Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 21:42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 21:11

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 20:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 20:19

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 19:02

Costas


 

La famille Morvan citée de 1900 à 1901

 

 


 

La Coudre

 

(voir menhir de la Coudre à Langourla)

 

 

Des métayers originaires du Maine établis à la Coudre

La famille Rondeaux citée en 1704 (métayer)

La famille Rigollé-Rigole citée de 1723 à 1786

La famille Olivier citée en 1727

La famille Nogues citée en 1727

(Julien Nogues, cité en 1727, couvreur d'ardoises)

La famille Hervais citée en 1728 & en 1731 (métayers)

La famille Riot citée en 1750 et en 1751

La famille Pillorget citée de 1748 à 1752

La famille Pignochet-Pinochet citée de 1791 à 1827

La famille Challe-Charles citée de 1799 à 1800 (Coude)

La famille Bizeul citée de 1809 à 1881

La famille Cheriau-Cheriaux citée de 1810 à 1834 (Coude)

La famille Lemelle citée en 1815

(Joseph Lemelle, cité en 1815, sabotier-Coudrays)

La famille Huquet citée de 1830 à 1833 (Coudray)

La famille Bedel citée en 1850

La famille Ribault citée de 1870 à 1872

La famille Poilvert citée de 1871 à 1906

La famille Bedel citée de 1871 à 1906

(Jean Marie Ribault, cité en 1872, maçon)

La famille Potier citée en 1872

La famille Lejeune citée en 1872

La famille Brasedec citée en 1872

La famille Hervé citée en 1872

(Jérôme Hervé, cité en 1872, maréchal)

La famille Rouxel citée en 1872

La famille Caradeuc citée en 1900

La famille Gueneu citée de 1900 à 1906

La famille Goubin citée de 1901 à 1906

La famille Veillet citée de 1901 à 1906

La famille Dieulesaint citée de 1901 à 1902

(Eugène Dieulesaint, cité en 1902, couvreur en ardoises)

La famille Cordeau citée en 1904

(Paul Cordeau garçon laitier, sa femme Reine Dieulesaint originaire de Neuilly sur Seine est cuisinière, en 1904)

La famille Gadreuil citée en 1906

 


 


 

Le Cran

 

 

 

 

La famille Turmel citée de 1700 à 1789

La famille Auffray citée de 1700 à 1789

La famille Hinieux citée de 1702 à 1777 (métayers)

La famille Hamonic citée de 1709 à 1749

La famille Pinsart-Pinsard citée de 1709 à 1788

La famille Biseul citée en 1728 (métayers)

La famille Diveu-Divet citée de 1729 à 1732

La famille Jan citée en 1729

La famille Rouxel citée en 1746 à 1906 (le Craon)

(Jacques Rouxel, cité en 1871, charpentier, son fils François Rouxel, cité en 1881, charpentier, son fils Auguste Rouxel charpentier, cité en 1901, son cousin Jean Rouxel, charpentier Jean Louis Rouxel, cité en 1901, charpentier)

La famille Hervais citée en 1746

La famille Lefeuvre citée en 1749

La famille Rigollé citée de 1749

La famille Servin citée de 1745 à 1749

La famille Tronnel-Tronet citée en 1746 et en 1747

La famille Pirio-Pyrio citée de 1749

La famille Poilvert citée en 1751

La famille Lejeune citée en 1751

La famille Dutertre citée en 1752

La famille Chereuil citée de 1752 à 1799 (proche le Cran)

La famille Hamonic citée en 1764

La famille Grosset citée de 1765

La famille Richard citée de 1769 à 1814 (Crand)

La famille Guéguen-Guiguen citée en 1776 et en 1777

La famille Noë citée en 1777

La famille Lohier citée en 1777

La famille Rio citée en 1785

La famille Cormaux-Cormaut citée de 1790 à 1798

La famille Houguenan citée en 1799

(Jacquemine Houguenan, citée en 1799, sage femme)

La famille Pilorget citée en 1799

La famille Doublard citée de 1809 à 1810 (Crand)

La famille Rondel citée en 1809

La famille Cheriaux citée de 1810 à 1881

La famille Fauvel citée en 1834

La famille Foliard citée en 1833

La famille Forgeart citée en 1834

(Joseph Forgeart, cité en 1834, tisserant)

La famille Berrest citée de 1870 à 1872

La famille Rouault de Livaudray citée de 1872 à 1881

Armand Rouault de Livoudray, 58 ans, cité en 1872, marié à Marie Bedel, dont Armand Rouault de Livoudray 8 ans, et Louis Marie Rouault de Livoudray, 6 ans, Amélie Robin, leur servante et Eugène Devran, domestique, Marie Tronel et Marie Lemarchand, citées domestiques en 1881

-Henriette Rouault de Livaudray, 74 ans, citée seule en 1881 )

La famille Jourdan citée en 1872

(Olivier Jourdan, cité en 1872, charbonnier)

La famille Robert citée en 1872

La famille Besnard citée de 1881 à 1901

La famille Marivin citée de 1881 à 1901

La famille Briend citée en 1881

La famille Caradeuc citée en 1881

La famille Delahaye-Delahaie citée de 1900 à 1906

La famille Ruellan citée en 1901

La famille Massé-Macé citée de 1901 à 1906

La famille Quéré citée de 1901 à 1906

La famille Desriac citée en 1906

La famille Rault citée en 1906

La famille Lescouët citée en 1906

La famille Guyomart citée en 1906

 

La Croix des Besnard


 

La famille Thébault citée de 1901 à 1906

 

 

 

La Croix Saint-Gilles

 

 

 

Le cortège funèbre qui accompagnait la dépouille de Gilles de Bretagne (voir Gilles de Bretagne, page n° 1 - Gilles de Bretagne, page n° 2 - La forêt de la Hardouinais - Hunaudaye, Le Guildo, Boquen) et l'itinéraire emprunté par le cortège -ci dessous

 

 

 

 

La famille Doublard-Doublart citée de 1720 à 1814

La famille Dutertre citée en 1723

La famille Lemée citée en 1746

La famille Pinsart citée en 1746

La famille Jouan citée en 1749

La famille Gervais citée en 1764

La famille Le Meunier-Meunier citée de 1766 à 1771

La famille Soulabaille citée en 1778

La famille Labbé citée en 1799

La famille Legac citée en 1814

La famille Guérin citée en 1881

La famille Bourdé citée de 1901 à 1906 (originaire du Gouray)


 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 16:04


 

Le Carpont

 

La famille Rouillé citée de 1700 à 1770 (Carpond)

La famille Basset citée en 1703

La famille Berto citée en 1705 (originaire de Laurenan)

La famille Riot citée de 1723 à 1730

(métayers & «tourneur de son métier»-originaire de la Prénessaye)

La famille Poisson citée en 1729 (métayers)

La famille Charles citée de 1729 à 1752

La famille Jouan citée en 1730

La famille Brisourier citée en 1730

(François Brisourier, cité en 1730, boucher)

La famille Perrin citée en 1733

La famille Heymery citée en 1735 à 1778

La famille Rielland citée en 1747

La famille Foliard citée en 1749

La famille Allot citée en 1751

La famille Rouault de Livoudray citée de 1767 à 1830 (château de Carpont)

La famille Noë citée en 1777 et en 1778

La famille Rondel citée de 1788 à 1797

La famille Dériac citée en 1815

La famille Le Mintier citée en 1872

La famille Rault citée en 1881 (un meunier)

La famille Tardivel citée de 1901 à 1906

La famille Tual citée en 1906

(Jean Baptiste Tual originaire de St Vran, cité en 1906, garde)

La famille Pilorget citée en 1906

 

Le manoir du Carpont

 

C'est au Carpont que la famille Heymery était établie, la branche qui fait l'objet de cette étude était originaire de la paroisse de Plourhan et comptait parmi ses membres Bisien qui ratifia en 1381 le traité de Guérande. Denis Heymery vécut au seizième siècle, il épousa Gilettte de Kerleguy et eut pour successeur Bertrand Heymery, sieur de la Fontaine St Pern, marié à Marguerite de Guernisal. Ecuyer Jean Baptiste Heymery, sieur de la Fontaine Saint-Pern et dame Thérèse Huet eurent au moins trois enfants: Alexis Marie Heymery né en 1735, François Marie Heymery né en 1736 et Rose Heymery née vers 1737. Le 6 février 1766, celle ci épousa en l'église de Langourla écuyer Mathurin Rouault de Livoudray.

 

 

 

 

manoir de Carpont et armoiries Heymery & Rouault de Livoudray

 

 

 

 

 

 

En 1734 baptême de Jean Baptiste Emery sieur de la Fontaine

 

 

C'est missire Dubosc, prêtre de Langourla qui célébra la cérémonie du mariage entre Rose Heymery et écuyer Mathurin Rouault de Livoudray, en présence de Demoiselle Anne Marie Françoise Eléonore Deelin, fille aînée de messire Joseph Julien Marie Deelin, Seigneur de la Juraye, Noail, les Vallées et autres lieux, et de Dame Françoise Ursul de Forsanz, originaire et domiciliée de cette paroisse. Ecuyer Marie Joseph Heymery Sieur de la Fontaine décède au Carpont. De 1767 à 1830 environ, nous trouvons la famille Rouault de Livoudray présente au Carpont. La famille Rouault de Livoudray était originaire de la paroisse de Guer. Guillaume, fils de Guillaume Rouault cité en 1526 épousa Perrine Boscher. Ils eurent pour fils: Julien Rouault, lequel fut marié à Marguerite Bonet. Julien Rouault, fils des précédents vivait en 1602, il s'unit à Jacquette Le Moyne, et leur fille Jacquemine épousa Pierre III Le Mintier, et c'est leur descendant à la septième génération qui est mentionné à travers Augustin Le Mintier. La branche qui nous intéresse ici à Langourla compte parmi ses membres: Messire Mathurin Rouault de Livoudray, âgé d'environ 30 ans, fils de feu écuyer Laurent Rouault et dame Françoise Denis, sieur et dame du bois de la paroisse de Plurien. Il épousa le 6 février 1766 Rose Heymery, âgée d'environ 29 ans, fille de feu écuyer Jean Baptiste Eymery et de dame Thérèse Huet son épouse, Sieur et Dame de la Fontaine St Pern de la paroisse de Langourla, dont: Jean Baptiste Mathurin, né en 1767 épousa Anne Marie Françoise Déclin de la Chesnay, Anne Joseph, née en 1768, anonyme garçon, enfant mort-né en 1768, François Joseph né en 1769 épousa Anne Marie Thérèse Paillière Ils s'établirent à la Grimaudière (dont Charles Marie né en 1710, Anne décédée en 1856, Pélagie décédée en 1869, Henriette décédée en 1883), anonyme fille, enfant mort née en 1770, Anne née en 1771, anonyme garçon, enfant mort-né en 1772, Mathurin Jacques, né en 1773 épousa Magdeleine Emmanuelle Joséphine Harel de La Perrière (dont Casimir décédé en 1865). Mathurin Rouault de Livaudray, de Villeneuve, maire de Langourla en 1845. L'un des descendants de Pierre III Le Mintier et de Jacquemine Rouault de Livaudray -cités ci dessus, un certain Augustin Le Mintier de La Motte Basse, originaire du Gouray, est donné propriétaire présent au Carpont à partir de 1872. Âgé alors de 57 ans,il est l' époux de Amélie de France. Trois enfants naquirent de leur union : René Le Mintier de La Motte Basse, Marie Le Mintier de La Motte Basse, Pauline Le Mintier de La Motte Basse. Lors du recensement entrepris en 1872 à Langourla, on découvre quelques membres du personnel attaché à leur maison : Madeleine Leroy, leur servante, Eugène Brébel, domestique, Jeanne Marie Berthelot, leur servante, Emmanuel Vivier, domestique, Marie Françoise Bizeul, servante.

