Réhel, inhumée dans la nef de l'église le 7 août 1721

Bertranne Maunoury, inhumée dans la nef de l'église le 5 novembre 1721

François Henry, inhumé dans la nef de l'église le 11 novembre 1721

Jan Hesry, inhumé dans la nef de l'église le 18 novembre 1721

François Houix, inhumé dans la nef de l'église le 28 novembre 1721

Dame Pesronnelle Ursulle Le Noir dame de la Rosaye inhumée dans la nef de l'église de Dollo sous l'enfeu du Boishorieux, le 3 décembre 1721

Françoise Petitbon, inhumée dans la nef de l'église le 8 décembre 1721

Mathurin Belin, inhumé dans la nef de l'église le 19 janvier 1723

François Houar, inhumé dans le Rosaire de l'église le 23 janvier 1723

Louis Le Jeune, inhumé dans la nef de l'église le 24 janvier 1723

Françoise Henry, inhumée sous l'enfeu de la Ville Breheux le 13 août 1723

Pierre Gesret, dans la chapelle du «roserst)le 26 août 1723

Marie Haugoummat, Janne Rabaté, et Laurent Berteriaux, tous les trois inhumés dans la chapelle du Rosaire de l'église en août ou septembre 1723

Michel Houar, inhumé dans la chapelle du Loup ou Rosaire de Dollo en septembre 1723

SAM_2461.JPG

 

 

Petronille Urvoit, inhumée dans le c(h)oeur de l'église le 17 septembre 1723

Dame Renes Le Mi(n)tier, dame de la Plaisse inhumée dans le c(h)oeur de l'église de Dollo, le 31 octobre 1723

François et Jan Oger «deux jeunes enfens ondecede dans la communion des fidelle et on esté inhumé sous le reliquaire de l'église de Dollo » le 2 novembre 1723 (un autre enfant : Jacques Oger âgé de 13 ans sera inhumé le 14 novembre 1723)

 

Soeur Mathurine Mauvoisin, inhumée dans la chapel(le) du Lou le 18 novembre 1723

François Lehardy, inhumé sous la grande porte de l'église le 23 février 1728

Jean Thomas, inhumé à la grande porte de l'église le 14 avril 1728

Françoise Rouxel, inhumée sous le reliquaire le 7 février 1729

Julien Maraboeuf, , inhumé au grand portail de l'église le 15 mars 1729

Françoise Le Gagnoux inhumée à la grande porte de l'église le 30 avril 1729

Yvonne Orieux, inhumée à la grande porte de l'église le 16 août 1729

Charlotte Coellan, inhumée à la porte de l'église le 6 juillet 1730

 

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 08:10

 

Voici à présent la liste des villages qui apparaissent au fil des pages des registres et des actes. Certains n'existent plus, d'autres apparaissent tardivement, d'autres enfin ne font plus partie de Langourla, mais de la localité voisine de Saint-Vran. Chaque villages et la liste de quelques familles y ayant vécu, des familles très implantées sur ces lieux ...Ces familles ont à jamais marqué de leurs empreintes ces lieux, certes les métiers anciens ont disparus, il subsiste encore ici et là les puits, les fours, fournils et autres lavoirs et quelques vieux chemins comme autant de témoignages d'un passé à jamais révolu. Les métiers anciens nous en découvrirons, mais pas ces chiffonniers ainsi décrits :

 

chanson des chiffonniers

 

       

A Saint Goueno  
Il y en a que trop 
gai gai derilon derilette   
Ah ! ah !  derilon derila 

A Langourla 
'Est là qui en a
 gai gai derilon derilette
Ah ! ah !  derilon derila

A Saint Gilles il y en a pille
A Mélin
Il n'y en a point !
Gai,gai !
A Tregenêtre
Ils sont les maîtres
Gai,gai !

 

LA BARRE

 

La famille Cesson citée de 1700 à 1727

La famille Doublait citée en 1708

La famille Potier citée de 1718 à 1777 (Bar rafle)

La famille Lebel citée en 1718

La famille Pinsart citée de 1720 à 1732 (charbonniers)

La famille Hervé citée en 1723 («boisilleux » originaires de Plouguenast)

La famille Berthelot-Bertelo-Berthelo citée de 1723 à 1790 (journaliers)

La famille Poilbout citée en 1728 & en 1732 (journalier)

La famille Beuret citée en 1728 & en 1731 «boisilleux & charbonniers» (natif de la Motte)

La famille Pilorget citée de 1730 à 1788

La famille Houis citée de 1730 à 1751

La famille Tronet-Tronel citée en 1731

La famille Pelouin citée en 1745 à 1809

La famille Trotard citée en 1748 et en 1749

La famille Sorret-Soret-Sorel citée de 1747 à 1799

La famille Genissel citée en 1749

La famille Closier citée de 1765

La famille Auffray citée de 1787 à 1790

La famille Tardivel citée en 1815

La famille Picard citée de 1827 à 1833

(Julien Picard, tisserant, sa femme Julienne Foliard, filandière, cités en 1827)

La famille Rondel citée en 1830

La famille Briend citée de 1830 à 1906

La famille Legac citée de 1833 à 1872

La famille Perquis citée en 1872

La famille Blevin citée en 1872

La famille Guérin citée en 1872

La famille Lemercier citée en 1872

La famille Dutertre citée de 1872 à 1906

La famille Huquet citée en 1872 (originaire du Gouray)

