Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 14:24

Le Pagus Clissonium

 

 

Le Pays de Clisson est située en une vallée, et si l'on en croit les chroniqueurs de jadis, déjà les Bretons songeaient au cours de l'épopée mérovingienne, se protéger contre les Wisigoths et fortifièrent ainsi Clisson. Mais les Normands ravagèrent toute cette contrée et les pagi du voisinage. Le pagus allait devenir l'une des défenses du comté de Nantes et une famille, dite de Clisson allait présider à l'émergence de cette défense. (voir Le château de Clisson et ses possesseurs (extrait de notice sur la ville et le château de Clisson...par Jules Forest ), page n° 1).

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 14:02

Le Pagus Ancenesium

 

 

Le Pays d'Ancenis bordait le comté d'Anjou, et comme il l'a été souligné dans une page consacrée à la famille qui aménagea la forteresse et adopta ce nom d'Ancenis (voir La famille d'Ancenis, page n° 1), les comtes d'Anjou, d'alliés étaient devenus adversaires.C'est au bord de la Loire que la défense du lieu fut construite.

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 13:08

Le Pagus de la Mée


 

 

 

A présent nous sommes à Chateaubriant voir La forteresse de Châteaubriant & ses possesseurs), à proximité de la frontière avec l'Anjou, et voici ce qu'écrivait une société de gens de lettres, de savants et d'artistes en 1786 : « on donne quelquefois le nom de mées aux marches communes du Poitou & de la Bretagne; mais on entend plus communément par là le terrage que les seigneurs bretons ont droit de lever dans ces Marches communes sur les fonds roturiers. roturiers. On a vu, au mot Marches communes, que tout les fonds de ce petit pays étoient mouvans, moitié par indivis d'un seigneur poitevin, & moitié par indivis d'un seigneur breton»...

 

  

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 12:29

Le Pagus Guerchiae

 

 

Ouvrage fortifié, telle est l'explication toponymique donné pour expliquer le nom de cette ville de La Guerche de Bretagne. Manifestement, c'était un des nombreux obstacles mis en place sur la ligne frontalière avec le Pays franc (voir Quelques notes sur les seigneurs de la Guerche de Bretagne). Nous aurons l'occasion de dresser une carte de cette Marche de Bretagne en revenant plus en détail sur chacun de ces points défensifs qui la composaient. Les limites se perdaient alors dans ces épaisses forêts qui inquiétaient et rassuraient à la fois, l'immense forêt de la Guerche bordait la cité. 

 

la guerche

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 04:15

Le Pagus de Dol

 

 

Ici à Dol, c'est aussi une Maison comtale dont nous avons abordé l'histoire (voir La seigneurie de Dol) qui succéda à l'ancien Pagus. Il est vrai que l'aménagement d'un site défensif était urgent face à la menace scandinave qui s'était concrétisée par la présence normande aux portes même de Dol. Longtemps le Pays de Dol fut en proie aux ravages de ceux ci. Mais le rôle de Dol allait émerger vraiment dès la fin du IXe siècle quand la cité reçut le « pallium papal » lui accordant le rôle de Métropole de Bretagne. Il est vrai que les paroisses relevant de cet évêché étaient regardées comme pauvres dans leur ensemble et certains pensent que c'est tardivement que cet évêché avait été créé.

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 19:20

Le Pagus Vicinonia

 

 

Bazouges le Désert, l'une des principales villes qui composent l'endroit, le pays du Désert. Les landes qui composait ce petit pagus rendaient lui ont donné comme à la localité voisine de Louvigné, ce nom de Désert. L'an 936, c'est au nord de ce Pagus que se déroula la bataille de Trans qui opposa les Bretons et leurs alliés à l'occupant Normand (voir les invasions Scandinaves en Bretagne, page n° 4). Ce pays voisin de la Normandie se trouve en prolongement du Pagu de Coglès. Une famille de  Bazouges est connue à travers plusieurs de ces membres : Robert de La Bazouge en 1168, les milites Gwado et Guy de La Bazouge en 1173 et 1213.  

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 18:11

Le Pagus Coglesium

 

 

Le Pagus Coglesium était un pagus de la civitas des Redones. Connu dès le XIe siècle comme fief de l'abbaye Saint-Magloire de Rennes, en 1204, le pagus fut donné à viage, par Géoffroy, seigneur de Fougère, à Guillaume, son grand-oncle et tuteur, quand celui-ci lui remit à sa majorité l'administration de ses domaines. Ce pagus occupait une grande partie du bassin de la Valein, un des affluents du Couesnon. La cité de Coglès disposait d'une défense au cours de cette période féodale. 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 14:06

Le pagus Vendellesis

 

 

 

 

 