 

 

 

La Carrée

 

La famille Oizel citée en 1881

La famille Ribault citée de 1881 à 1906

La famille Plestan citée en 1901

La famille Couillaux citée de 1901 à 1906

La famille Barbé citée en 1901

(Jean Louis Barbé, sabotier cité en 1901)

La famille Gaigier citée de 1904 à 1906

(Emile Gaigier cité en 1904, tisserand, sa femme Aimée Ruellan, couturière)

 

 

Le Champ du Chêne

 

La famille Foliard citée en 1886

(Jean Baptiste Foliard, cité en 1886, débitant)

La famille Colombel citée de 1886 à 1906

(Jean Marie Colombel cité en 1901 entrepreneur, maître carrier et sculpteur, tailleur de pierres, son fils Aristide Colombel, tailleur de pierres)

La famille Douard citée en 1901

La famille Chevalier citée de 1901 à 1906

(Mathurin Chevalier originaire de Rouillac, cité en 1906, forgeron, sa femme Jeanne Jeffray,

débitante)

La famille Lescouët citée de 1901 à 1906

(Jean Baptiste Lescouët cité en 1902, commerçant en grains)

La famille Piedvache citée en 1906

(Paul Piedvache originaire de Languédias, tailleur de pierres)

La famille Potier citée en 1906

La famille lefeuvre citée en 1906

(Alexandre Lefeuvre cité en 1906, domestique chartier chez Jean Baptiste Lescouët)

La famille Rouvrais citée en 1906

(Léon Rouvrais originaire de Sévignac, cité en 1906, tailleur de pierres)

La famille Esnault citée en 1906

(Emile Esnault cité en 1906, menuisier)

 

 

 

Le Champ de la Fontaine

 

La famille Briend citée de 1870 à 1906

(Jean Louis Briend citée en 1870 et en 1906, couvreur, son fils Eustache Briend, couvreur)

La famille Boutbien citée de 1872 à 1906

La famille Ruellan citée en 1872

La famille Lefeuvre citée de 1900 à 1901

La famille Kersanté citée en 1901

La famille Besnard citée en 1906

 

 

 

Le Champ Houssa

 

La famille Morgand citée en 1703 (métayer)

La famille Hervé citée de 1716 à 1799 (Champs Houssart-Champ Housaut Champhoussarts)

(Julien François Hervé cité en 1800, officier public)

La famille Raullet citée en 1718

La famille Bouttebien citée en 1728 (Champs Houssart)

La famille Charles citée de 1785 à 1797

La famille Samson citée en 1787

La famille Recoursé citée de 1827 à 1830 (Champ Aussa)

La famille Poilvert citée en 1870

(Constantin Poilvert, cité en 1870, charpentier)

La famille Briend citée de 1871 à 1906 (Champ Houssa)

La famille Gaigier citée de 1901 à 1906

 

 

 

Champ des Sentes

La famille Boivin citée en 1906

La famille Havouy citée en 1906

 

 

 

Château Meslet

 

La famille Meslé-Meslet citée de 1685 à 1744

La famille Briend-Briens citée de 1700 à 1810

(Thomas Briens, cité en 1730, cordonnier)

La famille Dupont-Dupon citée de 1709 à 1816

(Vincent du Pont, marchand de toile en 1730)

La famille Henry citée de 1709

La famille de la Haye-de la Haie citée de 1710 à 1751 (journalier)

La famille Raullet citée en 1721

La famille Recoursé citée de 1722 à 1747 (un journalier)

La famille Roüillé citée de 1722 à 1726

La famille Roüillac citée de 1724 à 1872 (un journalier)

(Laurent Rouillac, cité en 1877, tailleur d'habits, Laurent Rouillac, cité en 1872 charpentier)

La famille Donnet citée de 1727 à 1881

La famille Ribault citée en 1730

La famille Carmoy-Carmouët-Carmoët-Carmoi citée de 1744 à 1791

(Bonaventure Carmoy, menuisier cité en 1744)

La famille Caradeuc citée de 1746 à 1881

(Jacques Caradeuc cité en 1810, maréchal-chataux melé)

La famille Chero citée en 1745 et en 1749

La famille Nogue citée en 1746

La famille Gobin-Goubin citée en 1750

La famille Bizeul citée de 1764 à 1870

La famille Pilorget-Pilorgeait citée de 1765 à 1771

La famille Lapie citée de 1766 à 1770

La famille Lecorgne citée de 1766 à 1770

La famille Genissel citée de 1777 à 1786

La famille Bedel citée en 1785 (Château Mêlé)

La famille Chereul citée de 1785 à 1814

La famille Tardivel citée en 1786

La famille Dutertre citée en 1788

La famille Sort-Lesort citée en 1790 à 1810

La famille Desbois citée en 1791

La famille Gestin cité en 1796

La famille Dieulangard cité de 1798 à 1800

La famille Potier citée de 1809 à 1906 (Chataux Mêllés)

(Jean Potier cité en 1847, menuisier, Emile Potier cité en 1906 tailleur de pierres)

La famille Meunier citée de 1831 à 1847

La famille Lescouët citée en 1843

La famille Gilard citée de 1847 à 1906

(Jean Marie Gilard cité en 1847, maréchal père de Théodore Gilard, cité en 1877, maréchal)

La famille Boulé citée de 1871 à 1877

(Joseph Boulé, cité en 1877, tailleur de pierres)

La famille Le Denmat citée en 1877

(Julien Le Denmat cité en 1877, tailleur de pierres)

La famille Leloué citée en 1881

La famille Tirel citée en 1881

La famille Auffray citée en 1881

La famille Rault citée de 1881 à 1906

La famille Hillion citée de 1900 à 1906

La famille Guinard citée en 1901

La famille Rebours-Reboux citée de 1901 à 1906

La famille Lefeuvre citée de 1901 à 1906

La famille Besnard citée de 1901 à 1906

La famille Foliard citée de 1901 à 1906

(Pierre Foliard cité en 1904 tailleur de pierres-fendeur de pierres)

La famille Bourdé-Bourdais citée de 1902 à 1904

(Pierre Bourdé cité en 1904 tailleur de pierres)

La famille Robert citée de 1902 à 1906

La famille Trotard citée en 1906

(Victor Trotard originaire de Collinée, cité en 1906, carrier)

La famille Moisan citée en 1906

(Marie Moisan originaire de St Gouéno, citée en 1906, lavandière)

La famille Orin citée en 1906

 

 

Le vingt six de décembre mil sept cent soixante dix a été inhumé dans le cimetière de céans le corps d'une jeune homme agé d'environ quatorze ans suivant les apparences et dont on ignore le nom décédé hier à Château Meslé chez Laurent Lecorgne ont été présens a la sépulture ledit Laurent, Bonaventure Carmoy, et plusieurs autres qui ont déclaré ne sçavoir signé de ce enquis J.F. Pincemin Rr.

 


 

Le Chauchix

 

 

La famille Donnet citée de 1723 à 1728

La famille Lescouët-Lescoet citée de 1726 à 1880 (Chauchey-Chauchaie)

La famille Leffondré cité en 1796

La famille Rouvray citée de 1799 à 1810 (Chauchy)

La famille Morgand citée en 1799

La famille Trédaniel citée en 1877

La famille Jouan citée en 1877

La famille Desbois citée en 1877

La famille Lemarchand citée en 1877

La famille Rouillac citée en 1881

La famille Bouard citée de 1881 à 1906

La famille André citée de 1881 à 1906

1788-1789  Information pour constater que Pierre Dieulangar a joui, pendant cinq années d'une maison et d'un courtil situés au Chauchix en Langourla.

 

 

 

Le Chêne au Loup

 

La famille Cormaux-Cormault citée de 1723 à 1752 (un métayer en 1723)

La famille Gaborel citée en 1726-1727 (métayer)

La famille Berthelot citée en 1731

La famille de La Haye-de La Hais-Delahaye citée de 1765 à 1777 (Chesne au Loup)

La famille Turmel citée de 1778 à 1815 (Chêne Loup)

La famille Oizel citée en 1809 (journalier)

La famille Rondel citée en 1815

(Charles Rondel, cité en 1815, domestique)

La famille La Croix citée en 1815

(Jean Baptiste La Croix, cité en 1815, sabotier)

La famille Délèz citée en 1815

La famille Guiot citée en 1827

La famille Dessaude citée de 1881 à 1901

La famille Lefeuvre citée de 1901 à 1906

La famille Richard citée de 1901 à 1906

 

Le Cléneuf

 

Une demoiselle Mathurine Chevré demoyselle du Chenot décédée au Cléneuf en 1685

 

La famille Rouxel citée de 1687 à 1752 -(Une famille bourgeoise & une famille de laboureurs citée en 1730)

La famille Rouault-Royaux citée en 1727 & en 1733

La famille Hervé citée de 1727 à 1800- (une famille bourgeoise, une famille de laboureurs en 1727)

La famille Doublard citée de 1744 à 1747

La famille Martin citée en 1770

La famille David-Davy citée de 1771 à 1798

La famille Cheriaud-Cheriau-Cheriaux citée de 1777 à 1872 (Cleneuc)

La famille Hoüis citée de 1777 à 1799

La famille Charles citée en 1785

La famille Tellier citée 1786 (Cléneuc)

La famille Donet-Donnet citée de 1788 à 1881 (Clesneuf)

La famille Gaillard citée en 1791

La famille Chereul citée en 1791

La famille Perquis citée en 1798

La famille Vivier citée en 1798

La famille Cheriaux citée de 1798 à 1906

La famille Olivry citée de 1810 à 1830

La famille Auffray citée de 1810 à 1872

La famille Robert citée en 1827

La famille Broussais citée de 1827 à 1906

(Mathurin Broussais, cité en 1827, adjoint et cultivateur; Jean Broussais, cité en 1901, propriétaire)

La famille Desbois citée en 1843

La famille Briend citée de 1872 à 1881

La famille Deria citée en 1872

(Marie Deria, citée en 1872, filandière)

La famille Meunier citée en 1872

La famille Dieulesaint citée de 1872 à 1881

La famille Foliard citée en 1872

La famille Marivin citée en 1872

La famille Ruellan citée en 1872

La famille Quéré citée en 1872

La famille Recoursé citée en 1872

La famille Morin citée en 1881

La famille Colleu citée en 1881

La famille Trotard citée de 1901 à 1906

(Eugène Trotard, cité en 1902, cantonnier)

La famille Plestan-Plestant citée de 1901 à 1902

La famille Bizeul citée en 1901

La famille Quéré citée de 1902 à 1905

(François Quéré, cité en 1905,charron)



Le Clos Julot

 

La famille Huet citée en 1905

 

 

 

Clos Martinet

 

La famille Morin, citée en 1901

(Eugènie Morin, citée en 1901, tailleuse d'habits)

La famille Esnault citée en 1905

(Emile Esnault cité en 1905, menuisier)



 

 

Cocantine

 

La famille Jourdan citée en 1877

(Olivier Jourdan cité en 1877, commerçant)

La famille Adam citée de 1881 à 1906

La famille Vivier citée en 1877

La famille Besnard citée en 1886

La famille Ruellan citée de 1881 à 1886

(Julien Ruellan, cité en 1886, commissaire)

La famille Colleu citée en 1900

La famille Pasquier cité de 1901 à 1906

(Jean Marie Pasquier, cité en 1901, garde particulier)

La famille Donnet citée de 1902 à 1906





Coëcard


 

Une famille Coëscard présente à Langourla en 1767

La famille Derean citée en 1708 (charbonnier à Couescart)

La famille Fleury citée en 1711 (Coiquart)

La famille Perrin citée de 1712 à 1778 (Couesquart)

La famille Lemarchand citée de 1718 à 1725

La famille Perquis citée de 1718 à 1734 (journaliers)

La famille Leray citée de 1723 à 1751

La famille Cochin citée en 1727

La famille Rouillé citée de 1728 à 1732

La famille Le Roy citée en 1731

La famille Jouan citée en 1732 (journalier)

La famille Charles citée de 1745 à 1766 (Coiscard)

La famille Houguenan citée de 1747 à 1751 (Coiscart)

La famille Allot citée de 1728 à 1752

La famille Harnois citée en 1752

(Jacques Harnois, cité en 1752, sabotier)

La famille Meunier citée en 1765

La famille Closier citée de 1766 à 1770

La famille Noël-Noë citée de 1766 à 1770

La famille Olivier citée en 1769

La famille Hervé citée de 1769 à 1804

La famille Josset citée en 1785

La famille Renaut-Regnault citée de 1786 à 1800

La famille Foliard citée de 1788 à 1815 (Coëscart)

La famille Bouterais citée en 1790 (Couecart)

La famille Aveline citée de 1798 à 1800

La famille Remon-Remond citée de 1800 à 1809

La famille Colas citée de 1814 à 1815

La famille Sanson-Sançon citée en 1815

(Anne-Marie Sanson citée en 1815, filandière)

La famille Couillaux citée en 1816

(Mathurin Couillaux, cité en 1816, meunier)

La famille Lefeuvre citée de 1830 à 1881 (Quoicard-Couaisquart)

La famille Collet citée de 1830

La famille Bouvet citée de 1834 à 1843

La famille Lécuyer citée de 1870 à 1901

La famille Quéré citée en 1872

La famille Delahaie citée en 1877

La famille Pilorget citée de 1881 à 1905

La famille Carmené citée en 1901

-Henry Allot meurt âgé de 42 ans et est inhumé le 28 avril 1752, sa femme du même âge est inhumée le 5 mai 1752 -tous les deux de maladie ainsi qu'il est précisé dans les deux cas: «après avoir reçu dans sa dernière maladie les Sts sacrements...»

 

En 1766 la mort emporte de nombreux habitants du village :

 

-Mathurin Charles, 72 ans, mort le 25 mai 1766

-Guillemette Riellan, 52 ans, morte le 5 novembre 1766

-Jeanne Rivière 28 ans, morte le 22 novembre 1766

-Mathurin Charles 28 ans, mort le 26 novembre 1766

-Laurent Closier, 10 jours mort le premier décembre 1766

 

 

 

 

Coëcard, avec ouverture et fleur de lys

 

 

Coëdalan

 

La famille Chérot citée en 1700

La famille Pilorget citée de 1711 à 1757

La famille Pinsard citée de 1712 à 1777

La famille Rouxel citée de 1718 à 1750 (Coadelan)

La famille Thoumas citée en 1725 (Coüedalan) originaire d'Eréac

La famille Goureden-Gouredin (Couadelan) citée de 1726 à 1751

La famille Lefranc citée en 1726 et en 1737

La famille Perrin citée de 1728 à 1749

La famille Gaborel citée en 1729

La famille Briens citée en 1736

La famille Morgand citée de 1744 à 1906 (Cadelan-Couadelant-Coutdala Couetdalan)

La famille Martin citée de 1747 à 1749

La famille Doublard citée en 1765

La famille Auquet-Hauquet-Hucquet citée de 1785 à 1799

La famille Tardivel citée de 1787 à 1791 (Couadalan)

La famille Hamon citée en 1789 (Quoidalan)

 La famille Deshais-Deshayes citée de 1799 à 1810 (Couetdalan)

La famille Folliard citée en 1799 (Quoidallan)

La famille Chereul citée en 1814

(Jacques Chereul cité en 1814, charpentier)

La famille Gauvin-Gauven citée de 1810 à 1815 (Couetdalan)

La famille Ribault citée en 1830

La famille Gilet-Gillet citée de 1834 à 1881

La famille Vivier citée de 1870 à 1906

La famille Caradeuc citée en 1872

La famille Lessard citée en 1872

(Mélanie Lessart, citée en 1872, lingère)

La famille Brouezin-Brouaizin citée de 1872 à 1906

La famille Mongendre citée en 1872

La famille Renault citée en 1872

(Jeanne Renault, citée en 1872, filandière)

La famille Lebras citée de 1872 à 1906

(Jean Lebras, cité en 1872, charbonnier)

La famille Legras citée en 1877

La famille Raimbault citée en 1881

La famille Leprêtre citée de 1881 à 1906

La famille Delahaie-Delahaye citée de 1881 à 1906

(Jean Louis Delahaie cité en 1904, tisserand sur toile)

La famille Ruellan citée en 1901 (Les Salles de Coadalan)

La famille Marivin citée en 1906

 

Cette ancienne seigneurie de Coadallan* de la paroisse de Langourla donna le nom à une famille d'extraction noble fixée dans l'évêché de Tréguier en la paroisse de Camlez et qui avait pour armoiries «d'azur au sautoir d'argent accompagné de quatre coquilles d'or ». -ci dessous. Alain de Coudallan cité en 1480.

 

 

 

 

 

 

Coëlan

 

La famille Boutbien citée en 1708 (métayer)

La famille Rigollé citée en 1723

La famille Auffray citée de 1725 à 1745 (métayer -Coislan)

La famille Orieux citée en 1727

La famille Olivier citée en 1727

La famille Nogues citée en 1727

(Julien Nogues, cité en 1727, couvreur d'ardoises)

La famille Hervais citée de 1728 à 1730

La famille Goureden citée de 1728 à 1731

La famille Regnier citée en 1731

La famille Leffondré citée de 1745 à 1752 (Rochers de Coüellan)

La famille Gallery des Granges citée en 1752 (verrerie de Couelan)

(famille de gentilhommes originaires du Maine,quand à la verrerie évoquée, elle se trouvait à l'emplacement de l'enceinte)

La famille de Quelen citée en 1752

La famille Boudard-Boudar citée de 1765 à 1771

La famille Rouault de Livaudray citée en 1787

La famille Folliard-Foliart citée de 1789 à 1799 (Coisland)

La famille Donnet citée de 1809 à 1830 (Quoilan)

La famille Rouault citée en 1850

La famille Quemper de Lanascol citée de 1872 à 1906 (comte)

La famille Tual citée en 1872 (domestique du comte)

La famille Gicquel citée de 1872 à 1881 (cochet du comte)

La famille Pringault citée en 1872

(Alexis Pringault, cité en 1872 garde particulier du comte)

La famille Dériac citée en 1881

La famille Camus de la Guibourgère citée de 1900 à 1906

La famille Cormault citée de 1901 à 1906

La famille Lefeuvre citée en 1901

La famille Veillet citée en 1905

La famille Goubin citée en 1905

 

«Le quatrième novembre mil sept cent cinquante deux le corps de Gillette Dupont âgée d'environ quarante deux ans décédée d'hyer au Rocher couelan sans avoir pu recevoir les Sacrements à cause de la mort subite dont elle a été parvenue a été inhumé dans leglise de céans décédée, en présence de Pierre Tertre, Jan Briens et plusieurs autres qui ont déclarez ne sçavoir signer, de ce enquis». Y.Roper t Rr



 

 

«Le seizième Novembre mil sept cent cinquante deux a été inhumé dans le cimetière de céans le corps de Janne Leffondré décédée d'hyer aux Rochers de couelan âgée d'onze ans, fille de feu Alain Leffondré et d'Ollive Bourgault son épouse, present à la sepulture la ditte Ollive Bourgault, Olivier Briens, Jan Briens, et plusieurs autres qui ont déclarez ne sçavoir signer, de ce enquis». Jan Claude Hervé p(rê)tre «Le vingt deux novembre mil sept cent cinquante deux a été inhumé dans le cimetière decéans le corps de Janne Perquis décédée d'hyer aux Rochers de couelan âgée d'environ soixante dix ans, ont été présents à la sépulture Jan Rouillac, Jan Briens, Olivier Briens,et plusieurs autres qui ont déclarez ne sçavoir signer, de ce enquis.» Y. Ropert Rr

 

 

«le vingt quatrième jour de novembre mil sept cent cinquante deux a été inhumé dans le cimetière de céans le corps d'écuyer Michel Melchior Georges Gallery des Granges âgé d'environ trente six ans décédé d'hyer à la verrerie de Coulante après avoir reçu dans sa dernière maladie les St Sacrements de pénitence eucharistie extrême onction par moy sous signé et a été inhumé dans l'église de céans en présence des soussignées Nicolas de Brossard b-Georges de Brossard Amaury déroche Charlez Claude de Brossard Y:Ropert Rr deux mots Melchior Gallery-(sic)

 

Château de Couelan

 

 

 

 

Château de Coëllan et armoiries de quelques unes des famille ayant possédé cette seigneurie : de Vaucouleurs, de Romelin, Rouault de Livoudrays, Quemper de Lanascol et Camus de la Guibourgère

 

 

Bertranni de Coelen (voir quatrième acte latin : Période féodale à Langourla) -alias Bertrand de Coellan, apparait en 1290 à travers les chartes de Boquen traitant de la donation d'un moulin. En 1380 à Eon Doaillars est mentionné possesseur du lieu, puis en 1514 il appartient à Jean de Vaucouleurs (voir Vaucouleurs en Trélivan). Sa fille Madeleine de Vaucouleurs mariée à Briend de Romelin est citée le 27 mai 1536. Briend de Romelin, garde naturel de Mathurin de Romelin, son fils.. Ils eurent pour héritier Mathurin de Romelin. Dans la seconde moitié du XIXème siècle. Frédéric se retrouve à la tête du domaine de Langourla et Eudes comme nous le verrons ici de celui de Coëlan. A la veille de la Révolution, un des membres de la famille Rouault de Livoudrays, présente au manoir de Carpont, trépassait en sa maison de Couelland.  

 

 

 

 

La famille Quemper de Lanascol comptait pour aÎeux : le Président Christophe de Robien, vicomte de Plaintel, qui exerça la charge de Président à mortier au Parlement de Bretagne et son épouse Julienne Marie de Robien de Kerambourg (voir la justice à Langourla). Le Comte Eudes Quemper de Lanascol, originaire d'Anger, cité en 1872, Propriétaire, 40 ans, époux de la comtesse Louise de Lanascol née de Champagny, citée en 1901, rentière dont : Louise Quemper de Lamascol épouse Charles Camus, vicomte de la Guibourgère, officier d'Infanterie né à Teillé- ci dessous ; Hannah Colmans, citée en 1881, gouvernante, Barbe Quemec veuve Marnach, leur servante, Jeanne Marie Quéré, servante, Marie Brunnelière, servante, Jeanne Jeffroy leur servante, Jean Marie Tual, leur domestique, Mathurin Gicquel, leur cocher, Jean Louis Dutertre, cocher, jardinier, Alexis Pringault, garde particulier. Charles, vicomte de la Guibourgère, gendre de madame la comtesse de Lanascol, dont : Louise de la Guibourgère sa fille, Henri de la Guibourgère, Marie Chantal de la Guibourgère et Gaston de la Guibourgère ses petits enfants, Pierre Lenouvel, précepteur, Marie-Ange Hamonic, garçon de chambre, Auguste Brébel, valet de chambre, Anne Auffray et Louise Masson, femmes de chambre, Angélique Esnault, cuisinière, Adèle Reboux, cuisinière, Constantin Viaud, cocher, Louis Marie Rault, piqueur, Louis Noël, piqueur de chasse. Charles Camus de la Guibourgère s'éteignit le 29 novembre 1926. Le château fut érigé par le comte Eudes Quemper de Lanascol,et son épouse la comtesse Louise de Lanascol née de Champagny. Le parc fut dessiné par Bühler créateur du Parc du Thabor à Rennes

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancienne verrerie de Coëllan

 

 

 

 

 

 

 

Familles présentes dans le Bois de Coëllan:

 

 

La famille Moisan citée en 1711 (charbonniers originaires de Plouguenast)

La famille Hervé* citée de 1711 à 1726 -originaire de Plessala (bois du parc de Locmaria)

La famille Pinsart citée de 1720 à 1731 (un charbonnier-aux bois de Coueslan)

La famille Glé citée en 1728 (sabotier) originaire de Lamballe

La famille Boschet citée en 1730 (boisilleux au bois de Coueslan) originaire de Treveneuve, évêché de Léon La famille Hinieux citée en 1730

(Louise Hinieux, servante au Parc en 1730)

La famille Beuvet citée en 1730 (charbonniers au bois de Coueslan: Julien cité en 1730 «originaire de la trêve de la Motte et domicilié depuis vingt ans de notre paroisse» -sic)

La famille Besnard citée en 1730 (sabotier demeurant au bois de Coueslan) originaire de Plouguenast

La famille Bigot citée en 1733

(dont René, charron, travaillant au bois de Coeslan et originaire de la paroisse de Pentapol -Paimpont.)

La famille Rochard citée de 1730 à 1749 (les Loges du Fouteau de la Breche au bois du Parc)

La famille Herpe citée de 1749 à 1751 (les Loges du Fouteau de la Breche au bois du Parc)

 

«Jacquette Pinsart fille légitime d'Ollivier Pinsart et de Janne Rouxel est née le dix huictieme avril mil sept cent huict, et a esté baptisée ce dix neuf dans l'église de Langourla par moy sou signé parain Mathurin Hervé marainne Jacquette Rouxel, les tous cy dessus charbonniers dans les bois du parc, natifs de la motte et de Plessala, ont esté présents aux cérémonies du baptême Mathurin Besliard, Laurence Besnard, Ollive Sauneuf, tous lesquels m'ont dit ne sçavoir signer» Jean Le Mintier Recteur

***(on évoque le décès de Julienne Hervé, âgée d'environ 40 ans, décède dans les bois du parc de Locmaria, inhumée le 12 janvier 1711)

 

 

 

Vieux chastel de Coëllan

 

 


 

A l'orée du bois de Coëlan se trouve l'emplacement d'une motte castrale, laquelle présence défensive féodale sera à l'origine de la seigneurie de Coëlan. Le lieu est aussi désigné le Vieux Châtel. Précisément à 1.500 mètres de l'endroit se trouve une autre enceinte en la partie de la forêt de Boquen située dans la localité du Gouray, endroit désigné la Larronnière. Cette enceinte occupe une pente S-E jusqu'à d'anciens marécages. En forme de fer à cheval de 190 mètres de périmètre (mesuré au fond de la douve), 30 mètres de ligne droite à l'extrémité des branches, que relie perpendiculairement sur 72 mètres de longueur une autre douve avec talus intérieur prolongé vers le S. avec légère déviation à l'Est...Cette défense située au milieu d'un important centre d'exploitation de fer, ressemblait énormément au Vieux Chatel.


 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 12:49

 

 

 

 

L'école publique de Langourla

 

 

En 1790-1792 une enquête révèle qu'à Langourla, c'est le curé qui est tenu de faire les petites écoles. Au moment où la révolution advint, c'est l'abbé P. Perret qui était curé, mais ayant prêté le serment constitutionnel, les quelques notes qui suivent en disent long sur la situation : «nulle part, il n'y a de salaire public qu'à Langourla, où le curé [constitutionnel, évidemment] ne fait aucune école parce qu'on ne lui envoie pas les enfants». On songea au sein du conseil municipal en 1833, à acquérir, sur proposition du conseiller Charles, la chapelle de St Eutrope afin d'en faire une école, mais le curé Jean Marie Duval s'y opposa fermement ! Jules Pocar est instituteur à Langourla en 1856, très apprécié pour sa bonne conduite, il demande à pouvoir ouvrir une classe le dimanche, classe réservée aux hommes adultes il faut savoir qu'en 1856, 25 garçons n'étaient pas scolarisés et 29 filles. Mathurine Ballay fait similaire demande deux ans plus tard, suggérant de prodigue l'instruction religieuse, la lecture et le calcul aux jeunes filles. En 1862 l'école des garçons compte 46 élèves et celle des filles 38 élèves . En 1872 demande d'aide est faite au Conseil Général des Côtes du Nord par la municipalité pour la construction d'une école pour filles. Le coût du projet est de 15.000 francs, la subvention nécessaire est de 10.000 francs. Au mois d'avril 1884, la commune envisage la construction d'une école, elle propose la somme de 8.000 francs, comme part contributive à l'exécution d'un projet de 38.000 francs. Eut égard aux charges de la commune, ce sacrifice paraît suffisant et il y a lieu d'élever de 25.000 francs à 30.000 francs la somme à demander à l'Etat. 600 francs furent accordés en mai 1886 par le Conseil Général des Côtes du Nord. En août 1905, le Conseil Général des Côtes du Nord accorde 50 francs pour la reconstruction d'un puits à l'école des garçons. La promotion de l'enseignement primaire en 1913, figure le nom de M. Sourdane de Langourla.


 

Quelques enseignants et personnel divers :

 

Jérôme Olivier Hervé, instituteur cité en 1834, en 1800, il était également membre du conseil municipal. Il s'éteignit le 22 janvier 1843 à l'âge de 72 ans.

Jacques François Pinault, cité en 1843, instituteur, 25 ans, il est également donné instituteur communal de Mérillac et recueille la mention honorable (**Donné aussi sous le nom de Penault)

Jean Baptiste André cité en 1847, instituteur, 28 ans

François Marie Jégard, cité en 1877, professeur, 21 ans, bourg

Joseph Marie Jégard, cité en 1877, instituteur, 55 ans, bourg.

Jean Marie Libouban, cité en 1887, instituteur, 21 ans

Siméon Haidurant, cité en 1891, instituteur adjoint

Joséphine Garnier, citée en 1891, infirmière

Erenestine Berishel, citée en 1891, cuisinière

Jean Marie Leguillermo, cité en 1891, instituteur

Madame Goubin, née Rosalie Belot, institutrice en 1901 (bourg)

Joseph Marie Le Méhauté, instituteur, 34 ans, cité en 1901 (le bourg)

Joseph Malval, cité en 1901, instituteur public, 30 ans

Rosalie Belot, citée en 1901, institutrice, 30 ans,

Elise Robert, citée en 1901, institutrice, 32 ans

Marguerite Lellen, institutrice citée en 1906, 29 ans

Eleonore Pays, institutrice citée en 1906, 21 ans

Charles Le Pechoux, instituteur, cité en 1906, 23 ans


 

 

 

 

 

 

Les religieuses de Langourla

 

-Françoise Alaphilippe (soeur St Michel), citée en 1872, religieuse

-Clémentine Hamon (soeur Adrien), citée en 1872, religieuse

-Élisa Fontaine (soeur St Benoir), citée en 1872, religieuse

-Anne Marie Brexelles (soeur Ste Ambroisine), citée en 1872, religieuse

-Alphonsine Lemoine, citée en 1887, religieuse institutrice, 37 ans

-Marie Oisel, citée en 1887, religieuse infirmière,34 ans

-Marie Sainte Lefondré, citée en 1887, religieuse

-Jeanne Marie Guéguen, domestique, citée en 1887, soeur converse

 

 

Quelques élèves de Langourla

 

 

Marie Thérèse Lejeune, citée en 1887, étudiante, 12 ans

Louis Oizel, cité en 1887, étudiant, 13 ans

Jean Baptiste Rault, cité en 1887, étudian

Célestine Briend, citée en 1887, étudiante, 12 ans

Eugène Briend, cité en 1887, 10 ans

Alexandre Lescouët, cité en 1887, étudiant, 10 ans

Marie Ange Texier, cité en 1887, étudiant, 13 ans

Eugène Lejeune, cité en 1887, 5 ans

Arsène Hillion, cité en 1887, 13 ans

Hortence Jeffray, citée en 1887, étudiante, 8 ans

Louis Marie Jeffray, cité en 1887, étudiante, 6 ans

Emile Guéguen, cité en 1887, étudiante, 6 ans

Marie Reine Le Texier, citée en 1887, étudiante, 6 ans

Marie Josèphe Ruellan, citée en 1887, étudiante, 7 ans

Joseph Raimbault, cité en 1887, étudiante, 11 ans

Anne Marie Adam, citée en 1887, étudiante, 11 ans

Louis Lescouët, cité en 1891, écolier

Jean Baptiste Hervé, cité en 1891, écolier

Marie Augustine Pinson, citée en 1891, écolière (pensionnaire)

Marie Thérèse Poilvert, citée en 1891, écolière (pensionnaire)

Marie Pays, écolière citée en 1906, 12 ans.

 

Toutefois, si ces écoliers étaient nombreux, la plupart n'étaient pas scolarisés, certain même devaient accomplir des tâches ingrates, ainsi Marie Ange Jourdan, âgé de 6 ans, pâtre, et Virginie Trédaniel, âgée de 11 ans, servante à St Joseph, Ange Leduc, âgé de 13 ans, pâtre-Le Dauphinais en 1887


 


 

 

 

 

 

La poste de Langourla


 

Le bureau de poste de Langourla dépendait du siège de Broons en 1804, les deux localités étant distantes de 12 kilomètres. En août 1882, dédoublement de la tournée rurale n° 2 permettant au facteur desservant les communes de Langourla et St Jacut du Méné de rentrer au bureau de Collinée avant le départ du courrier.

-Joseph Blanchard cité en 1900, facteur-receveur

-Léon Briend, facteur des postes en 1901

-Julien Ruellan, facteur receveur en 1906

 

 

 

Le clergé de Langourla

 

-Maurice Briend, cité en 1685

-Jean Pinsart idem

-François Pilorget, cité en 1687

-François Horion idem

-Marc Massé idem

-Jean Baptiste Le Mintier, cité en 1697-1709

-Pierre Turmel, cité en 1701

-Julien Cormaux, prêtre cité en 1730

François Pilorget, idem & 1733 (allusion est faite à cet ecclésiastique dans un acte lors d'un baptême le 18 janvier 1735, ce dernier accorde son autorisation à son successeur afin de procéder audit baptême, car lui même souffre d'infirmité.)

-Jean Claude Hervé cité en 1735

-Philippe Macé, cité en 1738

-Desgrétz idem

-J.A Campan cité en 1749

-Yves Ropert, cité en 1751

-Missire Julien Cormaux, prêtre cité en 1747

-Jean Claude Hervé, cité en 1760

-Jean-François Pincemin, cité en 1766 & en 1777

-P. Courtel, curé cité en 1777

-Jean Marie Duval idem, mourut en 1835

-M: Lalletou, curé cité en 1784

-P. Perret, cité en 1791, il s'assermenta et demeura à Langourla jusqu'en 1802

-Mathurin Jean Urvoy cité en 1791, mort en exil à Middlesex hospital en 1801)

-Dubos, cité en 1786

-Le Vené, cité en 1855

-Chevalier, recteur en 1860

-Jean Baptiste Le Dantec cité en 1877 desservant

-Jean Marie Boisard, cité en 1877, vicaire (Félicité Daniel sa servante)

-Mathurin Rault, cité en 1887, desservant (sa soeur Marie-Louise en est sa cuisinière)

-Mathurin Davy, cité en 1887, prêtre vicaire

-Théodule Bazin, cité en 1901, desservant

-François Le Glatin cité en 1901, vicaire

-Mathurin Le Blanc cité en 1906, vicaire -Congretel, cité en 1916, vicaire

 

 

 

Ancien presbytère
 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 08:47

 

 

Les maires de Langourla

 

François Marie Heymery naquit vers 1734 -probablement au Carpont, de l'union de EcuyerJean Baptiste Heymery, sieur de la Fontaine Saint-Pern et dame Thérèse Huet. François Marie Heymery rentra dans les Ordres et servit un temps en l'abbaye Notre Dame de Goailles près de Salins au diocèse de Besançon. Il fut maire de février 1790 à décembre 1791. La désignation des membres de la municipalité fut contestée car considérés par quelques uns comme responsables de détournement. François Marie Heymery âgé de 62 ans fut arrêté en octobre 1796 et conduit à la prison de St Brieuc et aux carmélites de Guingamp. En réalité il déplaisait au District de Broons, car il était riche; il fut dénoncé comme chef chouan ce qui aux dires de témoins était pure imposture.

 

 

 

-Jean Baptiste Marie Em(m)anuel Onfray sieur des Chevalleries, fils de Maître François Onfray, sénéchal et avocat au Parlement de Bretagne et Elsabeth Ruello sa troisième femme. Il naquit au château de Langourla le 1er février 1762 et épousa à Plénée 29 janvier 1788 Marie Thérèse Rebours originaire de St Sauveur de Dinan. Il vécut un temps au bourg de Langourla, et fut maire de janvier 1792 à décembre 1794. C'est son mi-frère qui sera désigné en 1800 à la tête de la municipalité Langourlasienne. Il mourut le 2 mars 1820 à Saint Vran à l'âge de 57 ans, il y était cultivateur

 

 

 

-Augustin René Urvoy de Kerstainguy, naquit à Lamballe en la paroisse Notre Dame et St Jean le 6 décembre 1742, fils de écuyer Gilles Jacques Urvoy sieur de Kerstainguy et Gillette Anne de La Chapelle. Il s'unit le 4 août 1776 à Yffignac avec Anne Damar. Il exerça dès 1786 une charge à la jurifiction de Langourla dont il devint maire de janvier 1794 à février 1797, laboureur il habitait Blanc-Mouton.

Mathurin Hervé & François Besnard, mentionnés «officiers publics» en 1796 1797

 

 

 

Maître Pierre François Richard, fils d'honorables gens Jean Richard et Françoise Soquet naquit le 11 juillet 1736 au village de la Rouvrais en la paroisse de Sévignac -quartier de Rouillac. C'est à Langourla que fut célébrée son union ce 17 mai 1763 avec Françoise Dinet, elle même issue d'une famille de notables. Pierre François Richard exerça dès 1769 la charge de procureur de la juridiction de Langourla, puis notaire. Il fut maire* de Langourla de septembre 1797 à septembre 1799, partisan de la monarchie constitutionelle il disposait au sein de la municipalité d'une majorité. Il est donné rentier sur son acte de décès qui le dit veuf de Françoise Dinet. Il mourut le 9 juin 1821 âgé de 86 ans et vécu au village du Cran.

 

***Président le Conseil Municipal du canton de Langourla.

Jean Doublard, officier public cité en 1797

Jérôme Olivier Hervé, mentionné «officier public-instituteur» en 1798

Julien Briend, cité en 1798 -adjoint municipal de la commune

Yves Lebreton, adjoint cité en 1799

 

 

 

 

-Jean François Onfray naquit à Lamballe en la paroisse Notre Dame et St Jean, le 10 7bre (septembre) 1741 de l'union de Maître François Onfray Sr du Bourg, sénéchal et avocat au Parlement de Bretagne et Dame Renée Veillet du Perron. Il se maria le 13 mai 1777 à Plénée avec Françoise Guérin, et fut maire d'octobre 1799 à début janvier 1808, l'ancien procureur fiscal résida au château de Langourla puis à la Noë Gruelle, il démissionna, car considéré comme «infirme» par le préfet Jean Pierre Boullé, et s'éteignit le 18 novembre 1809 à Langourla âgé de 72 ans. Il est qualifié dans l'acte de Propriétaire.

Pierre Bidault, cité adjoint le 8 août 1807

Julien Hervé, -huissier au Cléneuf



 

 

-Pierre Bidault originaire de la Noée dans le département du Morbihan était le fils de François et Magdelaine Mulo, toutefois son père est cité présent à la Hardouinais en St Launeuc en janvier 1799. Etablit à Langourla il était marchand et cultivateur, il épousa successivement Marie Madeleine Bagot et Marie Jeanne Dutertre le 3 pluviose an XII. Maire, mentionné de fin janvier 1808 à septembre 1813, il est qualifié de propriétaire et de marchand et demeure les Portes. Pareillement à son prédecesseur, il démissionne sur ordre du préfet. C'était le père de Pierre Marie Bidault maire en décembre 1830 et Jean Marie Bidault, maire, mentionné en 1842. Pierre Bidault mourut à la Ville Blanchet le 22 novembre 1821 âgé de 48 ans. -Nicolas Mathurin André Duval, est cité notaire à Langourla dès 1809, il est alors âgé de 30 ans. Nommé maire au mois d'octobre 1813 par arrêté préfectoral, en janvier 1815, sa signature voisine celle des autres élus du canton de Collinée, attestant du soutien apporté ici au roi. Il était notaire et habitait encore le bourg en juin 1816, et fut relevé de ses fonctions suite à l'accession au trône de Louis XVIII semble-t-il en juin 1816. Il ne fut que de passage à Langourla. Une famille Duval ayant une étude notariale était présente à Plumaugat vers la même période, de même que le désservant de Langourla.

 

 

 

-Nicolas Mathurin André Duval, est cité notaire à Langourla dès 1809, il est alors âgé de 30 ans. Nommé maire au mois d'octobre 1813 par arrêté préfectoral, en janvier 1815, sa signature voisine celle des autres élus du canton de Collinée, attestant du soutien apporté ici au roi. Il était notaire et habitait encore le bourg en juin 1816, et fut relevé de ses fonctions suite à l'accession au trône de Louis XVIII semble-t-il en juin 1816. Il ne fut que de passage à Langourla. Une famille Duval ayant une étude notariale était présente à Plumaugat vers la même période, de même que le désservant de Langourla.

 

 

 

-François Bizeul, naquit le 10 avril 1785 à Brandesec, de l'union de Jacques et Perrine Ribault. Marié à Perrine Guitton, il était laboureur à Brandesec. Il fut maire de fin juin 1816 à décembre 1825, sa nomination semble coïncider avec la Restauration des Bourbon sur le trône. François Bizeul décéda le 11 mars 1851 âgé de 66 ans

 

 

 

-Mathurin Rouault de la Villeneuve de Livoudrays, fils de François Joseph et Anne Marie Thérèse Paillière, il épousa le 2 juillet 1823 Magdelaine Harel de la Perrière, veuve de messire Joseph Guinguené, Mathurin Rouault de la Villeneuve de Livoudrays fut maire de janvier 1826 à septembre 1830. Il vivait au Carpont.

Mathurin Boussais, adjoint en l'absence du maire fin mars 1832

 

 

 

-Pierre Marie Bidault naquit le 28 nivôse an VII -17 janvier 1799 à Langourla de l'union de Pierre-Marie et Marie Madeleine Joly, veuve Bagot, le 5 août 1724 au Gouray, il épousa Françoise Bourdon. Il fut maire de Langourla de novembre 1830 à la mi janvier 1832. C'est à Langourla au village des Portes qu'il s'éteignit le 6 novembre 1885 âgé de 86 ans. Il était cultivateur. 3 novembre 1878

Mathurin Boussais, adjoint, son fils Jean Marie Broussais, maire en 1898

 

 

 

-Jean Nicolas Gilard, naquit au Val de Jugon à Eréac vers 1783 de l'union de Jean et deCatherine Geffray. Marié à Marie Legac, Jean Nicolas Gilard demeurait Les Portes, il fut maire de la fin janvier 1832 à début septembre 1837 (arrêt préfectoral). Il mourut le 9 décembre 1855 âgé de 72 ans et sur l'acte est apportée la mention -profession ex maire. Son fils Jean Marie était maréchal.

 

 

 

-Jean Marie Bidault, fils de Pierre Bidault et Marie Madeleine Joly, veuve Bagot, naquit le 13 juillet 1809, il vécut au bourg de Langourla, maire, mentionné à la mi septembre 1837 (arrêt préfectoral). Il mourut dans l'exercice de ses fonctions le 15 avril 1853 âgé de 52 ans.

 

 

 

-Antoine Jean Baptiste René Marie Léopold Harel de la Perrière, fils de Antoine François et de Marie Joseph Boullaire de la Ville-Moisan, il naquit en 1795 au château de Langourla. Juge il était marié à Victorine Le Mintier de la Motte Basse, et demeurait à St Joseph. Il fut maire en 1853 (arrêt préfectoral) et réélu jusqu'en novembre 1874. Battut lors de l'élection de 1877 par Eudes Quemper de Lanascol. Il s'éteignit le 9 octobre 1880 au château de Coëlan âgé de 89 ans.

François Jean Douard, adjoint, cité en 1876

 

 

 

-Eudes Quemper de Lanascol, fils de Frédéric Charles et Sophie Charlotte d'Andigné de Mayneuf, vit le jour à Angers le 10 septembre 1832, et fut marié à Louisa Nompère de Champagny. Il devint maire de Langourla au troisième tour d'un ballotage au cours début du mois de janvier 1877 jusqu''à la fin janvier 1878. Il mourut au château de Coëlan le 29 mars 1878. Sa petite fille Louisa Marie Quemper de Lanascol avait épousé celui qui allait être maire de la fin du XIXème au début du XXème siècle : Charles Camus de la Guibourgère

François Jean Douard, adjoint, pour le maire empêché, cité en janvier 1878

 

 

 

-François Jean Douard, naquit à Mérillac le 11 juin 1829 de l'union de Jean et Marie Pilorget, il était marié à Marie Louise Rouillac et demeurait le Val, maire provisoire cité de janvier 1875 à janvier 1876, devient maire du début mai 1878 jusqu'en décembre 1878 et est démis de ses fonctions pour ivresse en 1881. En janvier 1883 il redevient adjoint. Il mourut âgé de 70 ans le 1er août 1899, l'un de ses fils était commerçant au bourg de Langourla.

Jean Hervé, adjoint, pour maire empêché cité de sept. 1880 à décem. 1882

 

 

 

-Olivier Guillotou de Kerever, naquit à Tréguier le 6 mars 1839 de l'union de Charles et Emmanuel Céleste Le Gentil de Rosmorduc, maire de tendance légitimiste-cléricale, en mars 1882, il est élu par 11 voix, puis réélu en janvier 1883 à l'unanimité, propriétaire établit au hameau de St Joseph, Olivier Guillotou de Kerever était le gendre de Antoine Harel de La Perrière il en avait épousé la fille Joséphine Marie Yvonne Harel de la Perrière. Il démissionna fin juillet 1885 et mourut à Saint Brieuc le 18 juin 1909.

François Jean Douard, adjoint, le maire empêché, cité en février 1883

 

 

 

-François Jean Douard , maire monarchiste il revient à la fin du mois de juillet 1885 après avoir été évincé en 1881, puis est élu en 1888 et réélu en 1892 jusqu'en avril 1896 par 11 voix

 

 

 

-Charles Camus de la Guibourgère naquit le 13 novembre 1859 à Teillé en Loire Inférieure de l'union de Edmond Camus et Chantal de Pins. Il épousa Louisa Marie Quemper de Lanascol, fille de de Eudes et Louisa de Nompère de Champagny. Charles Camus de la Guibourgère est élu maire une première fois en avril 1896 à fin juillet 1898 par 9 voix date à laquelle il sera relevé de ses fonctions, Jean Marie Broussais deviendra maire d'octobre 1898 à fin mai 1900, date à laquelle Charles Camus de la Guibourgère sera réélu 4 fois de 1900 jusqu'en 1919. Il s'éteindra à Langourla le 29 novembre 1926. Il publia en 1922 «Langourla, Côtes-du-Nord. Coalitions d'avoués».

 

 

Pierre Broussais lui succéda durant dix ans, puis en 1929 ce sera Léon Moisan radical socialiste, exerçant la profession de bourrelier qui sera réélu quand à lui à deux reprises jusqu'en 1947. Léon Moisan, l'un des cinq maires des Côtes du Nord présents au 36e congrès du parti socialiste en mai 1936 à Nantes. Lors de ce congrès, face au danger de guerre, les divisions entre "bellicistes" -Blum, Zyromski et "pacifistes" -Paul Faure, mettent la SFIO* au bord de l’éclatement.

***Section française de l'Internationale ouvrière.

Pierre Vazel, conseiller faisant fonction de maire août à octobre1898

 

 

-Jean Marie Broussais, fils de Mathurin Marie Broussais et Mathurine Auffray, naquit le 10 juillet 1832. Il épousa Jeanne Bedel et eut pour fils Pierre Marie François Broussais. Jean Marie Broussais fut maire d'octobre 1898 à fin mai 1900. Le vicomte Charles Camus de la Guibourgère fut effectivement révoqué temporairement par le tribunal civil, du fait de tensions entre ses partisans et ses opposants lors de la campagne des législatives de 1898, où les deux camps en arrivèrent aux mains à la mairie même de Langourla. Jean Marie Broussais mourut le 10 février 1926. Son fils fut lui même maire à la fin de la première guerre mondiale.



 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 08:26

 

Les montres nobiliaires de Langourla en 1450 évoquent deux maisons sises au bourg, appartenant à François de Langourla, l'une fut acquise par Guillaume de Pleumaugat (armoiries ci dessous)* et l'autre par Amaury de Langourla* une maison à Yvon de Langorla et à Jean Horlet, anciennement à Guillet de Langourla. Une pièce de terre contenant 100 journaux appartenait à Jean, sieur du Parc. Lors de la réformation du 27 mai 1536, sont mentionnées à Langourla les maisons nobles suivantes: le Hault-Bourg à Christophe de Langourla et la métairie du bourg à la famille de Romelin. Olivier de Pleumaugat, 50 livres de revenu, par Guillaume, son fils : porteur d'une brigandine -Amaury de Langourla 12 livres de revenus, défaillant. La Maison Blanche au bourg de Langourla –maison noble, appartenant en 1536 à Gilles de Langourla



 

La famille Briend citée de 1685 à 1906

(Guillaume Briend cité en 1877, tailleur d'habits, sa femme Thérèse Rouvrais, couturière, Jeanne Briend, citée en 1887, débitante, Julien Briend cité en 1904, receveur buraliste, sa femme Julienne Perquis débitante)

La famille Posnic citée en 1705

La famille Turmel citée de 1709 à 1729

(un tailleur d'habits)

La famille Doüaine citée en 1710 (la maison de la croix au bourg)

(Yves Doüaine, cité en 1710, hoste débitant)

La famille Dutertre citée de 1710 à 1877 (la maison de la croix au bourg-Haut Bourg)

La famille Daniel citée de 1708 à 1733

La famille Chereuil-Chereul citée de 1718 à 1877

La famille Rouxel citée en 1723 & en 1726

La famille Ruellan citée de 1724 à 1906

(Jean Ruellan époux de Anne Houix, métayers de mademoiselle de la Ville Blais, métayer en 1731, Julien Ruellan, facteur receveur en 1906)

La famille Robin citée en 1731 (journalier)

La famille Lorand-Lorant citée en 1724 à 1730

(un vannier-un chaudronnier)

La famille la Tour citée en 1726

(François la Tour «chyrurgien» et Julienne Henry son épouse demeurant au Bourg-cité aussi en 1727)

La famille Lemée citée en 1727 (un journalier)

La famille Louvet citée de 1726 à 1749

(Alexandre Louvet dit Fontaine cabaretier-débitant à la Croix au bourg de Langourla, cité en 1727 et en 1729)

La famille Lamandé citée en 1728

La famille Jan citée en 1729

(François Jan cité en 1731, cordonnier)

La famille Le Michel-Michel citée de 1729 à 1877

La famille Pilorget citée en 1733

La famille Tournatory citée en 1745 et en 1746

La famille Pellerin-Pellerain citée en 1745

La famille Frayage-Jeffrays citée de 1746 à 1906

(Louis Jeffrays cité en 1877 et en 1906, maréchal-forgeron, sa femme Jeanne Queré, débitante, Arsène Jeffrays cité en 1906, commerçant)

La famille Potier citée de 1746 à 1887

La famille Gueneu citée de 1748 à 1757

La famille Donnet citée de 1747 à 1877 (Haut Bourg)

La famille Lapie citée de 1747 à 1752

La famille de Langan citée en 1749

La famille Hinieux citée en 1750

La famille Mounier-Meunier citée de 1751 à 1877

La famille Foliard citée de 1752 à 1887

La famille Biseul-Bizeul citée de 1752 à 1906

(François Bizeul cité en 1877, couturier, Jérôme Bizeul cité en 1901, cordonnier, sa femme Louise Jeffray, commerçante)

La famille Richard citée en 1765

La famille Carmoy citée en 1770

La famille Bajot citée de 1777 à 1877

La famille Perquis citée de 1785 à 1906

(François Perquis, boulanger cité en 1901)

La famille Onfray citée de 1785 à 1798

(Mre François Onfray, propriétaire, maire de Langourla en 1792, marié à Marie Thérèse Reboux, il mourut le 18 novembre 1809, leur fille Elisabeth 32 ans, l'avait précédé dans la tombe 11 jours plus tôt)

La famille Legac citée de 1785 à 1789

La famille Vivié-Vivier citée de 1786 à 1901

La famille Auffray citée de 1788 à 1906

La famille Caradeuc citée de 1789 à 1906

La famille Hervé citée de 1797 à 1906

(Jean Hervé cité en 1906, commerçant marchand de draps, sa femme Reine Lejeune, marchande de draps)

La famille Queret-Quéré citée de 1797 à 1906

(Jean Quéret, cité en 1797, cordonnier; François Quéré, cité en 1870, débitant, Émile Quéré en 1904 charron, sa femme Léonie Préauchat : tailleuse)

La famille Dieulangard citée de 1809 à 1831

(Laurent Dieulangard, 52 ans, cité aubergiste et marchand en 1809, Pierre Marie Dieulangard, cité en 1830, «bouché»)

La famille Duval citée de 1809 à 1815

(Nicolas Mathurin André Duval, notaire cité de 1809 à 1815, maire de Langourla jusqu'en 1816, il avait pour huissier Yves Ruellan)

La famille Duret citée en 1810

La famille Guitton citée en 1814

(Mathurin Guitton, cité en 1814, clerc)

La famille Rolland citée en 1827

(Jean Marie Rolland cité en 1827, notaire, Silvie Rolland, citée en 1901, infirmière)

La famille Raslo citée en 1827

La famille Pinsart-Pinsard citée de 1843 à 1906

(Victor Pinsard, cité en 1843 cabaretier, Joseph Pinsard cité en 1847 cabaretier)

La famille Pecheul citée en 1847

La famille Bidault citée de 1847 à 1877

(Pierre Marie Bidault, cité en 1847, marchand)

La famille Lefeuvre citée de 1870 à 1877

La famille Oger citée de 1870 à 1906

(Jeanne Marie Oger citée en 1900, tailleuse d'habits, et sa soeur Anne Marie Oger, citées en 1901, couturière)

La famille Esnault citée de 1870 à 1877

(Julien Gilles Esnault cité en 1877, receveur buraliste, Jeanne Esnault, citée en 1887, filandière)

La famille Lejeune citée de 1870 à 1905

(Eugènie Lejeune citée en 1900, commerçante; Henri Lejeune cité en 1904, commerçant)

La famille Jégard citée de 1870 à 1887

(Joseph Marie Jégard, cité en 1877, instituteur-séminariste et secrétaire de mairie, son fils François Marie Jégard, cité en 1877, professeur, Anne Marie Rault sa servante)

La famille Desbois citée de 1870 à 1906

(Joseph Desbois, cité en 1902, tailleur de pierres, sa femme Rose Hédé,couturière)

La famille Audel-Audet citée de 1872 à 1906 (originaire de Penguily)

(Jean Marie Audet cité en 1877, cabaretier, Jean Pierre Audet cité en 1877, menuisier sa femme Sophie Presse débitante, Eugène Audel cité en 1901 menuisier, Eugènie Audet, boulangère en 1902)

La famille Reboux citée de 1877 à 1887

Jeanne Reboux, citée en 1887, repasseuse)

La famille Tronel citée en 1877

La famille Kersanté citée en 1877

La famille Bréhinier citée en 1877

La famille Charles citée en 1877

La famille Lécuyer citée de 1877 à 1891

(François Lécuyer, cité en 1887, tailleur d'habits)

La famille Rault citée de 1877 à 1887

La famille Houguenan citée en 1877

La famille Houis citée en 1877

La famille Dieulesaint citée en 1877
 

 

 

 

 

 

La famille Renault citée en 1877

La famille Thébault citée de 1877 à 1887

(Julien Thébault, cité en 1887, carrier)

La famille Jourdan citée de 1877 à 1887

(François Jourdan, cité en 1877, cordonnier, il a pour apprenti cordonnier François Daniel, 18 ans, cité en 1891)

La famille Lescouët citée de 1877 à 1906

(Pierre Lescouët, cité en 1877, marchand de grains, Alexandre Lescouët cité en 1901, commerçant, François Lescouët cité en 1906, charcutier, Louis lescouët, boulanger)

La famille Jolly citée de 1877 à 1887

(Françoise Jolly, citée en 1877, cabaretière et filandière)

La famille Texier citée de 1877 à 1887

(Jean Marie Texier, cité en 1877, cabaretier-débitant et menuisier, il a pour ouvrier menuisier Alexis Chazette)

La famille Porcher citée en 1877

(Eugène Porcher, cité en 1877, tailleur de pierres)

La famille Hillion citée de 1877 à 1906

(Jean Hillion cité en 1901 sabotier, François Hillion cité en 1906 sabotier, sa femme Rosalie Gestin, commerçante débitante )

La famille Cormault citée de 1877 à 1906

La famille Rouillac citée de 1877 à 1901

(Laurent Rouillac, cité en 1887, tailleur d'habits)

La famille Goubin citée de 1877 à 1901

La famille Marchand-Lemarchand citée de 1877 à 1906

(Judith Marchand, citée en 1901, tailleuse, lingère)

La famille Goizel citée de 1887 à 1906

(Denis Goizel cité en 1901, sacristain et tisserand, son fils Pierre Goizel cité en 1901, sacristain)

La famille Douard citée de 1887 à 1906

(Jean Marie Douard cité en 1900, commerçant en épicerie)

La famille Fesnel citée en 1887

(Jean Marie Fesnel, cité en 1887, bouilleur)

La famille Libouban citée en 1887

La famille Bertrand citée en 1887

(Jean Baptiste Bertrand, cité en 1887, sabotier)

La famille Biche citée en 1887

(François Biche, cité en 1887, maçon)

La famille Berhault citée en 1887

(Frédéric Berhault, cité en 1887, ouvier tailleur)

La famille Lechaton citée en 1887

(Élise Lechaton, citée en 1887, lingère)

La famille Trotard citée de 1887 à 1900

(Eugène Trotard, cité en 1887, cantonnier)

La famille Commaux citée en 1887

(Marie Ange Commaux, cité en 1887, cordonnier, sa femme Jeanne Boutrais, débitante)

La famille Guéguen citée en 1887

La famille Robert citée de 1887 à 1906

(Pierre Robert, cité en 1902 tailleur d'habits, sa femme Léonie Presse, commerçante et leur fils Eugène, tailleur, Victor Dubreuil, 18 ans, cité en 1891, apprenti tailleur d'habits)

La famille Poilbout citée en 1891

La famille Leguillermo citée en 1891


 

 

 

 

 

La famille Guischer citée en 1891

(Yves Guischer, cité en 1891, tailleur de pierres)

La famille Blanchard citée de 1900 à 1901

(Joseph Blanchard cité en 1900, facteur-receveur)

La famille Tarlé citée de 1900 à 1906

La famille Brieuc citée de 1891 à1 1901

(Henri Brieuc, cité en 1891, menuisier)

La famille Malval citée en 1901

La famille Bazin citée en 1901

La famille Surel citée en 1901

La famille Le Méhauté citée en 1901

La famille Belot citée en 1901

(Rosalie Belot, citée en 1901, institutrice, 30 ans, Pierre Belot cité en 1901, clerc de l'huissier)

La famille Trouchard citée en 1901

La famille Soulabaille citée en 1901

(Auguste Soulabaille, cité en 1901, ouvrier tailleur)

La famille Picard citée en 1901

La famille Brillault citée en 1901

La famille Huet citée de 1901 à 1906

Eugène Huet originaire du Gouray cité en 1906, charcutier)

La famille Gascouin citée de 1901 à 1906

La famille Tardivel citée de 1901 à 1906

(Jean Marie Tardivel cité en 1906, menuisier, son père Albert Tardivel, menuisier)

La famille Trémel citée en 1906

(Marcel Trémel cité en 1901, sabotier)

La famille Tual citée de 1891 à 1906

(Jean Marie Tual cité en 1901 commerçant débitant en boisson)

La famille Le Méhauté citée en 1901

(Joseph Le Méhauté, instituteur, cité en 1901 marié à Josèphine Le Flohic)

La famille Malval citée en 1901

(Joseph Malval, instituteur cité en 1901 (bourg)

La famille Guilloux citée de 1901 à 1906

(Pierre Guilloux, cité en 1901, tailleur d'habits)

La famille Rouault de Livaudray citée de 1902 à 1906

(Anne Marie Rouault de Livaudray, citée en 1902, commerçante)

La famille Lemoine citée en 1905

(Jean Baptiste Lemoine, cité en 1905, boulanger)

La famille Gesret citée de 1905 à 1906

(Mathurin Gesret cité en 1904 maréchal)

La famille Brévin citée en 1906

La famille Gaspaillard citée en 1906

La famille Lucas citée en 1906

La famille Guinard citée en 1906

(Jean Baptiste Guinard cité en 1906, tailleur de pierres)

La famille Le Pechoux citée en 1906

La famille Bouédo citée en 1906

(orig. Mohon-Mathurin Bouédo, cité en 1906, cordonnier)

L'église actuelle

 

Le 10 avril 1866, profitant de l'opportunité qui lui était accordée, Monseigneur Augustin David évêque de St Brieuc, vint donner la confirmation à Langourla et s'adressa aux élus :Il est nécessaire de reconstruire en entier cette église, nous savons que c'est l'intention bien arrêtée des habitants de Langourla.  Le porche sous le clocher est très remarquable d'architecture. On le conservera précieusement pour en faire une chapelle des morts, en supprimant le clocher qui le couronne aujourd'hui». D'autres pièces provenant du précédent sanctuaire ont été conservés: une crédence ornée d'une tête de femme et d'une tête de singe, ainsi que la cuve baptismale octogonale à double bassins, cuve décorée de végétaux stylisés, d'animaux et de figures humaines. L'ensemble repose sur deux petits piliers à pans coupés. Ci-dessous l'église néogothique de Langourla et le portrait de Monseigneur David

 

 

 


 

Monsieur Harel de La Perrière, alors maire de la commune fit dont le 23 octobre 1869 du terrain désigné «le courtil du bourg» afin d'y assoir le nouvel édifice. En forme de croix latine, l'église St Pierre comprend une nef avec bas côtés de quatre travées plus celle du clocher encastré, un transept et un chœur. Sa réalisation fut confiée à l'entreprise Leforestier du Gouray, d'après les plans de monsieur Regnault architecte à Rennes. La pose de la première pierre eu lieu le 11 juillet 1870, la bénédiction de l'édifice se déroula le 5 octobre 1873 et sa consécration le 13 juin 1874. Le mobilier moderne fut exécuté par l'atelier de Guillaume Corlay d'après les plans de monsieur Raut. Lors de l'achèvement de l'église, la dépense totale fut de 82,051 francs, mais la fabrique sollicita la somme de 10.000 francs pour s'acquitter des sommes dues. La commune ayant affecté tous ses fonds libres pour la construction d'une «maison d'école» déclara être dans l'impossibilité d'intervenir afin de couvrir le déficit signalé. Le Préfet R. de Jouvenel averti en 1875, intervint auprès des élus du département pour aider cette commune ainsi que celle de Sévignac où le déficit était de 7.622 francs et 79 centimes sur le montant total de la dépense évalué à 80.615 francs 37 centimes. L 'édifice terminé séduisit la municipalité de Rouillac qui décida de faire appel à la même entreprise pour ériger l'actuelle église St Sébastien

Brandesec

 


 


 

La famille Besnard citée de 1711 à 1901

La famille Biseul-Bizeul citée de 1702 à 1905

La famille Bedel citée de 1709 à 1830 (Brandesay-Brandesseul)

La famille Geshot citée en 1711

La famille Villebiot citée de 1720 à 1730

La famille Avril citée en 1722

La famille Bonjour citée de 1722 à 1729 (journaliers-Brandesaye)

La famille Thoumineaux citée de 1727 à 1732 (journaliers-Brandesay)

La famille Potier citée de 1745 à 1901

La famille Herry-Henry citée de 1746 à 1749

La famille Guillou citée en 1746 et en 1747

La famille Rouillac citée de 1749 à 1799 (Brandessec)

La famille Perrin citée en 1750

La famille Oizel citée en 1766

La famille Pinçard citée en 1770

La famille Renier-Regnier citée en 1785

La famille Desbois citée de 1786 à 1815

La famille Lemée citée en 1809

La famille Audrain citée de 1814 à 1906

La famille Auffray citée de 1815 à 1906

La famille Poilbout citée de 1831 à 1906

La famille Morgand citée de 1843 à 1906

La famille Le Goff citée en 1843

(Mathurin René Le Goff, cité en 1843, charpentier)

La famille Bouleau citée de 1870 à 1872

La famille Dieulesaint citée en 1872

La famille Lebeuve citée en 1872

La famille Guérin citée de 1872 à 1881

La famille Brillault citée de 1872 à 1906

La famille Duray citée en 1881

La famille Rault citée en 1881

La famille Portier citée en 1881

La famille Brousté citée en 1881

(Pierre Brousté, cité en 1881, tailleur de pierres)

La famille Guyomard citée en 1881

La famille Thébault citée en 1881

La famille Pasquier citée en 1901

La famille Boisadam citée en 1901

La famille Rouvrais citée en 1901

La famille Robert citée de 1901 à 1906

La famille Lucas citée de 1901 à 1906 (originaire de St Jacut)

La famille Leloyard citée en 1906 (originaire de Mérillac)

 

 

 

La Brousse de Launay


 

La famille Caradeuc citée de 1872 à 1906

La famille Bajot citée de 1881 à 1901

La famille Lévêque citée de 1881 à 1901

La famille Tréhorel citée en 1906

(Eugène Tréhorel, originaire de St Jacut, cité en 1906, maçon)


 

 

 

Brousse du Grez

 

La famille Dupont citée en 1703 (Brouce)

La famille Boudard citée en 1711 (la Bouxe)

La famille Chereuil-Chereul citée de 1720 à 1881 (Brousse du Graiz)

La famille Potier citée de 1720 à 1777

La famille Bougot-Bougault citée de 1721 à 1791

(Alexandre Bougot, cité en 1721, charpentier)

La famille Charpentier citée en 1730 (un journalier)

La famille Auffray citée de 1747 à 1752

La famille David citée de 1764 à 1766

La famille Meunier-Meunié citée de 1766 à 1901 (Brousse du Grée)

(Jean Baptiste Meunier cité en 1901, marin en cabotage)

La famille Hoüis citée de 1785 à 1809

La famille Tronet-Tronel citée de 1799 à 1906

(Jean Baptiste Tronel cité en 1906, charpentier)

La famille Chereul citée en 1877

La famille Bizeul citée de 1877 à 1881

La famille Goubin citée de 1877 à 1906

La famille Dutertre citée de 1877 à 1906

La famille Gueneu citée en 1881

La famille Boisorieux citée en 1881

(Jean Marie Boisorieux, cité en 1881, couvreur)

La famille Daniel citée en 1881

(François Daniel, cité en 1881, charbonnier)

La famille Boivin citée en 1901

La famille Chevalier citée en 1901

(Mathurin Chevalier, cité en 1901, maréchal)

La famille Guérin citée de 1901 à 1906

(Jean Guérin cité en 1906, maçon)

La famille Thébault citée de 1901 à 1906

La famille Oizel citée en 1905

La famille Quinio citée en 1906

La famille Bizeul citée en 1906

 

 

 

La Butte des Vaux


 

La famille Lemée citée de 1809 à 1843 (journalier)

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 07:50

 

 

Avenue de la Libération

 


 

L'ancienne route royale de Brest à Paris était pavée, près de la demeure de Laurent Jubault était la maison de Marie Samson veuve de Laurent Jubault, ensuite les parcellaires de Mr Salabert et de la veuve Boisorieux, de Guillaume Gillebert, de Yves Julien Touzé, de François Rattier et la maison de Jean Morice.


 

 

 

 

 

 


 

Place du Docteur Laurent

 

 

Cette rue fut percée tardivement, l'importante propriété de la Croix Bily cernée d'un splendide parc en occupait une partie. Le docteur Laurent y vécut. Louis Marie René Joseph Laurent, naquit le 30 mars 1846 à Dinan de l'union de Louis Marie, professeur, et de Alexandrine Josèphine Gorvel. Le 18 septembre 1901 en la ville de Broons, devant Charles Saliou, alors maire de Broons, il épousa Marie Françoise Guillou, fille de Jean Marie Guillou et de Sylvie Gesret, cultivateurs à la Basse Pillais (Tospilais ?) en Broons. L'acte précise que le marié, âgé de 31 ans, demeure Broons et y exerce la profession de docteur médecin, ses parents sont décédés*. Quand à la jeune femme, âgée de 24 ans, elle est sans profession. Témoins de leur union : Louis Orieux, 42 ans, demeurant à Broons, percepteur, ami des époux; Charles Beaudet, 49 ans, demeurant à Caulnes, docteur-médecin, ami des époux; Louis Maignan, 25 ans, demeurant à Paris, employé de commerce, cousin de l'époux ; Jean Marie Guillou, 24 ans, demeurant à Broons, laboureur, frère de l'épouse. Le docteur Laurent mourut en 1904 laissant un fils âgé de 5 ans.


 

 

 

La Rue de la Madelaine

 

 

 

 

Première municipalité

 

 

 

Au moment de la Révolution, c'est à l'église de Broons que se réunirent les postulants afin de former la première municipalité qui fut mise en place le 10 février 1790. Cependant c'est à la chapelle Sainte Madelaine que siègera la municipalité plus tard. Une nouvelle institution succédait ainsi au Général de paroisse. En tant que Président de la défunte assemblée, c'est Guillaume Gilbert qui présida l'ouverture du scrutin, lui même postulait pour cette fonction inédite. Trois jours durant les citoyens actifs de Broons se succéderont afin de voter, leur nombre est estimé à 226 individus, cependant seuls 185 se manifesteront. Guillaume Gilbert ne recueillera que 11 voix contre 173 pour son adversaire Jérôme Béchu, Sieur de Lohéac âgé de 25 ans. Il est issu de cette prestigieuse famille dont il est mention à l'article de Pedenhouët (voir histoire de Broons, page n° 13), l'une des plus puissantes familles Broonaise car à la tête d'un imposant bien foncier. Parmi les membres actifs de la récente commune de Broons, des personnages comme l'abbé Charles Ratier, Jacques Picquet, Jérôme Béchu et son père Bertrand abandonnèrent leur poste peu après le drame survenu à Yvignac, le père Bertrand Béchu, siégeait alors au sein du District de Broons, le fils à la tête de la municipalité.

 

 

 

Rue du Chalet

Anciennement Bellevue

 

 

 

 

Dans le parc d'une  propriété : deux palmiers


 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article