La famille Briens citée en 1881

La famille Huquet citée en 1881

La famille Boisorieux citée en 1881

La famille Boulet citée en 1881

(Joseph Boulet, cité en 1881, tailleur de pierres)

La famille Soulabaille citée de 1900 à 1906

La famille Veillet citée de 1900 à 1906

La famille Leray citée en 1901

La famille Richard citée de 1901 à 1906

La famille Lemarchand citée en 1906

 

BAS VALAIS

 

La famille Bizeul citée de 1877 à 1906

La famille Hinieu citée de 1877 à 1901

 

LA BEAUTRAIS

 

La famille Cormault-Cormaux-Cormaut-Cormau-Cormaud citée de 1702 à 1877 (Bautraye)

La famille Auffray citée de 1702 à 1872

(un cordonnier en 1732 -Bautraye)

+La famille Pinsart citée de 1709 à 1797 (Bautraye)

La famille Berthelot citée de 1709 à 1726

La famille Besnard-Benard citée de 1711 à 1827

La famille Potier citée en 1711

La famille Lemarchand citée de 1712 à 1739

La famille Hoüis citée de 1719 à 1729

La famille Briend citée de 1720 à 1872

(Joseph Briend, cité en 1830, couvreur en «piaire»)

La famille Maslart citée de 1720 à 1730

La famille Laignet citée en 1721

La famille Chereuil citée de 1722 à 1906

(François Chereul, cité en 1830, couvreur en «piaire»)

La famille Thoumas citée en 1723

La famille Perrin-Perin citée de 1724 à 1769

La famille Morgand citée de 1724 à 1749

La famille Hinieux-Ignieux citée de 1725 à 1815 (la Bautrer)

La famille Dupont-Dupons citée de 1726 à 1777

La famille Gaudin-Goudin citée de 1727 à 1729

(François Goudin, cité en 1729, charpentier)

La famille Dieulangard citée de 1730 à 1847 (journalier)

La famille Desbois citée de 1730 à 1735 (journalier)

La famille Rigollé citée en 1747

La famille Préauchat citée en 1750

La famille Chartier citée en 1777

La famille Rouillac citée en 1778

La famille Boutbien citée de 1778 à 1800

La famille Rochart-Rochar-Rochard citée de 1785 à 1800 (Botray-Bautrais)

La famille Lemée citée en 1785

La famille Turmel citée en 1788

La famille Helloco citée en 1791

La famille Sorel citée de 1799 à 1827

La famille Tronel-Tronet citée de 1809 à 1815

La famille Riot citée en 1809

La famille Pouparre-Poupart citée de 1810 à 1830

La famille Hinieux citée en 1810 (Beautrais)

La famille Queray-Querré-Queret citée de 1810 à 1827

La famille Bizeul citée de 1814 à 1906

(Jean Marie Queret cité en 1827 «marchand de cuire»)

La famille Daniel citée en 1821

La famille Oisel-Oiezel citée de 1827 à 1833

La famille Perquis citée de 1827 à 1901

La famille Guiot-Guyot citée de 1830 à 1834

La famille Bedel citée de 1831 à 1906

La famille Pignochet citée en 1833

La famille Guinard citée de 1871 à 1872

La famille Barbo citée en 1872

La famille Chapron citée de 1872 à 1906

(Pierre Chapron, cité en 1872, sabotier, son fils Eugène Chapron cité en 1904 menuisier)

La famille Chevalier citée de 1872 à 1906

La famille Raullet-Raulet citée de 1872 à 1906

La famille Gâcoin citée en 1877

La famille Douard citée de 1900 à 1906

La famille Vivier citée en 1901

La famille Rault citée en 1901

La famille Tirel citée en 1901

La famille Conel citée en 1901

La famille Lescouët citée de 1901 à 1906

La famille Raullet citée en 1901

La famille Courtel citée de 1901 1906

La famille Lévêque citée en 1906

La famille Giffrin citée en 1906

La famille Bertrand citée en 1906

 

BEAUSOLEIL

 

La famille Lemoinne-Lemoine citée de 1720 à 1785

La famille Lecorgne citée de 1726 à 1789

La famille Caradeuc citée de 1728 à 1785

La famille Meunier citée de 1786 à 1872

La famille Donnet citée de 1816 à 1833

La famille Goure citée de 1827 à 1906

La famille Gervais citée en 1872

La famille Orin citée en 1872

La famille Foliard citée de 1872 à 1904 (Beau Soleil)

La famille Lescouët citée en 1881

La famille Oger citée de 1901 à 1906

 

Pierre Caradeuc, fils de Guillaume et de Marie Lecorgne de Beausoleil, né en 1728, sur son acte de baptême figure le nom de la matronne qui l'a mis au monde: honorable femme Olive Morgan

 

BELLE VUE

 

La famille Lenoir citée de 1901 à 1906

(Simon Lenoir cité en 1904 garde particulier)

 

LA BERTE

 

La famille Turmel citée de 1703 à 1765

La famille Dutertre citée de 1777 à 1881

La famille Jartel citée en 1790

La famille Guillaume citée en 1877

La famille Bidault citée de 1877 à 1906

La famille Pinsard citée de 1901 à 1906



BLANC MOUTON

 

La famille Bougot citée en 1702 (métayer à Blanc Mouton)

La famille Caradeuc citée de 1724 à 1771 (métayer à Blanc Mouton)

La famille Gueneuc citée en 1730 (métayer)

La famille Tardivel citée en 1732 (métayer)

La famille Briend citée en 1732

(Mathurin Briend, cité comme parrain le 17 octobre 1732 est qualifié de «domestique à Blanc Mouton»)

La famille Legac citée de 1745 à 1787

(Guillaume Legac natif de l'évêché de Tréguier décédé à Blanc Mouton agé d'environ cinquante ans inhumé le 6 juillet 1787)

La famille Eon citée en 1746

La famille de Quergu-de Kergu citée de 1749

La famille Lefranc citée en 1751

La famille Delahayes-de la Hais citée en en 1751 et en 1752 (métairie de Blanc Mouton)

La famille Urvoy citée en 1781

(écuyer Augustin Urvoy, sieur de Kertanguy et son épouse Anne Marguerite Damart. Deux enfants naquirent de leur union)

La famille Dutertre citée en 1785

La famille Riotel citée en 1798

(Marie Riotel, citée en 1798, servante à Blanc Mouton)

La famille Donnet citée de 1798 à 1799

La famille Hervé citée de 1800 à 1814

(Jérôme Olivier Hervé, cité en 1814, fermier général de Blanc Mouton «Rantier» receveur buraliste, marié à Marie Josephine Damar)

La famille Aufrai-Auffray citée en 1809

La famille Molé citée de 1827 à 1833

La famille Orain citée en 1830

(Joseph Orain, cité en 1830, «bourlier») (Blan Mouton)

La famille Potier citée de 1870 à 1872

La famille Lescouët citée de 1872 à 1906

La famille Chériaux citée de 1881 à 1901

La famille Legac citée en1881

La famille Duray citée de 1901 à 1906

 

Le manoir de Blanc-Mouton

 

 

C'est le prieur de St Aubin, abbaye située en la paroisse de Plédéliac, qui dispose du manoir du Blanc Mouton en 1437, il y a un métayer. En 1468 c'est Olivier de la Garande qui est prieur du lieu, il fut unanimement élu en 1433 par ses confrères, mais ce choix fut cassé par le pape Eugène IV, finalement, le pape revint sur sa décision. Olivier de la Garande mourut en 1442 En 1495, François de Broon, second fils d'Olivier et de Macée du Teillay, fut seigneur de Brodineuc et panetier de la duchesse Anne de Bretagne, il est aussi titré seigneur de Blanc Mouton. Laquelle duchesse de Bretagne assista à ce mariage qui eut lieu le premier août 1498 avec Miraumonde de Barasoin, à laquelle épouse il versa 10.000 livres tournoi en signant le contrat de mariage. Sa fille Françoise de Broon citée en 1514 en possession de ce même lieu, épousa Louis de Quymet, toutefois, d'autres sources la donne épouse de Gilles de Carmené, échanson de la duchesse Anne. Au dix huitième siècle, nous trouvons au manoir du Blanc Mouton la famille de Kergu. Cette famille avait pour berceau le dit lieu en la paroisse de Mégrit et comptait parmi ses membres: Jean Louis de Kergu, capitaine d'infanterie, fils d'écuyer Charles et de dame Yvonne Visdelou. Il épousa successivement Françoise de Kergu dont il eut deux enfants, puis Rose Chrétien. De cette seconde union naquirent quinze enfants, dont la plupart ici à Langourla. Monsieur Henri Berthelot de la Bunelaye âgé de 30 ans et son épouse Olympe Brizeux sont donnés propriétaires du lieu en mai 1841

 

 

Blanc-Mouton

Armoiries de Bron, Le Mintier, de Kergu, Urvoy

 

 

****la fontaine St Georges guérit des clous et des furoncles. Le malade se lave l'endroit atteint mais il peut également prendre la boue à la source et la mettre à sécher en l'appliquant contre les piliers voisins

 

La chapelle Saint-Georges

 

 

 

La chapelle domestique du Blanc Mouton placée sous l'invocation de St Georges*, fut restaurée par son possesseur M. Henri Berthelot de la Bunelaye, cette chapelle étant proche de son manoir, il fit appel à un menuisier de Merdrignac afin d'apporter les réparations nécessaires à la célébration de la messe. Édifice de plan rectangulaire avec chevets à pans coupés, la chapelle fut presque entièrement reconstruite en 1844 et bénie le 28 novembre de cette année là. Monsieur le vicomte de la Guibourgère, maire d Langourla en 1911 veillait à l'entretien de cette jolie chapelle. Il donna à l'église la magnifique bannière du lieu. Le jour de la St Georges, une messe y était célébrée, la moitié de l'assistance ne trouvait pas place dans cette chapelle aujourd'hui en ruines

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 06:40

SAM 2970 (2)

 SAM_2971.JPGSAM 2960

SAM_2972.JPG

SAM_2993.JPG

SAM_2994.JPG

SAM_2962.JPG

SAM 3002

SAM_2964.JPG

SAM_2965.JPG

SAM_2996.JPG

SAM_2997.JPG

SAM_2998.JPG

SAM_3000.JPG

SAM_3001.JPG

SAM_2966.JPG

SAM_2967.JPG

SAM_2994-copie-1.JPG

SAM_2961.JPG

SAM_2971-copie-1.JPG

SAM_2999.JPG

SAM_3189.JPG

SAM_3190.JPG

SAM_3191.JPG

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 23:49

  SAM_3013.JPG

  SAM_3082-copie-1.JPG

  SAM 3117

SAM 3130SAM_3122.JPGSAM_3124-copie-1.JPGSAM_3125.JPGSAM_3127.JPGSAM_3131-copie-1.JPGSAM_3134-copie-1.JPGSAM 3135SAM 3143SAM 3163SAM_3151.JPGSAM_3164.JPGSAM_3168.JPGSAM_3180.JPGSAM_3195.JPGSAM_3208-copie-1.JPGSAM_3215.JPG  SAM_3218.JPG

  SAM_3219-copie-1.JPG

  SAM_3227.JPG

 SAM_3229.JPG

   SAM_3197.JPG

SAM_3192.JPGSAM_3157.JPGSAM_3138.JPGSAM_3121.JPGSAM_3114.JPGSAM_3111.JPGSAM_3159-copie-1.JPGSAM 3160SAM 3161SAM_3110.JPGSAM_3107.JPGSAM_3103.JPGSAM_3093.JPGSAM_3090.JPGSAM 3083SAM_3021.JPGSAM_3014.JPGSAM_3010.JPGSAM_2991.JPGSAM_2988.JPGSAM_2987.JPGSAM_2984.JPGSAM_2985.JPGSAM_2986.JPGSAM_2983.JPGSAM_2980.JPGSAM_2978.JPGSAM_2975.JPGSAM_2973.JPGSAM_2970--2-.jpgSAM_2960.JPGSAM_3182.JPGSAM_3183.JPGSAM 3162 

 SAM_3167.JPG

  SAM_3157-copie-1.JPG

  SAM_3152.JPG

  SAM_3149.JPG

  SAM_3144.JPG

  SAM_3136.JPG

  SAM_3228.JPG

  SAM_3177.JPG

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 21:33

 

 

1 : hôtel de la tête Noire

2 : hôtel de la Grande Maison

3 : hôtel du Lion d'Or

4 : hôtel de l'Écu

5 : hôtel Sevoy

6 : Halles

7 : chapelle Ste Anne

 

 

La place du Martray

 

En date du 20 octobre 1461, les Religieux du Prieuré de Saint Georges en Trémeur reçurent un acte de reconnaissance par Messire Guillaume de Lorgeril, fils de Jean «portant qu'il doit aux dits religieux 11 sols 8 deniers de taille au terme de saint Gilles, sur l'hypothèque d'une maison sise à Jugon, en la rue de Souzain Martray, laquelle rente était auparavant de 14 livres et avait été réduite à 2 livres 4 sols à cause de sa contribution à la taille». La rue du Souzain Martray évoquée était elle aux abords de l'actuelle place, sans doute. Seuls les lieux exerçant le droit de haute justice pouvaient disposer du droit de pilori, ainsi depuis le Moyen Âge, les sentences judiciaires pouvaient condamner tous les individus ayant commis un larcin à semblable condamnation : être exposé aux yeux de la population à semblables châtiments. Ici à Jugon, la place du Martray rappelle cette coutume qui disparut à la Révolution. Guillaume Rouxel, Seigneur de Ranléon fut durant de longues années sénéchal de Jugon, il disposait du manoir de la Perouze en la même paroisse de Saint Igneuc, sur la place du Martray d'un hôtel situé face à l'ancienne mairie, et pour lequel il rendait hommage au roi et l'hôtel de la Tête Noire. Il mourut vers 1715

 



 

Les halles de Jugon

 

Au départ, les halles de Jugon étaient aménagées sur la place du Martray, mais elles furent reconstruites sous Louis Philippe en 1844*, et reléguées au fond de cette place. Trois porches y donnaient accès tandis que l'étage hébergeait les services municipaux. Lors de sa destruction entreprise au début des années trente, une partie fut conservée et orne à présent la façade d'une bâtisse. Deux foires se déroulaient à Jugon : celle de la St Michel & celle de la St Marc.

**Le Conseil municipal décida aussi de la construction d'une école cette même année.

L'évocation de ces halles rappelle l'apparition des foires à l'époque médiévale, ainsi en 1346 une note évoque la foire Saint Michel : «Item veulent que pour les robbes & chameux desdits Chapelains par chacune feire de Saint Michel de Jugon par la main des héritiers desdits mariez sur lour biens soient payer de ladite Chastellainie ouyt livres...» les mariés dont il est ici mention sont : Geoffroy Le Voyer, seigneur du Lou en Dolo et son épouse Jeanne Rouxel, fondateurs en 1341 du prieuré Saint Georges en Trémeur. L'accord passé devant la Cour de Rennes incluait la close précitée

 

 



Éléments de l'ancienne halle.

 

Le Bas Martray

 

ci dessous l'hôtel de ville 

 



 

Maison de l'Écu

 

 

Jugon était le siège d'une sénéchaussée, à ce titre, la cité disposait de nombreux hôtels alors désignés maisons d'hôstes afin de recevoir les nombreux voyageurs. La maison de l'Écu est assise à l'angle du Martray et de la rue des Forges. L'auberge aurait été en partie construite avec les restes du château démantelé. Une splendide cheminée accueille les visiteurs, elle aurait autrefois orné l'une des salles du vieux chastel. Les ouvertures perçant le flanc de la bâtisse sont ornées de linteaux à accolade et d'un joli appui mouluré. La famille de L'Escu dont les armes étaient «d'azur à six billettes d'argent 3. 2. 1. au chef d'azur chargé de trois targes d'argent» était établie en la paroisse de Lanvallay et comptait parmi ses membres Thomas de l'Escu, vivant en 1450 et marié à Guillemette de Beauchesne. Leur fils Gilles de l'Escu vivant en 1478 épousa Jacqueline Ferron de la Ferronnaye. Les générations suivantes fournissent Guillaume seigneur de la Sansonnaye en la paroisse de Lanvallay, homme d'armes de la retenue du baron de Pont Labbé, et dont le fils Rolland de l'Escu épousa Catherine de Vigneuc. Marguerite de l'Escu, une représentante de cette illustre famille épousa Guillaume du Breil, leur fille unique prénommée Françoise du Breil probablement à l'origine de la maison de l'Écu à Jugon car elle épousa au début du XVIIème siècle le sénéchal de la ditte ville de Jugon : Maistre Françoys Brunet de la Pironnaye. 

 

Hôtel de la Tête Noire

 

 

Dans son ouvrage «Si Jugon m'était conté» Marcel Brexel évoque que maître Gilles Lever, notaire royal de la Sénéchaussée, Sieur du Pont et Anne Ozanne son épouse, maison y demeurant 52 pieds, étables, écuries, jardins au devant et murailles de la Tête Noire. Contenant 80 pieds ou environ. En outre l'auteur pense que l'endroit aurait été reconstruit avec les ruines de l'ancien hôtel de la Tête Noire. La Tête Noire, une enseigne très répandue à cette époque Lamballe, Vannes...Étendard rappelant la tête des Maures, probable souvenir du temps des Croisades. La tête Noire pourrait être le plus vieil hôtel de Jugon, et les anciens récits évoquaient le puits et le souterrain conduisant au château et le cadavre de cette dame sauvegardé dans du sel. La maison voisine de la Tête Noire porte également le nom d'une personnalité attachée à la juridiction de Jugon : maître Guy Collet. Était ce dans un de ces hôtel que fut reçu dans la première moitié du XVIème siècle l'homme de confiance de Mr de la Rivière : le samedi IIIIe de septembre à la souppée de Jugon XVI sols. Où encore ce courrier du duc d'Estampes daté du 25 décembre 1557 expédié à monsieur de Bouyllé qui doit «partir lundy au soir pour aller coucher à Jugon»

autre linteau :

 

F.F.P. M GVY.COLLET-1656

fai(c)t faire par M. Guy Collet-1656

 

Quelques hôteliers de Jugon

 

-Alain Desprez sr de la Chesnaye et Anne Hoüeix hostes débitants en 1669

-Louys Auvrel, hoste débitant dudit Jugon (hotelier) en 1670

-Louys Bizeul hoste débitant de cidre au bas Martray en 1670

-Mathurin Lucas hoste rue des Forges en 1670

-Charles Pollin dit St Germain aubergiste en 1755

-Jean Claude Verguer aubergiste à la Grande Maison en 1759

-Louis Hingant et Jeanne Renault, aubergistes en 1762

-François Rouxel et Jacquemine Louise Courtel, aubergistes de la Grande Maison en 1763

-Philippe Lévêque et Marguerite Robin «hôte et hôtesse à la Croix Verte » en 1773

Sieur Louis Chauvel et demoiselle Cécile Renault «hôste et hostesse à la Grande Maison de Jugon» en 1774

-Pierre Collas, aubergiste en 1793

 

La plupart des hôtels était propriétés d 'éminentes familles exerçant au sein de la sénéchaussée de Jugon. Le lion d'Or n'échappe pas à la règle puisqu'il fut construit pour Maistre Pierre Orieulx, Sieur des Hautes Touches et dont il est mention en 1669 au sein des personnalités attachées au siège judiciaire de Jugon. Cependant l'actuel hôtel bien qu'ayant conservé de remarquables ouvertures fut reconstruit en 1812 par l'un des descendants de cette prestigieuse famille : Monsieur Orieux et son épouse demoiselle Renée Méheust.

 

Hôtel du Lion d'Or

 

 

Au Lion d'Or... Au lit on dort !

sur la fenêtre on peut lire :

 

ACHETEE ET REMPLACEE EN

1812 PAR MR ORIEUX ET DE

RE MEHEUST SON EPOUSE

 (Monsieur Orieux et demoiselle Renée Méheust)

 

Grand Maison

 

 

Le vingtième jour de septembre mil sept cens quarante six le corps de Louis Gaultier veuf âgé d'environ cinquante cinq ans mort peut être tombé d'une des fenêtres de la Grande Maison en allant s'y coucher hier la nuit, au moins suivant toutes les apparences sans avoir pu recevoir aucun sacrement..

 

Le neuvième jour du mois de mai de l'an mil sept cent soixante trois, le corps de Jean Bouton agé d'environ trente sept ans journalier de sa vocation décédé de hier au soir à l'auberge de la Grande Maison...Le dit Bouton domicilié de Lamballe demeurant rue du Val...

 

Le vingtième jour du mois de décembre de l'an mil sept cent soixante trois, le corps de demoiselle Jacquemine Louise Courtet agée d'environ quarante ans, épouse de son vivant du Sieur François Rouxel aubergiste à la Grande Maison en cette ville et paroisse, décédée d'hier sur les huit heures du matin...

Le 3 février 1764 François Rouxel aubergiste à la Grande Maison se remaria à Perine Doné.

 

 

 le presbytère avec au dessus de la porte un arc de décharge : un calice cerné d'une date 1757

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 21:30

 

 

Description de Jugon en 1636 : « Il y a deux beaus estangs, l'un principalement, dit le Grand Estang, qui est le plus oriental et est très long, et dans lequel donne une rivière, dite la rivière des Moulins, qui vient de Beaulieu, une lieue au dessus. Dans l'autre estang qui est occidental du premier, donne une rivière d'Ergnanon. * Le Moulin au dessus de ces estangs appartient à M. Le Marquis de la Moussaye, et celuy qui est au dessous de la bonde et dans Jugon maisme. Ils s'appellent aussi Moulins d'Erganon. La rivière Erganon vient de Plener * et Gouray. Ces deux estangs font moudre des moulins, chacun les siens, et laissent aller leurs eaux pour cela, lesquelles s'assemblent au dessous de la ville et vont ensemble à Plankouet*...Or entre ces deux estangs, il y a le bout d'un costau finissant, sur lequel sont situés trois chasteaus, tous séparés par fossé et fermeture : l'un grand carré long, un plus petit quasi rond, et encor un plus petit, comme un guet, droit à la pointe du costau, sur le bourg. Ces chasteaus regardent et commandent, des deux costés, sur les deux estangs, et du bout, sur le bourg. Mais ils sont commandés aussy des deux costés par deux costaus qui sont sur lesdits estangs, ès costés d'iceux en dehors, plus haults que n'est ledit costau sur lequel sont situés les dits chasteaus. Sans doute que c'estoient bonnes places du temps où l'on se battoit à coups d'arbalestre. A Jugon il y a une chapelle de St Michel , deus églises et deus paroisses jadis à présent réduites en une par l'évesque de Saint Brieu diocésain. En l'une des églises vers le chasteau est une horloge; en l'autre est un prieuré de 400 livres séparée de la rectorerie qui ne vaut pas nourrir un prestre. Dans les vistres de ceste église les armes de Pargo * : d'argent à la bande vivrée de gueules acompagnée de six merlettes de mesme, 3 dessus et 3 dessous, avec alliance de Vaucouleur, bien escrite et bien peinte : d'azur à la croix d'argent; et celle de Beaubois, maison demi lieue au-dessus de Jugon appartenant au baron de Nevet y sont : d'or à trois faces de sable.

 

***Arguenon

***Plénée

***Plancoët

***de Parga

La petite ville de Jugon, où il y a deux fort(s) grands Étangs, entre lesquels sont les ruines d'un Fort château sur un rocher escarpé. Notes laissées par l'historien Antoine Augustin Bruzen de La Martiniere en 1737.

 

artisans et commerçants et autres...

-Robert Brexel, marchand en 1635

-Guillaume Liou, marchand en 1641

-Jean Gaultier maréchal en 1642

-Françoys Le Mongnier, maréchal en 1645

-Jean Durand marchand en 1667

-Jacques Olivier boucher en 1669

-Magdelaine Bereschel marchande en 1669

-Jacques Prime bonnetier en 1669

-Julien Faudet marchand en 1669

-Pierre Bourdonnais couturier en 1669

-Georges Huet, cordonnier demeurant en la rue de Poudouvre en 1669, rue St Etienne en 1671