Bordé au nord par le pays de Coglès et celui du Désert, à l'ouest par le pays de Rennes, au sud par le pays de Guerche de Bretagne, le Pagus Vendellesis ou Pays Vendelais était sans nul doute un pagus minor des temps anciens. Le Vendelais formait un doyenné distinct dont faisait partie 21 paroisses, mais dès le XIIe siècle il fut réuni à celui de Fougères composant ainsi la plus grande subdivision du diocèse de Rennes. La défense de Fougère fut l'une des défenses aménagées dans le courant du Xe siècle, et qui faisait partie des points défensifs breton sur cette ligne frontalière appelée Marche de Bretagne (voir Notice historique et statistique sur la baronnie, la ville et l'arrondissement de Fougères par MM. Amédée Bertin & Léon Maupillet, page n° 1)Le comté de Rennes, qui confinait au Vannetais et au Nantais sur sa bordure méridionale, s'étendait au Nord jusqu'à l'Avranchin. Nous ne savons guère de lui qu'une chose, c'est qu'il était administré en 820 par le comte Rorgon, de qui les relations incestueuses avec la fille aînée de Charlemagne, Rotrude, avaient défrayé la chronique scandaleuse de la cour une dizaine d'années auparavant. Rorgon troqua son comté de Rennes contre celui du Mans, en 834, à la suite des événements dont nous allons bientôt parler. Notons que ce comte était de la famille des Gauzbert-Gauzlen, probablement d'origine alémanique comme les familles alsaciennes du célèbre abbé Fulrad de Saint-Denis et de l'archichapelain Ebroin, évêque de Poitiers, avec lesquelles elle était apparentée. (extrait la Marche de Bretagne de Léon Levillain)

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 14:22

Le Pagus Alet

 

 

Aujourd'hui, sur la côte d'Emeraude, on parle souvent du Clos-Poulet. J'aimerais mieux le Poulet tout court. Evidemment toutes les personnes qui font sonner ce mot dans leurs discours, ou en ornent leurs écrits connaissent parfaitement son étymologie ? Ce n'est donc pas à elles, mais peut-être à quelques autres qu'il faut apprendre que Poulet vient très régulièrement de Pagus Aleti, pays d'Alet. Dès lors il importait de bien montrer aux plus distraits et aux moins clairvoyants l'emplacement incontestable de la forteresse d'Alet, chef-lieu et centre de la cité d'Alet c'est-à-dire du Poulet... Le Pagus Alet comprenait l'actuel Saint-Malo et son arrière Pays. Ce pagus était encadré par la Rance, la Manche et les marais de Dol. Le Pagus Alet n'est pas sans évoqué la civitas du même nom qui succéda à Fanum Martis comme chef lieu des Coriosolites

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 13:50

Le Pagus Racter

 

 

 

Dans les parties de la province qui ont été peuplées ou réorganisées par des réfugiés venus des îles Britanniques, aux Ve et VIe siècles, beaucoup de pagi (ou, pour employer le vieux mot breton, beaucoup de pagi remontent seulement au temps de l'émigration. Mais il en est qui continuent sous un nom breton des circonscriptions plus anciennes, car leurs limites ne coïncident pas avec celles des diocèses bretons et de leurs doyennés et archidiaconés; elles s]écartent davantage encore des circonscriptions créées à partir du Xe siècle par la féodalité. Des renseignements sur ces pagi peuvent être utiles, même lorsqu'ils ne conduisent pas à des notions précises et certaines comme c'est le cas pour le Pagus Racler. Ce nom apparaît pour la première fois dans la vie de saint Tudual, évêque de Tréguier au Vle siècle, composée par Louénan dès le VIe siècle, d'après A. de La Borderie, ou à une date qui ne peut être antérieure au IXe siècle, au dire de critiques mieux informés. La valeur historique de la prima oila est faible, mais ce texte donne une liste inressante des pagi que comprenait, la Dumnonée, sinon au VIe siècle du moins au IXe, au temps île la composition de la biographie. L'auteur raconte en effet que le saint parcourut tous les pays du petit royaume en allant de l'ouest à l'est, qu'il évangélisa le pagum Achimensem (Ach). Le Doudur (Daoudour), le pagum Civitatis (Poher), le pagum Treher (Tréguier),pagum Castelli (Pougaslel). Le pagum Guoelleou (Goello), le pagum Penteur (Penthièvre), un autre pays de Daudur (Poudouvre), et il termine ainsi son trop bref récit « et inde, ad pagum Racter et , invenit mullas Parrochias. Sauf le « Racter », tous les pays cités ont survécu pendant tout le moyen âge et presque jusqu'à l'époque moderne. Les limites de plusieurs d'entre eux sont bien connues; on sait que le Poudouvre, qui confinait vers l'est au Racter, était borné de ce côté par la Rance. On pourrait donc penser que le dernier pagus s'étendait depuis celte rivière jusqu'au Gouesnon, frontière orientale de la Domnonée il aurait ainsi compris toute la partie septentrionale du département d'Ille-et-Vilaine, l'arrondissement de Saint-Malo et toute la partie nord des arrondissements de Rennes et de Montfort, qui –les noms de lieux l'attestent fut peuplée d'émigrants bretons. Mais les mentions du Racler ou du Ratel fournies par quelques documents ne permettent pas de lui attribuer une aussi grande étendue; il est probable que ce pagus n'était pas le dernier de la région. Il est admis aujourd'hui que Evran, Pleudihen, Miniac-Morvan, Plerguer, Pierre-de-Plesguen, Pleugueneuc, Saint-Helen, Trévérien, Saint-Judoce et Saint-Tual se trouvaient en ce pagus, mais la chef lieu en est méconnu;

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article