Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 14:10

Chemin de Dinan Lambale, par Jugon

 

 

De Dinan a Lamballe, il y a sept lieues vers Ouest, dont plus de la moitié est Jugon, gros bourg, mais avec qualité de ville, ainsy appellée comme elle estoit jadis une des 4 Chambres du duc, ainsy que j'ay dit cy dessus en Hédé. Il y a deux beaus estangs, l'un principalement, dit le Grand Estang, qui est le plus oriental et est très long, et dans lequel donne une rivière, dite !a rivière des Moulins, qui vient de Beaulieu, une lieue au dessus. Dans l'autre estang, qui est occidental du premier, donne une rivière dite la rivière d'Erganon - lire l'Arguenon, qui prend sa source près de Collinée (ch.-I. de cant., arr. de Loudéac, C.-du-N.) , et se jette dans la mer, en face la tour des Ebihens, entre la plage de St Cast et la presqu'île de St Jacut.. Le moulin au dessus de cest estang apartient à M. le marquis de !a Moussaye, et celuy qui est au dessous de la bonde et dans Jugon maisme. et celuy qui est au dessous de la bonde et dans Jugon maisme. Ils s'appellent aussy moulins d'Erganon. La rivière d'Erganon vient de Plener et Gouray, aussy une lieue au dessus. Ces deux estangs font moudre des moulins, chacun les siens, et laissent aller leurs eaus pour cela, lesquelles s'assemblent au dessous de la ville et vont ensemble & Ptankouet, au dessous duquel lieu elles entrent en mer, dans un estuaire. Or entre ces deux estangs, il y a le bout d'un costau finissant,sur lequel sont situés trois chasteaus, tous séparés par fossé et fermeture l'un, grand quarré long, un plus petit quasi rond, et encor un plus petit, comme un guet, droit à la pointe du costau, sur le bourg. Ces chasteaus regardent et commandent, des deux costés, sur les deux estangs, et du bout, sur le bourg. Mais ils sont commandés aussy des deux costés par les costaus qui sont sur lesdits estangs, ès costés d'iceux en dehors, plus aults que n'est ledit costau sur lequel sont situés lesdits chasteaus. Sans doute que c'estoient bonnes places, du temps que l'on se battoit à coups d'arbaleste. A Jugon, il y a une chapelle de S'Michel, deus églises et deus paroices jadis, a présent réduites en une par l'evesque de St Brieu, diocésain. En l'une des églises, vers le chameau est une horloge; en l'autre est un prieuré de 4oo livres, séparé de la rectorerie qui ne vaut pas nourrir un prestre. Dans les vitres de ceste église, les armes du Parga d'argent à la bande vivrée de gueules accompagnées de six merlettes de mesme dessus, 3 dessus, 3 dessous avec l'alliance de Vaucouleur, bien escrite et bien peinte et celles de Beaubois, maison demi lieue au dessus de Jugon, apartenant au baron de Nevet, y sont :d'or trois fasces de sable

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 17:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 05:35

 

 

Saint-Malo

 

 

Landerneau

 

 

Dol de Bretagne

 

 

 

Guingamp

 

 

Morlaix

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 05:21

 

 

 

La faune des siltites ardoisières à nodules phosphatés est peu caractéristique (Tetracoralliaires solitaires, Brachiopodes, Crinoîdes). Mis à part les Coelenterés, Bryozoaires, Trilobites (Phacopidae) peu caractéristiques, les Crinoîdes et les Chonetidae contenus dans les schistes et grès décalcifiés, suggèrent l'existence d'Eifelien à la Haie près de Saint-Jouan-de-l'Isle, dans les vallées de la Rieulle et de la Rosaie ainsi qu'à Cadeno (Sud-Est du Gouray). Cette association faunique rappelle celle qui est connue, dans le synclinorium de Châteaulin, dans la partie moyenne du Groupe de Troaon (Finistère). Des Crinoîdes Haploc/ilnitsp. et autres genres comparables aux formes connues depuis le sommet du Groupe de Troaon jusqu'à la Formation de Kergarvan (Rade de Brest), ont été recueillis dans les schistes et grès décalcifiés ou les schistes argileux, au Sud de Broons (vallée de la Rosette), au Nord de Margaro, Nord-Est des Gresses et Est de Radivel, de même qu'aux environs du Gouray (Fig. 18 A) : Troherneuf, Sud de l'Abbaye de Bosquen. Enfin, certaines columnales de Crinoîdes provenant des schistes et grès décalcifiés du Sud de la Guillaudière, sont des formes qui existent dans la Formation de Kergarvan (Finistère) : ceci montre qu'au moins une partie de la Formation de Bosquen est d'âge givétien. A l'Est du secteur étudié, des niveaux gréso-argileux décalcifiés et fossilifères qui avaient été rapportés (Paris 1977) à la Formation des Marettes, sont actuellement placés dans la Formation de la Potinais (Paris 1980). Ils sont visibles dans la région de Médréac (La Ville-Bouteillé, Le Bois Gébert-du-Bas) et au Sud-Ouest de Guitté (La Souriais). Ces terrains ont été attribués (Paris 1977) à l'Eifelien. Une étude détaillée des faunes de Brachiopodes, Crinoîdes..., permettra peut-être, par comparaison avec les données récemment acquises (Morzadec & Weyant 1978, Morzadec, inédit) de savoir si le Givetien est représenté ou non dans ces niveaux. Enfin, les grès micacés de la partie supérieure de la formation, contiennent une faune du Frasnien inférieur : Apouziellla gr. bouchardi, Douvillina. dutertri, Chonetidae, Bactritidae, Bivalves et Crinoîdes. Ces grès ont été rencontrés au Nord de Rouillac (Fig. 18 B) : les Touchelles, Nord de Margaro, S.E. de la Moussaye, NE des Gresses. Ils peuvent être rapprochés des grès de la Formation de Goasquellou (Rade de Brest). Cette succession est donc beaucoup plus complète que les travaux anciens ne pouvaient le faire croire. Dans la partie orientale du Synclinorium de Châteaulin, les "schistes et quartzites supérieurs" sont rapportés au "Coblencien". L'existence d'Eifelien n'est pas prouvée paléontologiquement. Dans cette région (Sagon 1976,p. 140) la succession serait moins complète que dans le Finistère, le Dévonien supérieur et probablement le Dévonien moyen, étant inconnus. La série observée ne peut donc être corrélée vers l'Ouest qu'avec les dépôts de la Rade de Brest (Fig. 20).

 

 

 

 

La puissance de la Formation de Bosquen (200 - 300 m) est faible comparée à celle de l'ensemble : Groupe de Troaon - Formation de Goasquellou (700 mètres environ). De plus si certains faciès reconnus dans la Formation de Bosquen présentent des analogies avec ceux du Finistère (Formations de St Fiacre et de Goasquellou), les niveaux carbonatés du Finistère ne sont pas connus dans le Ménez-Bélair occidental (Fig. 20) où la sédimentation, monotone, demeure essentiellement terrigène. De plus, dans cette dernière région, les faciès semblent moins diversifiés à l'Est (schistes et grès décalcifiés) qu'à l'Ouest, mais ces variations latérales ne sont peut-être qu'apparentes (conditions d'affleurement défavorables, succession moins complète). A l'Est, les niveaux carbonatés de la Formation des Marettes (Paris 1977, p. 17) sont surtout développés dans le Ménez-Bélair oriental (Morzadec, Paris & Racheboeuf éd., 1980) (région de Gahard : feuille de Combourg) et diminuent d'importance vers l'Ouest (feuille de Caulnes). Dans cette région, la puissance de l'ensemble des Formations de la Foulerie, des Marettes et de la Potinais est voisine de celle de la Formation de Bosquen. La figure précédente (Fig. 20) synthétise l'ensemble de ces données, précise les corrélations avec les régions de la Rade de Brest et du Ménez-Bélair oriental, et illustre l'évolution de la sédimentation à l'intérieur du Synclinorium médian dans l'intervalle de temps Emsien – Famennien.

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 15:01

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 05:52

 

 

 

 

Données paléontologiques

 

 

 

A l'intérieur de la Formation de Bosquen plusieurs niveaux fossilifères ont été mis en évidence. Outre les Crinoîdes et Brachiopodes (Chonetacea) en cours d'étude, beaucoup de formes n'ont pas été déterminées spécifiquement, soit à cause de la déformation du matériel, soit parce que ces formes n'ont pas encore fait l'objet de révisions récentes. Dans l'ensemble des fossiles récoltés, les éléments les plus utilisables du point de vue stratigraphique sont les Crinoîdes. Ils sont en effet très abondants et ont mieux supporté les contraintes tectoniques que les autres macrofossiles. Ce groupe est bien représenté dans la succession du Finistère dont la chronostratigraphie a été récemment établie grâce à l'étude des Conodontes (Morzadec & Weyant, 1978). D'autres données ont été apportées par les Brachiopodes Spiriferidae et Chonetacea. Même si, pour nombre de ces formes, la taxinomie n'est pas encore définitivement fixée, les associations reconnues dans les régions de référence permettent toutefois d'établir des corrélations et d'aboutir à des attributions stratigraphiques. Dans la vallée de la Rosaie, les siltites fines situées à une trentaine de mètres du sommet de la Formation de Rochereuil contiennent des Bryozoaires (Fenestellidae), des Brachiopodes (Spiriferidae) et des Crinoîdes déformés, des Trilobites (Asteropyginae), Crustacés (Phyllocarides) et surtout des végétaux flottés parmi lesquels on note des Protolépidodendrales, des Psilophytales et des formes présentant des traces de sporanges (SposLogon). Une étude plus détaillée de ces formes, peu fréquentes dans le Dévonien du Massif armoricain, serait intéressante à entreprendre. La présence de ces "macrorestes" végétaux, abondants et de grande taille (jusqu'à 20 cm), pose d'autre part le problème de l'existence d'une aire émergée relativement proche. Les recherches de spores entreprises dans ces niveaux n'ont donné aucun résultat. Dans les coupes de Rochereuil et de la Rieulle, les Crinoîdes, les Brachiopodes Chonetidae et Spiriferidae indiquent un âge emsien supérieur pour les premiers termes de la formation. Cet âge est aussi indiqué par les Coelenterés et surtout Combophyttum. Des formes appartenant à ce dernier genre et assez semblables à celles qui ont été récoltées dans les coupes de Rochereuil et de la Rieulle existent dans la partie inférieure (Formation de Verveur), du Groupe de Troaon (Finistère), dans 1'Emsien supérieur. Plus à l'Est, dans la vallée de la Rosette, les Crinoîdes datent aussi les niveaux fossilifères de l'Emsien supérieur. Près de Médréac (Est de Saint-Jouan-de-l'Isle), à BoisGébert, les schistes de la Formation de la Foulerie ont livré un matériel similaire mais plus abondant et mieux conservé (Paris 1977, p. 17). Cette association faunique se retrouve aussi dans la Formation de Reun-ar-C'hrank (Finistère).

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 08:14

ficaire -alias fausse-renoncule

(ranunculus ficaria)

 

 

lupins

(lupinus)

 

 

anémone Sylvie

 

(anemone nemorosa)

 

crépis à  feuille de pissenlit

(cepis vesicaria)

 

campanule raiponce

 

(campanula rapunculus) 

 

 

lamier jaune 

 

(lamium galeobdolon)

 

 

sceau de Salomon

 

(polygonatum odoratum )

 

 

populage des marais

(caltha palustris)

 

buis

(buxus)

 

houx

(ilex aquifolium)

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 06:30

 

Formation de Bosquen

 

 

 

 

 

L'ensemble essentiellement schisteux compris entre la Formation de Rochereuil et les siltites ampéliteuses à nodules fossilifères de la Formation de la Rabine, constitue la Formation de Bosquen. Les conditions d'affleurement ne permettent pas d'évaluer la puissance exacte de cette formation, qui doit être de l'ordre de 200 à 300 mètres. Ces faciès étaient inclus par les auteurs antérieurs, comme les Formations de Touvra et de Rochereuil, dans les "schistes et calcaires de Néhou" (Barrois 1894, 1895) ou les "phyllades et grauwackes de Villeneuve" (Pruvost & al. 1959). Affleurements La partie inférieure de la formation est bien visible dans le secteur de l'étang de Rochereuil (anciennes exploitations sur les bordures Ouest et Est) et dans la partie méridionale de la carrière de Guitternel . Cette partie de la succession affleure aussi dans la vallée de la Rieulle (Ouest de Sévignac) où elle surmonte la Formation de Rochereuil (moulin de la Rieulle d'en bas) et où elle comporte des niveaux fossilifères ("moulin de la Rieulle d'en haut"). En raison des accidents tectoniques une colonne lithologique complète ne peut y être établie. Plus à l'Ouest (carrières de Cornouailles, Nord-Ouest de Sévignac) des affleurements et anciennes exploitations sont rapportés, mais avec un certain doute, à cette partie inférieure. Il en est de même des carrières des Rochers, de Rochahue..., situées sur le flanc nord du Synclinorium, entre le Gouray et Rouillac. Dans la partie orientale du secteur étudié, la Formation de Rochereuil n'a pas été mise en évidence. Les Formations de Touvra et de Bosquen, toutes deux à dominante schisteuse ne peuvent, par conséquent, être différenciées d'après les seuls caractères lithologiques. Les faciès recueillis indiquent cependant que certains gisements (tranchée de la D.46 près de la Haie : Nord-Ouest de Saint-Jouan-de-l'Isle) d'âge eifelien, voire givetien sont à rapporter a la Formation de Bosquen. De même de nombreux affleurements situés aux environs du Gouray (Troherneuf) et jusqu'à St Jouan-de-l'Isle se placent d'après leur faune dans cette même formation. Contrairement à la partie inférieure bien exposée, les termes supérieurs de cette formation n'apparaissent qu'en affleurements ponctuels (Fig. 18) dont la position relative dans la colonne stratigraphique est uniquement fondée sur les données fauniques.

 

 

 

 

Caractères lithologiques et pétrographiques

 

 

 

 

Partie inférieure de la formation.

 

 

 

 

 

A l'Ouest une succession lithologique schématique a pu être établie dans le secteur de Rochereuil malgré l'existence de nombreuses failles et fractures au rejet difficile à apprécier. On observe ainsi au-dessus des quartzites de la Formation de Rochereuil : des alternances de schistes et de petits bancs quartzitiques, des schistes ardoisiers sombres, en dalles, qui contiennent quelques passées peu épaisses et discontinues de grès décalcifiés. Ces deux faciès sont fossilifères ; en particulier les schistes ardoisiers ont livré des fragments de végétaux. des alternances centimétriques à pluridécimétriques, plus ou moins régulières de quartzites clairs, de wackes verdâtres souvent compacteset de siltites sombres. Seules les wackes verdâtres décalcifiées ont livré des fossiles. La séparation entre classes modales est schématique car on observe des passées de wackes quartzeuses à l'intérieur de siltites ou des lamines silteuses dans les wackes quartzeuses (passages entre structures lenticulaire et madrée). Enfin, des siltites gris bleuté, compactes et assez ardoisières. A l'Est, dans la région comprise entre Broons et Saint-Jouan-de-l'Isle, cette partie inférieure de la Formation de Bosquen semble représentée uniquement par des schistes et grès décalcifiés. Il s'agit de siltites fines à grossières, argileuses, beiges à verdâtres contenant des passées plus grossières correspondant à des niveaux fossilifères décalcifiés. Elles contiennent aussi des nodules phosphatés peu nombreux et des intercalations de siltites sombres compactes siltites alors qu'à l'Ouest les niveaux semblant occuper la même position lithostratigraphique, correspondent à des siltites ardoisières et des alternances de siltites et sablites (arénites et wackes). Ces dernières possèdent une maturité de texture moyenne (sédiments submatures) alors que leur maturité de composition est bonne (absence de feldspaths et de fragments lithiques). Il serait toutefois prématuré d'envisager de réels passages latéraux de faciès dans la mesure où le synchronisme précis de ces différents termes est loin d'être démontré.

 

 

 

Abbaye de Boquen

 

 

Partie supérieure de la formation.

 

 

 

Le passage entre les parties inférieure et supérieure de la formation n'est jamais observable. - A l'Est du secteur étudié, le faciès schisteux se poursuit sans variation notable, si ce n'est par le développement de niveaux gréseux décimétriques vers la partie supérieure de la formation. - Plus à l'Ouest, entre Broons et Le Gouray, les schistes représentent le faciès dominant de cette partie de la formation ; ces siltites généralement argileuses, beiges à verdâtres, peuvent être représentées par un faciès ardoisier (Etang du Pont du Pélerin à l'Ouest de Margaro, Nord-Est de Radivel, Le Vauvert). Elles contiennent des niveaux de grès calcareux décalcifiés (Troherneuf, Cadeno...) généralement peu épais (décimétriques à centimétriques) et des niveaux à nodules phosphatés ; elles sont également accompagnées de sablites sombres et de quelques bancs quartzitiques parfois métriques. La succession est complétée par : des siltites à nodules argileux grisâtres ou gréso-micacés, et à balles phosphatées (Nord des Gresses). Ces sédiments fins, peu micacés, verdâtres à bleutés, contiennent des passées plus sombres à débit ardoisier et de petits niveaux d'accumulation de fossiles (Crinoides, Brachiopodes). Viennent ensuite des siltites bleutées talqueuses admettant quelques passées lenticulaires plus gréseuses et fossilifères. Enfin, la succession se termine par des grès micacés verdâtresde granulométrie variable, très fossilifères, dont la puissance ne doit pas excéder une dizaine de mètres. Les caractères pétrographiques des sablites sont généralement ceux de sédiments à bonne maturité de composition (feldspaths et fragments lithiques absents) contrastant avec une maturité de texture médiocre (fraction fine importante).

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 05:58

 

 

Formation de Rochereuil

 

 

 

 

Cette unité, qui succède à la Formation de Touvra,correspond à une barre quartzitique ; sa puissance atteint une vingtaine à une trentaine de mètres dans sa localité-type : cluse de la Rosaie et carrières de Guitternel, à proximité de l'étang de Rochereuil (Nord de Rouillac). D'une façon générale, la Formation de Rochereuil malgré sa faible épaisseur, se marque bien dans la topographie et constitue de ce fait un excellent repère cartographique dans la région étudiée ; ainsi, depuis le Nord de Rouillac jusqu'aux environs de Gouray (Chapelle St Roch) à l'Ouest, les quartzites sont bien développées et forment la première crête du Synclinorium, située immédiatement au Sud des formations briovériennes (absence de l'Ordovicien, du Silurien, et de la base du Dévonien). Barrois (1894, p. 212) avait déjà remarqué la présence de cette barre quartzitique pour laquelle il envisageait une attribution stratigraphique différente (cf. ci-après). Dans le secteur de Touvra (Sud de Broons), les quartzites de la Formation de Rochereuil sont encadrés par les Formations de Touvra et de Bosquen. Dans la localité-type, des alternances de schistes ardoisiers et de quartzites parfois métriques du sommet de la Formation de Touvra passent aux quartzites massifs de la Formation de Rochereuil. Ces alternances n'ont pas ici livré de faune. Par contre, au Sud de Broons, près de Bas-Touvra, des schistes avec bancs grauwackeux fossilifères d'âge Siegenien supérieur - Emsien inférieur, appartenant à la Formation de Touvra, passent à des quartzites, peu épais en ce lieu (quelques mètres), représentant la Formation de Rochereuil. Le passage entre cette dernière formation et ces couches sus-jacentes de la Formation de Bosquen, s'observe dans la vallée de la Rosaie en bordure de l'étang de Rochereuil. Des schistes ardoisiers à passées gréseuses lenticulaires, datés de l'Emsien supérieur, succédent aux quartzites de la Formation de Rochereuil, par l'intermédiaire d'alternances de schistes et de quarztites en bancs décimétriques.

 

 

 

Caractères pétrographiques

 

 

 

 

Cette formation est constituée par de gros bancs métriques massifs de quartzites séparés par de rares joints schisteux sombres. Les quartzites sont fins, verdâtres et présentent en surface une patine blanchâtre (rochers de Notre-Dame de Rochereuil). Ils sont veinés de nombreux filonnets de quartz et souvent diaclasés. D'un point de vue pétrographique, on remarque parmi les éléments figurés, la dominance du quartz qui se présente en grains jointifs (grain moyen proche de 200y) avec un début de réarrangement planaire (indice d'une déformation naissante). Des sous-grains néoformés (recristallisation) les accompagnent. On observe aussi de rares muscovites ainsi que des zircons et de la pyrite en cristaux automorphes (60p) en amas isolés. La matrice séricito-chloriteuse est réduite à un film intergranulaire. Ces sablites fines correspondent à des arénites quartzeuses. Elles présentent à la fois une bonne maturité de composition et de texture.

 

 

 

Age de la formation

 

 

 

 

Les observations faites dans la vallée de la Rosette, près de Touvra conduisent à penser que, malgré l'existence d'accidents directionnels dans ce secteur, la succession en elle-même n'a pas été profondément perturbée. Comme la Formation azoîque de Rochereuil est encadrée ici par des formations fossilifères d'âges respectifs : Siegenien supérieur – Emsien inférieur et Emsien supérieur - Eifelien, on peut la dater de l'Emsien. Les données recueillies dans le secteur de Rochereuil confirment cette attribution (faune de l'Emsien supérieur de la Formation sus-jacente de Bosquen). L'attribution stratigraphique retenue par Barrois (1894, p. 213) qui considèrait ces quartzites comme les équivalents des grès du Chatellier (Ordovicien du Synclinorium de Martigné-Ferchaud) doit donc être abandonnée. L'âge emsien de la Formation de Rochereuil étant établi, il est intéressant de voir s'il existe des unités de lithologie équivalente tant à l'Ouest qu'à l'Est. En fait, aucun équivalent de cette barre quartzitique n'est connu, pendant la même période de temps, ni à l'Ouest (Babin & al., 1972), ni à l'Est (Sagon, 1976) du Synclinorium de Châteaulin, pas plus d'ailleurs que dans le Synclinorium de Laval. Toutefois, dans le Synclinorium du Ménez-Bélair, au sommet du membre de l'Aubriais (Formation de Bois-Roux), quelques mètres de grès précèdent les schistes de la Formation de la Foulerie. Ces niveaux qui sont également connus dans la région de Médréac (Paris 1977) pourraient annoncer le développement de la sédimentation franchement arénacée de la Formation de Rochereuil.  (voir étapes géologiques)

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 13:48

 

stellaire holostée 

(stellaria holostea)

 

coquelicot (Papaver rhoeas)

 

coquelicot

 (papaver rhoeas

 

trèfle rose oxalis enneaphylla

 

trèfle rose

(oxalis enneaphylla) 

 

 

Pervenches

(vinca) 

 

 

sureau

(sambucus)

 

 

herbe aux écus dorés

(lysimachia nummularia aurea)

 

 

polypode commun

(polypodium vulgare)

 

 

epurge -alias plante anti-taupe

(euphorbia lathyris)

 

Epilobe hirsute - Epilobium hirsutum

 

epilobe hirsute

(epilobium hirsutum)

 

 

 

euphorbe des bois

 

(euphorbia amygdaloïdes )

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article