Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 16:14

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 06:39

 

 

 

Brevet dindan yev an dud uhel

Leun a fae hag a lorc'hentez

Hon eus bevet lent hag uvel

E pad kantvedoù a vezh


 

Dre hor c'hoadoù hag hol lanneier

Avel an Ankoù ra he reuz

C'hwezhañ a ra eus ar Reter

Bez'zo lod a devo keuz

 


Rak ma tarzh an deiz higortozet

Ha ma tihun ar bobl a-bezh

Eus Menez Are d'an Naoned

Ar chas doñv yelo da ouez. 

 

 

 

Ecrasés par le joug des gens de la haute

Bourrés de dédain et d'orgueuil

Nous avons vécus timides et humbles

Des siècles de honte.


 

A travers nos forêts et nos landes

Le vent de la Mort fait son ravage

Son souffle vient de l'Est

Il y en a qui le regretteront.

 

 

Car si survient dans tout son éclat le jour tant attendu

Et si le peuple tout entier se réveille

Des monts d'Arrée au Pays Nantais

Les chiens domestiqués seront à nouveau sauvages. 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 04:54

 

 

François II duc de Bretagne, Edward IV roi d'Angleterre

 

Aussi la situation de François II, duc en 1458, devint elle critique en face d'un souverain aussi autoritaire, ambitieux et puissant que Louis XI, monté sur le trône en 1461. Les deux hommes se brouillèrent assez rapidement. François essaya de s'appuyer sur le roi d'Angleterre Edouard IV d'York, vainqueur dans la guerre des Deux Roses en 1468 : mais Louis XI sut désintéresser Edouard en 1475, et la mort de Charles le Téméraire, en 1477, isola le duc de Bretagne. Edouard IV, alors, décida de faire alliance avec celui-ci, dont la fille Anne fut promise en mariage au prince de Galles ( 1481). Mariage qui ne put se réaliser, puisque le prince, devenu roi sous le nom d'Edouard V (1482), connut une fin tragique dans la Tour de Londres quelques mois après son avènement. Louis XI étant mort lui-même en 1483, François tenta de réagir en profitant de la régence des Beaujeu; le duc se joignit à la « guerre folle » des féodaux contre l'armée royale en 1487-1488, et des contingents anglais vinrent lui prêter appui : Henri VII Tudor, roi d'Angleterre depuis 1485, n'avait pas oublié qu'il avait vécu réfugié en Bretagne avec ses partisans, de 1471 à son avènement. De même après la mort de François II (1488), Henri VII envoya des troupes aider la duchesse Anne contre l'armée de Charles VIII en 1491. Et quand cette campagne se fut conclue, sur la fin de la même année, par le mariage d'Anne de Bretagne et du roi de France, Henri Tudor fit encore débarquer un petit corps expéditionnaire sur les côtes de Bretagne, à la demande de quelques nobles bretons mécontents du choix de leur duchesse : mais les Anglais furent repoussées par les seigneurs du pays restés fidèles à leur souveraine (1492). Dès lors, le sort de la Bretagne ne se distingua plus de celui du royaume de France. (Extrait  : les sources de l'histoire médiévale de la Bretagne en Angleterre, par G. Peyronnet)

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 04:27

 

Jean V duc de Bretagne,  Henri V roi d'Angleterre

 

 

La guerre de Succession de Bretagne était enfin terminée, mais le duché continuait d'évoluer entre ses deux grands voisins. La veuve de Jean IV, mort en 1399, partit en Angleterre où elle épousa le nouveau roi Henri IV en 1403, cependant que le duc Jean V, fils de Jean IV, laissait des corsaires bretons attaquer les côtes anglaises (1403-1407). Henri V d'Angleterre ayant été victorieux à Azincourt, Jean V conclut une trêve avec lui ( 14 1 7). Un moment allié du dauphin Charles en 1421, Jean V reconnut le traité de Troyes (1422) et fit alors alliance avec l'Angleterre et la Bourgogne. Mais aussitôt après, il autorisa son frère Arthur de Richemont, mari d'une soeur de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, à recevoir la charge de connétable de France que lui offrait Charles VII (1425). Richemont put ainsi conduire des bandes bretonnes près de Jeanne d'Arc. Et pendant que Jean V, en 1432, envoyait à Londres son fils puîné, Gilles, pour le faire élever en compagnie du jeune roi d'Angleterre Henri VI, Richemont menait avec son beau-frère Philippe les pourparlers qui aboutirent, en 1435, au traité d'Arras réconciliant la France et la Bourgogne.Malgré la réussite diplomatique de Jean V, cette politique de bascule demeurait pourtant délicate. Sous le fils de Jean V, Franqois 1er, duc en 1442, Gilles revint en Bretagne avec un entourage anglais : des troupes du roi de France l'arrêtèrent en 1446 et le remirent à François, qui le retint prisonnier. Les Anglais en prirent prétexte pour reprendre la guerre contre la monarchie française et la Bretagne (1449). Les Bretons aidèrent l'armée royale à reprendre la Normandie (1450), et Pierre II, duc de 1450 à 1457, offrit à Charles VII une flotte qui aida les troupes royales à occuper Bordeaux, et un contingent breton qui aida ces mêmes troupes à remporter sur les Anglais la victoire définitive de Castillon (1453). Désormais la royauté française et le duché de Bretagne restaient vraiment seuls en présence. (Extrait  : les sources de l'histoire médiévale de la Bretagne en Angleterre, par G. Peyronnet)

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 13:04

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 12:53

 

 

 

Jean, comte de Montfort et Edward III, roi d'Angleterre

 

Mais Jean de Montfort, sitôt que la succession de Jean III fut ouverte, se proclama lui-même duc de Bretagne et partit en guerre, avec l'alliance d'Edouard III, contre Charles de Blois et Philippe VI. Ce fut une série de combats de partisans, qui permirent aux routiers anglais de parcourir et d'exploiter la Bretagne. Duguesclin se battit pour Charles de Blois, mais celui-ci fut tué dans la bataille d'Auray (1364). Par le premier traité de Guérande en 1365, Jeanne de Penthièvre et Charles V reconnurent le fils de Montfort (ce dernier était mort en 1345) comme le duc de Bretagne Jean IV. Ce dernier continua de sympathiser avec l'Angleterre : marié d'abord avec une fille d'Edouard III, il se remaria avec une belle-fille du Prince Noir (1366). Quant la guerre reprit, en 1369, entre Edouard III et Charles V, Jean IV noua des négociations avec le roi d'Angleterre, et conclut secrètement alliance avec lui (1372) : des détachements anglais revinrent en Bretagne, et lorsque Duguesclin réussit à battre Jean IV, ce dernier chercha refuge en Angleterre (1373), d'où il partit guerroyer en Aquitaine pendant que son adversaire reprenait la Bretagne, sauf Brest que Jean IV vendit aux Anglais en 1378.Cependant Charles V voulut consolider trop vite sa conquête. En considérant Jean IV comme vassal félon, le roi fit prononcer par le Parlement de Paris la « commise » du duché de Bretagne, procédure de saisie qui équivalait à réunir le grand fief au domaine royal. Ce faisant, Charles V n'avait tenu aucun compte des droits de Jeanne de Penthièvre, et cela provoqua la protestation des nobles bretons qui, d'accord avec Jeanne, rappelèrent Jean IV (1379). Mais celui-ci ramenait les Anglais : deux partis se reformèrent en Bretagne, et la guerre reprit jusqu'au deuxième traité de Guérande (1381) : sous la pression de sa noblesse, lasse de voir ses domaines dévastés, Jean IV promit de se soumettre au roi de France et de renvoyer ses conseillers anglais. Richard II, successeur d'Edouard III, lui confisqua le comté de Richmond qui fit alors retour définitivement à des titulaires anglais. Mais une trêve étant intervenue entre Richard II et Charles VI, Jean IV put racheter Brest au roi d'Angleterre (1397). (Extrait  : les sources de l'histoire médiévale de la Bretagne en Angleterre, par G. Peyronnet)

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 04:28

 

 

Le sac, l'arraché du sac (ar sac'h, gwintah ar sac'h) : II s'agit de charger sur les épaules un sac de sable de plus de cent kilos posé par terre. Comme pour les jeux précédents, la compétition se déroule par élimination. Le concurrent qui au bout de trois essais n'a pas chargé le sac sur ses épaules est éliminé. Dérivé des travaux des meuniers et des paysans d'autrefois, ce jeu qui requiert de la force, certes, mais aussi une certaine technique conserve encore quelques adeptes dans la région de Tréguier, notamment. (Extrait de : Les jeux de pardon en Bretagne par Fanch Peru)

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 08:39

 

 

Pierre Mauclerc duc de Bretagne

et

Henry III roi d'Angleterre

 

Pierre Mauclerc tenta pourtant d'échapper à cette influence en profitant de la régence de Blanche de Castille. Il s'allia deux fois, en 1226 et 1229, avec Henri III d'Angleterre, qui put ainsi passer de Saint-Malo à Bordeaux (1230). Mauclerc se rendit même en Angleterre pour porter son hommage à Henri III. Mais leur alliance ne put vaincre la régente, et Pierre se soumit à Louis IX en 1234. Ses successeurs, plus prudents, pratiquèrent une politique d'équilibre entre les rois de France et d'Angleterre. Le fils de Pierre Mauclerc, Jean 1er, maria son fils Jean à une fille d'Henri III, qui lui confirma le comté de Richmond en 1259. Ce gendre d'Henri III, devenu le duc Jean II en 1286, fit alliance avec Edouard 1er contre Philippe Le Bel 1294-97, mais se réconcilia ensuite avec ce dernier, ce qui lui valut de se voir retirer le comté de Richmond, en gagnant par compensation l'érection de la Bretagne en duché-pairie par Philippe le Bel en 1297. Cependant la position de la Bretagne entre les monarchies française et anglaise devint plus délicate avec la grave crise de succession qui se produisit en 1341 à la mort du duc Jean III, qui ne laissait pas d'enfants légitimes. Il avait un demi-frère, Jean, comte de Montfort, fils d'un deuxième mariage du duc Jean II; mais Jean III, qui détestait la mère de Jean de Montfort, avait refusé de reconnaître ce dernier comme héritier. Le duché devait alors revenir à la nièce de Jean III, la comtesse de Penthièvre Jeanne. Edouard III avait proposé son frère Richard comme époux de celle-ci : mais Jean III s'était dérobé, et Jeanne, sous la pression de Philippe VI de Valois, avait épousé Charles de Blois, neveu de ce roi de France, en 1337. Philippe voulait en effet écarter Jean de Montfort, qui avait sollicité et obtenu l'aide d'Edouard III.  (Extrait  : les sources de l'histoire médiévale de la Bretagne en Angleterre, par G. Peyronnet)  

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 14:57

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 14:45

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article