Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 06:16

I.

 

Autrefois, ô Bretagne chérie,-

Ton nom dans l'univers était vénéré.

Mélancolique,

Forte et solide

Tu étais sans égale

Sur la terre.

 

Hélas! aujourd'hui, ô mon pays,

Tu te rendors à nouveau.

O ! quel malheur '

O! quel chagrin !

Tu meures,

O Bretagne !

 

II.

 

Toi si libre jadis,

Pourquoi inclines tu le front?

Et toi 'si pauvre

Donnes-tu ton or

Au mauvais étranger

De France ?

 

III

 

Tu sais, bêlas! de la part de qui

Tu es aussi morfondu aujourd'hui

De méchants Français,

Tes ennemis,

Jusqu'à ton souvenir

Veulent détruire.

 

IV

 

En Arvor et en Argoed

(Sur le bord de la mer et dans la haute terre )

Les Bretons se corrompent.

Ils n'enseignent plus

A leurs enfants

Ni la langue ni les coutumes

De leurs pères.

 

V

 

En Arvor et en Argoed

Les Bretons faiblissent ;

Les guerres,

Ni les sones,

Ils ne savent plus chanter

 

VI

 

0 combien vous êtes coupables,

O parents pervers !

En Bretagne

Faire la guerre

Au breton,

Chose infâme !

 

 

O quand donc, ô mon Dieu,

Finira ma triste vie I

Pour moi la mort

Sera moins amère

Que de voir mourir

La Bretagne.

 

Efflam Koed-Skau

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires