Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 19:34

 

 

L'église cathédrale tombant de vétusté, Bertrand de Rosmadec, évèque de Quimper, posa, le 26 juillet 1424, la première pierre du portail d'une nouvelle église et de deux tours, concurremment avec un député du duc de Bretagne ; il fit aussi la sacristie. La cathédrale fut achevée en 1501, avec le produit des dons qui furent faits par ceux qui vinrent pour obtenir les indulgences qui avaient été accordées par le pape ; on en distribua depuis le 1er mai jusqu'au jour Saint-Jean. Cette cathédrale est un des plus beaux monuments de la province. Albert le Grand dit que Bertrand de Rosmadec fit mettre sur le portail l'inscription dont on va insérer ici quelques vers :

 

 

 

 

Comme au pape donna l'empereur Constantin ;

 

Sa terre, aussi livra, c'est à saint Corentin,

 

Grallon ; roi chrétien des Bretons-Armoriques

 

Pour éternelle mémoire, sa statue à cheval

 

Fut ci-dessus assise au haut de ca portail ;

 

Sculptée en pierre bise, neuve et dure,

 

Pour durer à jamais si le portail tant dure, etc.

 

 

 

 

Le parvis fut fait en 1644, comme le prouvent les chiffres qu'on y voit. La tour est quadrangulaire, et chacun des angles marque une aire de vent. Dans le journal de Verdun, de l'année 1752, page 32, on trouve une lettre de M. Desforges-Maillard, contenant la description d'une fête qui avait lieu tous les ans à Quimper, la veille du jour de sainte Cécile. Au commencement de la révolution, la statue de Grallon fut jetée sur le pavé. Une autre singularité particulière à la cathédrale de Quimper, c'est que le jour de la bénédiction des saintes huiles, on célébrait à la fois trois messes sur le même autel ; cet usage fut détruit en 1587 par M. Du Liscouet, évêque de Quimper, à son retour de Rome. L'abbé Moreau, qui était un des chanoines, atteste qu'il a vu célébrer à la fois ces trois messes.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires