Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 21:57

 

Trésoriers & marguilliers...

 

Julien Faudet trésorier en 1668

-Jan Lescuyer marguillier en 1668

-René Hervé trésorier en 1684

-Jean Baptiste Cardinal trésorier en 1721

-Claude Droguet trésorier en 1722

-Bertrand Ducour marguillier en 1750

-Louis Robert trésorier en 1762

-François Desnos trésorier en 1773

-Jean Rault trésorier en 1774

-C. Bougneuf, acolythe en 1774 (enfant de choeur)

-Marc Orieux, trésorier en 1776

 

Chapelle Sainte Anne

 

 

C'est en 1644 que la ditte chapelle fut fondée par Julienne Urvoit épouse de François du Verger, sieur de la Pyronnais, il y eut détournement de pierres de taille fait par les maçons employés au pavage de l'édifice, au péjudice de demoiselle Julienne Urvoy, dame de la Pironnays et du Verger, fondatrice de la ditte chapelle. En 1668 on y célèbre le mariage de Jan Chevalier & Michèle Fouchet et deux ans plus tard, en 1670 l'inhumation de Noble et discret prêtre Charles de Beaumont. La chapelle voisinait avec la fontaine pareillement dédicacée à Ste Anne. Au cours de la Révoltution la chapelle fut abandonnée, et au XIXème siècle rasée afin de laisser place à l'actuelle mairie.

 

Eléments de l'ancienne chapelle de sainte Anne

 

H. GENS DE LA PIRONNAIS ET DV VERGER ONT DOTE

DE VI CENTS LIVRE DE RENTE SVR LA MAISON DV VERGER EN

LESCOUET POVR LE SERVICE DE LA CHAPELLE FAICT PAR M. PIERRE

AVEN L'ARCHITECTE L'AN 1644

 

 

 

La chapelle Saint Michel


 

Il semble que ce soit aux abords de cette chapelle détruite au XIXème siècle que se déroulaient les foires de Jugon. Elle voisinait une des tours qui flanquaient les murailles crénelées entourant la ville. «Le jeudy quatorziesme jour de janvier mil six cent soixante douze a esté célébré le mariage dans la chappelle de St Michel de Jugon par moy Jean Cloüet soubz signé reteur dudit Jugon Entre Jan Labbé filz de Jacques de la paroisse dudit Jugon et Janne Auffray de la paroisse de Plenest aagée de plus de vingt cinq ans, led(i)t Labbé âagé d'environ cinquante ans. La première bannie dudit mariage faite par moy à Jugon le dimanche sixième jour de décembre dernier second dimanche de l'advent, et les deux autres les deux dimanches consécutifs après avoir reçü le Certificat du Sieur Viaire dudit Plenest en datte du trentième jour de décembre dernier, signé François Grosavalet, ledit Jan Labbé journalier de sa vocation ledit maruiage solemnisé aux présences de Pierre Rondel, Julien Rivière, François Hoüeix, Janne Le Hardy et plusieurs autres voisins qui ne sçavent signer». Signature : J: Clouet.

 

 

 

 

En rouge le château, en bleu avec étoile la chapelle St Michel, proche du Marchy

La paroisse et l'église de Saint Malo

 

 

L'antique chapelle assise près du castrum dédiée à la Sainte Vierge appartenait à un particulier : Bertrand fils de Maingui, peu après la fondation du prieuré, Bertrand donna à l'Ordre de Marmoutiers cette chapelle et ses dépendances. Auparavant il n'y avait que très peu de maisons autour du château. C'est en 1128 que l'évêque Jean de St Brieuc concéda aux religieux de Saint Martin, la desserte de l'église de Jugon et procéda à la bénédiction d'un cimetière pour mettre fin aux habitudes des habitants qui enterraient leurs morts au pied des croix placées sur les grandes routes. Cette église était desservie par un chapelain ou un recteur nommé par l'évêque, sur la présentation de l'abbé de Marmoutiers. En 1239 ce désservant ayant demandé une augmentation de ses revenus, l'archevêque de Tours ordonna que le prieur paya au desservant de l'église priorale chaque année au mois d'août 5 mines de seigle et partagea avec lui les revenus de l'église à portion égale. En 1587, le prieur devait : 50 s. à la mense abbatiale et 19 s. 8 d. aux officiers dudit abbé. L'église St Malo située près de la rue du Château relevait de l'évêché de Saint Brieuc, c'était un édifice très modeste dont la disparition résulte du rattachement de la paroisse de Saint Malo émanant d'une ville exempte à celle de Jugon au début du XVIIème siècle. Les paroisses de Saint Malo et de Saint Etienne ne comptaient que 44 maisons soumises au fouage -Geoffroy Rouxel, noble non contribuant à fouages en 1423, paroisse St Malo de Jugon. Le 11 juin 1599 on y procéda au baptême de Jacquemine Juhel, fille de Jan et Janne Lebreton, en 1601 celui de Georgine Poinsuz fille de Jullien et Janne Bertran. Dom Mathurin Lessart était le désservant du lieu en 1620.

 

 

 

En bleu l'ancienne église Saint Malo, en orange, l'actuel hôtel Sevoy, en jaune le grand moulin

La paroisse de Coëtivi

 

 

 

 

Armoiries de Coëtivi

 

D'après Benjamin Jollivet, une paroisse nommée Coëtivi aurait disparu, elle était située entre Jugon et Plénée, et existait encore au XVIème siècle comme on le voit à travers les enquêtes de la Réformation à cette époque. Cette paroisse devait son nom au Cardinal de Coëtivi. Né au début du XVème siècle dans le Léon, il mourut en 1475 à Rome après avoir été successivement évêque d'Avignon, d'Uzès, de Nîmes et de Dol. Cette paroisse fut absorbée par Jugon.

 

 

Hôpital de l'hôtel Dieu

 

 

 

Ci dessus en violet le dit hôpital et un cliché des restes de l'établissement

«Le jeudy quatrième jour de décembre mil six cent soixante dix a esté inhumée proche les saincts fonsde l'église de nostre dame de Jugon Catherine Poinsu décédée à lhospital dudit Jugon le matin du jour précédent, aagée de plus de soixante ans...» . Claude Hamoniau de la paroisse de Pledran en la trêve de St Carreu, évêché de St Brieuc âgé de quarante ans ainsi qu'il est dit être st le vingt deuxième d'aoust mil sept cens vingt et un décédé dans la communion des fidèles dans l'hôpital et hotel dieu de Jugon et a été le lendemain inhumé dans la chapelle dudit hopital. François Orieux, Sieur du Chesnay est miseur en charge de l'hopital et maison dieu de Jugon en 1721, autrement dit il en est le comptable. La ville de Jugon dispose aussi de son hôpital dit du Bois Chauff -Saltu Cavo , mentionné dans un aveu en janvier 1480. L'abbaye de Saint Aubin des Bois en Plédéliac lui verse une rente annuelle de 450 francs. Le 19 janvier 1722, le mariage de Vincent Nogret de St Denoual et de Guillemette Lecoublet sera célébré en la chapelle de l'hotel dieu de Jugon. Le corps de Jacques Pringault, garçon âgé d'environ quarante ans «innocent dès son bas âge» fut inhumé dans la chapelle de l'hôpital où il mourut le 23 décembre 1742. Pierre Gaultier, décédé le 20 août 1762. Julienne Labbé, 75 ans, soeur du tiers Ordre de St François, décédée les cinq heures du soir à la Maison de l'hôpital dieu le 28 mars 1772 Marguerite Baron, 58 ans décédée à la Maison de l'hôpital dieu le 30 mars 1772, Anne Lefeuvre âgée de 79 ans, veuve de Jean Villeneuve, décédée dans la Maison de l'hôpital dieu à 4 heures du matin le 26 mai 1773. François Bonamy évoque cette fièvre inflammatoire, maligne, putride et vermineuse qui vint se manifester à Jugon en 1774 touchant essentiellement les enfants et les personnes âgées. Au cours de l'été 1779 l'épidémie semble avoir particulièrement touché Jugon, l'un des actes est assez éloquent sur la situation :

 

«le seizième du mois d'aout de l'an mil sept cent soixante dix neuf le corps de Renée Leffondré agée d'environ cinquante cinq ans décédée du matin de ce jour après avoir reçu dans sa dernière maladie les sacrements de pénitence d'eucharistie et d'extrême onction par moi sous signé recteur a été sur les sept heures du soir de ce jour inhumée dans le cimetière de cette paroisse par rapport à la maladie contagieuse à laquelle elle a succombé....»

 

Autres victimes de l'épidémie :

 

-Jeanne Lostec, 6 ans, décédée le 17 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Joseph Pringault, 2 ans, décédé le 17 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Mathurine Delaubelle, décédée le 19 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Marguerite Rouillé, 18 ans, décédée le 25 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Jacquemine Le Goualec, 11 ans, décédée le 30 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Gilette Thomasse Lebreton, 3 ans, décédée le 28 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Ambroise Chauvel, 62 ans, décédé le 30 août 1779, d'une maladie contagieuse

-Marie Anne Taburet, 18 mois, décédée le 22 septembre 1779, d'une maladie contagieuse

-Jeanne Douard, 78 ans, décédée le 29 septembre 1779, d'une maladie contagieuse

 

Chirurgiens ayant exercés à Jugon :

 

-Louys Orufle, sieur du Coudray, chirurgien, cité en 1668

-Maistre Louis Brulé chirurgien en 1671

-Me Jean Toulmouche Sieur de la Pierre, chirurgien royal en 1713 & 1759 ( + 1762)

-Jean Marie Rapatel, chirurgien juré en 1742 (+ 1743)

(gendre de Me Jean Toulmouche Sieur de la Pierre, chirurgien royal )

-Me Bertrand Becherel, Sieur de la Vallée, chirurgien en 1743 (+ 1743)

-Me Claude Brisbart, maitre chirurgien en 1755

-Noble homme François Issaly maître chirurgien en 1763

-Jean Baptiste Garnier chirurgin juré en 1765

-Maitre Julien André Martin Taburet, chirurgien juré en 1773

-Mathurin Leclerc, officier de santé en 1815.
 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 21:50

Inhumations diverses

 

Il était courant que les inhumations aient lieu dans les églises, c'était une source de revenu supplémentaire que l'église acceptait. Dans l'église de Jugon subsiste une tombe aux armes de Christophe Rouxel, Sieur de Pérouze et de son épouse Jehanne Sauvaget. -voir ci dessous. Voici la liste des inhumations qui eurent lieu dans la seconde partie du XVIIe siècle.

 

 

 

 

-Janne Lamé, inhumée dans la chapelle du Rosaire en 1668

-Gillette Tardivel, inhumée dans la chapelle du Rosaire en 1669

-Julien Faudet inhumé dans la nef de l'église St Estienne en 1669

-François Deschamps inhumé dans la nef de l'église St Estienne en 1669

-Me Laurent Sohier inhumé en bas du choeur de l'église Notre Dame en 1669

-Anne Le peltier, inhumée dans la nef de l'église Notre Dame en 1669

-Jan Bourdonnais inhumé en la nef de l'église Notre Dame de Jugon en 1669

-Jacquemine Bagot inhumée au bas du choeur de l'église Notre Dame en 1669

-François Robert inhumé en la nef de l'église Notre Dame de Jugon en 1669

-Janne Glamart inhumée au bas du choeur de l'église Notre Dame en 1669

-Louise Lepage, inhumée dans la chapelle du Rosaire en 1669

-François Radier, inhumé dans la chapelle du Rosaire en 1669

-Guillaume Sébille, inhumé dans la nef de l'église Notre Dame en 1669

-Janne Louiaisel près l'autel St Estienne en l'église Notre Dame en 1669

-Gilles Le Mée , inhumé dans la chapelle du Rosaire en 1670

-François Orieux, inhumé dans la chapelle du Rosaire en 1670

-Julien Macé, au bas de la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Guillemette Huet inhumée dans le choeur de l'église Notre Dame en 1670

-Marc Louaisel inhumé dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Ecuyer Guillaume Le Leuvroux, choeur de l'église Notre Dame en 1670

-Françoise Carcomel, dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Janne Fourré, dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Thomas Carroger, inhumé dans la chapelle du Rosaire en 1670

-Jan Lescuyer, au bas du choeur de l'église en 1670

-Renée Hingant, inhumée dans la chapelle du Rosaire en 1670

-Louys Bizeul, dans le choeur de l'église en 1670

-Perrine Brexel, dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Gilles Guérin, au haut du choeur de l'église en 1670

-Julienne Salmon, dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Mathurine Lelandais, dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Louyse Orieux, proche le balustre du grand autel de l'église Notre Dame en 1670

-Jacquemine Hacquin, dans le choeur de l'église en 1670

-Gillette Nicole, proche le bénitier de l'église de St Estienne en 1670

-Jan Nicole, soulz la tombe proche la muraille près l'autel de St Laurent en 1670

-Bertrand Collet, soulz une tombe près l'autel de St Laurent en 1670

-Christophe Lacoste, soulz le marchepied de l'autel St François en 1670

-Perrine Goudien, dans la nef de l'église Notre Dame en 1670

-Jan Orieux, soulz une tombe près l'autel de St François en 1670

-Héleine Jacob, dans le rosaire en 1670

-Françoise Girard, dans le bas de l'église en 1670

-Catherine Poinsu décédée à Lhospital dudit Jugon «proche les sainstes fons» en 1670

-Janne Brexel, proche l'autel de l'église nostre dame en 1670

-Gillette Lescuyer, «proche les sainstes fons» en 1670

-Jan Garnier, «proche le grand portail» en 1670

-Pierre Laisné, proche l'autel St François en 1671

-Petronille Rouxel, proche les degrez du grand autel en 1671

-Louise Jamin, au bas du choeur en 1671

-Jan Ducoust, soulz une tombe proche le ballustre du Rosaire en 1671

-Alain Desprez, proche du rosaire en 1671

-Héleine Orieux, au bas du choeur en 1671

-enfant Bizeul sous le banc de la veuve du sieur de la Martinaye en 1671

-Jan Pehuet, dans le choeur en 1671

-René Labbé, proche la Grand porte en 1671

-Jacques Primo, proche le bénitier du bas de l'église en 1671

-Louise Liou, dans le choeur en 1671

-Anne Leffroy, dans le bas du choeur en 1671

-Jan Choppilart, dans le bas du choeur en 1671

-François Brunet, dans le rosaire sous une des tombes du Verger en 1671

-Jan Petibon proche le tronc de St Etienne en 1671

-Julienne Leffroyt, dans le bas du choeur en 1671

-Claude Josse au bas de l'église en 1671

-Jan Garnier au bas de l'église en 1671

-Jacques Prime, au bas de l'église en 1671

-François Robert, au bas de l'église proche le bénitier de la porte en 1671

-Gilette Bizeul au dessous du banc de la demoiselle de la Martinays en 1672

-Janne Deshaye, dans le choeur en 1672

-François Jacob, dans le bas du choeur en 1672

-Jacques Connelle dans le bas de l'église auprès de l'image du Crucifix en 1672

-Julienne Barbé, chapelle du Rosaire en 1672

-Claude Balan, au bas de l'église en 1672

-Catherine Labbé, au bas de l'église en 1672

-Louis Dupuis, dans le bas du choeur en 1672

-Guillemette Masson «pauvre femme » proche le bénitier en 1672

-Gillette Dubois, dans le bas de l'église en 1684

-Gillette Testu, dans le bas de l'église en 1685

-Pierre Orieux, dans le bas de l'église en 1685

-TiennetteSalmon dans le banc de l'église en 1686

-Tiennette Raffray dans le choeur de l'église en 1686

-Héleine Le Laurens, dans le bas de l'église en 1686

-Françoise Felin, dans le bas de l'église en 1686

 

Le clergé de Jugon

 

A n'en pas douter la visite qui toucha le plus les paroissiens de Jugon fut celle de ce prédicateur dominicain Saint Vincent Ferrier vers 1410. Effectuant un périple à travers l'ensemble du duché il prêcha à Jugon avant de rejoindre Saint Malo. Les jugonnais se souvenaient ils de Charles de Blois lui aussi béatifié après sa mort. Le malheureux prétendant au trône présent à Jugon fut confronté à l'attitude d'un de ses ses sergents qui avait profité d'un aveugle jugonais et lui avait substitué son plat. L'aveugle ne pouvant plus disposer de quoi cuire ses repas s'en fut trouver Charles de Blois. Le duc ému de compassion, lui dit : « allez et  lui dites que je lui commandes de vous rendre vôtre plat ». L'aveugle s'en fut trouvé le sergent, mais le voleur refusa d'obéir et de rendre le plat, de nouveau l'aveugle retourna voir le duc qui cette fois lui confia l'un de ses gants : «allez retrouver l'officier et montrez lui mon gant, pour preuve que vous lui parlez de ma part» . Cette fois le chapardeur obéit et restitua le récipient. Après pareil effort, l'aveugle s'essuya le front sur lequel coulait la sueur, et c'est alors qu'il retrouva la vue ! Il en parla au duc de Blois, mais celui ci lui demanda de garder secret la chose...

-Me Jean Collas en 1646

-Me Julien Diveu en 1651

-Me Rochard en 1667

-Me Louis Deschamps en 1667

-Me Jan Louët en 1668

-Missire Louis Rouxel en 1668

-Me Jacques Lehérissé en 1669

-Me François Lambert en 1669

-Me Georges Lemée en 1669

-Me Guy Collet en 1669

-Me Julien Chevrel en 1671

-Me Charles Carré en 1671

-Me Mathurin Hervé en 1671

-Me Louis Rouxel en 1684

-Me Jan Robert en 1686

-Me Casimir Rouxel en 1686

-Me François Sohier en 1713

-Me J. Salmon en 1713

-Me Nicolas Mauviel en 1741

-Me Joseph Collas en 1748

-Me Jean Sevoy, prêtre de la Congrégation des Eudistes en 1751

-Me Laurent Jean Lucas prieur de Jugon décédé en 1755

-Me René Soquet en 1758

-Me Chaux chapelain en 1759

-Me François Orieux, clerc tonsuré en 1762

-Me L Lemée en 1769

-Me Pierre Josse en 1769

-C Leguevel en 1769

-François Loisel, prêtre Religieux de l'Ordre des frères Pêcheurs en 1773

-Jacques Le Boucher, recteur en 1790

-Amice, recteur en 1790

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 19:54

 

 

 

histoire de la chapelle Saint Eutrope

 

En réalité ce porche remontant au XVIème siècle c"est ce qui subsiste de l'ancienne église construite au XIIIème siècle. Si on s'en réfère aux titres en effet le précédent édifice remontait à cette période. Eglise alors composée d'une nef et de deux bas côtés avec des piliers grossièrement travaillés et peu élevés et d'arcades en pierre de taille. Elle se composait du choeur dans lequel la famille seigneuriale de Langourla disposait de droit d'enfeus. Deux ouvertures d'inégales dimensions éclairaient le côté sud et formaient chacune un carré et au devant par une belle croisée en ogive qui avait une jolie forme de rosace en pierre. Monsieur Duval qui était attaché à la paroisse de Langourla en qualité de vicaire à la veille de la Révolution en 1789 atteste avoir vu exposé à la vénération publique sous les yeux de Monseigneur de Belcize, les reliques de Saint Eutrope, premier évêque de Saintes très bien conservées et enchâssées dans un bras d'argent, mais Palasnes de Champeau né à Saint Brieuc le 17 mai 1769 vint à Langourla avec les troupes qu'il commandait, il s'empara de ce précieux trésor ainsi que les ornements et l'argenterie de de l'église.

 

 

 

Outre l'enfeu des seigneurs de Couelan, nombre de notables disposaient de même droits moyennant versement d'un pécule variant selon l'endroit choisi, le choeur de l'église coûtait forcément plus cher que tout autre endroit. Ci dessous quelques noms relevés dans le registre :   

 

 

 

 

 

La chapelle Saint Eutrope, située à 75 mètres de l'actuelle église fut très probablement fondée par les Templiers dont la communauté était contigüe. Ce saint était vénéré le 30 avril et les pèlerins y affluaient pour obtenir la guérison de l'hydropisie connue à Langourla sous le nom d'enfle. Les pèlerins emportaient la terre de la chapelle et ensuite l'appliquait sur le malade pendant quelques jours puis était rapportée ensuite à la chapelle. Les statues anciennes de a Vierge Marie, de Saint Eutrope et de Saint Antoine ermite y ont été longtemps conservées. On découvrait une chapelle avec l'autel, le parquet du choeur, le lambris et les deux fenêtres latérales portant la date de 1833. C'est sous l'égide de Monsieur Duval que semblables travaux d'une valeur de 130 francs furent apportés à ce sanctuaire. Il s'opposa de toutes ses forces au sieur Charles et à quelques membres du conseil minicipal qui souhait acquérir cette chapelle pour en faire une école.

 

 

 

La tour est (3e cliché ci dessus) avec l'escalier conduisant aux cloches, cette escalier donnait aussi accès à la pièce du conseil. Le 21 décembre 1774, des voleurs s'emparèrent de la casse du conseil de la fabrique de Langourla, caisse contenant 10.000 à 12.000 livres, ce, après avoir forcé la chambre de la tour de l'église. Voir clichés suivants : salle du conseil de fabrique et la caisse pré-citée

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 19:44

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 14:24


 

Quelques professions exercées à Trédias au fil des ans...

 

Jean Le Roux, meunier de Trédias décédé en 1651

Jean Huet charpentier en 1793 à Dinametz

Jean Coulombel, couvreur d'ardoises 1793

François Hubert, tisserand à L'Hôstellerie en 1793

Julien Le Comte, tailleur d'habits à L'Hôstellerie en 1795

Julienne Chenu, filandière en 1795

Mathurine Leroux, filandière en 1795

Jean Piquet, menuisier en 1795

Jeanne Le Comte, filandière à Kermehen en 1795

Pierre Hamon, maçon à la Ville Neuve en 1809

Gilles Marchix, tailleur à la Ville Neuve en 1809

Jean Lecomte, menuisier à la Nouette en 1809

François Rebillard, couvreur à Hautes Croix en 1809

Francois Piquet, maréchal à L'Hôstellerie en 1814

Jean Pinson, maire de Trédias en 1814

Pierre Coulombel, charpentier à Trédias en 1820

Dominique Besnard, cordonnier à Lauridel en 1824

Julien, Jan & Jacques Carré, meuniers à Rocherel en 1824

Julien Renouvel, charpentier à la Pomeraie en 1824

François Boschel, bourrelier au Chenay en 1824 puis à la Chapelle en 1850

René Frouget, charpentier au bourg de Trédias en 1824

Pierre Fournier, maçon à Fredsac en 1824

Louis Chenu, tailleur d'habits au bourg de Trédias en 1824

Yves Volet, foulonnier au Moulin à Fouler en 1824

Pierre Quinquenel, 32 ans de La Chapelle tireur d'ardoises en 1835

Pierre Quinquenel, 42 ans de La Chapelle couvreur d'ardoises en 1835

Jean Tournatory, cordonnier à la Pommeraye en 1835

Pierre Lechantoux, maréchal aux Quatre Vaulx en 1835

Julien Plessix menuisier à Trédias en 1841

Marc Boschel, bourrelier à Kermehen en 1841

François Rouillé meunier au Doué Robert en 1850

Mathurin Gouault tailleur d'habits à la Chapelle en 1850

Joseph Lechantoux couvreur de pierre à la Chapelle en 1850

André Fournier tailleur d'habits à Fredsac en 1850

Henri Bourgeault maçon au bourg en 1872

Henri Lebreton cordonnier au bourg en 1872

Marie Ange Salmon, maréchal au bourg en 1872

Jean Louis Marye, tisserand à la Bouyère en 1872

Célestin Lehardy, tisserand à la Bouyère en 1872

Marie Ange Renouvel, menuisier à la Bouyère en 1872

François Rochard, tailleur d'habits à la Bouyère en 1872

Pierre Michel, tisserand à la Bouyère en 1872

Yves Renouvel, charon à la Bouyère en 1872

Joséphine Buglet, couturière à l'Hôtellerie en 1872

Louis Guillemot, 52 ans, maire de Trédias en 1872, habite au Doué Robert

Julien Simon, cantonnier en 1872, habite au Doué Robert

Joseph Coulombel, charpentier en 1872, habite au Doué Robert

Pierre Peltais, bedeau en 1872, habite au Doué Robert

Jean Marie Carré, meunier à Rocherel en 1872

Pierre Quinquenel, couvreur en 1872 à la Chapelle

Pierre Le Chantoux, maréchal à la Chapelle en 1872

Pierre Le Chantoux, couvreur à la Chapelle en 1872

Pierre Volet, meunier au Moulin à Fouler en 1872

Jacques Boschel, bourrelier à Kermehen en 1872

Jean Costuas, charpentier à Kermehen en 1872

Pierre Hamon, maçon à la Nouëtte en 1872

Victor Coquiou, charpentier à Launidel en 1872

Pierre Sébille, menuisier à la Sauvagère en 1872

Bazile Guitton, couvreur au Bignon en 1872

François Trousset, couvreur à la Ville Jouys en 1872

Pierre Etrillard, maréchal à Fredsac en 1872

Pierre Lavat du Chenay Villebart, tisserand en 1872

Ambroise Cocheril commerçant au bourg en 1886

François Trousset couvreur au bourg en 1886

Prudent Noël menuisier au bourg en 1886

Mathurin Guitton couvreur au bourg en 1886

Prosper Guinard menuisier au bourg en 1886

Jean Pierre Bonfils aubergiste au bourg en 1886

Marie Rose Bourgeault, couturière au bourg en 1906
 

 

 

 

Ancienne carrière de schiste près la Chapelle es Fougerays à Rocherel


 

Jean Baptiste Renouvel, menuisier au bourg en 1906

Anne Robert, commerçante au bourg en 1906

Joseph Deréac, menuisier au bourg en 1906

Victoire Nogues, commerçante au bourg en 1906

Marie Delois, couturière au bourg en 1906

Julien Plessix, boulanger au bourg en 1906

Constance Lebranchu, tailleuse au bourg en 1906

Célestin Guitton, menuisier au bourg en 1906

Mathurin Guillelot, menuisier à Dinamez en 1906

Célestin Guitton, menuisier à Dinamez en 1906

Jean Baptiste Guitton, menuisier à Dinamez en 1906

Victor Herbert, meunier à la Chapelle en 1906

Jean Marie Rousseau, meunier à la Chapelle en 1906

Pierre Gouault, meunuisier à la Chapelle en 1906

Auguste Garnier, marin habitant la Chapelle en 1906

Pierre & Eugène Hamon, maçons à Fredsac en 1906

Clémentine Demeurant, couturière à la Chapelle en 1906

Alfred Buart, maréchal à la Chapelle en 1906

François Troussel, couvreur à la Ville Jouys en 1906

Anne Marie Fournier, tisserande à Fredsac en 1906

Victor Fournier, cordonnier à Fredsac en 1906

Rosalie Bignon bergère à la Sauvagère en 1906

Françoise Benêt originaire de Plelan le Petit, débitante à la Brousse Besnard en 1906

François Hannier & Marie Revault, débitants à la Brousse Besnard en 1906

Julien Volet, meunier au Moulin à Fouler en 1906

Louis Gaudin, tailleur de pierres au Bas Champs en 1906

Mathurin Revault, originaire de Languedias, cordonnier aux Quatre Vaulx en 1906

Anne Desert lingère aux Quatre Vault en 1906

Jacques Macé, tisserand aux Quatre Vault en 1906

Jean Miriel de Kermehen marin en 1906

Paul Lechantoux du Chesnay Villebart marin en 1906



 

 

 

 

Eugène Alain maçon à la Douettée en 1906

Josèphine Bourgeault tailleuse au Doué Robert en 1906

Pierre Renouvel cordonnier au Doué Robert en 1906

Yves Marie Devrand maréchal au Doué Robert en 1906

Louise Marie Devrand, tailleuse au Doué Robert en 1906

Henri Moisan, charron au Doué Robert en 1906

François Renouvel charron au Doué Robert en 1906

Pierre Renouvel charron à la Bouillère en 1906

François Renouvel charron au bourg en 1886 et à la Bouillère en 1906

Caroline Rouillac, blanchisseuse à la Bouillère en 1906

 

L'école

 

Une assignation par ordre religieux le 20 mai 1554, à Me Guillaume Le Clavier maître d'école au bourg de Trédias. L'école mixte comptait 34 élèves en 1850. C'est au village de la Bouillère qu'une première école fut créée

instituteurs en 1872 :

Françoise Guillemot est institutrice à Trédias en 1872; (école publique) : Pierre Jean Diverrez, originaire de Pleyben, 34 ans

instituteurs en 1886 :

Anne Ruello, 35 ans, institutrice

instituteurs en 1906 :

Anne Joncour, originaire de Gouézec, 37 ans, institutrice en 1906; (école privée) : Emma Legoas, originaire de Louargat, 26 ans, institutrice en 1906, Marie Françoise Chevalier, originaire de Broons, 45 ans, institutrice en 1906


 

Au temps où les individus étaient pareillement prénommés au sein d'une famille

 

 

Pierre Renouvel le jeune en 1711

Pierre Renouvel l'ainé en 1711

René Labbé l'ancien en 1735

Pierre Touzé l'ancien en 1736

Pierre Moysan l'ancien en 1737

Julien Dauly l'ancien en 1738

Pierre Touzé le jeune en 1738

Jullien Cocheril l'ancien en 1739

Julien Poilvé l'ancien en 1746

Noël Renouvel le jeune en 1746

Noël Renouvel l'ancien en 1746

 

 

familles présentes à Trédias au XVIIème siècle :

 

Coulombel, Chenu, du Bouays, Renouvel, Michel, Réhel, Pinczon-Pinson, Lecoimte-Lecomte, Le Roy-Le Roi, Fontaine, Quinquenel, Bourgeault-Bourgault, Jamet, Bondin, Touzé, Bellangier-Bellanger, Paumier-Paulmier, Damet, Roland, Hanry-Henry, Dybeart-Dibard, Pouhal, Regnault, Gervaisse-Gervaise, Aubry, Lucas, Cillart, Richard, Donne, Santier, Robert, Legou, Estienne, de la Haye, Petit, Thébault, Le Chantoux, Le Chevastrier-Lechevaitrier, Mouassan-Moisan, Bénard-Besnard, Bourion, Huet, Cotua-Costas, Hirel, Perriniaux, Benoist-Benoît, Pargaz, Bogaz, Guichart, Leclerc, Poyllevé-Poilvé, Le Barbier, Demeuran(t), Plesy-Plessix, Rondel, Salmon, Rebout-Reboux, Brochu, Desnaux-Desnos, Basil-Bazil, Poignant, Nouel-Noël, Arselin-Arcelin, Les Huetz, Bellebon, Martel, Aubin, Hédé, Le Braix-Lebret, Lehardy, Desvaux, Leroux, Lambert, Fournier, Lorand, des Vaulx, Pailleray, Audren, Louessart, Hamonic, Paizou

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 13:50

La Douéttée

(jadis en partie en Sainte Urielle)

 

La Douéttée, sur un site de 60 m, un site de tégulae, ainsi qu'un enclos à dominante rectiligne de 150m sur 110 m associé à un fossé circulaire ainsi que deux traces parallèles des fossés d'une voie

 

Le corps de dom François Guillemot Prêtre de notre paroisse de Trédias décédé le dix sept au village de la Douéttée âgé d'environ cinquante cinq ans a été inhumé dans le cimetière sous la tombe près de la croix...17 février 1791

 

Famille Guillemot citée de1749 à 1770

Famille Moisan citée de 1767 à 1831

Famille Petit citée en 1776

Famille Le Roux-Leroux citée en 1777

Famille Renouvel citée de 1785 à 1906

Famille Bogaz citée en 1789

Famille Louessa(rt) citée en 1792

Famille Gouault citée en 1792

Famille Pinson citée de 1831 à 1906

Famille Leclerc citée en 1831

Famille Fournier citée en 1906

Famille Deschamps citée en 1906

Famille Derouillac citée en 1906

(deux foyers)

Famille Alain citée en 1906

(rencensement de 1872 : néant)

 

 

 

Les Etrats

 

Famille Lemoine citée en 1785

Famille Le Hardy citée en 1786

(rencensement de 1872 : néant)

 

 

 

Fredsac

(anciennement en Sainte Urielle)

 

Famille Fournier citée de 1673 à 1906

(deux foyers)

Famille Cillard citée de 1767 à 1872

(deux foyers)

Famille Bellanger citée de 1796 à 1872

Famille Bellebon citée en 1824

Famille Guillemot citée en 1831

Famille Etrillard citée de 1850 à 1872

Famille Bourgeault citée de 1850 à 1872

(trois foyers)

Famille Trousset citée en 1872

Famille La Planche citée en 1872

Famille Hamon citée en 1906

Famille Boisgérault citée en 1906

Famille Ferré citée en 1906

Famille Ogier citée en 1906

(rencensement de 1872 : 12 maisons, 12 ménages, 41 habitants)

 

 

 

 

Les Hautes Croix

 

Famille Quinquenel citée de 1749 à 1762

Famille Ecollan citée de 1773 à 1906

Famille Chenu citée en 1777

Famille Chenu citée en 1782

Famille Piquet citée de 1790 à 1809

Famille Rebillard citée en 1809

Famille Picaut citée en 1790

Famille Lebreton citée de 1790 à 1850

Famille Delépine citée de 1820 à 1906

Famille Noël citée de 1830 à 1906

Famille Lécuyer citée de 1835 à 1841

Famille Noël citée en 1851

Famille Guillemot citée en 1872

Famille Renault citée en 1872

Famille Brillault citée en 1872

Famille Cherdo citée en 1906

Famille Colleu citée en 1906

(rencensement de 1872 : 5 maisons, 5 ménages, 21 habitants)


 

 

 

Kermehen

 

Kermehen- un enclos à dominante rectiligne de 350m sur 250 m, des enclos à dominante curviligne notamment un enclos quadrangulaire à triple enceinte et un autre quadrangulaire

 

 

 


 

Famille Renouvel citée de 1736 à 1775

Famille Pertusé-Pertuisel citée en 1749 (Quermehen)

Famille Rebillart citée en 1773

Famille Brochu citée en 1776

Famille Boudard citée en 1784

Famille Botrel citée de 1790 à 1792

Famille Dauly citée de 1773 à 1791

Famille Feruvel citée en 1785

Famille Simon citée en 1787

Famille Guillemot citée en 1841

Famille Robert citée en 1872

Famille Boschel-Boschier citée de 1790 à 1872

Famille Costuas citée de 1872 à 1906

Famille Leux citée en 1872

Famille Deschamps citée en 1906

Famille Miriel citée en 1906

Famille Lecollinet citée en 1906

(rencensement de 1872 : 4 maisons, 4 ménages, 18 habitants


 

 

 

 

Le puits de Saint-Méen, provenant du village de Kermehen -village de Meven, à présent transféré près de l'église de Trédias

 

Launidelle-Landelle-La Lande

(jadis en partie en Sainte Urielle)

 

Famille Rondel citée en 1624

Famille Bourrion citée de 1758 à 1788 (Lanidelle)

Famille Coulombel citée en 1749

Famille Picaut citée en 1772

Famille Le Breton-Lebreton citée en 1776

Famille Besnard citée de 1814 à 1824

Famille Pinson citée en 1814

Famille Noël citée en 1824

Famille Ecollan citée de 1824 à 1906 (la Lande-Launidel)

(deux foyers)

Famille Thébault citée en 1831 (la Landelle)

Famille Lécuyer citée en 1831

Famille Oger citée en 1850 la Lande)

(Julien Oger cité témoin d'une naissance survenue à la Ville Terrouse)

Famille Perin citée en 1872

Famille Robert citée en 1872

Famille Coquiou citée en 1872

Famille Viot citée en 1906

Famille Etrillard citée en 1906

(rencensement de 1872 : 5 maisons, 5 ménages, 21 habitants)

 

 

 

L'Hostellerie

 

L'Hôtellerie : enclos carré de 70 m, même lieu un enclos curviligne à double enceinte 100 m sur 75m

 

 

 

Famille Huet citée en 1652

Famille Robert citée de 1737 à 1824

Famille Fournier citée de 1737 à 1906

(deux foyers)

Famille Ledormeux citée en 1749

Famille Monier citée en 1773

Famille Coulombel citée de 1774 à 1793

Famille Chenu citée en 1784

Famille Lechantoux citée en 1789

Famille Le Coimte-Lecomte citée de 1792 à 1906

Famille Hubert citée en 1793

Famille Piquet citée en 1815

Famille Renouvel citée de 1850 à 1906

(trois foyers)

Famille Crespel citée en 1906

(deux foyers)

Famille Duverger citée en 1906

Famille Bourgeault citée en 1906

(rencensement de 1872 : 10 maisons, 10 ménages, 52 habitants)

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 06:03

Les réformes républicaines suscitèrent ici à Lanrelas des réticences, l'ancienne paroisse devint commune et fut rattachée au canton de Plumaugat. En 1790 elle comptait 1756 habitants: 350 hommes sur lesquels 250 citoyens actifs dont journée de travail était cotée 15 sols, 348 femmes et filles, 608 personnes en dessous de 18 ans. Jean Thominiaux en fut élu maire. En juillet 1790, Joachim Roumain du Plessix fermier général de la terre de Guillerien porta plainte contre les les paysans qui envahirent sur les conseils du maire -qui prêchait un tout autre discours  :  les clôtures de la lande défrichée par Auguste Bertrand de Saint Pern et l'ont saccagée. Ils s'en prennent aussi aux terrains vagues, détruisant les fossés qui les entourent coupant les ajoncs et les genêts, et même les arbres qui y étaient plantés. Ils reprochent aux seigneurs locaux de s'emparer des landes et communs aux détriment des pauvres

 

 

Dans le cahier de doléance de Lanrelas dressé au cours du printemps 1789, il fut demandé le maintient de la Bretagne dans ses droits, franchise, et privilèges dont elle jouissait depuis et avant sa réunion à la couronne est réclamée ainsi qu' un juste partage de l'impôt entre les trois Ordres, et qu'aucune terre ne fut exemptées de fouages. La corvée des grands chemins fut aussi remise en cause car elle dépeuplait les campagnes et augmentait la misère, le tirage au sort de la milice fut aussi contesté. Les cahiers de doléances de Lanrelas furent signé sénéchal Béchu. On demanda à Lanrelas le maintient du vote par ordre pour la fixation des impôts, mais leur répartition se fera au vote par tête. La population condamne les «usements étranges, jugés barbares, contraires à l'humanité», et inutiles aux seigneurs dont ils flattent la vanité. Furent élus députés de Lanrelas : Jean Baptiste Renouvel et Jean Thominiaux. Tandis que l'on procédait au transfert des instances judiciaires au district de Broons, il fut demandé au clergé de bien vouloir prêter serment à la République, ce que l'abbé Jean Guillaume Bellouard refusa ainsi que son vicaire Mathurin Manseau, de même qu'il rejeta l'idée de lire en chaire la lettre de Monseigneur Jacob, cet évêque proche des idées du nouveau régime, refusant même que Thominiaux alors maire lu la lettre à sa place. Jean Guillaume Bellouard était né à Paimpont en 1725, après de brillantes études chez les Jésuites de Rennes il entra dans la prêtrise en 1747 et fut nommé à Lanrelas le 28 octobre 1780. A son arrivée au bourg il trouva le presbytère en si mauvais état qu'il fit entreprendre des travaux immédiats et en attente de la fin du chantier il prit pension ainsi que son vicaire chez une dénommée Anne Renouvel. Faute de trouver un curé constitutionnel, l'insoumis resta parmi ses paroissiens, refusant que la cure fut confiée à son vicaire. C'est ainsi que le maréchal des logis Pinot assisté de quatre représentants de la force armée vinrent arrêter en sa demeure Jean Bellouard. Ils le prièrent de monter sur son cheval et le conduisirent à Broons le 30 décembre 1792. De là il fut dirigé vers Saint Brieuc où il fut interné à la maison des Filles de la Croix. Âgé de 66 ans, il y est qualifié de «dangereux criminel». Gabriel Mauny était né à St Méen en 1742 de l'union de Joseph et Marie Janvier, il fut ordonné en 1767. Vicaire à Lanrelas, le 14 août 1792 il accepta de prêter serment et de devenir vicaire provisoirement. Il fut également procédé à l'inventaire du bien ecclésiastique:

-les morceaux d'une croix démontée

-un encensoir avec sa navette et cuillère

-cinq calices et cinq Paternes

-les morceaux d'une croix démontée

- une clochette

-une vieille lampe

 

En 1792 on relève 22 naissances à Lanrelas : 10 garçons et 12 filles; 6 mariages et 62 décès.

Un mouvement nait à sous l'égide du marquis de la Rouerie : l'Association Bretonne et dès lors les réseaux royalistes dit «chouans» vont intervenir çà & là. Parmi eux l'enfant du pays: Mathurin Tournatory né en 1773 à Lanrelas, devenu chef chouan en 1793. Charles Doursenaud vient de lui consacrer un ouvrage: « le fusil de récompense» mais très vite il eut maille avec les opposants au régime, alors très nombreux en la localité voisine de Plumaugat. C'est ainsi que les chouans s'emparèrent à son domicile de la somme de 1000 livres en espèce, de sa montre et de toute son argenterie. Le 21 mars 1793, ils passèrent de nouveau au domicile de l'abbé Mauny et l'assassinèrent. Une enquête sera menée afin de connaître les circonstances du drame. La délégation était conduite par les citoyens Lemoine, maire et Thominiaux officier municipal de la commune de Lanrelas. Ils étaient accompagnés des administrateurs du district de Broons, au nombre desquels se trouvaient Laurent Binnet greffier, Joseph Chardemel & Toussaint Lemoine notables et Guillaume Bouvier officier de santé accompagnés de deux détachements de la force armée à cheval. C'est à dix heures du matin qu'ils se ont rendus au village de Rohan où 'a eut lieu le drame. Ils ont pénétré dans la boulangerie dudit village où reposait le cadavre du dénommé Mauny. Ce dernier est mort violemment de deux coups de fusil reçu. Des témoins ont été interrogés sous serment, parmi eux la citoyenne Marguerite Fleury âgée de 54 ans. Selon elle c'est le matin du 21 courant que vers 9 ou 10 heures du matin une bande de brigands sont entrés dans la maison du citoyen Mauny. Bien que celui ci leur ai proposé sa fortune, ils l'ont conduit entre la tour et son pressoir et son amas de blé au costé et en dehors de sa cour et après elle a entendu deux coups de fusil. D'autres témoins sont également entendus, l'une affirme avoir ouï «laissez moi la vie !» . Ils affirment en outre l'avoir découvert dans une mare de sang près d'un amas de paille. Jamais les coupables ne seront arrêtés, d'ailleurs le 21 juillet 1795, ils reviennent et incendient les archives de la municipalité de Lanrelas.

Ci dessous la boulangerie au village de Rohan où périt ledit Mauny
 


 

En avril 1795 Jean Bellouard fut libéré et revint à Lanrelas au milieu de ses ouailles et fit du ministère caché sa spécialité après que les lieux de culte eussent été fermés. Une troupe de républicains s'empara de lui le 6 janvier 1796, l'enferma dans la chapelle St Jacques au bourg, puis la nuit bien avancée on le fusilla près des ponts de Lanrelas, comme il en est fait mention dans son acte de décès. Aux abords de la Rance, à l'angle des routes conduisant du Bourg de Lanrelas à Eréac, un peu en retrait, hommage a été rendu récemment à celui qui fut l'une des nombreuses victimes lors de la Révolution. Aux dires des témoins, plus il prononçait le nom de Jésus plus il recevait de coups de baïonnettes. Le lendemain la troupe revint et tira sur ceux qui étaient en train de l'ensevelir en blessant un gravement

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 14:42

Rouillacais rentrés à l'Ordre des frères de Ploërmel

 

 

-Julien Médéric François Mathurin Berhault, né à Rouillac le 23 juin 1842, de l'union de François & Jeanne Rouvrais. Rentre dans le Novicariat le 11 mai 1862 : frère Elzéar Marie, meurt le 17 janvier 1913 à Héric

 

-Pierre Marie Laurent Ange Jouan, né à Rouillac le 7 décembre 1844, de l'union de François & Anne Poir(r)ier . Rentre dans le Novicariat le 29 juillet 1863 : frère Félicien, meurt le 10 mars 1931 à Ploërmel

 

-Jean Pierre François Donnet, né le 10 septembre 1845 Rouillac de l'union de de l'union de Jean & Rose Reboux. Rentre dans le Novicariat le 29 juillet 1863 : frère Léonide Marie, meurt le 28 mars 1891 à la Boussac

 

-François Jean Marie Guitton, né le 6 novembre 1846 à Rouillac de l'union de de l'union de François et Jeanne Bréhinier. Rentre dans le Novicariat le 20 mars 1865 : frère Allain Joseph, meurt le 31 août 1917 en Espagne à Nanclarès -(ci dessous premier rang, premier en partant de la gauche)


 

 

 

Frère Allain Joseph écrivait ce courrier à son frère Alexandre

 

Papeete le 12 décembre 1890

Mon cher frère Alexandre

je te remercie bien de ta bonne lettre. Je te permet de prendre le châtaignier que tu me demandes, seulement je te prie de planter un autre arbre à la place. Tu me fait bien plaisir si tu plantes des arbres sur les terres qui m'appartiennent. Cher frère je te tient tout à fait quitte pour ma part de mobilier que m'a laissé maman. Je te prie de souhaiter le bonjour à notre bonne Mère pour moi ainsi qu'à mes soeurs. Je te recommande bien d'être bon pour Maman. Ton frère qui t'aime. François Guitton. Dis à maman que je lui écrirai dans quelques jours.

Adresse au frère Allain

à Papeete, Tahiti

Océanie

 

-Eugène François Prosper Briand, né à Rouillac le 28 janvier 1847, de l'union de François & Anne Berhaut. Rentre dans le Novicariat le 28 juillet 1865 : frère Gaétan Joseph, meurt le 30septembre 1893 Ploërmel

 

-Léonore Alexis François Jean Godin, né à Rouillac le 19 janvier 1849, de l'union de Laurent & Jeanne Bertheux. Rentre dans le Novicariat le 24 juin 1864 : frère Gordien, meurt le 1 0 août 1922 à Ploërmel

 

-Pacifique Alexis Constant Godin, né à Rouillac le 28 février 1850, de l'union de Emmanuel et Jeane Préauchat. Rentre dans le Novicariat le 19 mars 1870 :

frère Paulin Joseph, meurt le 5 août 1883 à Ploërmel

 

-Généfort Jacques Alexis Godin, né à Rouillac le 18 octobre 1850 Rouillac, de l'union de Alexis & Jeanne Gauvain. Rentre dans le Novicariat le 26 juillet 1870 : frère Médéric Joseph , meurt le 5 juillet 1909 à la Chapelle-Basse-Mer

 

-Alexandre François Mathurin Rouvrais, né à Rouillac le 23 janvier 1852, de l'union de Julien & Julienne Chevalier. Rentre dans le Novicariat le 21 octobre 1872 : frère Gédéon, meurt le 6 octobre 1899 à Ploërmel

 

-Arsène Jean Célestin Godin, né à Rouillac le 1er septembre 1876, de l'union de Jean & Eupgroisine Godin. Rentre dans le Novicariat le 20 mars 1893 : frère Paulin Arsène , meurt le 27 février 1937 au Canada

 

-Pierre Marie Loncle, né à Rouillac le 22 avril 1861, de l'union de Louis & Marie Bougault. Rentre dans le Novicariat le 19 mars 1877 : frère Paulinien, meurt le 13 juin 1912 à Meillac

 

-Sébastien Victor Célestin Berhault, né à Rouillac le 10 octobre 1881, de l'union de Célestin & Victoire Robert. Rentre dans le Novicariat le 8 septembre 1898 ; frère Ambroise Etienne, meurt le 28 février 1900 à Ploërmel.

 

Autres religieux

 

 

Ange Marie Préauchat, (1848-1923) évoqué dans des dossiers à travers un manuscrit dont une première partie a été présentée sur ce site.

 

 

Alexis Basset,est né à Rouillac en 1897 il a été recteur de St Jacut-du-Mené et est décédé en 1952.


 

Son neveu, Gabriel Basset né à Rouillac dans les années vingt a été un moment recteur de Trémeur avant d'être nommé à Plorec et Plancoët sur le canton de Plancoët. Il est décédé en 2003 et est inhumé au cimetière de Rouillac. Hélène Guyomard, religieuse née à Rouillac en 1911

 

 

Alexis Basset, Gabriel Basset , Hélène Guyomard

 

Après 31 ans de présence à Rouillac, au service des paroissiens et de la paroisse toute entière, l'abbé Delépine célébrait dimanche dernier sa dernière messe en présence de la quasi totalité de la population Rouillacaise qui avait tenu à lui faire ses adieux et lui souhaiter une longue et heureuse retraite dans sa famille à Saint Maden. Voici ce que l'on pouvait lire dans ce numéro de ce grand quotidien qui ajoutait que le conseil municipal au complet avait accueilli l'abbé Delépine et les soeurs de la commune dans la salle de la mairie pour un apéritif d'honneur. Monsieur Célestin Boutrais maire de Rouillac soulignait les relations cordiales plutôt amicales qui les liaient. Grâce à sa bonhomie l'abbé Delépine était estimé de la population toute entière. Le successeur de l'abbé Delépine : l'abbé Berhault, un enfant de la commune, alors à Grace Uzel devait arriver le 14 septembre 1970 au presbytère, quand à l'abbé Delépine il était de nouveau reçu à Rouillac à l'occasion du 11 novembre, étant un ancien combattant de Rouillac.

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 13:32

Françoise Landais, filandière à Rouillac en 1851

Jean Marie Hougnant, tailleur à Rouillac en 1851

Mathurin Lécuyer, couvreur à Rouillac en 1852

Joseph Lagoutte, cabaretier & buraliste au bourg de Rouillac en 1854

Jean Caradeuc, forgeron à Rouillac en 1854

Mathurin Godin, soldat habitant à Rouillac en 1854

Jacques Auffray, bourrelier à Rouillac en 1854

Célestin Guérin, cordonnier à Rouillac en 1854, buraliste & bedeau au bourg en 1872

François Berhault, charron à Rouillac en 1855

René Genty, sabotier à Rouillac en 1855

Messire Labbé, vicaire de Rouillac en 1856

Messire Le Dantec, recteur de Rouillac en 1861

Joseph Michel, sabotier à Rouillac en 1862

Jean Marie Bertheu, menuisier à Rouillac en 1863

Mathurin Rouvrais, maréchal-ferrant à Rouillac en 1863

Jacques Bougault, menuisier à Rouillac en 1863

Messire Lécuyer, vicaire de Rouillac en 1864

Messire Gallais, recteur de Rouillac en 1864

Célestin Guérin, marchand épicier en 1864, devint maire de Rouillac en octobre 1865

Messire Rochefort, vicaire de Rouillac en 1866

Désiré Morin, matelot à Brest & résidant à Rouillac en 1867

Pierre Bertheu, couvreur à Rouillac en 1868

Messire Charles Goudin, recteur de Rouillac en 1869

Constantin Guérin, arpenteur à Rouillac en 1869

François Jouan, tisserand à Rouillac en 1869

Jean Lebrace, charbonnier à Rouillac en 1869

Messire Jean Marie Martin, vicaire en 1871

Jeanne Godin, couturière au bourg en 1872

Victoire Botrel, institutrice primaire en 1872

Virginie Brexel, institutrice adjointe en 1872

Françoise Rénier, cuisinière à l'école en 1872

Victoire Gervaise, filandière au bourg en 1872

François Berhault, tailleur au bourg en 1872

Mathurine Le Bouvier, servante au presbytère en 1872

Jean Marie Gillard, domestique au presbytère en 1872

Mathurin Bouvier, maréchal au bourg en 1872

Eugène Berhault, domestique au bourg en 1872

Mélanie Cocault, domestique au bourg en 1872

Laurent Renouard, charron à la Ville au bourg en 1872

Pierre Olivry, domestique à la Ville au bourg en 1872

Jeanne Lécuyer, servante à la Ville au bourg en 1872

Marie Louise Boutrais, servante à la Ville au bourg en 1872

Angélique Le Landais, servante à la Ville Morin en 1872

Jeanne Auffray, filandière à la Ville Morin en 1872

Marie Cohuet, servante au Champ Beau Chêne en 1872

Eloïse Boutrais, servante au Margaro en 1872

Célestin Boutrais, domestique au Margaro en 1872

Jean Marie Mary, sabotier au Margaro en 1872

Mathurin Gervaise, charron au Clairais en 1872

Jean Marie Guitton, domestique au Tertre en 1872

Mathurin Briand, domestique au Tertre en 1872

Ambroise Bertheu, couvreur au Tertre en 1872

Lucine Rebours, servante au Tertre en 1872

Mathurine Pellan, filandière au Tertre en 1872

Pierre Loncle, tisserand aux Touchelles en 1872

Mathurin Douais, domestique aux Touchelles en 1872

Françoise Audren, filandière aux Touchelles en 1872

Elise Douais, domestique au Haut Rouillac en 1872

Victorine Hervé, servante à la Hervais en 1872

Jean Baptiste Rebours, domestique à la Gomberdière en 1872

Jeanne Audren, servante à la Gomberdière en 1872

Pierre Bertheu, menuisier au Clos des Prés en 1872

Mathurin Chevalier, menuisier au Gué de Rouillac en 1872

Julien Bedel, cordonnier au Champ du Puits en 1872

Jacquemine Douais, filandière au Champ du Puits en 1872

Marie Cohuet, servante au Hérisson en 1872

Sylvie Godin, servante au Hérisson en 1872

Jeanne Delambily, servante à la Jélussais en 1872

Médéric Hamonic, domestique à la Jélussais en 1872

Marguerite Guitton, servante à la Rouvrais en 1872

Marie Ange Rouxel, pâtre à la Rouvrais en 1872

François Rebours, couvreur à Kermelin en 1872, puis au Préauchat en 1876

Jacques Jouan, maréchal à Kermelin en 1872

Jean Hervé, tisserand à Kermelin en 1872

Pierre Folliard, domestique à Kermelin en 1872

Eugène Guérin, domestique à la Lande du Bois en 1872

Philomène Soula, servante à la Lande du Bois en 1872

Jean Periaud, tisserand à la Ville Rouault en 1872

Anne Poiboult, filandière à la Ville Rouault en 1872

Ange Ribault, domestique à la Ville Rouault en 1872

Joseph Robert, meunier à Quenehen en 1872

Julie Hamonic, servante à la Ville es Rieux en 1872

Julie Bréhinier, servante à la Ville es Rieux en 1872

Virginie Lesaint, servante à la Ville es Rieux en 1872

Marie Coleu, servante à la Ville es Rieux en 1872

Eugène Hamonic, domestique à la Ville es Rieux en 1872

Henri Robert, meunier à Vauvert en 1872 vit aux Gresses en 1906

Célestin Boilet, domestique à Vauvert en 1872

Pierre Marie Lécuyer, domestique à la Brecelais en 1872

Marie Renault, filandière à la Brecelais en 1872

Mathurin Huquet, cordonnier à Rouillac en 1874

Pierre Soulas, domestique à la Lande du Bois en 1876

Jean Bouvier, tailleur au Haut Rouillac en 1876

Marie Bidault, servante au pesbytère en 1876

Victoire Botrel, religieuse au Bourg en 1876

Marie Corlay, institutrice au Bourg en 1876

Jean Donnet, couvreur à la Rouvrais en 1876

Marie Lebihan, institutrice adjointe au Bourg en 1876

Rosalie Corlay, institutrice adjointe & domestique au Bourg en 1876

Jean Folliard, domestique au Bourg en 1876

Lucine Desbois, domestique au Bourg en 1876

Jean Hervé, domestique au Bourg en 1876

Clarice Lecollinet, repasseuse au Bourg en 1876

Pauline Guérin, buraliste au Bourg en 1876

François Guérin, cordonnier au Clerais en 1876

Augustine Ruellan, domestique au Tertre en 1876

Marie Ange Cohuet, domestique au Tertre en 1876

Eugènie Bourdé, domestique au Tertre en 1876

Césarine Guitton, domestique au Haut Rouillac en 1876

Eugène Rebours, couvreur au Préauchat en 1876

Jullien Bedel, cordonnier à Rouillac en 1876

Pierre Perquis, domestique à la Ville es Rieux en 1876

Célestin Bougault, tailleur à la Ville es Rieux en 1876

Joseph Guérin, menuisier à la Ville es Rieux en 1876

Mathurin Renault, menuisier charpentier à Rouillac en 1877

François Besnard, couvreur à Rouillac en 1877

Alain Villeneuve, marin des classes, habitant à Rouillac en 1877

Eugène Brebel, cochet à Rouillac en 1878

Joseph Macé, maçon à Rouillac en 1878

François Chesnel, maçon à Rouillac en 1878

Célestin Robert, maçon à Rouillac en 1878

Pierre Vazel, marchand à Rouillac en 1879

François Lécuyer, tailleur à Rouillac en 1879

François Berhault, débitant à Rouillac en 1879

Messire Lemoine, recteur de Rouillac en 1880

Messire Bourseul, vicaire de Rouillac en 1881

François Boutrais, tailleur à Rouillac en 1881

Messire Duclos, vicaire de Rouillac en 1882

Messire Corbel, vicaire de Rouillac en 1884

François Cohuet, charron au Bourg en 1886 puis à Kermelin en 1906

Léonie Préauchat, couturière au Bourg en 1886

Marie Lamarte, institutrice au Bourg en 1886

Joseph Rouvrais, au Bourg en 1886

Virginie Bedel, lingère & repasseuse au Bourg en 1886

Marie Pierre Martel, institutrice au Bourg en 1886

Messire Pellan, recteur de Rouillac en 1889

Messire Guérin, vicaire de Rouillac en 1890

Pierre Hamonic, adjoint en juin 1893, devient maire fin mai 1898

Jacques Basset, maire de Rouillac, fin juillet 1893, adjoint «au maire» en 1873

Messire Cadin, vicaire de Rouillac en 1894

Marie Geffroy, religieuse au Bourg en 1896

Marie Huet, religieuse au Bourg en 1896

Anne Renouvel, religieuse au Bourg en 1896

Françoise Cherdo, débitante au Bourg en 1896

Jean Louis Barbé, sabotier à Rouillac en 1898

Jean Guehenneuc, horloger à Rouillac en 1898

Philomène Chauvier, sabotière à Rouillac en 1898

Julien Guérin, adjoint délégué à Rouillac en 1899

Honoré Robert, meunier à Rouillac en 1900

Marie Françoise Chevalier, cuisinière à Rouillac en 1900

Pierre Basset, débitant au bourg de Rouillac en 1901

Léon Préauchat, charron au Champ du Puits en 1901

François Préauchat, cabaretier au bourg de Rouillac en 1901

Alexandre Cocault, couvreur à Rouillac en 1901

Eugènie Rebours, couturière au Bourg en 1901

Léon Bouvier, maréchal-ferrant au Bourg en 1901

Rosalie Cohuet, couturière au Bourg en 1901

Marie Ange Houée, couvreur au Bourg en 1901

Jean Louis Barbé, sabotier au Bourg en 1901 puis au Champ du Puits en 1906

Célestin Brieuc, cordonnier à Rouillac en 1903

Médéric Guérin, étudiant habitant à Rouillac en 1903

Marie Ange Ruellan maçon à Rouillac en 1903

François Lenôtre, instituteur au Bourg en 1904

Jeanne Lenôtre, institutrice au Bourg en 1904

Louis Loncle, tisserand à Rouillac en 1904

Marie Ange Pignon, cordonnier à Rouillac en 1905

Jean Baptiste Huet, meunier à Vauvert en 1905

Pierre Guéhenneuc, couvreur au Champ du Puits en 1905

Anastasie Barbé, sabotière à Rouillac en 1905

Allain Lucas, sabotier à Rouillac en 1905

François Devrand, maréchal à Rouillac en 1905

Philomène Barbé, sabotière à Rouillac en 1905

Auguste Rivière, cordonnier à Rouillac en 1905

Médéric Berhault & Suzanne Delamotte, débitants à Rouillac en 1905

Eugène Berhault & Lucine Hamonic débitants à Rouillac en 1905

Louis Le Hénaff, instituteur au Bourg en 1906

Ernestine Baudot, institutrice au Bourg en 1906

Francisque Perruchon, instituteur au Bourg en 1906

Héloïse Boilet, institutrice au Bourg en 1906

Jean Baptiste Esnault, buraliste au Bourg en 1906

Pierre Basset, menuisier au Bourg en 1906

Léonie Hamonic, commerçante au Bourg en 1906

Marie Ruellan, domestique au Bourg en 1906

Mathurin Ruellan, maçon à la Jélussais en 1906

Arsène Legac, maçon à la Jélussais en 1906

Marie Ange Landais, charpentier à la Ville Morin en 1906

Marie Ange Landais, fils, charpentier à la Ville Morin en 1906

Alexandre Delahaye, charpentier à la Ville Morin en 1906

Médéric Delamotte, couvreur à la Ville es Rieux en 1906

Alexandre Cohuet, boucher à la Ville es Rieux en 1906

Célestin Bougault, tailleur à la Ville es Rieux en 1906

Pierre Jéhan, tailleur à la Ville es Rieux en 1906

Constant Jéhan, marin à la Ville es Rieux en 1906

Jean Baptiste Rebours, couvreur à Kermelin en 1906

César Berhault, cantonnier au Champ du Puits en 1906

Ferdinand Barbé, sabotier au Champ du Puits en 1906

Eugène Briand, maréchal aux Gresses en 1906

Messire Bouvier, vicaire de Rouillac en 1914

Messire Cabaret, vicaire de Rouillac en 1814

Messire Morin, recteur de Rouillac en 1918

Messire Noury, vicaire de Rouillac en 1919 encore présent en 1928

Messire Rebours, recteur de Rouillac en 1927

Messire Delépine, recteur de Rouillac en 1939, part à la retraite en 1970

Messire Berhault, recteur de Rouillac

 

 

 

En 1851 Rouillac compte 357 habitants

En 1872 Rouillac compte 963 habitants dont 222 ménages répartis dans autant de maisons.

En 1882 Rouillac compte 978 habitants dont 200 ménages répartis dans autant de maisons.

En 1896 Rouillac compte 1048 habitants dont 259 ménages répartis dans 249 maisons.

En 1906 Rouillac compte 1041 habitants dont 240 ménages répartis dans autant 241 maisons.

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 13:27

Merci aux Archives départementales des Côtes d'Armor


 

Quelques métiers à Rouillac au fil des ans….

 

Jacques Préauchat, de la Corgnais trésorier de la Fabrique pour Rouillac en 1781

Pierre Lejeune, de la Ville au Bourg trésorier de la Fabrique idem, en 1781, puis agent municipal en 1793

Jean Vitre, recteur de Rouillac en 1789

Mathurin Berhault, maire de Rouillac au début de l'année 1790, cordonnier à la Corgnais en 1802 (nom sculpté)

François Bertheu, de la Gomberdière trésorier de la Fabrique en 1790

Jean Gelin, boisillier au bois du Margaro en 1790

Mr Pellan, agent municipal en 1798

Jacques Basset, du Clos Quémard maire en 1792, adjoint le 1er.07.1799, il redevient maire le 4 .11. 1799

Louise Rochard, «sache femme» à la Gomberdière en 1792

Louis Desbois, marchand à la Tenue en 1792

Pierre Rouvrais, charpentier à Quénéhen en 1792 cité menuisier en 1820

Pierre Cherot, couvreur d'ardoise à la Rouvrais en 1792, à Vauvert en 1805

Jean Marie Chevalier, charpentier à Kermelin en 1793

Guillaume Cohuet, tailleur «dAbist»  à Préauchat en 1792 puis à Kermelin en 1793

Jacques Le Renard, charpentier à la Gomberdière en 1793

Pierre Le Renard, charpentier à la Hervais en 1793

Jean Aubin, tailleur au Tertre en 1793

Pierre Aubin, tailleur au Tertre en 1793

Mathurin Thomas, sabotier à la Ville es Rieux en 1792, charbonnier au bois du Margaro en 1793

Jean Hillion, sabotier au bois du Margaro en 1793

Pierre Paumier, couvreur d'ardoises au Champs du Puits en 1793

Amaury Hervé, couvreur d'ardoises à la Brecelais en 1793

Joseph Robert, meunier au moulin de Quenehen en 1793

Angélique Lescouët, «Sache femme» à la Vallais en 1793

Julien Guérin, menuisier au Champs du Puits en 1794

Jean Berhault, couvreur d'ardoises aux Gresses en 1794

Gabriel Rouvrais, marchand au bourg en 1794

Julien Cocault, couvreur d'ardoises au bourg en 1794, au Champs du Puits en Champs du Puits en 1800

Jean Marie Hamonic, tisserand à la Rouvrais en 1794

Jacques Le Bouvier tisserand au Tertre en 1795

Amaury Rouvrais, marchand à la Vallais en 1795

Pierre Vetel, marchand au bourg en 1795

Jacques Rouvrais, tailleur «dAbist» à la Hervais en 1795

Laurent Berhault, agent municipal en 1797

Jean Delaune, tailleur d'habits à Quenehen en 1797

Jean Basset, menuisier au Clos Quémart en 1799

Jacques Riot, tailleur d'habit au Tertre en 1799

Jean Gueheno, tisserand à la Ville Breton en 1799

Joseph Cohuet, tailleur à la Ville au Bourg en 1800

Joseph Hamonic, tisserand à Kermelin en 1800

Joseph Rault, tisserand aux Chênotiaux en 1800

Julien Rault, tisserand aux Chênotiaux en 1800

Yves Lemarchand, tailleur à la Gomberdière en 1800

Jacques Hamonic, tisserand à Kermelin en 1800

Julien Jouan, bourrelier à la Ville Rouault en 1800

Jean Chevalier, cordonnier à la Meslée en 1802

Messire Cosson, recteur de Rouillac en 1804

Messire Gaultier, recteur de Rouillac en 1804

Pierre Martel, menuisier à la Brecelais en 1805

Louis Bourseul, sabotier à Rouillac en 1805

Mathurin Poirier, tailleur d'habits à la Brecelais en 1805

Jean Hervé, couvreur d'ardoises à la Brecelais en 1806 (couvreur en pierres en 1822) à la Ville Rouault

Pierre Bougault, menuisier à la Rouvrais en 1806, à la Vieille Haye en 1809

Julien Lemarchand, tailleur à la Gomberdière en 1806, au Tertre en 1808

Vincent Rouillé, charpentier à Rouillac en 1807

Pierre Jouan, tisserand à Rouillac en 1807

François Rebours, couvreur à Rouillac en 1808

Mathurin Robert, tisserand aux Gresses en 1808

Jacques Rouvrais, tailleur à Rouillac en 1808

Messire Avril, recteur de Rouillac en 1809

François Geffrays, maréchal à la Rouvrais en 1809

Jean Hervé, menuisier à la Hervais en 1809

Pierre Lemarchand, tailleur d'habits à la Gomberdière en 1809

Anne Grignon, meunière au moulin de Quehenen en 1810

Amaurye Berhault, filandière à la Valais en 1810

Marie Rouvrais, filandière à la Rouvrais en 1810

Mathurine Ribault, filandière à la Ville Even en 1810

Jeanne Folliart, filandière à la Ville Even en 1810

Jeanne Morin, filandière à la Fresnais en 1810

Jacques Guitton, adjoint municipal en 1811, maire en 1814

Jean Bougault, cultivateur et tisserand à la Rouvrais en 1811

Françoise Pringault, filandière à la Ville Rouault en 1811

Charles Delaune & Marie Lesfrays, cabaretiers au bourg, puis cultivateur en 1812 & tailleur en 1820

Jacques Donnet, couvreur à Rouillac en 1813

Pierre Guysbert, sabotier à Rouillac en 1813

Mathurin Houis, meunier au moulin de Quenehen en 1813

Julien Rouxel, cordonnier à Rouillac en 1813

Jean Legac, couvreur à Rouillac en 1813 (précision donnée en 1822 : couvreur de pierres)

Mathurin Moi, meunier à Rouillac en 1814

Michel Guysbert, sabotier à Rouillac en 1814

Laurence Rebour, filandière à Rouillac en 1815

François Laurent, charron à Rouillac en 1816

Julien Reboux, couvreur à Rouillac en 1816

Jean Cherot, couvreur à Rouillac en 1817

François Reboux, maçon à Rouillac en 1816 & couvreur d'ardoises en 1824

Julienne Auffray, domestique à Rouillac en 1817

Messire Levrel, recteur de Rouillac en 1818

François Berhault, domestique à Rouillac en 1820

Jacques Houis, charron & charpentier à Rouillac en 1820

Jacques Oizel, tissand à Rouillac en 1820

Anne Auffray, domestique à Rouillac en 1820

Pierre Hamonic adjoint municipal en 1821

Jean Préauchat maire de Rouillac -fin juin 1821

Messire Chapelain, recteur de Rouillac en 1821

Jacques Bertheu, tisserand à Rouillac en 1821

Laurent Hamonic, tisserand à Rouillac en 1821

Jacques Berhault, menuisier au Champs du Puits en 1822

Jacques Legac, couvreur au Champs du Puits en 1813 (précision donnée en 1822 : couvreur de pierres)

Jacques Bringault, domestique à Rouillac en 1822

Noël Guyot, tisserand à Rouillac en 1822

Olivier Richard, couvreur à Rouillac en 1822

Jacques Houis, charpentier à Rouillac en 1822

Pierre François Houis, charpentier à Rouillac en 1822

François Guérin, tailleur à Rouillac en 1822

Pierre Jouan, tisserand à Rouillac en 1822

Jean Guérin, cordonnier à Rouillac en 1822

Julien Le Bouvier, cordonnier à Rouillac en 1822

Mathurin Bertheu, marchand au bourg de Rouillac en 1822

Pierre Berhault, tailleur d'habits au bourg de Rouillac en 1822

Pierre Bourgault, tourneur à Rouillac en 1822

Julien Bourgault, tisserand à Rouillac en 1822

Jacques Douais, couvreur à Rouillac en 1822

Julien Lemarchand, tailleur au Tertre en 1822

Louise Mainguy, filandière à Rouillac en 1822

Jacques Cohuet, tailleur à Rouillac en 1822

Jean Cohuet, tailleur à Rouillac en 1822

Jacques Derriac, cordonnier à Rouillac en 1822

Jeanne Genissel, filandière à Rouillac en 1822

Maurie Le Renard, filandière, à Rouillac en 1822

Louis Hougnant, tisserand à Rouillac en 1822

René Périaux, «cachière» à Rouillac en 1822 (faiseur de paniers d'osier)

Jean Rouvrais, cordonnier à Rouillac en 1822

Jean Bouvier, cordonnier à Rouillac en 1822

Mathurin Le Bouvier, marchand à Rouillac en 1822, dans un acte de 1828 marchand de beurre

Louis Languille «oxilier» à Rouillac en 1822, il est donné comme cantonnier en 1827

Louis Leffray, «estoc» à Rouillac en 1822 (estoc : ancienne épée de pointe)

Mathurin Chevalier, couvreur estoc & couvreur d'ardoises à Rouillac en 1822

Mathurine Lemarchand, filandière à Rouillac en 1822

Jean Hamonic, tisserand à Rouillac en 1824

François Delambily, cordonnier au Champ du Puits en 1824

Pierre Delambily, cordonnier à Rouillac en 1824

Anne Delambily, filandière à Rouillac en 1824

Jean Cocault, couvreur d'ardoises à Rouillac en 1824

Louise Auffray, filandière à Rouillac en 1824

Pierre Rouvrais, charron à Rouillac en 1824

Mathurin Guyot, domestique à Rouillac en 1825

Pierre Guillet, meunier à Quenehen en 1822

Marie Lantais, filandière à Rouillac en 1824

Jacques Préauchat, cabaretier à Rouillac en 1826

François Robert, meunier à Quehenen en 1826

Jean Rouvrais, charpentier au Champ du Puits en 1826

Jeanne Lucas, filandière à Rouillac en 1827

Jacques Lemarchand, tailleur à la Gomberdière en 1828

Guillaume Guyot, menuisier à Bougueneuf en 1828

Messire Caborel, vicaire de Rouillac en 1829

Louis Lécuyer, menuisier à Rouillac en 1829

Pierre Pellan, foullon à Rouillac en 1829 -sans doute meunier, ouvrier qui foule des draps

Jacques Renouard, couvreur d'ardoises à Rouillac en 1829

François Lerin, charron à Rouillac en 1829

Claude Lefeuvre, tisserand à Rouillac en 1829

Jean Sanlan, perayeur à Rouillac en 1829 -ouvrier extrayant la pierre

Laurent Daunay, tisserand à Rouillac en 1830

Jean Rouvrais, «tailleur de bois» à Rouillac en 1830

Julien Rouvrais, tisserand à la Ville Rieux en 1830

Jacques Bertheu, bourrelier à Rouillac en 1830

Jacques Couëllan, menuisier à la Ville Even en 1830

Marie Eriac, filandière à Rouillac en 1830

Joseph Robert, meunier à Quenehen en 1831

Jean Martel, menuisier à la Brécelais en 1831

Laurent Douais, tisserand au Champ du Puits en 1831

Marie Boinsatte, filandière au Champ du Puits en 1831

Jean Le Bouvier, tailleur à Prévenet en 1831

Pierre Bertheu, menuisier au Champ du Puits en 1831

Jean Guyot, charron à Bougneuf en 1831

Christophe Colmay, vitrier & peintre à la Ville Rieux en 1831

François Robert, rebouteur à Quenehen en 1831

Jean Martel, menuisier à la Brécelais en 1831

Julien Lécuyer, menuisier à Rouillac en 1832

Anne Lemarchand, filandière à Rouillac en 1833

François Cherot, couvreur d'ardoises à Rouillac en 1833

Louis Gervais, domestique à Rouillac en 1833

Claude Gillard, tisserand à Rouillac en 1834

Jean Réhel, à Rouillac tisserand en 1835

Jean Chapelain, menuisier à Rouillac en 1835

Alain Vivier, cabaretier à Rouillac en 1837

Julien Bourdé, cabaretier à Rouillac en 1837

Pierre Pellan, cordonnier à Rouillac en 1839

Jacques Hamonic, pâtre à Rouillac en 1839

Perrine Cherot, filandière à Rouillac en 1839

Messire Jean Jacques Rouxel, vicaire de Rouillac en 1841, mort à Rouillac le 3 mai 1843

François Le Bouvier, tailleur à Rouillac en 1841

Jean Lagoutte, sabotier à Rouillac en 1841

Mathurin Ollivier, boucher à Rouillac en 1842

Mathurin Hamonic, tailleur à Rouillac en 1842

François Brillaux, tailleur à Rouillac en 1843

Claude Marie Brevet, religieux hospitalier en 1843

Françoise Leffrays, filandière à Rouillac en 1843

François Rebours, couvreur à Rouillac en 1843

Françoise Pognard, filandière à Rouillac en 1843

Julien Guérin, cultivateur et adjoint à Rouillac en 1843

Laurent Delamotte, domestique au presbytère de Rouillac en 1843

Jean Guitton «bacher de gros bois» à Rouillac en 1843 (sans doute bâcheur)

Julien Bourdé, «siou bois» à Rouillac en 1844 (sans doute scieur)

Jacques Lemarchand, tailleur à Rouillac en 1845

François Crestel, meunier à Rouillac en 1850

François Delamotte, couvreur à Rouillac en 1850

François Richard, couvreur en pierre à Rouillac en 1850

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article