-Louys Jacob, maréchal en 1669

-Pierre Le Mée et Guyonne Labbé boulangers dem. rue de Poudouvre en 1669

-François Gueban, couturier en 1669

-Christophe Fourré boulanger demeurant rue du chasteau en 1669

-Olivier Renault boulanger en 1669

-Jan Durand boulanger en 1669

-René Jacob marchand ferronier au Haut Martray en 1669

-Jan Sébille marchand mercier en 1669

-Jan Orieux cordonnier en 1669

-François Radier couturier en 1669

-Jan Chevalier marchand mercier deme. Rue de Poudouvre en 1669

-Gilles Radier, couturier en 1669

-Pierre Laisné, sonneur en 1669

-François Queban, couturier en 1670

-Jacques Touzé couturier en 1670

-François Desclos, marchand drapier en 1670

-François Baron, maréchal en 1670

-Pierre Onfray marchand chaudronnier en 1670

-Louis Le Mée «tissier en toile» en 1670

-Julien Hingant boucher rue de Poudouvre en 1670

-Gilles Faudel marchand d'épingles en 1670

-Marguerite du Bon, marchande en 1670

-Jacquemine Haquin, boulangère en 1670

-Jan Bereschel «escholier» en 1670

-Jan Nicole, filassier en 1670

-Bertrand Collet, cordonnier en 1670

-Christophe Lacoste, serviteur domestique, en 1670

-Estienne Macé, couturier rue de Poudouvre en 1670

-Pierre Haquin «escholier» en 1670

-Anne Laurant, boulangère en 1670

Jan Sébille mercier rue du Four en 1670

-René Desprez, «escholier» en 1670

-René Rouault, «escholier» en 1670

-Jan Garnier marchand voiturier rue de Poudouvre en 1670

-Pierre Laisné sonneur du Haut Bourgneuf en 1671

-Jan Ducoust couvreur d'ardoise en 1671

-Gilles Prime couvreur rue du Four en 1671

-Gilles Orieux, boucher en 1671

-Laurent Botrel, maréchal en 1671

-Gilles Jan marchand mercier en 1671

-Jan Halouvry ouvreur d'ardoises en 1671

-Julien Rivière serrurier au Bas Martray en 1671

-Me Jan Le Clerc Sieur du Fresne «Me D'Eschole» en 1671

-Jan Carmenan vitrier au Bas Martray en 1671

-Louis Le Mée boulanger rue de Poudouvre en 1671

-Jacques Botrel boulanger en 1671

-Jan Dupuis cordonnier rue du Bourneuf en 1671

-Thomas Auffray marchand de bassines rue du Chasteau en 1672

-Régnaud Jamin boulanger rue de Bourneuf en 1672

-Jean Baptiste Le Cardinal meunier en 1733

-Nicolas Jacques Socquet marchand en 1741

-Louis Boutrais cordonnier en 1741

-Jean Guillot, chapelier en 1742

-Marie Lefort, du tiers ordre de St-Dominique

«maîtresse d'Eschole pour jeunes filles»   en 1742

-Jean Boutrais menuisier en 1743

-Gillette Chaumon, sage femme en 1744

-Charles Peneven, vitrier en 1748

-Louis Rouxel tailleur en 1748

-René Haubois cordonnier en 1748

-François Hervo menuisier en 1749

-Louis Gautier cordonnier en 1750

-Pierre Rouxel garçon tailleur en 1750

-Claude Hingand serrurier en 1755

-Mathurin Lécuyer cordonnier en 1755

-François Orieux blanchisseur en chaux en 1755

-Jean Baptiste Houée serrurier en 1755

-Mathurin Lereste menuisier en 1755

-René Loisel cordonnier en 1756

-François Pringault, couvreur de pierre en 1756

-Joseph Marie Bedeuc, maitre perruquier en 1756

-François Béart, maréchal en 1756

-Julien Nogrel, maréchal en 1756

-Jean Rohan dit du Fresne menuisier en 1757

-Jean Bertrand, maçon en 1758 et 1773

-Claude Hingand, chevalier en 1759

-François Cholet, boucher en 1759

-Jean Gaultier cordonnier en 1759

-Pierre Rouillé marchand en 1760

-Jacques Leffondré menuisier en 1760

-Jacques Lecuyer cordonnier en 1760

-Louis Loisel cordonnier en 1760

-François Loisel couvreur en pierre en 1760

-Louis Laubel menuisier en 1761

-René Ferté marchand en 1761

-Jean Marchix maréchal en 1762

-Louis Gaultier cordonnier en 1762

-Claude Hingant serrurier en 1763

-Jean Lécuyer cordonnier en 1763

-Vincent Barbé marchand en 1764

-Pierre Morgand tisserand en 1764

-François Perroquin jardinier en 1765

-Julien André Martin tailleur en 1770

-Jean Diveu menuisier en 1770

-Thomasse Labbé tailleuse en 1770

-Jean Gilbert, sérrurier en 1772

-Jeanne Morin sage femme en 1772

-Claude Lacoste perruquier en 1773

-Jean Marie Menier, cordonnier et marchand en 1773

-Julien Macé maréchal en 1773

-Jean Rohan, Maître menuisier en 1774

-Jacques Molet, Maitre Maréchal en 1774

-Charles Chardin, Maitre Maréchal en 1774

-Jean Louis Macé maréchal en 1776

-François Tanguy, jardinier en 1776

-François Ferté, Maitre tailleur, cité en 1777

-Jérome Moignac, marchand poislier en 1778

-François Le Goualec, a servi pendant vingt ans dans le régiment d'infanterie d'Orléans. Mort en 1779

-Pelagie Labbé sage-femme en 1792

-Jean Le Bondinier, gendarme en 1793

-Joseph Bertrand, maçon en 1793

-François Le Reste, menuisier en 1793

-Pierre Pinsard, maçon en 1793

-Jean Le Moine, charpentier en 1793

-Adrien Tellier, gendarme en 1793

-André Ménard, boucher en 1793

-Jacques Victor Sevoy greffier de paix en 1814

-Louis Gesret bourrelier et débitant en 1814

-René Rondel charron en 1814

-François Lominé bourrelier en 1814

-Pierre Collas débitant en 1814

-Louis Ferdinand Dequesne percepteur en 1814

-Antoine Loizel couvreur en 1814

-Mathurin Bertrand entrepreneur en 1814

-Guillaume Noël Lenormand concierge en 1814

-Jean Caramel débitant en 1814

-Pierre Thébault fossoyeur en 1814

-Hippolyte Legrand chapelier en 1814

-Jaques Perquis portillon en 1815

-Etienne Morin maréchal en 1815

-Pierre Lelandais cordonnier en 1815

-Victor Orieux serrurier en 1815

-Jean Gache serrurier en 1815

-Malo Loizel marchand en 1815

-Nicolas Gaudard capitaine de gendarmerie en 1815

-Guillaume Charlopin gendarme en 1815

-Sébastien Couët brigadier de gendarmerie en 1815

-Michel Hamon jardinier en 1815

-Jean Lescop percepteur en 1815

-Ambroise Thoreux boucher en 1815

-Constant Serviget maréchal en 1815

-Jean Marie Renaud tailleur en 1815

-François Ruellan meunier en 1815

-Jean Orieux, boulanger en 1815

-Ollivier Méheut, marchand en 1815

-François Orieux marchand en 1815

Actes divers

dimanche 22 octobre 1645 :

baptême du fils d'une Anglaise nommée Rachel dont le mari est prisonnier de guerre en Angleterre

 

Le trentième jour du mois d'octobre 1686 décéda Maistre Pierre Becherel lequel fut tué d'un coup de pied que lui donna Escuier Pierre Boquen, Sieur du Colombier...

 

Le vingt neuviême jour du mois de may de l'an mil sept cent soixante quatorze le corps d'Augustin Courté jeune enfant Mandiant de profession s'étant dit de la paroisse de Corseul diocèse de Sainct Malo pouvant être âgé de neuf à dix ans décédé du jour d'hier à la Grande Maison de Céans...

 

Le seizième jour du mois de juin mil sept cent soixante quatorze le corps de François Bordeaux dit la douceur âgé d'environ cinquante et un ans ancien Soldat du Régiment du colonel général des dragons de la compagnie St Eulien et admis depuis quelques jours à l'hôtel des Invalides Mary en son vivant de Françoise Lereste...

 

Le dimanche premier jour de novembre fêtents mil sept cent cinquante après la procession faite à l'ordinaire autour de l'église et immédiatement avant la célébration de la Grand Messe, Marie Anne Turing fille Maurice Turing et d'Anne Catherine Vantal sa femme de la ville de Strasbourg faubourg de Pierre, épouse de Joseph Clemène originaire de Verone en Italie, soldat au régiment de Late compagnie de lois, âgée de vingt ans, reconnaissant que l'église catholique apostholique et romaine en la seule dans laquelle on puisse se sauver, ce désirant entrer vivre et mourir dans sa communion, après avoir été éprouvée et instruite de tous les points et articles que la foi nous enseigne en publique ou et de son plein gré abjura l'hérésie dans laquelle engagée par le malheur de sa naissance a fait la profession de foi...

La jeune convertie recevra pour parrain noble Maitre Claude Sevoy, Sieur de Beauvais, procureur du roi en cette sénéchaussée et pour marraine Dame Renée Françoise de la Belinaye, épouse de Messire René de Fontebont seigneur de la Jarretière St Riveul.

 

Le vingt unième du mois de septembre mil sept cent soixante quatorze le corps de Jean Houys Mandiant de profession privé de tout temps d'Esprit et de jugement selon le Bruit publique de la paroisse de Langourla pouvant être âgé d'environ Cinquante ans décédé du jour d'hier dans la Maison de dame Marie Anne Sohier...

 

Le septième jour du mois de janvier de l'an mil sept cent soixante dix neuf, le corps de Augustin Benoist âgé d'environ quarante ans, Matelot, profession de la Hougue* avec permission de se retirer chez lui en date du dix neuf décembre dernier décédé du jour d'hier à la Grand Maison....

****La Hougue dans la Manche (Gilles Barly, un matelot originaire de Caen, reçu permission de se retirer chez lui et mourut le date du 28 juin 1779)

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 19:55

 

La nef romane de l'église d'Yvignac

  SAM 2750

SAM 2751

 SAM 2753

 SAM 2764

 SAM 2758

 SAM 2759

 SAM 2763

 SAM 2764

SAM 2765

SAM 2766

SAM 2767

    SAM_2780.JPG

SAM 2781

SAM 2782

    SAM_2783.JPG

SAM 2784

SAM 2791

    SAM_2790.JPG

SAM_2737.JPG

SAM_2740.JPG

SAM_2743.JPG

SAM_2701-copie-1.JPG

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:07

 

Croix et calvaires

 

SAM_3297.JPG

SAM_2680.JPG

SAM_2676.JPG

SAM_2507.JPG

SAM_2461.JPG

SAM_1362.JPG

SAM_1313.JPG

SAM 0665

SAM_1386.JPG

SAM_1387.JPG

SAM_1367.JPG

SAM_1702.JPG

SAM_1695.JPG

SAM_2119.JPG

SAM_2799.JPG

SAM_2969.JPG

SAM_3376.JPG

SAM_2103.JPG

SAM_1656.JPG

SAM_1489.JPG

SAM_1649.JPG

SAM_1789.JPG

SAM_1776.JPG

SAM_0463-copie-1.JPG

SAM_0588.JPG

v-001.JPG

rocher-014.JPG

001-1---2-.jpg

SAM_3536.JPG

SAM_3586.JPG

SAM 3553

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article